Le Coudray-Saint-Germer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Coudray-Saint-Germer
Le Coudray-Saint-Germer
La mairie.
Blason de Le Coudray-Saint-Germer
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC du pays de Bray
Maire
Mandat
Gilbert Gérard Maurice Bervoët
2020-2026
Code postal 60850
Code commune 60164
Démographie
Population
municipale
870 hab. (2019 en diminution de 6,75 % par rapport à 2013)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 45″ nord, 1° 50′ 16″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 231 m
Superficie 13,48 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Le Coudray-Saint-Germer
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Le Coudray-Saint-Germer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Coudray-Saint-Germer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Coudray-Saint-Germer

Le Coudray-Saint-Germer est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Coudray-Saint-Germer est située à l'extrémité occidentale de l'Oise, à proximité de l'Eure et de la Seine-Maritime, entre Gournay-en-Bray et Auneuil. La commune se trouve à 230 m d'altitude sur le plateau de Thelle.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 9,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 857 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Jamericourt », sur la commune de Jaméricourt, mise en service en 1990[7] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 700,9 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 21 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,6 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Coudray-Saint-Germer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (52,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,1 %), forêts (45,2 %), prairies (3,2 %), zones urbanisées (2,9 %), zones agricoles hétérogènes (2,7 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[20].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Trois hameaux en dépendent : les Routis au pied de la forêt de Thelle, le Tronquet et l'Aunay.

Les Routis (nommés Ruates en 1190) comptaient 150 habitants en 1840. Ce hameau est composé d'une vingtaine de maisons disposées de manière à former deux rues et une place. Au sud des Routis, existait un hameau nommé Monplaisir qui comptait une trentaine d'habitants au milieu du XIXe siècle et encore plus au sud se trouvait la Verrie. Le Tronquet et l'Aunay comptaient chacun une vingtaine d'habitants à cette époque.

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 412, alors qu'il était de 429 en 2013 et de 389 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 87,9 % étaient des résidences principales, 3,4 % des résidences secondaires et 8,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 77,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 18,2 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements au Le Coudray-Saint-Germer en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (3,4 %) supérieure à celle du département (2,5 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 52,5 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (53,2 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement au Le Coudray-Saint-Germer en 2018
Typologie Le Coudray-Saint-Germer[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 87,9 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 3,4 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 8,7 7,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune s'est appelée Coldretum en 1178, Le Couldray en 1550[réf. nécessaire], Le Couldray-en-Thelle depuis la Révolution française de 1789[21] et Le Coudray-Saint-Germer en 1840[21]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Coudray-Saint-Germer n'était qu'un lieu inculte jusqu'au XIIe siècle. Louis le Jeune fait don en 1153, à l'abbaye de Saint-Germer, pour y construire une métairie, des terrains et des bois du Coudray (plantations de noisetiers, d'où vient son nom d'origine = noisetier, coudrier, Coudray).

Le village se développe et devient prospère, permettant la fondation d'une église et la création d'une paroisse.

En 1383, le roi de France, Charles VII, accorde à Jean de Silly, l'autorisation de construire une forteresse au Coudray pour que les moines s'y réfugient en cas d'invasion. Depuis, à chaque alerte, le prieur et les moines s'y rendaient en emportant avec eux les reliques les plus précieuses. À peine s'y sont-ils installés en 1400, qu'ils sont assiégés par les émissaires du duc de Bourgogne Jean de Crèvecœur, seigneur d'Ons-en-Bray, et Hector de Saveuse. Faits prisonniers, ils durent payer une forte rançon. Les Bourguignons s'emparent de tous les papiers du château en s'en allant et incendient le village.

Aujourd'hui, il ne reste que les fondations du château fort, et l'église est reconstruite en 1502 sur les quelques vestiges.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie et le monument aux morts.
Pavoisement de la mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise.

Elle était depuis 1801 le chef-lieu du canton du Coudray-Saint-Germer[21]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Grandvilliers

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Coudray-Saint-Germer est membre de la communauté de communes du Pays de Bray, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1997 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[22]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1858 1883 Louis Caron   Médecin
1883 1908 Théophile Rotté   Agriculteur
1908 1919 Onésime Petit   Greffier de justice de paix
1919 1929 Louis Monthuy   Agriculteur
1929 1944 Léon Colbeau   Agriculteur
1944 1945 Pierre Gayet   Épicier-cafetier
1945 1945 Edward Compiègne SFIO Menuisier
Décédé au bout de deux mois de mandat
1945 1965 Vienne Robert   Agriculteur
1965 1975 Paul Dubois   Entrepreneur de travaux
1976 1978 Robert Largillière   Agriculteur
1978 1981 Jean Jouve PS Formateur professionnel des Postes
1981 1981 Daniel Cocard   Artisan
maire durant trois jours
1981 1986 Jean Jouve PS Formateur professionnel des Postes, conseiller régional
1986 mars 2001 Jean-Pierre Desmesliers   Président de la communauté de communes du pays de Bray
mars 2001 juillet 2020[23] Roland Guillaux[24] DLF  
juillet 2020[25] En cours
(au 2 décembre 2020)
Gilbert Gérard Maurice Bervoët    

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

Le Couldray-en-Thelle-FR-60-panneau d'agglomération-2.jpg

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

En 2020, la commune compte une pharmacie, une supérette, un bar et un coiffeur, ainsi qu'une boulangerie, rouverte en décembre[27].

Le centre social rural François Maillard est un lieu de services importants qui rayonne sur les communes des alentours. Avec 23 salariés, il a accueilli 2 500 personnes en 2019[28].

