Morvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Morvillers
Morvillers
Le manoir de Morvillers.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Gilles Notteboom
2020-2026
Code postal 60380
Code commune 60435
Démographie
Gentilé Morvillois
Population
municipale
490 hab. (2019 en augmentation de 9,62 % par rapport à 2013)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 54″ nord, 1° 52′ 17″ est
Altitude Min. 160 m
Max. 192 m
Superficie 5,12 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Morvillers
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Morvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morvillers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morvillers

Morvillers est une commune rurale française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Morvillois et les Morvilloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Morvillers se situe à l'extrémité ouest du département de l'Oise, en bordure du département de la Seine-Maritime, à la limite orientale du Pays de Bray.

Le village est formé selon le modèle du village-rue sur la route départementale D 150. La structure du village comporte trois rues principales, la rue Marquant, la rue Riquefosse et la rue de Monsure, qui se rejoignent dans le centre du village, aux abords de l'église. Deux de ces rues - la rue Riquefosse orientée vers Beauvais et la rue Marquant en direction de Formerie - forment une seule rue, l'axe du village-rue, qui change de nom au croisement de la rue de Monsure qui prend la direction de Grandvilliers et qui lui est perpendiculaire.

Bien que située dans le département voisin de la Seine-Maritime la ville de Gournay-en-Bray est un pôle d'attraction pour Morvillers. Trois grandes villes sont situées dans un rayon de moins de 60 km. À 23 km se trouve Beauvais préfecture de l'Oise, à 47 km la préfecture de la Somme, Amiens et à 59 km la préfecture de la Seine-Maritime Rouen.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Morvillers est située à 4 km de Songeons chef-lieu du canton auquel elle appartient, toutefois la commune la plus proche est Saint-Deniscourt à moins de 3 km. Elle se trouve à égale distance (4,1 km) des communes de Grémévillers et d'Omécourt avec lesquelles a lieu le regroupement scolaire. Dans un rayon de 10 km se trouve le village classé de Gerberoy attraction touristique locale.

Architecture et urbanisation[modifier | modifier le code]

Depuis le XIXe siècle, la majeure partie des maisons du villages sont en brique, qui étaient probablement produites localement grâce au sol argileux.

Il reste néanmoins quelques maisons qui indiquent la proximité de la Normandie par leur architecture en pan de bois, aujourd'hui principalement réservée aux bâtiments et dépendances.

L'urbanisation avait laissé des espaces, prés et herbages, à l'intérieur du village qui sont en voie de disparition. On assiste aujourd'hui au développement du mitage du bâti moderne et du développement des constructions pavillonnaires, caractéristique de l'étalement urbain autour des grandes villes et de la rurbanisation.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,8 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 826 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Songeons », sur la commune de Songeons, mise en service en 1951[7] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10 °C et la hauteur de précipitations de 821,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 22 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,6 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Morvillers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (85,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,9 %), prairies (24,3 %), zones urbanisées (8 %), forêts (6,8 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, l'orthographe du nom du village n'est pas encore fixée et on trouve diverses formes. Ainsi en 1220 le village se nomme Morviler en 1480 Morvillier et en 1540 Morvilliers[21]

Sur la carte du Beauvaisis par Samson d'Abbeville, publiée chez P. Mariette en 1667, le nom de Morvillers semble s'être fixé et son orthographe est celle que l'on utilise encore actuellement.

Le nom de Morvillers vient de mor (maison) associé à villa (domaine rural gallo-romain).

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1503, date de reconstruction de l'église, est attesté un vicariat[22].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini : Morvillers vers 1750.

Le village se trouvait dans le diocèse de Beauvais et dans le doyenné de Montagne où se trouvait également Songeons. Situé dans le Beauvaisis « restreint » il dépendait du bailliage ainsi que de l'élection de Beauvais.

On peut supposer que Morvillers était un pays d’élevage et que l’investissement était principalement dû à la nécessité du lait dans l’activité de ses bueries beauvaisiennes. En outre les années 1640-1660 furent des années d’écroulement du prix des céréales et ces terroirs de transition entre grands terroirs de blé mités de pâture pouvaient représenter un investissement d’autant plus rentable que les prix du bétail et du foin herbager était en forte progression[23].

