Fleurines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Fleurines
Auberge et mairie, rue du Général-de-Gaulle.
Auberge et mairie, rue du Général-de-Gaulle.
Blason de Fleurines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Senlis
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Forêts
Maire
Mandat
Philippe Falkenau
2014-2020
Code postal 60700
Code commune 60238
Démographie
Gentilé Fleurinois
Population
municipale
1 889 hab. (2013)
Densité 158 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 47″ Nord, 2° 35′ 11″ Est
Altitude Min. 89 m – Max. 185 m
Superficie 11,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Fleurines

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Fleurines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleurines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleurines
Liens
Site web fleurines.com

Fleurines est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France au cœur de la forêt d'Halatte. Implantée au centre d'une clairière agricole, Fleurines bénéficie d'une situation particulière peu courante dans la région. La commune est en effet limitrophe des deux pôles urbains que constituent Pont-Sainte-Maxence au nord, et Senlis au sud.

L'histoire de Fleurines est intimement liée au prieuré Saint-Christophe-en-Halatte, fondé au XIe siècle sur une butte à l'extérieur du village. Une communauté agricole s'installe ensuite le long de la route des Flandres. Fleurines se développe à la Renaissance grâce à la sécurisation de cette route et à la tuilerie. L'activité agricole et l'industrie tuilière déclinent ensuite à partir du XIXe siècle. Au XXIe siècle, la construction d'une zone d'activités au nord du bourg garantit des emplois dans les secteurs secondaire et tertiaire. Comme la plupart des communes du sud de l'Oise, Fleurines connaît un dynamisme démographique, survenant après la Seconde Guerre mondiale, et la commune voit sa population tripler en cinquante ans.

L'ancien prieuré constitue aujourd'hui le principal élément du patrimoine architectural de Fleurines ; il est classé au titre des monuments historiques. La commune est également riche d'un important patrimoine naturel et paysager, et intègre le périmètre d'une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). Depuis sa création en 2004, Fleurines entre également dans le périmètre du parc naturel régional Oise-Pays de France.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte simplifiée en couleurs montrant le territoire de Fleurines en relation avec ses communes limitrophes
Limites administratives de Fleurines.

Fleurines est situé au cœur de la forêt d'Halatte, au sud du département de l'Oise, entre Senlis6 km) et Pont-Sainte-Maxence5 km)[1], et à l'est de Creil (à une distance routière de 11 km)[2]. La commune se compose du village éponyme, ainsi que du hameau de Saint-Christophe, à 1 km à l'est du bourg ; autrefois siège d'un prieuré fondé en 1061, il a existé avant le chef-lieu.

Communes limitrophes de Fleurines[3]
Beaurepaire Pont-Sainte-Maxence
Verneuil-en-Halatte Fleurines[3] Villers-Saint-Frambourg
Senlis

Le découpage administratif de la commune de Fleurines a la particularité que toutes les limites de la commune correspondent à des routes forestières de la forêt d'Halatte, et les points de rencontre entre trois ou quatre communes se situent toujours à l'un des carrefours de la forêt[3].

Au poteau des Blancs-Sablons dans la forêt d'Halatte, quatre communes se rencontrent : Chamant, Fleurines, Senlis et Villers-Saint-Frambourg, mais les communes de Fleurines et Chamant se touchent seulement en ce quadripoint et ne sont pas limitrophes, dans le sens qu'elles ne partagent pas de limites communes[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Photographie panoramique en couleurs sur un lotissement
Vue sur les premières maisons de Fleurines depuis la butte de Saint-Christophe (2010).

Le territoire communal appartient géologiquement au Bassin parisien. Il fait partie d'un grand ensemble homogène de calcaire grossier d'âge tertiaire[4]. La plus grande partie du territoire communal, dont le chef-lieu, repose sur un plateau constitué de sables de Beauchamp et d'argiles de Villeneuve-sur-Verberie datant du Bartonien inférieur. Le hameau de Saint-Christophe se situe sur une butte-témoin où affleurent des roches datant du Bartonien moyen et supérieur. La strate sédimentaire se compose de marnes blanchâtres et jaunâtres. Au sud-est de cette butte, ces formations sont recouvertes d'une couche de lœss. La partie occidentale de la commune est plus ancienne, datant du Lutétien[5],[6].

La superficie de la commune est de 1 195 hectares ; son altitude varie de 89 à 185 mètres[7]. Le point culminant du territoire communal, à 185,3 m au-dessus du niveau de la mer, se trouve sur la butte-témoin de Saint-Christophe. Le mont Pagnotte, point culminant de la forêt d'Halatte, situé sur la commune voisine de Pontpoint, dépasse cette butte de seulement trente mètres[3]. Aucun cours d'eau ne traverse Fleurines. Dans la forêt d'Halatte, existent quelques sources captées, dont la fontaine Bertrand et la fontaine du Lis sont les plus connues[Note 1].

Fleurines est l'unique village entièrement entouré de la forêt domaniale d'Halatte. Il est situé sur une vaste clairière comprenant des surfaces agricoles à l'ouest, ainsi qu'autour de Saint-Christophe. Une partie de la forêt, au nord-ouest, est communale ; il existe également quelques petits bois privés[3]. Le paysage fleurinois se compose de polycultures à partir desquelles se dessine nettement la lisière de la forêt d'Halatte[4]. Ces espaces ouverts, formés par l'agriculture alternent avec les espaces fermés, formés par la forêt et les lieux de peuplement[Urb 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Située à vol d'oiseau à 124 km de la Manche[Note 2], Fleurines connaît un climat océanique dégradé, comparable à celui du Nord de l'Île-de-France. La station météorologique la plus proche est celle de Creil, qui constate des précipitations réparties également toute l'année, avec des extrêmes au printemps et en automne, le mois de février étant le plus sec, aboutissant à un total annuel des précipitations relativement modeste (690 mm à Creil). L'amplitude thermique moyenne entre l'hiver et l'été ne dépasse pas 15 °C.

Relevé météorologique de Creil et sa région pour la période 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 0,9 3 5 8,6 11,6 13,6 13,2 10,8 7,5 4,4 1,2 6,8
Température moyenne (°C) 3,5 4 6,7 9,9 12,8 16,6 18,6 18 15 11,5 7,3 3 10,6
Température maximale moyenne (°C) 6,4 7,4 11 15,3 18,1 22,2 24,5 23,9 20,5 15,1 10,1 5,8 15
Record de froid (°C)
date du record
−19,3
16-01-1985
−27
4-02-1973
−9,7
13-03-2013
−5
4-04-1973
−1,1
2-05-1982
1
1-06-1975
3,9
24-07-1985
−25
4-08-1977
1
19-09-1977
−5
29-10-1977
−11
23-11-1998
−12
29-12-1976
−27
4-02-1973
Record de chaleur (°C)
date du record
15,9
27-01-2003
20
2-02-1977
23
17-03-2004
27,4
15-04-2007
36
26-05-1978
36,4
27-06-2011
37,3
30-07-1984
39,1
12-08-2003
32,3
16-09-1982
28,3
1-10-2011
20,2
1-11-2014
16,2
7-12-2000
39,1
12-08-2003
Précipitations (mm) 30,8 58,7 45,9 30,8 55,1 37 56,1 62,1 34,7 57,4 52,1 44,8 565,5
Source : le site de l’association Infoclimat[8].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Infrastructure routière[modifier | modifier le code]

L'ancienne route nationale 17 qui va du Bourget à Halluin traverse la commune par le centre-ville. Fleurines est par ailleurs reliée à l'autoroute A1 par la D 1330 qui passe par Senlis et permet ainsi de rejoindre Paris. Elle est reliée à Compiègne par les routes D 200 et la D 932A. D'autres routes secondaires, comme la D 565, permettent de rejoindre Verneuil-en-Halatte et Villers-Saint-Frambourg.

Liaisons aériennes[modifier | modifier le code]

Fleurines est, par la route, à une soixantaine de kilomètres[2] de l'aéroport de Beauvais-Tillé (code AITA : BVA • code OACI : LFOB) qui propose en 2015 des dessertes régulières vers des villes d'Europe et du Maghreb[9]. Fleurines est également à 36 kilomètres[2] de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle (code AITA : CDG • code OACI : LFPG), deuxième aéroport européen et huitième aéroport mondial en 2013 en termes de fréquentation[10].

L'aérodrome le plus proche est situé sur le territoire de la commune de Creil. Celui de la base aérienne militaire (code AITA : CSF), sur le plateau, est réservé aux aéronefs militaires et à quelques avions civils avec restriction.

