Bonneuil-en-Valois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bonneuil-en-Valois
Bonneuil-en-Valois
L'église Saint-Martin de Bonneuil-en-Valois.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Crépy-en-Valois
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Valois
Maire
Mandat
Gilles Laveur
2014-2020
Code postal 60123
Code commune 60083
Démographie
Population
municipale
1 043 hab. (2016 en diminution de 1,32 % par rapport à 2011)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 08″ nord, 2° 59′ 40″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 166 m
Superficie 12,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Bonneuil-en-Valois

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Bonneuil-en-Valois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonneuil-en-Valois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonneuil-en-Valois

Bonneuil-en-Valois est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Bonneuil-en-Valois s'étend sur environ 13 kilomètres carrés de la lisière de la forêt de Retz au nord, à la rivière Automne au sud. Entre les deux on trouve successivement :

  • une vallée où coule le ru de Bonneuil qui prend sa source aux abords de la commune d'Éméville et qui rejoint l'Automne à Pondron. La partie principale du village s'étire le long de cette vallée et regroupe d'anciens lieux-dits qui dans le passé étaient séparés : Richebourg, la Rethière, la Sausserotte, la rue des Caves (maintenant la rue de Crépy) les Aboulois...
  • une grande plaine qui est consacrée à la culture des céréales et de la betterave et qui domine, au sud, la vallée de l'Automne où se trouve la deuxième zone d'habitation de la commune avec principalement le hameau du Berval.

La commune est donc caractérisée par des paysages très variés : forêts et cultures, vallées et plaines, qui lui donnent un charme certain mais qui conduisent à un morcellement de l'habitat.

Les 950 habitants permanents et les trente résidences secondaires se répartissent entre Bonneuil Centre, quatre hameaux (le Berval, le Voisin, La Croix Sainte Barbe et les Buts) et plusieurs lieux-dits (la Grange au Mont, le Lonval, le Lieu Restauré...).

Deux voies départementales traversent la commune d'est en ouest, l'une le CD 32 suit la vallée de l'Automne de Pondron (commune de Fresnoy-la-Rivière) au Berval en direction de Villers-Cotterêts et l'autre le CD 50 part de Pondron et remonte le ru de Bonneuil en passant par le Voisin, Bonneuil Centre, Émeville et Villers-Cotterêts.

Par ailleurs vingt kilomètres de voirie communale, routes goudronnées et chemins de terre, desservent les hameaux et les zones de culture et permettent de nombreuses promenades à pied, à cheval ou en VTT.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bonol (1053), Bonoculum (1077), Bonolium (1145), Bonneul, Bonnoeil, Boneuil[1].

Bonogilum au Haut Moyen Age, puis Bonoculus au XIIIe siècle.

Dérivé de *Bonos (nom d’homme gaulois) et du celtique *-ialo (clairière).

Histoire[modifier | modifier le code]

La découverte de débris de tuiles permet de penser que Bonneuil était habitée dès l'époque gallo-romaine mais c'est à l'époque franque que Bonneuil qui s'appelait alors Bonogilum puis Bonolium prend une certaine importance en devenant une villa de repos et une base de chasse des rois mérovingiens, des sarcophages datant de cette époque ont été mis au jour. Par ailleurs, des conciles se seraient tenus à Bonneuil en 616 à l'initiative du roi Clotaire, fils de Clovis et en 855 sous Charles Le Chauve, petit-fils de Charlemagne. Un texte de 832 parle d'une maison royale à Bonneuil et sa prévôté (tribunal), également royale s'est maintenue jusqu'au XVIIIe siècle. Ces quelques événements ne sont pas surprenant si l'on songe que Bonneuil était au centre d'une région, le Valois, qui a été intimement mêlée à l'Histoire de France. Rappelons quelques faits :

  • Clovis et le vase de Soissons.
  • Charles le Chauve installant sa capitale à Compiègne
  • Hugues Capet élu roi de France à Senlis
  • Philippe Auguste et François 1er venant chasser et construisant un château à Villers-Cotterêts
  • Saint Louis qui donna le duché du Valois à sa mère Blanche de Castille
  • Jeanne d'Arc qui passa ses derniers jours de liberté dans la vallée de l'Automne avant d'être faite prisonnière devant Compiègne.

De cette époque, il nous reste des monuments :

  • L'abbaye de Lieu Restauré et sa ferme (La Grange au Mont) ;
  • La chapelle Saint-Antoine-et-Saint-Vincent du Berval ;
  • L'église Saint-Martin dont les parties les plus anciennes, le clocher et le bas-côté gauche, datent du début du XIIe siècle.

Mais d'autres bâtiments ont également une origine ancienne et on peut en déceler quelques marques dans leur architecture :

  • La ferme (ancienne maladrerie) et le prieuré de Saint-Arnoult qui dépendaient de l'abbaye située à Crépy,
  • Des maisons situées autour de l'église (tourelle, caves).

Par ailleurs, la tradition orale, confirmée par des découvertes faites lors de la construction de nouvelles maisons, indique qu'il y a eu un château à l'emplacement du lotissement et un autre à Richebourg.