En effet à Morvillers à partir du XVIIe siècle se développe cette catégorie de pâturage spécifique par sa position et son développement à partir des jardins et donc à proximité des habitations[24].

Le marché de Songeons qui avait pris le relais de celui de Gerberoy était un marché local principalement tourné vers le froment[25]. Celui-ci de portée locale a moins souffert que les plus grands marchés du Beauvaisis aux XVIIe et XVIIIe siècles[26] et on peut supposer qu’à Morvillers il existait en parallèle de l'élevage une production locale de céréales destinée à la commercialisation.

Morvillers est donc à l’aube de la Révolution française une campagne française qui en comporte les caractéristiques.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La loi du reprise par la constitution de 1791, divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements. Le village est rattaché au canton de Songeons et au département de l'Oise. Les cantons étaient originellement regroupés en districts jusqu'à la suppression de ceux-ci en 1795 et Morvillers se trouve dans celui de Grandvilliers, puis en arrondissements lors de leur création en 1800 ; Morvillers est alors rattachée à l'arrondissement de Beauvais. La constitution du 5 fructidor an III (), qui supprime par ailleurs les districts, crée une municipalité dans chaque canton, formée de représentants de toutes les communes du canton jusqu'au 28 pluviôse an VIII () ce qui contribua à renforcer les liens avec le chef-lieu de canton voisin.

Le nombre de cantons fut réduit par la loi du 8 pluviôse an IX () Les premiers préfets nommés par le gouvernement furent sommés d’établir dans leur département la répartition des communes dans chaque canton nouvellement établi, ce qui fit passer brièvement la commune dans le canton de Marseille-en-Beauvaisis, mais elle retrouve dès 1802 son attache au canton de Songeons[27].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Après la Révolution française débute la période de transition pour le village. Celle-ci se traduit d'abord par une baisse régulière de la population dû à l'exode rural qui se stabilise après la Première Guerre mondiale.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Morvillers fait partie de la communauté de communes de la Picardie Verte qui correspond l'ensemble des communes des cantons de Formerie, Grandvilliers et Marseille-en-Beauvaisis, ainsi que certaines communes du canton de Songeons dans lequel elle se trouve[28].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections cantonales françaises de 2004

Il y avait en 2004 à Morvillers 303 inscrits sur les listes électorales et 239 votants au premier tour soit une participation de 78,88 %.

Au premier tour des élections cantonales de 2004, Mme Béatrice Belliard (DVD) est arrivée en tête à Morvillers avec 66 voix soit 29,86 % (28,69 % pour le canton) ; est arrivé second M. André Primout (UMP) avec 65 voix (29,41 % contre 23,99 % pour le canton) et troisième M. Thierry Maugez (PRG) avec 47 voix (21,27 % contre 25,01 % sur le canton) le reste des voix allant aux divers autres candidats.

Au second tour il y a eu 242 votants (79,87 % de participation).

Au second tour n'étaient présents que Mme Béatrice Belliard et M. Thierry Maugez arrivés en tête à l'échelle du canton. Mme Béatrice Belliard a obtenu 89 voix et 38,36 % des suffrages (46,85 % sur le canton) et M. Thierry Maugez 143 voix et 61,64 % des suffrages soit une moyenne supérieure au résultat qui lui a permis d'être élu conseiller général (53,15 %)[29].

Élection présidentielle de 2007

Il y avait en 2007 326 inscrits sur les listes électorales.

Au second tour il y a eu 299 votants soit un taux de participation de 91,72 %, Nicolas Sarkozy a obtenu 187 voix (65,61 %) et Ségolène Royal a obtenu 98 voix (34,39 %)[30]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2008 Evelyne Nollet app. RPR
puis (2001) DVD
 
mars 2008 En cours
(au 9 avril 2014)
Gilles Notteboom   Agriculteur
Réélu pour le mandat 2020-2026[31],[32]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[34].