 Photographie du bâtiment voyageur de la gare, côté ville
La gare de Pont-Sainte-Maxence, bâtiments voyageurs.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

En transport en commun, Fleurines est desservie par deux lignes du réseau départemental Sud-Oise, exploité par Keolis Oise : la ligne 10 A/B Senlis - Pont-Sainte-Maxence - Verberie, et la ligne 3 A Creil - Fleurines. La première propose, au premier semestre de 2015, deux aller-retours vers Senlis du lundi au vendredi, ainsi que de nombreux renforts en période scolaire, y inclus le samedi. La seconde propose quatre allers Fleurines - Creil et cinq retours du lundi au vendredi, ainsi que deux allers-retours le samedi. Les horaires ne permettent pas d'effectuer l'aller-retour depuis Creil dans la journée, et depuis Pont-Sainte-Maxence, l'aller-retour dans la journée n'est possible qu'en période scolaire[11],[12],[13]. Fleurines n'étant pas reliée au réseau ferroviaire, les voyageurs doivent se rendre à la gare de Pont-Sainte-Maxence, desservie par le réseau TER Picardie[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Schéma en couleurs du territoire de la commune, sans légende
Carte simplifiée de l'occupation des sols de Fleurines.
  •       Limites communales
  •       Axes de communication et rues
  •      Forêt d'Halatte
  •      Espaces agricoles
  •      Tissu urbain
  •      Zone d'activités

Le tissu urbain de Fleurines est segmenté en deux parties. Le chef-lieu s'étend le long de la D 1017 (ancienne route des Flandres) tandis que le hameau de Saint-Christophe est installé sur une butte-témoin à l'est[Urb 2].

La zone d'activités qui s'étend le long de la D 1017 marque le passage entre la forêt et le tissu urbain[Urb 3]. Au centre, le bois de La Montagne est une rupture dans le paysage urbain fleurinois[Urb 4].

La position particulière de Fleurines, dans une clairière au centre de la forêt d'Halatte, n'est pas naturelle puisqu'elle est issue de déboisements ayant eu lieu lors de l'installation des religieux dans le prieuré Saint-Christophe. La sécurisation de la route des Flandres et le développement des échanges favorisent la croissance du village[Urb 5].

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Fleurines et l'ensemble de l'Oise en 2012, au travers de quelques indicateurs[I 1],[I 2] :

Le logement à Fleurines en 2012.
Fleurines Oise
Part des résidences principales (en %) 90,6 91
Part des logements vacants (en %) 5,7 6,5
Part des ménages propriétaires de leur logement (en %) 77,4 62

En 2012, le nombre total de logements dans la commune était de 804, alors qu'il était de 752 en 2007. Ces logements étaient pour 82,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 17,1 % des appartements. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 77,4 %, en légère baisse par rapport à 2007 (78,9 %). La part de logements HLM loués vides était de 12,4 % contre 9,7 %, leur nombre étant en augmentation 90 contre 66[I 1].

La part des logements, résidences principales de leurs occupants, est sensiblement égale à Fleurines qu'au niveau départemental (90,6 contre 91). Il en est de même pour les logements vacants (5,7 contre 6,5). Cependant, Fleurines compte une part plus importante de ménages propriétaires de leur logement qu'au niveau départemental (77,4 contre 62)[I 1],[I 2].

Aménagements récents et projets[modifier | modifier le code]

En signant la charte du parc naturel régional Oise-Pays de France, Fleurines s'engage à réaliser une étude urbaine de son territoire avant de réviser son plan local d'urbanisme (PLU)[15]. En 2014, cette étude urbaine est en voie d'intégration au PLU[16].

Les récents projets réalisés concernent l'aménagement des abords du groupe scolaire pour la rentrée 2012[M 1]. Un projet de déviation routière, à l'ouest du bourg, avait été envisagé depuis les années 1990. Figurant dans le Plan d'Occupation des Sols (POS) de 1995, ce projet poserait des question paysagères[Urb 6],[Urb 7].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Fleurines a fait l'objet de trois arrêtés de catastrophe naturelle. Des inondations et coulées de boue ont eu lieu en (justifiant l'arrêté du ). La commune a également été touchée par des inondations, coulées de boue et mouvements de terrain en , consécutivement aux tempêtes Lothar et Martin[17].

La localité est exposée, compte tenu de la nature du sol, à des phases successives de retrait-gonflement des argiles dus à l'alternance de phases d'hydratation-dessiccation des argiles. Ce phénomène est responsable, entre autres, de fissures dans la fondation des bâtiments[18]. Les abords de la butte Saint-Christophe sont exposés à un aléa moyen à fort tandis que le reste de la commune est soumis à un aléa faible voire nul[19]. La commune fait l'objet d'un arrêté de catastrophe naturelle pour cet aléa en date du [17].

Fleurines est située en zone de sismicité très faible de niveau 1 sur une échelle de 1 à 5 tout comme le reste de l'Oise[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Florinas en 1061[21].

Des hypothèses anciennes ont été formulées sur l'étymologie du toponyme Fleurines. Il a été supposé qu'il pourrait être issu du latin figula « poterie » ou bien encore de Flor Arenarum « fleur des sables », étant donnée l'existence de la « montagne de sable » à Fleurines (près de la piscine)[RP 1]. Or, la forme ancienne disponible et la connaissance des lois de la phonétique invalident ces théories. En effet, on ne voit pas comment d'hypothétiques mentions latines (dont on ne conserve aucune trace) *Figula (ou plutôt un dérivé *Figulinas) ou *Florarenarum auraient pu être latinisées en Florinas, ni pourquoi d'ailleurs. En revanche, l'évolution phonétique de Florinas en Fleurines est tout à fait régulière en langue d’oïl.

Les linguistes Albert Dauzat et Charles Rostaing émettent l'hypothèse d'une formation en -īnum, à savoir -īnas à l'accusatif féminin pluriel, basée sur le nom de personne latin Florus[22], au sens global de « propriété, lieu de Florus » (voir à ce sujet les formations toponymiques de l'antiquité tardive et du début du Moyen Âge en -iacas qui ont donné -ies dans le nord de la France et en Belgique).

Le médiéviste Jacques Chaurand et Maurice Labègue reprennent cette thèse et suggèrent également le nom commun flor- « fleur », suivi du même suffixe, au sens de « lieu des fleurs »[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le village de Fleurines est nettement moins ancien que la plupart des autres villages de la région, et son existence n'a laissé aucune trace écrite avant le XIe siècle. Un ancien chemin gaulois traverse cependant le village d'est en ouest. L'origine du hameau de Saint-Christophe ne peut être datée avec exactitude, pas plus que celle de Fleurines, mais remonte au moins à l'an 875. La colline de Saint-Christophe portait alors le nom de mont Hermenc, d'après celui d'un propriétaire qui possédait également une villa qui s'y trouvait (dans des textes rédigés en latin médiéval « villa nomine Hermane »), et fut déjà le siège d'une petite abbaye, appartenant au chapitre de la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais, relevant de l'évêque de Beauvais. Les moines ne possédaient que quelques parcelles de la forêt d'Halatte se situant sur le diocèse de Senlis, et n'en tiraient que des revenus insuffisants. En 1061, ils décidèrent donc d'offrir l'abbaye à l'écuyer Waleran ou Galeran de Senlis, apprécié par le roi Philippe Ier, qui en fit son grand chambellan, puis son ministre des finances. La stratégie des moines se révéla payante, car Waleran se montra en échange d'une grande générosité. Il finança la construction d'une église et d'un nouveau monastère, offrit à l'abbaye des terres, des vignes, des bois, deux métairies et des immeubles à Meaux, et mit à sa disposition des serfs. Le roi à son tour accorda à l'abbaye une charte d'immunité. Waleran avait toutefois négligé l'effet que leur soudaine richesse aurait sur les moines, entraînant des débordements. Afin de résoudre ce problème, il décida de rattacher le monastère au prieuré clunisien de La Charité-sur-Loire, choix apparemment motivé par le fait que son fils Pierre y fut moine. Waleran procura encore au prieuré de Saint-Christophe ainsi créé en 1083 les revenus de la commanderie des Templiers et de la cure de Lagny-le-Sec[RP 2].

Vue d'un carrefour routier avec quelques maisons aux alentours.
Lieu de la Grande fontaine, où furent construites les premières maisons de Fleurines.

Le village de Fleurines apparut probablement à l'époque de Waleran, sans que l'on puisse établir un rapport avec la refondation du monastère, sous le nom latin « Florinas ». Les premières maisons sont apparues autour de la Grande fontaine, ou fontaine Berthaud, qui après-guerre a laissé la place à un simple rond-point. Mais la petite agglomération s'étendait bientôt sur la grande route de Senlis à Pont-Sainte-Maxence, l'actuelle RD 1017, qui traversait initialement Fleurines sur un tracé plus à l'ouest. Le prieur de Saint-Christophe avait sur les habitants le droit de haute, moyenne et basse justice. Ils pouvaient faire paître leurs animaux sur les terres du prieuré, mais étaient également obligés d'aider les moines dans le défrichement de la forêt[RP 2].

Pendant le Moyen Âge, c'est encore le hameau de Saint-Christophe qui est au centre de l'histoire, grâce à son prieuré, et non le village. En effet, les rois de France ayant droit de gîte au prieuré, ils l'utilisent souvent comme relais de chasse. La situation de Fleurines sur une grande route n'est pas toujours avantageuse pour son développement, car elle expose le village davantage aux pillages commis habituellement par des soldats de passage. Les villageois se voient obligés de fournir un contingent de soldats à Philippe Auguste pour la bataille de Bouvines, le 27 juillet 1214[RP 3].

