Avilly-Saint-Léonard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avilly-Saint-Léonard
Mairie sur la place principale de Saint-Léonard.
Mairie sur la place principale de Saint-Léonard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Senlis
Intercommunalité Communauté de communes de l'aire cantilienne
Maire
Mandat
Amédée Bussiere
2008-2014
Code postal 60300
Code commune 60033
Démographie
Gentilé Avillois
Population
municipale
952 hab. (2011)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 41″ N 2° 32′ 14″ E / 49.1947222222, 2.53722222222 ()49° 11′ 41″ Nord 2° 32′ 14″ Est / 49.1947222222, 2.53722222222 ()  
Altitude Min. 40 m – Max. 63 m
Superficie 11,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avilly-Saint-Léonard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avilly-Saint-Léonard
Liens
Site web avilly-saint-leonard.com

Avilly-Saint-Léonard est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie. Ses habitants sont appelés les Avillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Avilly-Saint-Léonard se situe au sud du département de l'Oise, à une distance orthodromique de 40 km au nord-nord-est de Paris, à mi-chemin entre Chantilly et Senlis, au nord de la forêt de Chantilly et dans la vallée de la Nonette. Une partie du parc du château de Chantilly incombe au territoire communal d'Avilly-Saint-Léonard. La commune se compose de deux villages bien distincts, distants de 2 km d'un centre à l'autre, et près d'un kilomètre sépare les dernières maisons d'Avilly, à l'ouest, des premières maisons de Saint-Léonard, à l'est. En même temps, Avilly est nettement plus proche de Saint-Firmin (commune de Vineuil-Saint-Firmin) au nord, et Saint-Léonard est plus proche de Courteuil, également au nord, avec une distance de seulement 300 m à 400 m entre les villages respectifs. Hormis ces deux communes voisines déjà citées, et les deux villes moyennes de Chantilly et Senlis éloignées de 5 km environ par la route, Avilly-Saint-Léonard est limitrophe de Pontarmé, village implanté à la lisière sud de la forêt de Chantilly[1].

Communes limitrophes de Avilly-Saint-Léonard
Vineuil-Saint-Firmin Courteuil Senlis
Chantilly Avilly-Saint-Léonard
Pontarmé

La limite sud du territoire communal correspond à la Nonette à proximité d'Avilly, et de l'aqueduc de Bacchus à proximité de Saint-Léonard. Ce dernier approvisionnait les jeux d'eau du parc de Chantilly, alors que les petits canaux sont pour liés à l'ancienne activité de cressiculture et servent au drainage des prés humides. Existent également des sources alimentant des minces ruisseaux qui rejoignent rapidement la Nonette. Dans la vallée de la Nonette, se situe aussi le point le plus bas de la commune, à 40 m au-dessus du niveau de la mer. Les terres agricoles jusqu'à la lisière nord de la forêt de Chantilly ont toutes été converties en pâturages pour les chevaux de France Galop[réf. nécessaire], qui dispose de circuits d'entraînement sur la commune, dont notamment la « piste hippique d'Avilly » en réalité située au sud de Saint-Léonard. La forêt de Chantilly, propriété de l’Institut de France, occupe 734 ha soit 61 % du territoire communal et toute sa partie sud[2]. Son relief est peu varié en ce secteur, et le point culminant de la commune, localisé au sein de la forêt, n'atteint que 63 m.

Le chemin des Vaches en forêt de Chantilly.
La route d'Avilly au parc de Chantilly.

Avilly-Saint-Léonard est desservi essentiellement par deux routes départementales qui ne traversent pas le territoire communal : la RD 924 Senlis - Chantilly dans un sens est-ouest, et la RD 924A Chantilly - La Chapelle-en-Serval (- RD 1017 - A 1 - Paris par la sortie no 7 à Survilliers / Saint-Witz) dans un sens nord-ouest - sud-est. La liaison entre ces deux axes, en passant par le village d'Avilly, est établie par la RD 138. Le village de Saint-Léonard n'est desservie que par des voies communales depuis Avilly, Courteuil (RD 924) et Saint-Nicolas-d'Acy (RD 924). Avilly-Saint-Léonard ne benéficie pas directement des transports en commun, hormis des services à vocation scolaire de la ligne 15 Chantilly - Senlis du réseau départemental Sud-Oise. Toutefois, vue la proximité de Saint-Firmin et de Courteuil se trouvant sur l'itinéraire régulier de cette ligne, l'arrêt de car le plus proche d'Avilly et de Saint-Léonard n'est éloigné que d'un kilomètre environ. La ligne 15 fonctionne tous les jours de l'année et propose une fréquence de vingt-et-un aller-retours en semaine[3]. La gare la plus proche est celle de Chantilly, sur la ligne Paris-Nord - Creil (TER Picardie).

