Villers-sur-Auchy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villers-sur-Auchy
Villers-sur-Auchy
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC du Pays de Bray
Maire
Mandat
Pascale Mondon
2020-2026
Code postal 60650
Code commune 60687
Démographie
Population
municipale
372 hab. (2019 en diminution de 4,86 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 15″ nord, 1° 47′ 43″ est
Altitude Min. 88 m
Max. 198 m
Superficie 8,59 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-sur-Auchy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-sur-Auchy
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Villers-sur-Auchy
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Villers-sur-Auchy

Villers-sur-Auchy est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Chemin de la fontaine Liard.

Villers-sur-Auchy est une commune de l'Oise (2e circonscription) du canton de Songeons. Située dans le pays de Bray picard, son chef-lieu domine depuis le haut Bray (179 m) alors que le hameau de Orsimont s'étale jusque dans la vallée. La commune possède un dernier hameau : Auchy. D'une superficie de 8,6 km2 la commune est frontalière des villages de Saint-Germer-de-Fly, Senantes, Hannaches dans l'Oise et Ferrières-en-Bray dans la Seine-Maritime (Normandie).

La commune voit le passage de plusieurs petits cours d'eau, affluents de l'Epte. Le ruisseau du Vieux Moulin, dont les sources sont à Epluques (Senantes) et Bazincourt (Hannaches) traverse Villers au lieu-dit du même nom. Le ruisseau des prés de Hagron prend sa source dans la commune près de l'ancien hameau (disparu) de Hagron, et descend ensuite vers Saint-Germer. Un des affluents les plus importants de l'Epte, le ruisseau de Goulancourt, traverse la commune à Orsimont et reçoit le cours d'un autre ruisseau possédant une source au-dessus de la mare dite la Bonde.

Le sol de la commune est constitué comme la plus grande partie du pays de Bray de sables et d'argiles. Les hauteurs de Villers et d'Auchy montrent des sables et des grès ferrugineux (qu'on retrouve dans la maçonnerie de certaines vieilles maisons du village) alors que le fond de la vallée est argileux.

Le paysage de Villers-sur-Auchy est bocager, avec système de prairies humides (liées aux sols argileux) et de haies. Le site des pâtures (à cheval sur Villers et Saint-Germer-de-Fly) issu de défrichements au XIIIe siècle, peu productif, fut longtemps délaissé et a créé une zone de landes et de vaines pâtures. Aujourd'hui le site présente une faune et une flore d'une grande richesse et fait l'objet de toute l'attention du Conservatoire des sites naturels de Picardie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villers-sur-Auchy
Hannaches
Ferrières-en-Bray
Seine-Maritime
Villers-sur-Auchy Senantes
Saint-Germer-de-Fly

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 814 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Songeons », sur la commune de Songeons, mise en service en 1951[7] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10 °C et la hauteur de précipitations de 821,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 23 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,6 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villers-sur-Auchy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16].

Par ailleurs, la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (85,8 %), terres arables (10,1 %), zones agricoles hétérogènes (3,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,8 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention connue de Villers date de vers 1110, mais le village existait auparavant. Le nom de Villers (du latin villaris, lui-même dérivé de villa, grande exploitation agricole composée de maisons d’habitation et d’un terroir cultivé) est cependant trop commun et répandu durant le Moyen Âge pour espérer préciser la datation par la toponymie mais Anthony Petit estime que c’est au XIe siècle que le village dut apparaître[21].

Villers-sur-Auchy ne s’est pas toujours appelée ainsi. La première mention en latin (1110) est Villare in braio, c'est-à-dire Villers en Bray. Il sera appelé ainsi pendant trois siècles. L’appellation Villers-sur-Auchy apparaît en 1240 (Villare supra Auchiacum), et c’est au XVIe siècle que le nom Villers-sur-Auchy sera adopté définitivement. Il ne faut pas en déduire pour autant qu’Auchy n’existait pas avant 1240.

En effet Auchy est mentionné dans les sources pour la première fois en 1146, écrit Auchiaco [22]. Il faut noter que du XIIIe siècle au XVIe siècle, le village était appelé Auchy-sur-Hannaches (Auchiacum supra Hannachioe).

Enfin Orsimont est cité pour la première fois en 1160 sous la forme : Ursi mons, le mont d’Ours. Cela ne traduit pas le fait que des ours peuplaient la région mais simplement qu’un homme nommé Ours (Ursus, nom assez courant dans l’aristocratie de la région au XIIe siècle), et dont on ignore tout, a laissé son nom au lieu (peut être un seigneur ayant possédé la terre).

