Thiverny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Oise
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Oise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Thiverny
L'église Saint-Leufroy depuis l'est.
L'église Saint-Leufroy depuis l'est.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Montataire
Intercommunalité ACSO
Maire
Mandat
Jean-Luc Dion
2014-2020
Code postal 60160
Code commune 60635
Démographie
Population
municipale
1 062 hab. (2014)
Densité 516 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 55″ nord, 2° 25′ 59″ est
Altitude Min. 27 m – Max. 86 m
Superficie 2,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Thiverny

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Thiverny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thiverny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thiverny

Thiverny est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de [1]
Montataire
Cramoisy [1]
Saint-Leu-d'Esserent

Avec une superficie très réduite de seulement 2,06 km2, Thiverny est la septième commune la moins étendue du département de l'Oise[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Site hallstattien restauré par les Romains, détruit à la fin du Ier siècle, reconstruit à l'époque d'Antonin. Vestiges préhistoriques et antiques : habitat de Hallstatt, sanctuaire souterrain, sanctuaire gallo-romain, atelier de tailleurs de pierre. Anciennes carrières et champignonnières.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1945 Jean Cassé    
1947 mars 1977 Josette Yvette Moussy    
mars 1977 mars 2001 Jean Ragon PCF  
mars 2001 en cours Jean-Luc Dion PCF-C&E[3] Employé de bureau
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 062 habitants, en augmentation de 7,06 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
82 86 92 92 82 100 128 140 145
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
179 186 256 282 275 284 281 270 313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
351 342 415 502 719 814 758 674 813
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 039 1 145 1 210 1 160 1 109 1 087 948 1 066 1 062
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 21,4 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 19,9 %, plus de 60 ans = 16,5 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 19,1 %, 15 à 29 ans = 20,8 %, 30 à 44 ans = 20,8 %, 45 à 59 ans = 18,5 %, plus de 60 ans = 20,8 %).
Pyramide des âges à Thiverny en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,8 
4,7 
75 à 89 ans
7,5 
11,8 
60 à 74 ans
12,5 
19,9 
45 à 59 ans
18,5 
21,4 
30 à 44 ans
20,8 
21,4 
15 à 29 ans
20,8 
20,8 
0 à 14 ans
19,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Thiverny ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire.

Article détaillé : Église Saint-Leufroy de Thiverny.
  • Église Saint-Leufroy (inscrite monument historique par arrêté du 16 octobre 1930[11]) : d'un plan très simple, cette église gothique du XIIIe siècle est entièrement voûtée d'ogives et se compose d'une nef unique de deux travées, ainsi que d'un chœur d'également deux travées, se terminant par un chevet plat. L'édifice actuel a eu un prédécesseur roman du XIe siècle, dont restent une partie de la façade occidentale, avec un contrefort plat, ainsi que tout le mur du nord, avec également un contrefort plat (près du chœur) et deux petites fenêtres en plein cintre. Cette église est dotée d'un nouveau portail vers 1130 / 1140, affectant une forme en tiers-point mais toujours roman. Il possède une triple archivolte sous un gâble, dont la voussure médiane est décorée de bâtons brisés, et qui repose sur deux groupes de trois colonnettes à chapiteaux. Le porche a été ajouté bien ultérieurement. La nef a été rebâtie vers 1230/1240 et élargie vers le sud, la forte déclivité au nord ne permettant pas une extension vers ce côté. Les petits chapiteaux à crochets et le profil en amande des ogives évoquent l'ancienne nef de l'église Saint-Médard de Creil. Au sud, deux petites fenêtres en lancette simple éclairent la nef. Pour le chœur, édifié pendant la seconde moitié du siècle, le maître d'œuvre a opté également pour des lancettes simples, sauf pour la grande baie du chevet, et bien que le chœur soit plus haut que la nef, il est tout aussi austère extérieurement. Le vitrail de la baie du chevet est d'origine, sachant que les vitraux du XIIIe siècle sont très rares dans la région, et représente le saint patron de l'église[12]. Peu connue, sa fête patronale est célébrée localement le 21 juin ou le dimanche suivant.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de sur Géoportail.
  2. « Résumé statistique national (fichier Excel) » (consulté le 10 février 2011) sur le site « INSEE ».
  3. « Clermontois : Municipales 2014 : les échos », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3261,‎ , p. 8 :

    « Dans un communiqué adressé à notre rédaction vendredi 25 octobre, Thierry Gnombleï, le président de la commission des investitures de Colère et Espoir 60 indique que la structure a choisi (...) comme tête de liste aux élections municipales (...) À Thiverny, la commission a choisi Jean-Luc Dion. »

    .
  4. « Thiverny », Cartes de France (consulté le 19 octobre 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Évolution et structure de la population à Thiverny en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  11. « Notice no PA00114921 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Montataire, Vallées de l'Oise et du Thérain, Beauvais, ca. 1998, 24 p., p. 21.