Portrait d'un homme couronné assis sur son trône. Légende : Phelipes de Valois
Philippe VI de Valois. Recueil des rois de France, vers 1550.

Bien que Philippe le Bel ait acheté le manoir de Fécamp à Pontpoint au début du XIVe siècle, lui et ses successeurs continuent de fréquenter Saint-Christophe. Ainsi, au moins treize séjours de Philippe VI de Valois sont attestés. Entre le 12 et le 16 avril 1331, il y rencontre secrètement le roi d'Angleterre Édouard III, fils de sa petite-cousine Isabelle, pour tenter de régler les différends entre les deux royaumes. Philippe l'accueille simplement, ce qui est ressenti comme une humiliation par Édouard, qui se vengera plus tard dans la guerre de Cent Ans. Philippe de Valois vient une dernière fois en 1349, quand il signe des documents régissant la durée du travail dans le bailliage de Senlis. Son successeur, son fils Jean le Bon, instaure l'ordre de l'Étoile depuis Saint-Christophe, en date du 16 novembre 1351. Ensuite, en raison de la guerre de Cent Ans, les chasses royales se font rares ; seul Charles VI vient encore à Saint-Christophe, six fois entre 1391 et 1398, à l'occasion de passages à Senlis. Quant à Fleurines, des bandes armées y commettent des atrocités en 1414, tuant plusieurs habitants, et le village est dévasté par les Anglais en 1359 et 1434. C'est toutefois pendant cette période trouble que l'église paroissiale de Fleurines est construite, entre 1390 et 1419. Son massif clocher sert souvent de lieu de refuge devant l'ennemi. Après le retour de la paix, les chasses royales sont organisées de préférence dans la vallée de la Loire, le confort du prieuré étant désormais jugé insuffisant. Saint-Christophe est abandonné à son sort[RP 3].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Pendant le siège de Senlis lors de la huitième guerre de religion, en 1588, les armées de la Ligue commettent des exactions à Fleurines. Le premier plan de Fleurines est dessiné en 1602, en tant qu'élément des fresques peintes par Toussaint Dubreuil dans la galerie des Cerfs du château de Fontainebleau. Le village connaît alors un essor, qui est dû au développement favorable de l'activité tuilière, attestée par des documents depuis le XIVe siècle. La route des Flandres, appellation locale de la nationale 17, ainsi que la rue de l'Église et la rue des Frièges sont pour la première fois pavées. Les tuiliers, de plus en plus nombreux, prélèvent la terre d'argile en forêt d'Halatte, ce qui occasionne des dommages à la forêt. Après l'envisagement de plusieurs solutions pour mettre les tuiliers à contribution, ils s'engagent en 1670 de verser une somme de dix livres annuellement, système qui reste en vigueur jusqu'en 1839[RP 4],[RA 1].

Quant au prieuré, il prospère également, même s'il n'a plus aucun rôle à jouer dans l'histoire, les moines négligeant par ailleurs l'observance de la règle bénédictine, songeant en premier lieu à s'enrichir. Quatre paroisses dépendent de Saint-Christophe : Lagny-le-Sec, Le Plessis-Belleville, Pontpoint et, bien sûr, Fleurines. Leurs curés sont nommés par le prieuré, qui touche en outre une partie de la dîme, des taxes et offrandes. Les revenus du prieuré ne cessent de croître au cours des siècles. Il possède des immeubles, notamment à Senlis ; une tuilerie ainsi qu'une ferme à Fleurines, et une ferme à côté du prieuré. En 1638, son domaine forestier a pratiquement doublé depuis la fondation et représente la principale richesse du monastère. Puis, les titres de propriété du prieuré s'étant perdus, le tiers lui est retiré au profit du roi. Toutefois après l'évêque de Senlis et le roi, le prieuré reste le principal propriétaire forestier du massif d'Halatte. Comparé aux deux autres grands propriétaires, « c'est le prieuré qui se montre le plus intransigeant dans le respect de ses droits, le plus rigoureux dans son comportement à l'égard des manants, le plus inconciliant dans ses relations avec ses voisins ». Quand les vases sacrés et les ornements sacerdotaux sont volés de l'église de Fleurines en 1716, le prieur ne fait pas face à son obligation de les remplacer à ses frais, malgré l'assignation que les habitants lui adressent. La construction du palais prieural, le « château » de Saint-Christophe, vers le milieu du XVIIIe siècle, est motivée par les économies d'impôts que cette grande dépense permet[RP 4].

On a recensé 720 habitants en 1720[RA 1].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Carte montrant en rouge une division administrative au sein d'un département.
En 1790, Fleurines intègre le district de Senlis (en rouge) dans le nouveau département de l'Oise (en jaune).

La Révolution française ne provoque aucune réaction particulière à Fleurines ; tout au plus, les habitants commentent-ils les événements dans la capitale et les nouveaux décrets promulgués à la sortie de la messe dominicale. Pour la fête de la fédération le , quarante citoyens du district de Senlis sont choisis pour participer aux cérémonies à Paris, dont un habitant de Fleurines. À son retour, ce dernier, Pierre Nicolas Lavoisier, est toutefois accueilli par des chants patriotiques. Trois mois plus tard, le palais prieural de Saint-Christophe est vendu comme bien national et adjugé à Jean Charton. La rapidité de la dissolution du prieuré s'explique sans doute par l'absence de moines pendant les dernières années avant la Révolution. N'était resté qu'un fondé de pouvoir du prieur commendataire, continuant d'encaisser les revenus dont la raison d'être avait été le financement de l'entretien des moines. En , la société populaire de Fleurines rebaptise bon nombre de rues aux noms à connotation religieuse ou évoquant l'Ancien Régime. Les symboles ecclésiastiques sont supprimés partout, sauf à l'intérieur de l'église, y compris statues, calvaires et la croix de cimetière. L'église de Fleurines devient Temple de la Raison et l'église prieurale simplement « temple ». Elle conserve son clocher, refait vingt ans auparavant, mais celui de Fleurines est démoli, un seul clocher étant désormais autorisé par commune. Toutefois, la nef et les bas-côtés de l'église de Saint-Christophe sont utilisés comme carrière de pierres. En même temps, Charton, impliqué dans la fusillade du Champ-de-Mars, est arrêté et guillotiné le . Ceci n'empêchera sa veuve de récupérer le « château », où elle finira ses jours longtemps après[RP 5].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le village reste à l'abri des événements accompagnant les périodes agitées du Consulat et de l'Empire. Mais à la chute de ce dernier en 1815, les troupes françaises en retrait traversent Fleurines, et avec leur lot de malades et blessés, confrontent le village avec la réalité des événements. Les troupes d'occupation allemandes et anglaises font fuir les habitants dans la forêt et pillent plusieurs maisons. En 1837, l'industrie tuilière emploie cent cinquante personnes dans quatorze tuileries. L'effectif permanent d'une tuilerie se compose typiquement de deux hommes, trois femmes et trois enfants, rémunérés à la pièce. La production annuelle s'élève à quatre millions de tuiles, trois cent mille carreaux et autant de briques, ainsi que huit mille faîtières. La production a toujours recours aux gisements de marne verte autour de Fleurines, riche en argile. Le nombre de fours de tuilerie augmente encore et atteint dix-sept à son apogée, mais l'activité décline au début du XXe siècle comme conséquence de l'industrialisation. Ainsi en 1927, seul reste en fonctionnement le four de Léon Havy[RP 6].

Le Second Empire est bien accueilli par les Fleurinois, qui acclament largement Napoléon III. En , pendant un hiver particulièrement rude avec −22 °C en décembre, le village est occupé par les Prussiens qui commettent des pillages. Après le retour de la paix, la contribution de guerre exigée par eux finit de ruiner le village. Au début de la Première Guerre mondiale, quand les villes voisines comme Senlis, Creil et Pont-Sainte-Maxence sont incendiées par les Allemands, Fleurines échappe de peu à un destin semblable. En effet, le soir du , l'escadron d'uhlans qui venait de dévaster Creil arrive à Fleurines et demande à boire dans les bars et cafés du village. Bien que le maire ait conseillé aux habitants de renoncer à toute provocation, les soldats menacent de mettre le feu au village. Arrive alors une deuxième unité, dont le capitaine, John Evann, est un peintre qui avait souvent travaillé à Fleurines et joué aux cartes avec les habitants le soir. Il salue le futur maire, M. Carlier, et ordonne aux soldats d'épargner Fleurines[RP 6].