Histoire[modifier | modifier le code]

Chapelle d'Auchy.

La seigneurie de Villers appartenait aux moines de l’abbaye bénédictine Saint-Lucien de Beauvais.
Ce grand et très prestigieux monastère, fondé au VIe siècle, était un gros propriétaire foncier, dont le patrimoine se composait de terres et de rentes. Les plus importants seigneurs laïques des environs de Villers étaient les puissants vidames de Gerberoy et le seigneur de Goulancourt, vassaux direct de l’évêque-comte de Beauvais, qui est le chef omniprésent de la région.
Comme tous sujets dépendants de leur seigneur, les habitants de Villers étaient tenus de rendre un certain nombre de services comme les corvées de bras ou de charrue mais également de garde du château. C’est au château de Goulancourt, château de l’évêque de Beauvais, que les hommes de Villers devaient monter la garde à tour de rôle. Ils obtiendront l’exemption de la garde en 1369. Très proches de Villers se tenaient les petits seigneurs d’Hannaches, chevaliers vassaux du comte de Clermont, qui ne résidaient pas encore, au milieu du Moyen Âge, dans le château visible aujourd'hui.

L'abbaye Saint-Lucien entretenait à Villers un maire rural qui administrait le domaine. il recevait en récompense de son travail, avantages en nature et privilèges. On sait qu’en 1274 le « maire » de Villers se nommait Michel de Saint-Quentin. Il vivait dans la « ferme » de Villers. Cette ferme, qui se trouvait proche de l’église (on ne peut guère en dire plus), était enclose de murs, et constituée d’une maison, d’une grange, d’étables et de jardins.

Les moines sont donc presque les seuls maîtres à Villers, ce qui implique également des devoirs, en particulier l’entretien financier de l’église. L'église est naturellement dédiée à saint Lucien, de fait protecteur du village. En 1520, l’abbé de Saint-Lucien aurait fait entièrement reconstruire l’église. Et en 1787, la nef ruinée fut rebâtie par les paroissiens de Villers (mais on ignore pourquoi elle se trouvait alors en ruines). Toutefois, le curé de la paroisse n’était pas nommé par l’abbaye Saint-Lucien mais par l’abbaye de chanoines Saint-Quentin de Beauvais, autre grand seigneur ecclésiastique respecté. Une partie des dîmes était prélevée par l'abbaye Saint-Lucien, en tant que patron, le reste était perçu par le chapitre de Gerberoy et par l’abbaye cistercienne de Lannoy.

C'est dans la fromagerie de madame Hérould, à Villers-sur-Auchy, que fut mis au point le « Petit-suisse » qui sera fabriqué dans la laiterie de Charles Gervais à Ferrières-en-Bray[23],[24],[25].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs d'Auchy
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793   Seure    
1814 1820 Charles-François Larchier de Courcelles   Baron, chevalier de Saint-Louis
1821 1826 Jules Larchier de Courcelles   Manufacturier, inventeur
Liste des maires successifs de Villers-sur-Auchy
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1791 1793 Pierre Legendre    
An II (1793)   Pierre Maréchal    
1796 1797 Antoine Vuilhorgne    
1797 1797 Eloy Dumontier    
1797 1798 Louis Guillotte   Cultivateur
1798 1812 Pierre Legendre    
1812 1818 Pierre-François Vuilhorgne   Greffier, instituteur
1818 1826 Louis-François Lecoutre   Ménager
1826 1835 Pierre-Thomas Lesueur   Cultivateur
1835 1848 Jules Larchier de Courcelles   Manufacturier, inventeur
1848 1852 Gervais Ferdinand   Propriétaire, cultivateur
1853 1871 Jean-Louis Picard   Propriétaire, cultivateur
1871 1874 Louis Crignon    
1874 1876 Pierre Cauette   Cultivateur
1876 1878 Charles-Léon-Justin Maillet du Boullay   Sous-Inspecteur aux Beaux-Arts,
conservateur du musée de la céramique de Rouen,
conservateur des Monuments Historiques de Seine-Inférieure.
1878 1886 Théophile Botté    
1886 1896 Narcisse Puchot    
1896 1902 César-Etienne Rossignol    
    Alexandre Duval   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
  1971 André Bourdet   Agriculteur
1971 2001 Bernard Eberhardt   Agriculteur
mars 2001 mars 2014 Antoine Lenne   Agriculteur
mars 2014[26] En cours
(au 3 juin 2020)
Pascale Mondon   Fonctionnaire DDE retraitée
Vice-président de la CC du Pays de Bray (2020 → )
Réélue pour le mandat 2020-2026[27]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[29].

