Frocourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Vrocourt.
Frocourt
Vue sur le village.
Vue sur le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Beauvais-2
Intercommunalité Beauvaisis
Maire
Mandat
Edmond Bailly
2014-2020
Code postal 60000
Code commune 60264
Démographie
Population
municipale
519 hab. (2014)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 01″ nord, 2° 05′ 06″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 152 m
Superficie 6,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Frocourt

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Frocourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frocourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frocourt

Frocourt est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Frocourt se situe à 6 kilomètres au sud de Beauvais, la préfecture de l'Oise. À une altitude de 136 mètres, le territoire de la commune s'étend sur une superficie de 644 hectares.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les premières mentions du village se situe au XIe siècle, il était appelé "Fercourt".

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village aurait été fondé sur l'emplacement d'une villa romaine.

Frocourt dépendait sous l'Ancien Régime du doyenné de Mouchy. Simon Dauvet fut seigneur du lieu. Il est considéré comme le premier de cette famille et était chambellan du roi Charles V. Il a été dit que la Jacquerie au XIVe siècle a commencé à Frocourt.

François Ier y construisit un château pour une de ses maîtresses, dit-on ; il fut détruit à la Révolution et reconstruit après 1800.

De 1794 à 1800, le village était chef-lieu de canton.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  2001[1] Marc Lainé    
mars 2001 en cours
(au 4 septembre 2014)
Edmond Bailly   Fonctionnaire
Réélu pour le mandat 2014-2020[2]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 519 habitants, en diminution de -9,42 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
193 221 236 210 256 244 251 286 275
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
250 275 284 249 260 224 219 217 199
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
202 173 166 173 158 179 164 254 248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
177 171 186 300 534 514 509 544 519
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (11,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 22,2 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 22,6 %, plus de 60 ans = 10,8 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 25,8 %, plus de 60 ans = 11,9 %).
Pyramide des âges à Frocourt en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,4 
1,9 
75 à 89 ans
2,8 
8,9 
60 à 74 ans
8,7 
22,6 
45 à 59 ans
25,8 
20,6 
30 à 44 ans
21,8 
22,2 
15 à 29 ans
18,3 
23,7 
0 à 14 ans
22,2 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIIe, XVe et XVIe siècle, bâtie en forme de T avec un chœur flamboyant[9].
  • Le village comporte également un ancien presbytère en très mauvais état[10].
  • Un château a été bâti vers 1850 puis démoli en 1980, à l’endroit du lotissement actuel de Fontenelle ; il restait encore des vestiges de la chapelle du château dans les années 1990. Au début du XXe siècle, il était alimenté en électricité par une turbine électrique installée dans un moulin[11].
  • Le théâtre des Poissons, qui occupe la chapelle de l'ancien orphelinat de Frocourt, est un lieu unique en Picardie : scène intermédiaire régionale de Picardie depuis 2006, ce théâtre propose des spectacles, des résidences d’artistes et une programmation Jeune public[12].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Frocourt patrimoine », L'Observateur de Beauvais, no 867,‎ , Supplément page I.
  2. « Frocourt : Le maire réélu, Arlette Damoizelle félicitée », L'Observateur de Beauvais, no 836,‎ , p. 23 (ISSN 1287-7565)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Évolution et structure de la population à Frocourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  9. « Église Saint-Fuscien », notice no PA60000018, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Le presbytère de Frocourt », notice no PA60000029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Frocourt patrimoine », L'Observateur de Beauvais, no 867,‎ , Supplément page III.
  12. « Théâtre des Poissons », sur http://www.encyclopedie.picardie.fr (consulté le 9 novembre 2014)