En , Fleurines devient une scène de combats de la Seconde Guerre mondiale. En prévision de ce développement, ordre est donné d'évacuer le village en date du , et très vite, les Allemands s'emparent du village, le . La défense par les 3e et 5e compagnies du 88e régiment d'infanterie de ligne réussit à défendre Fleurines pendant quelques jours seulement. Le lot de la commune est celui de toutes les villes occupées. Dès 1941, un petit groupe d'habitants entre dans la Résistance et rejoint le réseau de Senlis et Compiègne. Un résistant, Georges Piron, est arrêté, déporté et fusillé en Allemagne en 1943. Ensuite, la population souffre particulièrement en 1943 et 1944, car des SS ont pris quartier à Saint-Christophe et ravagent dans les alentours. Le soulagement vient avec la Libération par une unité de la 1re armée américaine. Les FFI réussissent à capturer encore huit soldats allemands cachés dans la forêt[RP 6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Circonscriptions électorales[modifier | modifier le code]

À la suite du redécoupage cantonal de 2014, Fleurines est détachée du canton de Pont-Sainte-Maxence et rattachée au canton de Senlis qui compte désormais 14 communes[24]. Ses conseillers départementaux sont Jérôme Bascher et Corry Neau (Union de la droite) depuis 2015[25].

Elle se trouve au sein de la quatrième circonscription de l'Oise dont le député est Éric Woerth (UMP)[26].

Entités administratives[modifier | modifier le code]

Fleurines fait partie de l'arrondissement de Senlis.

Jusqu'au début de l'année 2009, Fleurines appartenait à la communauté de communes du Pays de Senlis qui regroupait, les communes de : Aumont-en-Halatte, Barbery, Borest, Brasseuse, Chamant, Courteuil, Fontaine-Chaalis, Montépilloy, Mont-l'Évêque, Montlognon, Ognon, Orry-la-Ville, Pontarmé, Raray, Rully, Senlis, Thiers-sur-Thève, Villers-Saint-Frambourg.

À la suite de désaccords profonds entre élus des communes membres, le préfet décide de dissoudre l'établissement public de coopération intercommunale (EPCI) le [27]. Treize communes souhaitent se regrouper dans un nouvel EPCI appelé communauté de communes Cœur Sud Oise, dont les statuts et le périmètre sont validés par arrêté préfectoral du [28].

Une nouvelle structure intercommunale est créée par arrêté préfectoral à la même date, appelée communauté de communes des Trois Forêts (CC3F) autour de Senlis, avec les dernières communes souhaitant y participer que sont Aumont-en-Halatte, Courteuil, Chamant et Fleurines. Seule la commune d'Orry-la-Ville ne peut rejoindre ce nouveau groupement car il n'y a pas de continuité territoriale. La présidente de cet EPCI pour le mandat 2014-2020 est Pascale Loiseleur, maire de Senlis[29]. Les communes adhérentes ont doté la CC3F des compétences suivantes : gestion des déchets ménagers ; action sociale (sur le plan de la petite enfance) ; aide aux communes (sur le plan informatique notamment) ; l'assainissement non collectif (rôle de conseil et de vérification) ; voirie (voies intercommunales) ; développement économique (soutien aux créateurs d'entreprises) ; tourisme[30].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les tendances politiques de l'électorat fleurinois restent constantes puisque tous les scrutins voient la préférence pour un candidat de droite.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants lors des derniers recensements étant compris entre 1 500 et 2 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 19[53].

Lors des élections municipales de 2008, les 19 conseillers municipaux ont été élus au second tour ; le taux de participation était de 67,71 %[54]. Philippe Falkenau est élu maire de la commune à l'issue du scrutin.

Lors des élections municipales de 2014, les 19 conseillers municipaux ont été élus dès le premier tour ; le taux de participation était de 53,74 %[55]. Philippe Falkenau est réélu maire de la commune à l'issue du scrutin.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Fleurines.
Liste des maires depuis 1959[56].
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1976 Jean Toursiere    
1977 1984 Firmin Declercq    
1984 mars 2001 Michel Desprez    
mars 2001 en cours
(au 31 août 2014[57])
Philippe Falkenau    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Fleurines relève du tribunal d'instance de Senlis, du tribunal de grande instance de Senlis, de la cour d'appel d'Amiens, du tribunal pour enfants de Senlis, du conseil de prud'hommes de Creil, du tribunal de commerce de Compiègne, du tribunal administratif d'Amiens et de la cour administrative d'appel de Douai[58].

La commune relève de la brigade de proximité de Pont-Sainte-Maxence[59]. Le centre d'incendie et secours le plus proche est situé dans cette même localité[M 2].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Gestion de l'eau[modifier | modifier le code]

Le syndicat intercommunal du bassin d'Halatte assure la production en eau potable pour la commune de Fleurines[60]. L'eau, stockée dans un réservoir à Saint-Christophe, provient de deux forages, creusés en 2008 et situés à la limite de la commune et de Villers-Saint-Frambourg. Jusqu'en 1999, l'eau potable provenait d'un forage situé près de la piscine[M 3]. Le réseau d'adduction à l'eau potable a été mis en service en décembre 2012 et alimente 3 500 habitants[61].

L'assainissement des eaux usées de Fleurines est assuré de manière collective par une station d'épuration d'une capacité de 2 000 EH (équivalent-habitant). Le rejet des eaux usées a lieu par infiltration dans le sol[62]. Depuis 2011, la communauté de communes des Trois Forêts prend en charge l'assainissement non-collectif des eaux usées[63].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Ce domaine de compétence est assuré par la communauté de communes des Trois Forêts. La collecte des déchets a lieu en porte-à-porte tous les lundis. Des conteneurs à verre sont également présents dans la commune[64]. Fleurines ne dispose pas, en 2015, de déchetterie sur son territoire. Les déchetteries les plus proches sont situées à Barbery et Creil[65].

Enfin, le parc naturel régional Oise-Pays de France apporte son soutien à la commune dans ses actions visant à améliorer la gestion des déchets[66].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Cette sous-section présente la situation des finances communales de Fleurines[Note 3].

Pour l'exercice 2013, le compte administratif du budget municipal de Fleurines s'établit à 1 700 000 € en dépenses et 1 891 000 € en recettes[A2 1] :

En 2013, la section de fonctionnement[Note 4] se répartit en 1 176 000 € de charges (612 € par habitant) pour 1 314 000 € de produits (684 € par habitant), soit un solde de 138 000 € (72 € par habitant)[A2 1],[A2 2] :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des achats et charges externes[Note 5] pour 418 000 € (36 %), soit 217 € par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 208 € par habitant en 2011 et un maximum de 301 € par habitant en 2010 ;
  • la plus grande part des recettes est constituée des impôts locaux[Note 6] pour une valeur totale de 595 000 € (45 %), soit 310 € par habitant, ratio inférieur de 15 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (366 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 259 € par habitant en 2009 et un maximum de 313 € par habitant en 2011.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Fleurines[A2 3]. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2012[A2 3] :

La section investissement[Note 7] se répartit en emplois et ressources. Pour 2013, les emplois comprennent par ordre d'importance[A2 4] :

  • des dépenses d'équipement[Note 8] pour un montant de 451 000 € (86 %), soit 235 € par habitant, ratio inférieur de 36 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (370 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 71 € par habitant en 2010 et un maximum de 364 € par habitant en 2012 ;
  • des remboursements d'emprunts[Note 9] pour une valeur totale de 73 000 € (14 %), soit 38 € par habitant, ratio inférieur de 46 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (70 € par habitant).

Les ressources en investissement de Fleurines se répartissent principalement en[A2 4] :

  • subventions reçues pour une valeur de 129 000 € (22 %), soit 67 € par habitant, ratio inférieur de 15 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (79 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 19 € par habitant en 2012 et un maximum de 67 € par habitant en 2013 ;
  • fonds de Compensation pour la TVA pour une valeur totale de 101 000 € (18 %), soit 53 € par habitant, ratio supérieur de 36 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (39 € par habitant).

L'endettement de Fleurines au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette[Note 10], l'annuité de la dette[Note 11] et sa capacité de désendettement[Note 12] :

  • l'encours de la dette pour une valeur totale de 761 000 €, soit 396 € par habitant, ratio inférieur de 42 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (682 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 272 € par habitant en 2010 et un maximum de 396 € par habitant en 2013[A2 5] ;
  • l'annuité de la dette pour 101 000 €, soit 53 € par habitant, ratio inférieur de 44 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (95 € par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio diminue de façon continue de 72 € à 53 € par habitant[A2 5] ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour une valeur de 138 000 €, soit 72 € par habitant, ratio inférieur de 61 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (187 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 51 € par habitant en 2012 et un maximum de 229 € par habitant en 2011[A2 6]. La capacité de désendettement est d'environ 5 années en 2013. Sur une période de 14 années, ce ratio présente un minimum d'environ un an en 2011 et un maximum d'environ 7 années en 2012.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Fleurinois[67].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 1 889 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 13],[Note 14].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
473 587 608 651 723 748 743 806 826
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
772 792 850 752 702 632 628 672 606
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
591 570 595 557 525 484 474 614 677
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2008 2010
622 815 1 400 1 589 1 494 1 764 1 756 1 784 1 835
2013 - - - - - - - -
1 889 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[68] puis Insee à partir de 2004[69].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population fleurinoise est restée relativement stable de la Révolution française jusqu'au début des années 1960. La localité a ensuite triplé sa population en cinquante ans, passant de 622 habitants en 1962 à 1 842 en 2012. La situation se stabilise toutefois depuis le début du XXIe siècle avec un gain de 78 habitants entre 1999 et 2012. Ce dynamisme démographique pourrait s'expliquer par l'extension de l'aire urbaine de Paris, en complément du développement des pôles urbains secondaires de Senlis et Pont-Sainte-Maxence.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,1 %) est en effet inférieur au taux national (23,6 %) mais égal au taux départemental.