La commune s'est dotée en 2020 d'une Maison France services, la première du département. Localisée dans les locaux du Centre social rural François Maillard et dotée de quatre agents, elle assure le lien avec 9 institutions, dont La Poste[29], la CAF, la Carsat[30].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[32].

En 2019, la commune comptait 870 habitants[Note 8], en diminution de 6,75 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
471459543518501471461469486
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
457454475437405425420423431
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
419408365308361368319351315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
308338415721747899888884933
2018 2019 - - - - - - -
883870-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 41,0 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,5 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 432 hommes pour 451 femmes, soit un taux de 51,08 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,11 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,3 
3,5 
75-89 ans
7,1 
14,1 
60-74 ans
16,9 
20,8 
45-59 ans
16,4 
17,4 
30-44 ans
20,4 
21,1 
15-29 ans
18,0 
23,1 
0-14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village a gardé dans sa grande rue principale son architecture type du pays de Bray, ses maisons sont construites souvent perpendiculaires de chaque côté de la rue. C'est également un village très fleuri. Sa 1re fleur est accordée en 1970, prix du premier village fleuri de l'Oise et de la Picardie. Ses habitants n'ont eu que le souci d'embellir leur commune par la restauration de l'habitat, le fleurissement des façades et des balcons[36].

On peut également signaler :

  • Église Notre-Dame, bâtie en 1215, détruite en 1400 et reconstruite en 1502.
    Son chœur de forme polygonale est constitué de silex noirs et de craie blanche en damier. Le clocher du XIXe siècle est en brique rouge, il culmine à 36 m du sol[37], ce qui en fait l'un des plus hauts points du département.
    L'église possède un magnifique chœur du XVIe siècle et est décorée de superbes vitraux. Elle renferme aussi des objets d'art classés. La châsse Saint-Babolein, exceptionnel travail d'orfèvrerie romane et gothique composée lors de différentes périodes du XIe au XIIIe siècle. Elle est classée chef-d'œuvre de l'art religieux par les Monuments historiques le , et elle figure dans l'inventaire des trésors des églises de France depuis 1965, à la suite d'une exposition et d'une restauration au musée des arts décoratifs de Paris. Des sujets de cette châsse ont l'objet d'un prêt pour une exposition au Musée du Louvre il y peu de temps[C'est-à-dire ?]. Revenus rénovés, ils ont réintégré leur place. En 2011, la municipalité a pu rénover le transept droit qui était alors uniquement recouvert de plâtre et qui désormais se voit couvert d'un bois travaillé à l'identique que celui du chœur et du transept gauche.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le Couldray-en-Thelle-FR-60-panneau ONF-3.jpg
  • Chapelle Sainte-Anne  : Laurent de Pillière obtient le , de l'évêque de Beauvais, la permission de bâtir une chapelle dans son manoir du Tronquet ; elle est dédiée à sainte Anne et existe encore.
  • Forêt de Thelle et forêt communale du Coudray-Saint-Germer

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Samson, né le à Villeneuve-sur-Lot et décédé à Paris en 1991. Instituteur au Coudray-Saint-Germer de 1931 à 1963, il est l'auteur d'écrits historiques sur le village[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Coudray-Saint-Germer (Le) Blason
Tranché de gueules et d'azur ; à la bande d'argent brochant sur la partition ; à la tour d'or brochant sur le tout.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Jamericourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Le Coudray-Saint-Germer et Jaméricourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Jamericourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Le Coudray-Saint-Germer et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duBeauvais », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  21. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. « Les maires de Coudray-Saint-Germer (Le) », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  23. « Au Coudray-Saint-Germer, Roland Guillaux est candidat à sa succession : Le maire sortant Roland Guillaux est candidat à sa sucession. Il est la tête de liste de « Au cœur du Coudray-Saint-Germer, ma commune j'y tiens ! », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Le Coudray-Saint-Germer : décès de l'ancien maire Roland Guillaux : Rolland Guillaux, maire honoraire du Coudray-Saint-Germer (Oise) est décédé dimanche 26 septembre 2021 à l'âge de 81 ans, des suites d'une longue maladie », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  25. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  26. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎ .
  27. « Le Coudray-Saint-Germer : fermé depuis le mois d'août, la boulangerie vient de rouvrir : Depuis peu, les habitants du secteur ont retrouvé leur pain, les viennoiseries, les pâtisseries, les sandwichs et les confiseries avec la réouverture de la boulangerie », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Le Coudray-Saint-Germer : 2 500 usagers ont fréquenté le centre social rural en 2019 : C'est un bilan positif qui est ressorti de l'assemblée générale du centre social rural du Coudray-Saint-Germer. En 2019, tous les secteurs ont connu une progression importante », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Marie-Géraldine Dartois, « Une agence postale créée dans un centre social : Une première en France. L'Oise met en place une agence postale dans un centre social. La commune du Coudray-Saint-Germer a été choisie pour cette expérimentation », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ 8//7/2019 (lire en ligne, consulté le ).
  30. Pascal Mureau, « Une première Maison France services en pays de Bray, au Coudray-Saint-Germer : Depuis le 1er janvier, la petite commune du pays de Bray accueille la première Maison France services du département. Le dispositif est censé réconcilier les citoyens avec leurs administrations », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune du Coudray-Saint-Germer (60164) », (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  36. « Au Coudray-Saint-Germer, les prix des maisons fleuries ont été décernés : Au Coudray-Saint-Germer, on aime fleurir son jardin. Pour récompenser ceux qui embellissent à leur manière la commune, des prix sont décernés chaque année », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Matthieu Hérault, « Un chantier à 36 mètres du sol au Coudray-Saint-Germer : Des travaux de réfection de la toiture de l’église du Coudray-Saint-Germer sont en cours. Une intervention spectaculaire à 36 mètres du sol », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).