En 2019, la commune comptait 372 habitants[Note 8], en diminution de 4,86 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
385394392415524565515529500
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
458459417372365378352363327
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
318297314319317303298308314
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
285276236249287304334339383
2017 2019 - - - - - - -
374372-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,2 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,4 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 190 hommes pour 184 femmes, soit un taux de 50,8 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,89 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,6 
3,2 
75-89 ans
5,0 
18,7 
60-74 ans
14,9 
19,0 
45-59 ans
21,8 
20,4 
30-44 ans
19,5 
15,8 
15-29 ans
16,8 
22,4 
0-14 ans
21,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle d'Auchy

On ignore presque tout de cet édifice charmant si ce n'est qu'il s'agit initialement de l'église paroissiale d'Auchy, convertie en chapelle après l'union d'Auchy à Villers (1826) et la suppression de la paroisse d'Auchy. L'église était à la collation de l'évêque de Beauvais, c'est-à-dire qu'il nommait le titulaire de la cure. Le patron était saint Taurin, évêque et évangélisateur d’Évreux, dont une statue ornait depuis le XVIe siècle cette église[34].

L'appareillage en opus spicatum de certaines pierres du mur sud semble indiquer une construction primitive ancienne puisque cette technique ne s'emploie plus guère après le XIIe siècle. La première mention d'Auchy dans les sources écrites remontant à 1146, on peut imaginer que le village et la paroisse (impossible de savoir qui a précédé l'autre) se sont constitués vers la fin du XIe siècle. L'église, surélevée par rapport à la route et ceinte d'un mur de pierres, se compose d'une nef unique et d'un clocher. Elle est entourée d'un cimetière dans lequel on trouve, de chaque côté du portail, les tombes de M. le baron Larchier de Courcelles, dernier seigneur et maire d'Auchy (1814 - 1820), et de M. Daniel-Henry Maillet du Boullay, propriétaire du château d'Auchy et de la famille de Charles-Léon-Justin Maillet du Boullay, maire de Villers-sur-Auchy de 1876 à 1878. En 1734, des estimations des réparations à faire dans l’église d’Auchy montrent l'état de délabrement dans lequel elle se trouvait alors [35]. Les travaux prirent du temps et un cartouche situé au-dessus du portail refait à ce moment indique la date de 1768 comme fin des travaux. On en profita alors pour faire faire une nouvelle statue, de saint Roch, datée de 1767, par un artisan d'Auchy : Déri.

Des deux cloches que l'église possédait, il ne reste que la plus petite, nommée Marie Louise en 1750 par Jean-Baptiste Nicolas de Hautecloque, écuyer, sieur de Saint-Clair, et par Dame Marie-Marguerite Louise Le Cauchois, femme de maître Patrelle, lieutenant particulier. Elle fut bénie par maître Jean-Baptiste de Sauemare, prêtre curé d'Auchy. Il était assisté par Pierre Faburel, maître d'école d'Auchy et Jean-Louis Oudar Maurice, marguillier responsable de l'église. Ainsi toutes les composantes de la société étaient représentées et réunies pour cet instant solennel qu'est la bénédiction d'une cloche : la noblesse qui parraina, le clergé qui bénit et le tiers-état (ici un paysan et un instituteur) qui assista [36].

  • Château d'Auchy
Château d'Auchy (mars 2013).

Le château est construit en grès et en brique, avec avenue, grille, cour, etc. et date environ de 1760. Le baron Charles François Larchier de Courcelles, maire d'Auchy de 1814 à 1820, y vivait et y mourut en 1820. Mais né en 1749, il ne peut en avoir été le maître d'ouvrage. La construction du château fut donc, peut-être, l’œuvre de son père, Louis-Nicolas Larchier de Courcelles. Toutefois, nous ne possédons aucune preuve de la présence des Larchier de Courcelles dès cette époque. Jules Larchier de Courcelles, né en 1785 à Rouen, fils de Charles-François et de Marie-Catherine Guédier de Sainte-Geneviève, y vécut également, lorsqu'il n'était pas retenu à Rouen ou ailleurs, avec son épouse, ses filles (Julia et Carolina), et ses domestiques (jusqu'à neuf en 1841).