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2012, de 49,1 % d’hommes et de 50,9 % de femmes.

Pyramide des âges à Fleurines en 2012 en pourcentage[I 3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,4 
3,6 
75 à 89 ans
6,4 
15,8 
60 à 74 ans
13,9 
21,4 
45 à 59 ans
21,8 
23,8 
30 à 44 ans
23,6 
14,1 
15 à 29 ans
14,2 
21,3 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2012 en pourcentage[I 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
5,0 
75 à 89 ans
7,7 
13,0 
60 à 74 ans
13,2 
20,7 
45 à 59 ans
20,54 
20,9 
30 à 44 ans
20,3 
18,8 
15 à 29 ans
17,6 
21,3 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fleurines dépend de l'académie d'Amiens et de l'inspection académique de l'Oise.

La ville compte une école maternelle (70 élèves) et une école élémentaire (120 élèves), toutes deux réunies dans le groupe scolaire Maurice-Laurain[M 4],[70].

Les collèges les plus proches sont à Pont-Sainte-Maxence, avec un collège public (collège Lucie-et-Raymond-Aubrac) et un privé (collège Saint-Joseph-du-Moncel)[71]. Les lycées les plus proches se situent à Senlis avec deux lycées d'enseignement général, l'un public et l'autre privé, et un lycée professionnel public[72].

Vie culturelle et associative[modifier | modifier le code]

Fleurines compte de nombreuses associations à caractère sportif et culturel.

La fête de la Brioche remonte au XVe siècle. À cette époque, le prieur offrait du blé que les marguilliers transformaient en pain pour être distribué aux pauvres. En 1830, le pain fut remplacé par la brioche. En 1875, la dernière brioche devait être décrochée du mât de cocagne ; le gagnant pouvait se permettre d'inviter à danser toutes les mariées de l'année. Elle se déroule le lundi de Pâques[RA 2].

Santé[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune dispose d'un centre médical avec un médecin généraliste, un kinésithérapeute, deux infirmières, un pédicure et un stomatologue. Le centre hospitalier le plus proche est situé à Senlis[M 2].

Depuis 1966, Fleurines accueille un Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (ITEP) au sein du château de Saint-Christophe[Urb 8].

Un centre de dialyse est également ouvert dans la commune, sur le site de l'ancien parc de la Vallée des Peaux-Rouges[73].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

La vie sportive de Fleurines s'articule autour de plusieurs associations sportives qui proposent du tennis, du tir à l'arc, du judo, du cross et de la pétanque[M 5].

Fleurines dispose également d'une piscine d'été découverte, ouverte tous les jours pendant les mois de juillet et d'août[M 6]. Elle abrite également une salle des sports[74].

La commune dispose d'un parcours accrobranche ouvert les week-ends et en semaine pendant les vacances scolaires de mars à novembre[75]. Il est ouvert à la place de l'ancien parc à thème de la Vallée des Peaux-Rouges aujourd'hui en ruines. Dans le cadre de l'adhésion de la commune au Parc naturel régional, l'enjeu est de conserver le caractère « naturel » et paysager du site[Urb 9].

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de Fleurines dépend de la paroisse catholique Sainte-Maxence de Pont-Sainte-Maxence qui dépend du secteur missionnaire du Clermontois au sein du diocèse de Beauvais, Noyon et Senlis[76]. Mgr Jacques Benoit-Gonnin est l'évêque du diocèse depuis le [77]. Des messes dominicales anticipées sont célébrées la plupart des samedis en l'église Saint-Gilles[78].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 47 777 €, ce qui plaçait Fleurines au 670e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[79].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 251 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,5 % d'actifs dont 66,7 % ayant un emploi et 5,8 % de chômeurs[I 5]. En 2012, 12,5 % des actifs ayant un emploi et résidant dans la commune travaillaient à Fleurines, 49,6 % dans une autre commune du département de l'Oise et 37,9 % en dehors du département[I 6].

On comptait 478 emplois dans la commune en 2012, contre 544 en 2007. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 841, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 15] est de 56,8 %, ce qui signifie que la commune offre approximativement un peu plus d'un emploi pour deux Fleurinois actifs[I 7].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, Fleurines comptait 132 établissements : 9 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 11 dans l'industrie, 22 dans la construction, 70 dans le commerce-transports-services divers et 20 étaient relatifs au secteur administratif[I 8].

En 2014, 14 entreprises ont été créées à Fleurines[I 9], dont 12 par des autoentrepreneurs[I 10].

Le tableau ci-dessous détaille la répartition des entreprises implantées à Fleurines en fonction de leur secteur d'activité et du nombre de salariés[I 8] :

Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2013.
Total  % 0
salarié
1 à 9
salariés
10 à 19
salariés
20 à 49
salariés
50 salariés
ou plus
Ensemble 132 100,0 78 46 2 5 1
Agriculture, sylviculture et pêche 9 6,8 7 2 0 0 0
Industrie 11 8,3 0 7 1 3 0
Construction 22 16,7 11 11 0 0 0
Commerce, transports, services divers 70 53,0 45 23 0 2 0
dont commerce et réparation automobile 17 12,9 6 9 0 2 0
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 20 15,2 15 3 1 0 1
Champ : ensemble des activités.

L'essentiel de l'activité économique est exercé par des entreprises du secteur tertiaire. Le secteur primaire — agriculture, sylviculture et pêche — représente encore une part relativement importante de l'activité économique. La vie économique fleurinoise est marquée par l'implantation de très petites entreprises (TPE), seuls six établissements emploient plus de 20 salariés. L'unique établissement employant plus de 50 salariés exerce dans le secteur administration publique, enseignement, santé, action sociale.

Agriculture et sylviculture[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Fleurines, observées sur une période de 22 ans[80] :

Évolution de l’agriculture à Fleurines (60)
entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 8 6 3
Équivalent Unité de travail annuel 8 5 6
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 337 310 365
Cheptel (nombre de têtes) 47 39 76
Terres labourables (ha) 314 295 365
Superficie moyenne d’une exploitation (ha) 42,1 51,7 121,7

L'activité agricole reste très faible à Fleurines puisque trois établissements actifs opèrent en 2010. Le nombre d'exploitations a diminué de moitié entre 1988 et 2010. Durant cette même période, la surface agricole utile (SAU) a augmenté de 8 % tandis que la taille moyenne d'une exploitation triplait. Les évolutions des composantes de l'agriculture ne sont pas linéaires, elles ont d'abord connu une période de repli entre 1988 et 2000. L'agriculture a également évolué, d'abord spécialisée dans la culture de céréales et d'oléoprotéagineux en 2000, elle favorise ensuite les cultures générales (grandes cultures). Au regard des chiffres sur l'emploi et de la situation de la commune, une entreprise travaille dans le domaine de l'exploitation forestière, en lien avec la forêt d'Halatte[81].

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Fleurines est dotée d'une zone artisanale, située au nord du village, le long de la route nationale. Elle regroupe un hôtel, des entreprises et des sociétés de services[M 7]. Quelques commerces de proximité sont présents à Fleurines comme une boulangerie, un fleuriste et une supérette[I 11].

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2015, l'offre d'hébergement touristique de Fleurines est un hôtel d'une capacité de 64 chambres[I 12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte deux monuments et deux objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[82],[83].

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Ancien prieuré Saint-Christophe-en-Halatte[modifier | modifier le code]
Vue du chevet d'une petite église de la seconde moitié du XIIe siècle.
Église de l'ancien prieuré Saint-Christophe ; chœur et chapelle nord.

Les restes de l'église ont été classés aux monuments historiques par arrêté du [84].

Le prieuré dépendait du prieuré Notre-Dame de La Charité-sur-Loire, de l'ordre de Cluny. Il remplace une ancienne abbaye appauvrie, qui est relevée en 1061 par le seigneur Galeran de Senlis. Les moines n'observant pas la discipline, il décide de les soumettre à la règle stricte de l'ordre de Cluny, qui n'accepte que des prieurés. La fondation a lieu en 1083 par le don de l'ancienne abbaye au prieuré de La Charité. Le nouvel établissement est richement doté, et devient l'un des principaux propriétaires forestiers de la région. L'église du prieuré est édifiée entre 1150 et 1160 environ dans le style gothique primitif, encore largement influencé par le roman, par des artisans impliqués dans le chantier de la cathédrale Notre-Dame de Senlis. L'histoire administrative du prieuré est connue dans maints détails, de même que son histoire économique, mais l'on ignore tout sur sa vie spirituelle, même le nombre de religieux ayant formé la communauté n'étant pas connu. Le prieuré détient la justice seigneuriale sur ses terres. Tout au long de l'histoire du monastère, les procès en justice concernant l'exploitation et l'usage de la forêt sont fréquents. La plupart des prieurs défendent jalousement leurs droits, que l'administration royale et d'autres personnes essaient souvent d'usurper. Le prieuré tombe en commende assez tôt, au milieu du XVe siècle, bien avant le concordat de Bologne. Au milieu du XVIIe siècle, tout le prieuré est mis en location sauf le logis du prieur, qualifié d'hôtel seigneurial dans les actes. Il n'y a apparemment plus qu'un seul religieux vivant sur place, le prieur commendataire résidant souvent ailleurs. Nonobstant, un nouveau palais abbatial est édifié en 1764, et tous les bâtiments anciens sauf le transept et le chœur de l'église sont abattus. Le dernier prieur, François de Pierre de Bernis, est installé en 1765. Nommé vicaire général de l'archevêque d'Albi en 1782, il ne peut plus venir à Saint-Christophe, et l'ensemble du prieuré est mis en affermage en 1784, y compris le « château ». En 1791, la vente du prieuré et de ses propriétés foncières comme bien national met un terme définitif à la vie religieuse. Le château demeure une résidence particulière, puis devient une « colonie sanitaire » en 1938, et un Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (ITEP) en 1966. Pendant plusieurs décennies, la chapelle a encore accueilli les messes de la Saint-Hubert jusqu'à une date récente[RA 3],[85],[DV 1].