Le patrimoine naturel et paysager d'Avilly-Saint-Léonard est protégé par deux ZNIEFF. La première, de type 1, « Massif forestier de Chantilly / Ermenonville » n° national 220014323[4] couvre sur la commune la forêt de Chantilly, sans le secteur clôturé et inaccessible au public « parc de Sylvie ». - Du fait que la continuité entre les massifs d'Halatte et de Chantilly, important pour l'échange de grands animaux, soit interrompue par l'espace clôturé du parc du château de Chantilly, une seconde ZNIEFF, de type 2, a été instaurée. Appelée « Sites d'échanges interforestiers Halatte / Chantilly », n° national 220014330[5], elle porte sur les zones non boisés entre Apremont et la lisière de la forêt de Chantilly. La partie sud de la commune d'Avilly-Saint-Léonard, au sud de la voie communale no 1 reliant les deux villages, entre dans le site naturel classé « Domaine de Chantilly », créé par arrêté du sur la base de la loi du 2 mai 1930 relative à la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque[6]. S'y superpose le site naturel inscrit de la vallée de la Nonette, créé antérieurement par arrêté du [7]. Ce site inscrit a préfiguré le Parc naturel régional Oise-Pays de France pour sa partie situé dans l'Oise, créé par décret du et incorporant l'ensemble de la commune d'Avilly-Saint-Léonard[8].