Le château fut vendu, après la mort de Jules Larchier de Courcelles (1855), à la famille Maillet du Boullay, originaire de la région d'Évreux et renommée en Normandie. En 1863, Daniel-Henry Maillet du Boullay mourut dans sa demeure au château d'Auchy. Son neveu, Charles-Léon-Justin, fut maire de 1876 à 1878 et devait donc toujours résider au château.

Avant la construction, il exista un logis seigneurial plus ancien à Auchy-en-Bray. L'acte d'achat d'un bois est signé le à Auchy "au logis dudit seigneur acheteur", par André de Melcastel, écuyer, seigneur d'Auchy par son mariage avec Françoise de Berles, dame d'Auchy, veuve de René de Gaillarbois. Un autre acte est passé le à Auchy "en l'hôtel dudit seigneur". La seigneurie d'Auchy passe ensuite à André le Ver, seigneur de Caux, fils de Flour Le Ver et de Charlotte de Gaillarbois, dame d'Auchy, fille de Françoise de Berles.

Louis-Nicolas Larchier, chevalier seigneur de Courcelles Rançon, Hausseline, Sommereux en partie, demeurant à Gournay, acquiert la seigneurie d'Auchy en Bray le , par retrait lignager sur la succession vacante de Mre Jean-Louis Hubert Le Ver, marquis de Caux, lointain cousin de sa mère Suzanne Judith de Campulley. La seigneurie consiste en un domaine fieffé et non fieffé, avec « un manoir seigneurial composé d'une maison, chambres, greniers, cave, pressoir, granges, écurie, étables à vaches et autres bâtiments, colombier à pied, cour, jardin et herbage planté d'arbres fruitiers clos de vives hayes, le tout contenant seize mines ou environ, joignant d'un côté un quartier de masure sur lequel est construite une chambre attenante au manoir, trois espaces de bâtiments et un roully formant le manoir seigneurial d'un huitième de fief noble nommé le fief normand d'Auchy ». Ce manoir existant en 1769 semble avoir été remplacé ultérieurement par le château actuel. Louis-Nicolas Larchier de Courcelles meurt le dans sa maison de Gournay-en-Bray, rue des Bouchers, mais il est enterré le lendemain dans le cimetière d'Auchy. Sa femme, Dame Suzanne-Charlotte de Carette de Sommereux, décédée en 1774, avait été inhumée dans le chœur de l'église de Courcelles-Rançon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Gervais (1830-1892) : homme d'affaires.
  • Martin Jean Marie (1901-1947): né le à La Houssaye-Pontivy (Morbihan), décédé le à Sarron (Oise). Curé de Villers-sur-Auchy, ancien vicaire de Pont-Sainte-Maxence, aumônier du collège Saint-Joseph-du-Moncel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Songeons - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Villers-sur-Auchy et Songeons », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Songeons - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Villers-sur-Auchy et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Beauvais », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. Anthony Petit, A la recherche du temps passé... Villers-sur-Auchy des origines au XIXe siècle, Vivre à Villers-sur-Auchy, Auchy, Orsimont, 2010.
  22. On trouve également Aucheium (1178), Alchiacum (XIIe siècle), Auceio (1200).
  23. D’où vient le petit-suisse ?
  24. Le petit-suisse inventé dans l'Oise
  25. Petit suisse : méfiez-vous des imitations!
  26. « VILLERS-SUR-AUCHY : le maire est une femme », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Siégeant au conseil municipal sans interruption depuis 1995, Pascale Mondon est présidente du regroupement scolaire depuis 2001. En 2008, le maire Antoine Lenne lui avait confié la charge de première adjointe. Naturellement, elle s’est portée candidate, le maire sortant ne se représentant pas pour raisons personnelles ».
  27. « Autour de Songeons, tour d’horizon des élections de maires : Plusieurs maires ont officiellement été élus ces derniers jours par les nouveaux conseils municipaux. On fait un point dans différentes communes autour de Songeons », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Villers-sur-Auchy (60687) », (consulté le ).
  33. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  34. La statue a été très récemment restaurée et placée dans l’église de Villers-sur-Auchy.
  35. Archives départementales de l'Oise, 1Cp285.
  36. A. François, Une excursion en trois étapes dans le canton de Songeons, 1900, p. 95.