Thieuloy-Saint-Antoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Thieuloy-Saint-Antoine
Thieuloy-Saint-Antoine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Grandvilliers
Intercommunalité Communauté de communes de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Jacky Dumont
2014-2020
Code postal 60210
Code commune 60633
Démographie
Population
municipale
406 hab. (2016 en augmentation de 18,37 % par rapport à 2011)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 38′ 06″ nord, 1° 56′ 49″ est
Altitude Min. 165 m
Max. 196 m
Superficie 2,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Thieuloy-Saint-Antoine

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Thieuloy-Saint-Antoine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thieuloy-Saint-Antoine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thieuloy-Saint-Antoine

Thieuloy-Saint-Antoine est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, le village dépendit de Saint-Maur, puis fut donné en 1138 à l'abbaye de Lannoy.

Il fut rattaché à Saint-Maur, après la Révolution, de 1826 à 1832[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Grandvilliers[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, où la commune est toujours intégrée, s'agrandit et passe de 23 à 101 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre depuis 1997 de la communauté de communes de la Picardie verte, qui succède à plusieurs SIVOM, dont celui de Grandvilliers où elle adhérait déjà.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 19 septembre 2017[2])
Jacky Dumont   Retraité
Président du syndicat des eaux de Grandvilliers (2014[3] → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 406 habitants[Note 1], en augmentation de 18,37 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
196214244297308315295278270
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
231127219193161160154145146
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
141123108118129121127146153
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
152188242311340336343406-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,9 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,7 %, 15 à 29 ans = 22,2 %, 30 à 44 ans = 25,7 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 12,8 %) ;
  • 49,1 % de femmes (0 à 14 ans = 19,4 %, 15 à 29 ans = 22,4 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 15,8 %).
Pyramide des âges à Thieuloy-Saint-Antoine en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,6 
2,9 
75 à 89 ans
5,5 
9,9 
60 à 74 ans
9,7 
20,5 
45 à 59 ans
21,8 
25,7 
30 à 44 ans
20,6 
22,2 
15 à 29 ans
22,4 
18,7 
0 à 14 ans
19,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Économie[modifier | modifier le code]

Le village accueille[Quand ?] deux entreprises, Trolem (chariots de golf et brouettes électriques pour La Poste) et Sima, qui travaille avec la RATP et Airbus[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ferdinand Buisson, philosophe, éducateur et homme politique français, cofondateur et président de la Ligue des droits de l'Homme, Prix Nobel de la paix en 1927 pour ses travaux sur la réconciliation franco-allemande pendant l’entre-deux-guerres, y a vécu et y est mort le 16 février 1932. Il est inhumé dans le cimetière de la commune, et une plaque inaugurée en 2017 à l'entrée du cimetière le signale[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. a et b Jérémie Longuet, « Thieuloy-Saint-Antoine : 100 000 € à trouver pour réhabiliter la maison du Prix Nobel de la Paix », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2017).
  3. Pierre-Emmanuel Reger, « Un million d’euros TTC pour la canalisation entre Petit-Halloy et Grandvilliers : Le remplacement de la canalisation entre Petit-Halloy et Grandvilliers constitue un des gros dossiers du syndicat des eaux de Grandvilliers. Le coût : plus d'un million d'euros TTC », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le 6 octobre 2017).
  4. « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ , p. 6
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Évolution et structure de la population à Thieuloy-Saint-Antoine en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2010)