L'intérieur de l'église renferme une statue classée monument historique au titre objet. Elle représente saint Christophe, et est en pierre calcaire polychrome. Datée du XVIe siècle, elle a été mutilée : il manque la tête de l'Enfant Jésus, la main gauche et le bâton de saint Christophe. L'œuvre est classée depuis le [86].

Église Saint-Jacques-Saint-Gilles[modifier | modifier le code]
Vue d'une église et de son clocher ainsi qu'une petite place faisant office de parking.
L'église Saint-Jacques-Saint-Gilles, église-halle gothique au clocher roman.

L'église Saint-Jacques-Saint-Gilles est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis le [87].

Elle se situe sur l'un des chemins de Compostelle, ce qui explique son premier vocable, et succède à un édifice du XIIe siècle, dont ne subsistent plus que le clocher latéral roman, vraisemblablement tronqué, et peut-être les contreforts d'angle sud-est. En dehors de ces éléments, c'est une construction gothique flamboyante qui porte les caractéristiques du premier quart du XVIe siècle. Sa grande homogénéité témoigne d'un avancement rapide du chantier. Elle va de paire avec un plan rectangulaire très simple s'inscrivant dans un rectangle, et une architecture un peu sommaire. L'effort décoratif se limite pratiquement au portail principal et aux réseaux flamboyants des fenêtres. Le décor sculpté se fait rare à l'intérieur, et se limite à ce portail, deux chapiteaux, quatre culs-de-lampe dans les angles et trois clés de voûte. Le profil des nervures des voûtes est rustique, et les arcs formerets font défaut. Ceci n'empêche pas une exécution solide et soignée. Ce qui fait l'intérêt de l'église de Fleurines est son plan pratiquement symétrique à double vaisseau, et au chevet plat : elle prend ainsi les caractéristiques d'une église-halle, dont l'on ne trouve, dans tout le nord de l'Île-de-France historique, pas d'autre représentant correspondant si bien à la définition. Généralement les deux vaisseaux ne datent pas de la même époque, ou bien ne sont pas homogènes du chevet jusqu'à la façade.[DV 2],[RA 4],[RAsd 1].

Parmi le mobilier de l'église, un seul élément est classé monument historique à titre objet, à savoir un tableau du XVIe siècle issu de l'école bolonaise, représentant saint Sébastien blessé soigné par sainte Irène ; il est classé depuis le [88]. L'on peut également signaler des vitraux confectionnés en 1891 par Avenet, Paris, dont l'un porte une légende erronée, suggérant que saint Gilles est le protecteur du village. Un autre représente saint Hubert, le saint patron de la chasse à courre[RA 5].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de la cour d'une ferme et d'un colombier.
Ferme du prieuré Saint-Christophe, avec un remarquable colombier.
Vue de l'entrée d'un château et d'une partie de sa cour.
La façade est du château de Saint-Christophe, sur la cour.

La « ferme des Moutons blancs » avec son colombier octogonal, au hameau de Saint-Christophe, est l'ancienne ferme du prieuré. Elle a été construite à neuf en 1764 en même temps que le château, car l'ancienne ferme était trop proche de l'emplacement de ce dernier[RA 6]. Le pigeonnier dit « du Roy », au centre de la cour, est construit en moellons de différentes tailles avec des chaînages d'angle en pierre de taille. Il comporte trois niveaux, avec un toit à huit pans couvert de tuiles plates. La lucarne d'envol a été transformée en fenêtre, mais à ce détail près, les façades du bâtiment sont conservées dans leur état d'origine.

Le château de Saint-Christophe, au hameau de Saint-Christophe, a été construit à l'emplacement du logis des moines du prieuré en 1764. Ce logis, le cloître et l'ancienne ferme du prieuré ont été démolis pour dégager l'espace autour du château, qui était à la base le nouveau logis du prieuré. D'une architecture formaliste néoclassique, l'édifice comporte deux étages, dont la seconde est d'une hauteur réduite. Chaque étage présente trois fenêtres de part et d’autre d'un corps central faisant saillie sur les façades est et ouest. Les trois segments des façades ainsi délimités sont encadrés par des bossages. Le seul élément de décor est la lucarne au milieu du toit à la Mansart du corps central, avec un arc plein cintre surmonté d'un fronton sans retour, et encadré de volutes par enroulement. En 1938, le château a été donné par les propriétaires de la ferme des Moutons blancs à une « colonie sanitaire ». Depuis, il abrite des organismes à intérêt général, et plus particulièrement l'institut thérapeutique, éducatif et pédagogique le Château depuis 1966[RA 7],[RAsd 2],[Urb 8],[M 8]. Le château est visible de loin depuis la sortie est du village de Fleurines, grâce à sa position sur le sommet de la butte.

La croix « Notre-Dame de Bon Secours » à l'est de Saint-Christophe[RA 8], se trouve sur le chemin rural no 1 de Saint-Christophe au Boutinval. Une ancienne fontaine sous la forme d'un obélisque, est située sur une placette au centre du village, rue du général-de-Gaulle[Urb 10].

L'obélisque du Roi de Rome dans la forêt d'Halatte au nord du village, parcelle 111, date de 1811 et célèbre la naissance longtemps attendue du prince impérial Napoléon II, le 20 mars. L'on ignore qui finança et fit exécuter le monument, et pourquoi l'obélisque a été édifié à l'écart des chemins. Il présente un aspect rustique, avec son socle assemblé de blocs de rocher et l'absence de décoration. La colonne est constituée de quatre pierres taillées et mesure quatre mètres de haut[89]. Des inscriptions gravées par des passants couvrent l'obélisque jusqu'à hauteur d'homme ; en partie datées, certaines remontent au XIXe siècle. Par contre, aucune indication sur les origines du monument ne peut être tirée de ces inscriptions.

Deux fontaines de la forêt d'Halatte se situent sur le territoire communal de Fleurines, à savoir la fontaine Bertrand, parcelle 209, et la fontaine du Lis, parcelle 111, près de l'obélisque. Ces fontaines à margelle en pierre, caractéristiques de la forêt d'Halatte, datent d'une période incertaine (XVIe - le XVIIe siècle), et étaient destinées aux animaux sauvages ainsi qu'aux chevaux et chiens de meute lors des parties de chasse à courre[90].