Enfin, le château de Pondron qui est situé sur le territoire de la commune de Bonneuil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1848 1852 M. Du Boulet de Bonneuil    
Les données manquantes sont à compléter.
octobre 1947 mars 1971 Roger Bataille    
mars 1971 mars 1977 Henri Huet    
mars 1977 mars 1983 Guy Caqueret    
mars 1983 mars 1989 Henri Huet    
mars 1989 juin 1995 Roland Boisset[3] PCF Artisan-maçon
juin 1995 mars 2008 Philippe Drillet DVD[4] Président de la CCPV (1997 → 2008)
mars 2008 mars 2014 Catherine Galeote    
mars 2014[5] En cours
(au 20 avril 2016)
Gilles Laveur PCF[6] Technicien

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 1 043 habitants[Note 1], en diminution de 1,32 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
570687732702754726762786781
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
767799847806814888733716670
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
645633640727740761757787820
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8017786927888178959481 0561 037
2016 - - - - - - - -
1 043--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,9 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 28 %, 45 à 59 ans = 18,4 %, plus de 60 ans = 17,1 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 24,8 %, 15 à 29 ans = 14,7 %, 30 à 44 ans = 25,6 %, 45 à 59 ans = 17 %, plus de 60 ans = 18 %).
Pyramide des âges à Bonneuil-en-Valois en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,4 
4,1 
75 à 89 ans
7,3 
13,0 
60 à 74 ans
10,3 
18,4 
45 à 59 ans
17,0 
28,0 
30 à 44 ans
25,6 
12,6 
15 à 29 ans
14,7 
23,9 
0 à 14 ans
24,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Bonneuil-en-Valois compte deux monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Martin, rue de Villers / RD 50 (classée monument historique par arrêté du [13]) : C'est un édifice de plan cruciforme à nef basilicale, qui date en grande partie du XIIe siècle. Sa silhouette est assez emblématique des églises de cette époque dans la région, et n'a que peu été affectée par des remaniements, si l'on excepte la reconstruction des murs des bas-côtés au second quart du XVIe siècle dans le style gothique flamboyant. Ses parties les plus anciennes sont romanes, et remontent aux alentours de 1120. Ce sont la façade occidentale de la nef avec son portail, les trois premières grandes arcades au nord de la nef avec les fenêtres hautes, et le clocher latéral au nord du chœur avec son double étage de beffroi, dont la base reste voûtée en berceau. La position du clocher est responsable d'une irrégularité : au nord, le chœur est flanqué d'une toute petite chapelle, et au sud, d'une grande chapelle formant croisillon. Les deux sont de style gothique, mais la première est datable du dernier quart du XIIe siècle, et la seconde, des alentours de 1200. Contemporaine de la chapelle du nord est l'abside, qui est de plan rectangulaire, et se termine par un chevet plat. Elle constitue la partie la plus remarquable de l'église. Ses ogives sont ornées de minuscules fleurs de violette. Ses fenêtres sont entourées, à l'intérieur, d'une double archivolte torique, qui retombe sur deux paires de colonnettes à chapiteaux. Leurs soubassements sont animés par des arcatures plaquées. En contraste avec l'équilibre du sanctuaire, l'avant-chœur a été oblitéré par deux remaniements successifs au XVIe siècle, concernant la voûte et puis les supports. Plus heureux fut le résultat de la réfection des grandes arcades au sud de la nef dans le style de la Renaissance, en union avec un ébauchage d'un voûtement d'ogives, resté toutefois lettre morte : la nef demeure ainsi lambrissée, et les bas-côtés sont à charpente apparente. Assez frappante est la dissymétrie des deux élévations latérales de la nef, où les quatre hautes arcades de la Renaissance font face à trois arcades romanes très basses, surmontées d'un étage de fenêtres hautes, et à une large arcade flamboyante[14].
  • Abbaye Notre-Dame de Lieu-Restauré (classée monument historique par arrêté du [15])

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Saint-Antoine-et-Saint-Vincent du Berval, au hameau du même nom.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Anatole Clément Marie du Boulet de Bonneuil, né à Bonneuil-en-Valois le 6 septembre 1835, était fusilier au 54e régiment d’infanterie de ligne, affecté en Afrique en 1835, lieutenant en 1868 puis capitaine en 1870, prisonnier de guerre à Sedan, nommé au grade de chevalier de la Légion d’honneur en 1871. Il meurt à Paris en 1889.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Vlois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Annuaire de l'Oise, 1836, 252 p., p. 73.
  2. « Les maires de Bonneuil-en-Valois », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 20 avril 2016).
  3. « Disparition de notre camarade Roland Boisset, ancien maire de Bonneuil-en-Valois », Fédération de l'Oise du PCF, (consulté le 20 avril 2016).
  4. EIP, Annuaire des Mairies de l'Oise (60), Cannes, Les Éditions Céline, coll. « Annuaire des maires de France », , 254 p. (ISBN 9782352581604, lire en ligne), p. 44
  5. « Bonneuil-en-Valois », Cartes de France (consulté le 24 août 2014)
  6. http://oise.pcf.fr/33495
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Évolution et structure de la population à Bonneuil-en-Valois en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er novembre 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er novembre 2010)
  13. « Église Saint-Martin », notice no PA00114533, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. Dominique Vermand, Églises de l'Oise, canton de Crépy-en-Valois : Les 35 clochers de la Vallée de l'Automne, Comité Départemental de Tourisme de l'Oise / S.E.P Valois Développement, , 56 p., p. 12-13.
  15. « Abbaye de Lieu-Restauré », notice no , base Mérimée, ministère français de la Culture.