Dans la forêt de Chantilly, deux sentiers de grande randonnée traversent la commune : le GR 11 en provenance de Senlis et en direction de Chantilly, et, en tronc commun jusqu'au sud de Saint-Léonard, le GR 12 en direction de la gare d'Orry-la-Ville - Coye. Ce dernier ne peut être emprunté avant 13 h 00, car le secteur nord-ouest de la forêt de Chantilly est loué à France Galop pour l'entraînement des chevaux de course, qui peuvent atteindre une vitesse d'appoint de 65 km à l'heure[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune créée en 1793 prend le nom de la paroisse : Saint-Léonard. C'est en 1914 que lui est adjoint le nom de l'autre village de la commune, Avilly[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Anne Lefebvre de Chevigny dvd[réf. nécessaire]  
mars 2008 en cours Amédée Bussiere    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 952 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456 470 493 527 539 569 566 522 531
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
488 502 548 543 535 551 539 519 547
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
565 638 685 675 694 695 702 736 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
786 769 718 875 1 028 962 983 989 952
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 25,5 %, plus de 60 ans = 19 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 9,1 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 25,1 %, plus de 60 ans = 23,9 %).
Pyramide des âges à Avilly-Saint-Léonard en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,6 
4,0 
75 à 89 ans
6,5 
14,8 
60 à 74 ans
16,8 
25,5 
45 à 59 ans
25,1 
20,2 
30 à 44 ans
22,0 
14,2 
15 à 29 ans
9,1 
21,1 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Saint-Léonard est un des trois sites du centre d'entraînement hippique de Chantilly géré par France Galop. Le terrain d'entraînement, installé en 1971 couvre 15 ha. Cinq entraîneurs utilisent ces infrastructures[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Avilly-Saint-Léonard ne compte aucun monument historique propre à la commune, mais partage deux monuments avec sa commune voisine, Chantilly. Le le parc du château de Chantilly, classé par arrêté du [15], se situe pour partie sur le territoire communal. Il n'est toutefois pas accessible depuis Avilly, la seule entrée étant celle à côté du château. En plus, un quart du carrefour de la table de Montgrésin appartient à la commune d'Avilly-Saint-Léonard. Il s'agit d'un rond-point au milieu de la forêt, présentant au centre une table de vénerie, inscrite Monument historique par arrêté du [16].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Le château du Val-Profond, rue du Dr Lucas-Championnière, entre Saint-Léonard et Saint-Nicolas-d'Acy (hameau de la commune de Courteuil : c'est la plus grande des propriétés bourgeoises sur la commune, avec un manoir en brique et pierre édifié au XIXe siècle. L'ancien château était à l'origine du nom médiéval du hameau de Saint-Léonard de lors, Saint-Léonard-du-Val-Profonde[17]. Non visible depuis le domaine public.
  • Lavoir de Saint-Léonard, rue du Dr Lucas-Chambionnière : établi sur d'un petit canal relié à l'aqueduc « Bacchus » , à l'est du village, les habitants lavaient leur linge en cet endroit depuis des temps immémoriaux. Le premier lavoir y a été construit en 1842, sur un terrain du duc d'Aumale. En 1896, le lavoir a été agrandi pour dix-huit places. C'est un bâtiment en pierre ouvert sur le sud, avec un toit en appentis couvert de tuiles plates. Le village d'Avilly avait aussi son lavoir, construit en briques, mais il a été démoli en 1988. L'aqueduc est un conduit qui devient souterrain près du lavoir, et qui mène vers Avilly et le parc du château de Chantilly. Construit en 1622, il alimentait une partie des jeux d'eau du parc[18],[17].
  • Église Saint-Léonard, place de la Mairie, au village de Saint-Léonard : De la première église de style gothique édifiée au XIIe siècle, subsiste le chœur de deux travées, qui est voûté d'ogives et d'une construction soignée, malgré son simplicité. Son chevet plat est percé d'un triplet, alors que les fenêtres latérales sont à lancette simple. Au nord de la première travée du chœur, une chapelle a été ajoutée quelques décennies après l'achèvement du vaisseau central. Le village souffre beaucoup de la Guerre de Cent ans, pendant laquelle la nef de l'église est détruite. La paroisse est donc réunie à celle de Courteuil pendant plusieurs décennies, en attendant que les habitants aient reconstruite leur église. Une chapelle est ajoutée au sud de la première travée du chœur, faisant face à l'autre chapelle au nord, qui est remaniée à la même occasion. Du fait du manque de moyens, la nouvelle nef est plus modeste que l'ancienne, mais elle est néanmoins dotée d'un bas-côté au nord. Les départs des voûtes toujours visibles montrent que le voûtement de la nouvelle nef est bien prévu au départ, mais il n'est finalement jamais réalisé. Terminée vers 1540 selon une date gravée, dont le dernier chiffre est illisible, ou au XVIIe siècle seulement d'après Dominique Vermand, elle est lambrissée à l'intérieur. La façade occidentale asymétrique permet le constat que le mur gouttereau du bas-côté nord est plus élevé que celui de la nef au sud, où il n'y a pas de bas-côté ; il peut s'agir d'un vestige de l'ancienne église. La nef et le bas-côté ayant reçu une toiture commune, la pente est plus faible au nord qu'au sud. Reste à remarquer le clocher sans caractère placé au-dessus de la chapelle du sud à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe siècle, et flanqué par une épaisse tourelle d'escalier dans l'angle avec la nef, à l'ouest[19],[20].
  • Monument aux morts du village de Saint-Léonard, rue de la Croix-Verte : Situé sur une petite place entourée de thuyas, à côté du cimetière, ce monument érigée en l'honneur des soldats morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale prend la forme d'un obélisque comme dans de nombreuses petites communes.
  • Calvaire de Saint-Léonard, à l'entrée ouest du village en provenance d'Avilly et de Courteuil : située sur une grande place engazonnée et arborée, où des bancs invitent au repos, cette grande croix sculptée date de 1874[17]. Le village d'Avilly possède également un calvaire, d'une facture très simple, situé sur un petit rond-point au sud-est du village.