Le chêne à l'Image dans la forêt d'Halatte, à cheval sur les parcelles 188 et 209, est un chêne pédonculé mesurant 23,8 m de haut et 1,7 m de circonférence, d'âge indéterminé[Note 16]. Ce n'est certes pas un arbre remarquable dans le sens propre du terme, mais il constitue, tout comme ses prédécesseurs, la destination d'un pèlerinage annuel depuis 1587, rétabli en 1950 au bout d'une interruption de durée incertaine par le docteur Léon Dautheuil de Senlis et le vicaire de la cathédrale Robert Hardy[RA 9]. C'est une statuette de la vierge Marie accrochée au tronc de l'arbre qui lui vaut son nom. Des vertus miraculeuses furent jadis attribuées à cette « image », et jusqu'à deux mille personnes affluaient certains jours, espérant la guérison de leurs maux[AV 1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune entre dans le périmètre du parc naturel régional Oise-Pays de France pour la totalité de son territoire. La zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 1 « Massif forestier d'Halatte[91] » couvre à Fleurines la forêt d'Halatte et ses bois annexes, à l'exclusion des autres parties de la commune. Sur Fleurines, la zone protégée au titre de la ZNIEFF correspond au site naturel classé de la forêt d'Halatte et de ses glacis agricoles (classement par décret du 5 août 1993)[92]. La butte de Saint-Christophe ayant été exclue de ce site, elle a été intégrée dans un autre site classé, celui des « Forêts d'Ermenonville, de Pontarmé, de Haute-Pommeraie, clairière et butte de Saint-Christophe » (classement par décret du 28 août 1998)[93]. En outre, l'ensemble de la commune de Fleurines fait partie du site naturel inscrit de la vallée de la Nonette (inscription par décret du 6 février 1970)[94]. Ce site inscrit a préfiguré le parc naturel régional, son découpage étant à peu près identique avec la partie du parc située dans l'Oise.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le cardinal de Bernis (1715-1794), diplomate, homme de lettres et prélat, est le dernier prieur de Saint-Christophe de 1765 à 1784.
  • Gaston Kuypers, artiste peintre né à Bruxelles (1903-1997), habitait 17, rue du Général-de-Gaulle, anciennement rue de Paris, et à Vanves dans les Hauts-de-Seine.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fleurines Blason Écartelé ; au 1) d'azur à trois fleurs de lis d'or ; au 2) et 3) de sinople aux deux pals d'or ; au 4) d'azur à 3 coquilles d'or[95].
Ornements extérieurs 
Le blason est soutenu par des bâtons fleuris (symboles de Saint-Christophe) et une devise.
Détails L'azur symbole de fidélité. Le vert symbole de liberté, il représente la forêt qui cerne le village. Le jaune symbole du respect, il symbolise le sable sur lequel est construit Fleurines. Les lys, symboles de la royauté. Les coquilles représentent le Saint Patron de Fleurines.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Ana, Histoire de Fleurines et de Saint-Christophe-en-Halatte, Fleurines, Ville de Fleurines, , 458 p.
  • Roger Ana, Fleurines au XXe siècle, Fleurines, à compte d'auteur, s.d. (2003), 269 p.
  • Amédée Vicomte de Caix de Saint-Aymour, « Autour du Mont-Pagnotte : IV. Hermenc et Saint-Christophe », Causeries du besacier : Mélanges pour servir à l'histoire des pays qui forment aujourd'hui le département de l'Oise, Senlis et Paris, Veuve d'Ernest Payen et H. Champion, 2e série,‎ , p. 199-230 (lire en ligne)
  • Amédée Vicomte de Caix de Saint-Aymour, « Notices sur quelques communes rurales canton de Pont : III. Fleurines et Saint-Christophe », Causeries du besacier : Mélanges pour servir à l'histoire des pays qui forment aujourd'hui le département de l'Oise, Senlis et Paris, A. Claudin et H. Champion, 2e série,‎ , p. 264-272 (lire en ligne)
  • Christiane Luc, Bruno Régnier et Raphaël Zumbiehl, Étude urbaine de Fleurines, Oise, Orry-la-Ville, PNR Oise-Pays de France, 2005-2006, 44 p. (lire en ligne)
  • Jeanne Nowe, Saint-Christophe-En-Halatte : roman, Paris, Ed. des artistes, coll. « Terres et visages », , 322 p.
  • Raymond Poussard, « Halatte : deux mille ans d'art et d'histoire autour d'une forêt royale, 2de partie : Autour de la forêt : Fleurines », Bulletin du G.E.M.O.B., Beauvais, Groupement d'étude des monuments et œuvres d'art de l'Oise et du Beauvaisis (GEMOB), vol. 92-94,‎ , p. 44-52 (ISSN 0224-0475)
  • Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Pont-Sainte-Maxence, Valois et vallée de l’Oise : roman, Beavais, Conseil général de l'Oise, avec le concours de l’OTSI de Verneuil-en-Halatte, ca, coll. « Terres et visages », , 32 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les sources captées sont marquées avec leur nom sur la carte topographique au 1/25 000 « TOP 25 » de l'IGN.
  2. Fleurines est située à 124 km d'Ault (distance orthodromique).
  3. Cette sous-section Finances locales est issue d'une synthèse des données du site alize2.finances.gouv.fr du ministère de l'Économie et des Finances. Elle est présentée de façon standardisée pour toutes les communes et ne concerne que le périmètre municipal. Pour constituer cette partie, l'outil Finances locales version 1.2.1 : Yin Yang Kappa Logo de l'outil Finances localesLettre grecque Kappa en majuscule et minuscule a effectué la synthèse des 98 pages du site alize2.finances.gouv.fr concernant Fleurines. Finances locales est un logiciel libre distribué en copyleft sous licence GNU GPL version 3.
  4. La « section de fonctionnement » est constituée des dépenses courantes et récurrentes nécessaires au bon fonctionnement des services municipaux et à la mise en œuvre des actions décidées par les élus, mais sans influence sur la consistance du patrimoine de la commune.
  5. Le poste « achats et charges externes » regroupe les achats non stockés de matières et fournitures (eau, énergie...), le petit matériel, les achats de crédits-bails, les locations, primes d'assurances...
  6. Les « impôts locaux » désignent les impôts prélevés par les collectivités territoriales comme les communes pour alimenter leur budget. Ils regroupent les impôts fonciers, la taxe d'habitation ou encore, pour les entreprises, les cotisations foncières ou sur la valeur ajoutée.
  7. La section « investissement » concerne essentiellement les opérations visant à acquérir des équipements d’envergure et aussi au remboursement du capital de la dette.
  8. Les « dépenses d’équipement » servent à financer des projets d’envergure ayant pour objet d’augmenter la valeur du patrimoine de la commune et d’améliorer la qualité des équipements municipaux, voire d’en créer de nouveaux.
  9. Les « remboursements d'emprunts » représentent les sommes affectées par la commune au remboursement du capital de la dette.
  10. L'« encours de la dette » représente la somme que la commune doit aux banques au de l'année considérée
  11. L'« annuité de la dette » équivaut à la somme des intérêts d'emprunts de la commune et du montant de remboursement du capital au cours de l'année
  12. La « capacité de désendettement » est basée sur le ratio suivant défini par la formule : ratio = encours de la dette/capacité d'autofinancement. Ce ratio montre, à un instant donné, le nombre d'années qui seraient nécessaires au remboursement des dettes en considérant les ressources de Fleurines.
  13. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  14. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  15. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.
  16. Cf. la plaque apposée à côté du chêne par le Conseil général de l'Oise et l'ONF.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Chiffres clés Logement - Commune de Fleurines (60238).
  2. a et b « Oise - Chiffres clés Logement » (consulté le 11 février 2016).
  3. POP T3 - Population par sexe et âge en 2012.
  4. « Oise - POP T3 - Population par sexe et âge en 2012 » (consulté le 11 février 2016).
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  7. EMP T5 - Emploi et activité.
  8. a et b CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2013.
  9. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2014.
  10. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2014.
  11. « Nombre d'équipements et de services dans le domaine du commerce en 2013 » (consulté le 6 juin 2015).
  12. TOU T1 - Nombre et capacité des hôtels au .

Site du ministère des Finances[modifier | modifier le code]

  • Base de données du ministère du Budget, relative aux comptes des communes

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] « Aménagement de la rue de la Vallée », Fleurines & Vous, no 32,‎ , p. 3 (lire en ligne).
  2. a et b « Vie pratique - Autres adresses utiles » (consulté le 11 juin 2015).
  3. [PDF] « Nouveau captage : Histoire d'eau », Fleurines & Vous, no 37,‎ , p. 4-5 (lire en ligne).
  4. « Les écoles » (consulté le 10 juin 2015).
  5. « Les associations - Sportives » (consulté le 11 juin 2015).
  6. « Les loisirs - Piscine d'été » (consulté le 11 juin 2015).
  7. « La commune » (consulté le 6 juin 2015).
  8. [PDF] « Fleurines et vous » (consulté le 6 juillet 2011).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Roger Ana, Histoire de Fleurines et de Saint-Christophe-en-Halatte, 1994
  • Roger Ana, Fleurines au 20e siècle, s.d., 2003
  • Christiane Luc, Bruno Régnier et Raphaël Zumbiehl, Étude urbaine de Fleurines, Oise, 2005-2006
  • Raymond Poussard, « Halatte : deux mille ans d'art et d'histoire autour d'une forêt royale, 2de partie : Autour de la forêt : Fleurines », Bulletin du G.E.M.O.B., 1999
  • Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Pont-Sainte-Maxence, Valois et vallée de l’Oise, 1998
  • Amédée Vicomte de Caix de Saint-Aymour, « Autour du Mont-Pagnotte : IV. Hermenc et Saint-Christophe », Causeries du besacier : Mélanges pour servir à l'histoire des pays qui forment aujourd'hui le département de l'Oise, 1892