En 2019, la commune comptait 490 habitants[Note 8], en augmentation de 9,62 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
662622707649674634630607601
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
608590560544504501457447421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
403374356325345314344366363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
386396403388395399430439474
2019 - - - - - - - -
490--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 20,1 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 236 hommes pour 247 femmes, soit un taux de 51,14 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,11 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,3 
90 ou +
0,0 
3,8 
75-89 ans
7,7 
13,2 
60-74 ans
14,2 
21,0 
45-59 ans
20,5 
22,1 
30-44 ans
19,6 
17,7 
15-29 ans
13,7 
20,9 
0-14 ans
24,3 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[37]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Services et équipements[modifier | modifier le code]

À l'école organisée en regroupement scolaire avec les communes de Grémévillers et Omécourt s'ajoute une halte-garderie.

Un terrain de football et une salle des fêtes polyvalentes sont les équipements principaux du village.

Les activités sportives sont représentées par un club de tennis de table.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête patronale a lieu le 22 juillet, jour de la mort de saint Wandrille et la fête communale le dimanche qui suit le .

Économie[modifier | modifier le code]

Morvillers semble résister à la désertion des services et commerces en milieu rural, un grand nombre sont représentés dans la commune : Les commerces alimentaires comportent une boulangerie, une boucherie-charcuterie, une épicerie. Il existe aussi un bar-tabac.

L'agriculture marque l'économie du village ainsi que son paysage. Les exploitations agricoles sont ouvertes sur la rue et sur leur parcellaire situé à l'arrière selon la structure du village-rue. L'agriculture a un rôle économique et social dans la vie du village, le maire étant lui-même un agriculteur. En 2008 au salon de l'agriculture un éleveur de Morvillers a obtenu un prix[38].

Il existe également de nombreuses entreprises de travaux agricoles liées à ce secteur de l'économie rurale.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Wandrille
L'église, reconstruite en 1503, est une ancienne chapelle et sous le vocable de saint Wandrille. Le chœur seul est en échiquier de pierre et silex. Le portail de style Renaissance est surmonté d'une rose à huit compartiments et d'une niche à dais. La plupart des fenêtres, aujourd'hui bouchées, sont de grandes ogives géminées. Le clocher carré à toit d'ardoise est sur le transept nord. La nef date de 1539.
  • Le "Manoir"
Le château de Morvillers un témoin exceptionnel et unique des manoirs en pan de bois construits à la fin du XVe et au début du XVIe siècle. Jadis recouvert d'un enduit, il présente une façade sur cour à encorbellement sculpté, vraisemblablement flanqué initialement d'une tourelle d'escalier hors d'œuvre. Le colombage est agrémenté de panneaux rectangulaires à motifs quadrilobés. À l'intérieur, le volume ancien des pièces a été en grande partie respecté : plusieurs de ces pièces ont conservé leur plafond originel à sommiers moulurés et sculptés. Si la cage d'escalier actuelle n'est sans doute pas antérieure au XVIIe siècle, la charpente sur blochets, en revanche, est probablement d'origine.

Il a été inscrit au titre des monuments historiques le [39]