  • Glacières d'Avilly, à l'intersection rue Grande / rue de la Garenne (voie communale no 1), à l'est du village ancien : Sur un petit terrain couvert de pelouse, à côté de la rue, se trouvent deux glacières, dont la plus ancienne daterait du début du XVIIe siècle et pouvait contenir 50 t de glace environ. La glacière à gauche est presque entièrement souterraine, seul étant visible la porte et le petit édicule abritant l'amorce de l'escalier d'accès. La glacière au fond est semi-enterrée et présente une façade en pierres avec une porte au milieu, orientée vers le nord comme d'accoutumé[17],[21].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Chapelle Notre-Dame de Bon-Secours, rue Grande, au village d'Avilly : Cette chapelle aujourd'hui englobée dans une propriété privée a été fondée en 1557 par les Oratoriens de Paris. Ruinée après la Révolution, la chapelle a été reconstruite sur la crypte à plafond voûté, et consacrée de nouveau le [22].
  • Monument aux morts d'Avilly, rue Grande : bien que les deux villages d'Avilly et de Saint-Léonard aient toujours formés une commune unique depuis la Révolution, Avilly a obtenu son propre monument aux morts. Il prend la forme d'une grande plaque apposée sur le mur de l'ancienne école communale, qui accueille aujourd'hui la bibliothèque municipale.
  • Moulin d'Avilly, sur la Nonette, rue de la Nonette, à l'entrée nord d'Avilly depuis Saint-Firmin : Un moulin à eau est attesté en ce lieu depuis 1376, et l'on sait qu'il a été rebâti en 1528. Le Grand Condé le racheta en 1668, alors qu'il servait encore à moudre les grains. Puis, le moulin connut de différentes affectations, la dernière étant celle d'une Clouterie après son acquisition par le baron de Vinzelles en 1834. Le baron installa dix métiers mécaniques et deux meules à empointer, créant des emplois pour huit hommes et deux femmes. Ainsi furent produits 200 t de clous par an. Des turbines hydrauliques ont été installés ultérieurement, et la petite usine a ainsi fonctionné jusqu'au début du XXe siècle. La date de cessation d'activité excacte est inconnue, mais une turbine a fourni de l'électricité jusqu'en 1942[23]. Le bâtiment actuel, en cours de restauration, n'a rien de particulier, mais les aménagements hydrauliques avec l'ancien bief passant par-dessous la maison, un barrage et une cascade sont d'un intérêt historique certain.
  • Maison forestière de la porte Vaillant : Cette maison garde la « porte Vaillant » à l'extrémité orientale de l'« allée d'Avilly » du « Petit Parc » du château de Chantilly. Elle fait partie du domaine de Chantilly et a été construit pour le duc d'Aumale, dans la première moitié du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles-François Houbigant (1686-1783), prêtre catholique de la congrégation de l'Oratoire, bibliste et orientaliste, fondateur en 1772 d'une école de filles à Avilly, d'où son père était natif et où il possédait une maison.
  • Just Lucas-Championnière (1843-1913), médecin et académicien, né à Saint-Léonard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amédée Vattier (l'abbé), « La Paroisse de Saint-Léonard », Comité Archéologique de Senlis, Comptes-rendus et Mémoires, Senlis, Imprimerie de Ernest Payen,‎ 1872, p. 15-48 (ISSN 11628820, lire en ligne)
  • Michel Vinvent de Paule, Avilly-Saint-Léonard, Avilly-Saint-Léonard, Commission Information de la municipalité,‎ 1995, 126 p. (ISBN 2902765061)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes et autres renseignements topographiques selon la carte topographique 1 : 25 000e « TOP 25 » de l'IGN, consultable en 3D sur le site « Geoportail » (consulté le 25 octobre 2011). Distances mesurées par l'outil proposé dans le mode de visionnage en 3D.
  2. Forêt du domaine de Chantilly : Révision d'aménagement forestier 2006-2020, Chantilly, Office national des forêts,‎ 2005-2007, 149 p., p. 4-5
  3. Cf. [PDF] « Horaire de la ligne 15 », sur Oisé mobilité (consulté le 9 octobre 2011).
  4. Cf. « Présentation de la znieff Massif forestier de Chantilly / Ermenonville », sur DREAL Picardie (consulté le 25 octobre 2011).
  5. Cf. « Présentation de la znieff Sites d'échanges interforestiers (passage de grands animaux) Halatte / Chantilly », sur DREAL Picardie (consulté le 25 octobre 2011).
  6. Cf. [PDF] « Domaine de Chantilly », sur DREAL Picardie (consulté le 25 octobre 2011).
  7. Cf. [PDF] « Vallée de la Nonette », sur DREAL Picardie (consulté le 25 octobre 2011).
  8. Cf. [PDF] « Journal officiel de la République française du 15 janvier 2004, p. 1143-1144 », sur DREAL Picardie (consulté le 12 octobre 2011).
  9. [PDF] « Soyez prudents ! Tous les jours de 6 h à 13 h en forêt de Chantilly », sur Parc naturel régional Oise-Pays de France (consulté le 25 octobre 2011).
  10. a et b Notice communale sur la base Cassini
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  12. « Évolution et structure de la population à Avilly-Saint-Léonard en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  13. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  14. Liste des entreprises sur le site de la commune
  15. « Notice no PA00114488 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Notice no PA00114582 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. a, b, c et d [PDF] « Découvrons les villages du parc : Courteuil, Saint-Nicolas d'Acy, Avilly-Saint-Léonard », sur PNR Oise-Pays de France (consulté le 24 octobre 2011).
  18. Cf. Michel Vinvent de Paule, Avilly-Saint-Léonard, Avilly-Saint-Léonard, Commission Information de la municipalité,‎ 1995, 126 p. (ISBN 2902765061) ; p. 111 et 124.
  19. Cf. Michel Vinvent de Paule, Avilly-Saint-Léonard, op. cit., p. 52.
  20. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Cantons de Chantilly et Senlis, Beauvais, Conseil général de l'Oise, avec le concours des communes des cantons de Chantilly et Senlis,‎ 2002, 54 p., p. 8.
  21. Cf. Michel Vinvent de Paule, Avilly-Saint-Léonard, op. cit., p. 119.
  22. Cf. Michel Vinvent de Paule, Avilly-Saint-Léonard, op. cit., p. 78 et 119-120.
  23. Cf. Maurice Delaigue, La Nonette : Une vallée prestigieuse au nord de Paris - Nanteuil, Versigny, Baron, Montlognon, Fontaine-Chaalis, Borest, Montlévêque, Chaalis, Senlis, s.l., s.n.,‎ s.d. (ca. 1980), 190 p. (ISBN 2950456928) ; p. 53-54 ; et Michel Vinvent de Paule, Avilly-Saint-Léonard, op. cit., p. 65-66.