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Lionel Delvarre, « Distances orthodromiques avec Fleurines », sur Localisation interactive, orthodromie et navigation (Lion 1906) (consulté le 7 octobre 2011).
  2. a, b et c « Calculs d'itinéraires à partir de Fleurines », sur site de viamichelin (consulté le 2 juin 2015).
  3. a, b, c, d et e Limites communales de Fleurines sur Géoportail (consulté le 23 juin 2015).
  4. a et b Atlas des paysages de l'Oise, réalisé en 2005 pour la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement, [lire en ligne][PDF].
  5. « Carte géologique de Fleurines », sur le site du BRGM (consulté le 1er juin 2015).
  6. Notice explicative de la carte géologique de Senlis réalisée par le Service de la carte géologique de la France [lire en ligne] [PDF].
  7. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  8. « Normales et records pour la période 1981-2010 à la tation météo de [[Creil]] », sur le site de l'association Infoclimat (consulté le 2 juin 2015).
  9. « Nos destinations », sur site de l'aéroport de Paris Beauvais Tillé (consulté le 2 juin 2015).
  10. (en) « Preliminary World Airport Traffic and Rankings 2013 - High Growth Dubai Moves Up to 7th Busiest Airport - Mar 31, 2014 », sur site de l'ACI (consulté le 2 juin 2015).
  11. « Recherche d'horaires », sur site de Oise Mobilité (consulté le 2 juin 2015).
  12. « Horaires de la ligne 10A/B » [PDF], sur site de Oise Mobilité (consulté le 2 juin 2015).
  13. « Horaires de la ligne 3A » [PDF], sur site de Oise Mobilité (consulté le 2 juin 2015).
  14. « Fiche horaires de la ligne Paris - Compiègne - Tergnier - Saint-Quentin » [PDF], sur site de la SNCF TER Picardie (consulté le 2 juin 2015).
  15. « Pour votre commune », sur le site du Parc naturel régional Oise-Pays de France (consulté le 15 juin 2015).
  16. [PDF] « Rapport d'activités 2014 », sur le site du Parc naturel régional Oise-Pays de France (consulté le 15 juin 2015) : « Études urbaines et projets urbains », p. 49.
  17. a et b « Prévention des risques de la ville de Fleurines », sur le site communes.com (consulté le 16 juin 2015).
  18. « Description du phénomène : Quand l'argile se rétracte et fissure le bâti », sur le site Géorisques du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 16 juin 2015).
  19. « Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte de Fleurines », sur le site Géorisques du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 16 juin 2015).
  20. « Didacticiel de la règlementation parasismique pour la commune de Fleurines », sur planseisme.fr, le site internet de la prévention du risque sismique (consulté le 16 juin 2015).
  21. « Privilegium Philippi I regis pro abbatiola Sancti Christofori in Halata. Ex schedis dom. de Nulli, canonici Bellovacensis », sur le Cartulaire du prieuré de Saint-Christophe-en-Halatte disponible sur le site des Éditions en ligne de l'École des chartes (consulté le 18 juin 2015).
  22. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989 (ISBN 2-85023-076-6), p. 292.
  23. Maurice Lebègue et Jacques Chaurand, Les Noms des communes du département de l'Oise, Volume 28, Collection de la Société de linguistique picarde, Éditeur : Musée de Picardie, 1994 [1].
  24. Décret n° 2014-196 du 20 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Oise.
  25. « Résultats des élections départementales 2015 - OISE (60) - Canton de Senlis (20) - Résultats du second tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 6 juin 2015).
  26. « Résultats des élections législatives 2012 - 4ème circonscription de l'Oise - Résultats du second tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 6 juin 2015).
  27. « Le préfet dissout la communauté de communes », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  28. Hervé Sénamaud, « La nouvelle donne de l’intercommunalité », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  29. « Compte rendu sommaire - Conseil de communauté du 05 mai 2014 » [PDF], sur le site de la CC3F (consulté le 8 juin 2015).
  30. « Compétences », sur Communauté de Communes des Trois Forêts (site officiel) (consulté le 19 mars 2011).
  31. Résultats des élections présidentielles de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  32. Résultats des élections présidentielles de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  33. Résultats des élections présidentielles de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  34. Résultats des élections législatives de 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  35. Résultats des élections législatives de 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  36. Résultats des élections législatives de 2012 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  37. Résultats des élections européennes de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  38. Résultats des élections européennes de 2009 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  39. Résultats des élections européennes de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  40. Résultats des élections régionales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  41. Résultats des élections régionales de 2010 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  42. Résultats des élections régionales de 2015 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  43. [xls] Résultats des élections cantonales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  44. Résultats des élections cantonales de 2004 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  45. Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  46. Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  47. [xls] Résultats des élections municipales de 2001 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  48. Résultats des élections municipales de 2008 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  49. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l’Intérieur.
  50. Résultats des élections référendaires de 1992 sur le site PolitiqueMania.
  51. Résultats des élections référendaires de 2000 sur le site PolitiqueMania.
  52. Résultats des élections référendaires de 2005 sur le site PolitiqueMania.
  53. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  54. « Résultats des élections municipales 2008 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 8 juin 2015).
  55. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 8 juin 2015).
  56. « Les maires de Fleurines », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 18 juin 2015).
  57. « Fleurines », Cartes de France (consulté le 31 août 2014).
  58. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le 6 juin 2015).
  59. « Brigade la plus proche / Fleurines », sur le site de la Gendarmerie nationale (consulté le 6 juin 2015).
  60. « Fiche d'identité d'un service - Syndicat intercommunal du Bassin d'Halatte (production eau - captage) », sur le site de Services Eau France (consulté le 8 juin 2015).
  61. « Six communes auront de l'eau potable pour arroser les fêtes », sur le site du Courrier picard,‎ (consulté le 8 juin 2015).
  62. « Fiche d'identité d'un service - Fleurines », sur le site de Services Eau France (consulté le 8 juin 2015).
  63. « Assainissement non-collectif - Compétences », sur le site de la Communauté de communes des Trois Forêts (consulté le 8 juin 2015).
  64. « Le système de collecte », sur le site de la communauté de communes des Trois Forêts (consulté le 10 juin 2015).
  65. « Que deviennent vos déchets ? », sur le site de la communauté de communes des Trois Forêts (consulté le 10 juin 2015).
  66. « Luttons contre les déchets », sur le site du Parc naturel régional Oise-Pays de France (consulté le 15 juin 2015).
  67. « Le nom des habitants des communes de France », sur Habitants.fr (consulté le 8 juillet 2011).
  68. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  69. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  70. « Oise (60), Fleurines, écoles », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 10 juin 2015).
  71. « Oise (60), Pont-Sainte-Maxence, collèges », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 10 juin 2015).
  72. « Oise (60), Senlis, lycées », sur l'annuaire de l'Éducation nationale (consulté le 10 juin 2015).
  73. « Unité d'autodialyse (SANTELYS) », sur le site de la Société de néphrologie (consulté le 19 juin 2015).
  74. « Les installations du club », sur le site du Tennis Club de Fleurines (consulté le 21 juin 2015).
  75. « Présentation du Parcours aventure de la vallée des peaux rouges », sur le site de Parcours aventure 60 (consulté le 11 juin 2015).
  76. « Paroisse Sainte-Maxence », sur le site Égliseinfo (consulté le 28 août 2015).
  77. [PDF] « Biographie de Mgr Jacques Benoit-Gonnin », sur le site de l'Église catholique de l'Oise (consulté le 10 juin 2015).
  78. « Agenda », sur le site de la paroisse Sainte-Maxence (consulté le 28 août 2015).
  79. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  80. « Recensement agricole 2010 - Principaux résultats par commune », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. (consulté le 3 juin 2015).
  81. « Les entreprises du secteur exploitation forestière du département Oise », sur le site Infogreffe (consulté le 3 juin 2015).
  82. « Liste des monuments historiques de la commune de Fleurines », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. « Liste des objets historiques de la commune de Fleurines », base Palissy, ministère français de la Culture.
  84. « Prieuré Saint-Christophe », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. Maryse Bideault et Claudine Lautier, Île-de-France Gothique 1 : Les églises de la vallée de l'Oise et du Beauvaisis, Paris, A. Picard, , 412 p. (ISBN 2-7084-0352-4), p. 198-203.
  86. « Statue (petite nature) : Saint Christophe », base Palissy, ministère français de la Culture.
  87. « Église Saint-Jacques-Saint-Gilles », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  88. « Tableau : Saint Sébastien soigné par sainte Irène », base Palissy, ministère français de la Culture.
  89. Raymond Poussard, « Halatte : deux mille ans d'art et d'histoire autour d'une forêt royale : 1re partie : La forêt », Bulletin du G.E.M.O.B., Beauvais, Groupement d’Étude des monuments et œuvres d’art de l’Oise et du Beauvaisis (GEMOB), vol. 84-85,‎ , p. 56.
  90. [PDF] Découvrons le massif forestier d'Halatte, Orry-la-Ville, PNR Oise-Pays de France, s.d., 8 p. (lire en ligne), p. 5.
  91. « ZNIEFF 220005064 - Massif forestier d'Halatte », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 11 juin 2015).
  92. [PDF] « Forêt d'Halatte et ses glacis agricoles » sur le site « DREAL Picardie - Recherche par commune des zonages du patrimoine naturel et paysager de Picardie » (consulté le 6 juillet 2011).
  93. [PDF] « d'Ermenonville, de Pontarmé, de Haute-Pommeraie, clairière et butte de Saint-Christophe » sur le site « DREAL Picardie - Recherche par commune des zonages du patrimoine naturel et paysager de Picardie » (consulté le 6 juillet 2011).
  94. « Vallée de la Nonette » [PDF], sur le site de DREAL Picardie (consulté le 11 juin 2015).
  95. « Les armes de Fleurines », sur le site personnel de Roger Ana (consulté le 12 septembre 2015).


Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 10 septembre 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.