  • La mairie-école
Le bâtiment de la mairie est un ancien pensionnat, Le Clos Fleuri qui date du XIXe siècle comme l'indique son architecture en brique rouge typique de cette époque. Regroupement courant à l'époque de la IIIe République des bâtiments de la représentation de l'État, celui-ci se trouve au centre du village. Il comporte au rez-de-chaussée les deux classes du regroupement scolaire ainsi que les bureaux du maire et le secrétariat de mairie. La salle du conseil se trouve au premier étage. Dans l'ancien logement de fonction de l'instituteur et secrétaire de mairie a été aménagé un logement et deux autres l'ont été dans les combles autrefois inhabitées.
La « chapelle » en 2005.
La “Chapelle” en 2000 avant les travaux de réhabilitation.
  • La chapelle
Situé au 27 rue Riquefosse, le bâtiment porte le nom de « chapelle », mais le mystère reste entier quant à ses origines.
La façade néoclassique du bâtiment laisse penser que l’édifice a été construit au XIXe siècle. Il fait huit mètres de hauteur pour cinq mètres de largeur et est doté de deux passages latéraux, qui, comme les églises romanes, sont constitués d’arcs en plein cintre. L’utilisation de la pierre pour la façade détonne dans cette région où les bâtiments et édifices sont construits, à partir du XIXe siècle, principalement en brique, dont le reste du bâtiment est d’ailleurs constitué. Sur la partie sud se trouve une sacristie. Lors de sa construction le bâtiment a été surmonté d’un clocher à forme octogonale dans lequel se trouvait une cloche.
La structure générale évoque un lieu de culte, par exemple son orientation vers l’ouest caractéristique des édifices chrétiens. Sur le fronton arrondi on trouve une sculpture en relief qui représente le ciel et le soleil à l’intérieur desquels, dans un triangle – représentation de Dieu en trois segments égaux -, est inscrit le nom de Dieu en hébreu biblique. On peut penser pour cela qu’il s’agissait à l’origine d’un lieu de culte protestant. De plus, avant la restauration la partie Est était surélevée pour accueillir un autel.
Le bâtiment avait été oublié des riverains et une menace de destruction par l’OPAC de l’Oise en 2000 a fait prendre conscience de ce lieu jusque-là oublié et à l’abandon. La mairie l’ayant déclaré « bien sans maître », la « chapelle » a été achetée et réhabilitée en une habitation locative dont l’aménagement intérieur, celui du Loft, s’attache à la conservation de l’architecture et de l’espace[40].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Danse (1597-1661), blanchisseur, « marchand, bourgeois, ancien échevin et ancien juge-consul » meurt en 1661. Son inventaire après décès indique que dans le partage fait se trouvent des biens à Morvillers.
    Ces biens sont composés de deux maisons, de pâtures comprenant 65 parcelles de terre estimées entre 25 et 30 hectares car l’usage de deux mines (équivalent à environ un demi arpent) interdit d’avancer un chiffre exact.
    Ces terres représentent une grande partie de l’héritage tant par la valeur établie par des « experts » locaux, en l’occurrence deux laboureurs, que par ce qu’ils représentaient en surface. Ils ont été acquis pour une première partie en 1644 puis en 1659 par le rachat des parcelles de son fermier Michel Queste[41].
  • Maurice Dommanget (1888-1976) syndicaliste et historien du mouvement ouvrier a été instituteur à Morvillers, nommé en où il vécut jusqu'en 1948[42].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Morvillers », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Songeons - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Morvillers et Songeons », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Songeons - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Morvillers et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Beauvais », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. Robert Loriot, Les Parlers de l'Oise. La linguistique de la Picardie, étude de comportements phonétiques, Association bourguignonne de dialectologie et d'onomastique, 1984
  22. Louis Graves Notice archéologique sur le département de l'Oise, Beauvais, 1856.
  23. Pierre Goubert, Familles marchandes sous l’Ancien Régime : les Danse et les Motte de Beauvais, Paris, S.E.V.P.E.N., 1959, pp. 49-50
  24. GOUBERT (Pierre), Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l'histoire sociale de la France au XVIIe siècle, Paris, École pratique des Hautes-Études, VIe section, S.E.V.P.E.N., 1960
  25. Pierre Goubert, Beauvais… op. cit.
  26. Archives départementales de l’Oise, B, mercuriales et appréciations, 1644-1790, Justice seigneuriale de Songeons
  27. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Communauté de communes de la Picardie Verte
  29. Ministère de l'Intérieur
  30. Ministère de l'Intérieur
  31. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ , p. 10.
  32. « Gilles Notteboom de nouveau élu maire », Le Réveil, no 3661,‎ , p. 49.
  33. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Morvillers (60435) », (consulté le ).
  37. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  38. Morvillers : première au salon de l'agriculture, Le Bonhomme picard, 26 février 2008
  39. "Le manoir de Morvillers comprenant le corps du logis, composé des parties en pans de bois et en brique, corps de logis et ailes en retour, en totalité, des communs, à savoir le bâtiment longeant la rue et les petits bâtiments lui faisant face (ancien poulailler) en calcaire et brique (gros œuvre), les sols de la cour jusqu'aux anciennes limites, enfin le jardin et ses murs de clôture (cad. C 400, 401) " (J.O.)Ministère de la Culture
  40. Association des Maisons paysannes de l'Oise
  41. Archives départementales de l'Oise, série B, Comté-Pairie de Beauvais, Greffe, année 1662, 1re liasse.
  42. JACQUIER(Charles), "À propos de l’histoire du Premier Mai" inL’Émancipation syndicale et pédagogique, numéro 2, octobre 2006