Hardivillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hardivillers
Hardivillers
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oise picarde
Maire
Mandat
Maïlys Derivry
2018-2020
Code postal 60120
Code commune 60299
Démographie
Gentilé Hardivillois, Hardivilloises
Population
municipale
558 hab. (2015 en diminution de 4,45 % par rapport à 2010)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 01″ nord, 2° 13′ 24″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 187 m
Superficie 9,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Hardivillers

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Hardivillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hardivillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hardivillers

Hardivillers est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Hardivillois et les Hardivilloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Village du Plateau Picard, desservi par la sortie (sortie Sortie 16) de l'autoroute A16, situé à proximité de la chaussée Brunehaut, ancienne voie romaine reliant Beauvais et Amiens, à l'est de Crèvecœur-le-Grand. La ville abrite une station-service portant son nom sur l'A16.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lieu connu comme Hardinvillare en 1134[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Dans les dernières années de l'Ancien régime, Charles de Barentin fait construire à Hardivillers un vaste château tout en pierre, sur un plan en "H", qu'il insère dans un parc au centre d'allées tracées en étoile. Le chancelier de Barentin émigre lors de la Révolution française, ce qui entraine la confiscation de ses biens comme bien national, mais il parvient à reprendre ensuite possession du château et d'une partie de ses terres à Hardivillers. Après sa mort, en 1819, le domaine est vendu par ses enfants et le château presque entièrement démoli.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Froissy[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Saint-Just-en-Chaussée.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye créée fin 1992.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[2], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités[3], et notamment celle de Crèvecœur-le-Grand (CCC) et celle des Vallées de la Brèche et de la Noye (CCVBN), soit une intercommunalité de 61 communes pour une population totale de 27 196 habitants[4].

Après avis favorable de la majorité des conseils communautaires et municipaux concernés[5], cette intercommunalité dénommée communauté de communes de l'Oise picarde et dont la commune est désormais membre, est créée au [6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001[7] mars 2014 Jean-Pierre Randolet    
mars 2014[8] mars 2018 Annie Delaire   Démissionnaire
juin 2018[9] en cours
(au 13 juin 2018)
Maïlys Derivry   Salariée du centre socioculturel de Breteuil

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

L'eau potable distribuée dans la commune en 2018 présente un taux de nitrates supérieure à la limite de qualité et est donc déconseillée aux femmes enceintes et aux nourrissons[10]. La nouvelle équipe municipale élue en juin 2018 se fixe comme objectif prioritaire la remise aux normes de l'eau potable et l'assainissement collectif, avec la création d'une station d'épuration[11],[9].

Un centre de stockage des déchets ultimes, qui reçu en 2014, 39 000 tonnes de matériaux, est exploité depuis 2010 à Hardivillers par la SA Gurdebeke[12],[13],[14].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2015, la commune comptait 558 habitants[Note 1], en diminution de 4,45 % par rapport à 2010 (Oise : +2,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9879861 0389851 2401 2951 2041 2221 221
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1391 1731 0521 004951891796871773
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
709703685583543514492425416
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
435411422408481533568584558
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune était relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,9 %) était en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune était supérieure à la population masculine. Le taux (50,2 %) était du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge était, en 2007, la suivante :

  • 49,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 27,6 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 19,1 %, plus de 60 ans = 13,5 %) ;
  • 50,2 % de femmes (0 à 14 ans = 25,3 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 14,7 %, plus de 60 ans = 20,3 %).
Pyramide des âges à Hardivillers en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,0 
4,6 
75 à 89 ans
5,6 
8,5 
60 à 74 ans
14,7 
19,1 
45 à 59 ans
14,7 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
18,0 
15 à 29 ans
18,2 
27,6 
0 à 14 ans
25,3 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants du village sont scolarisés dans le cadre du regroupement pédagogique intercommunal (RPI) organisé depuis plusieurs dizaines d'années par les communes d’Hardivillers, Troussencourt et Maisoncelle-Tuilerie, et qui accueille une centaine d'élèves en 2016-2017[20]. Compte tenu d'une légère croissance des effectifs, une nouvelle classe est créée pour l'année scolaire 2017-2018 à Hardivillers, dédiée aux CE1/CE2[21]. L'école dispose d'une cantine fréquentée en 2017-2018 par 23 à 25 enfants chaque midi[22]

Sports[modifier | modifier le code]

Le premier terrain de landkite de Picardie été créé par l’association Kite unit en septembre 2017 sur un terrain de 6 ha mis à disposition par l'intercommunalité dans la zone d'activité de la Belle Assise.

Ce sport consiste à se faire tracter par une voile dans laquelle le vent s'engouffre, le pratiquant se trouvant sur planche à roulettes, des rollers ou dans un buggy[23],[24],[25].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Maison du Serger : construite à la fin du XVIIIe siècle dans une rue alors occupée par de nombreux tisserands de serge, qui dépendaient de la fabrique de Grandvilliers, elle est le seul bâtiment du plâteau picard à avoir conservé sa structure traditionnelle d'atelier de tisserand.
Acquise par la commune avec l'aide de la communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye, de l'écomusée des Pays de l'Oise et de la DRAC de Picardie, elle a été l'inscrite comme monument historique depuis 1992[26], et abrite un écomusée consacré aux activités économiques du monde rural traditionnel picard (ateliers de fabrication de serges, machines à tisser et de boutonnier)[27].
  • L'Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, est constituée de deux parties nettement distinctes : la nef de 1770 et le chœur, datant du XVIe siècle. L'église contient quatre hauts-reliefs anglais en albâtre datant de la seconde moitié du XVe siècle, ainsi que des fonts baptismaux en pierre avec incrustation de silex taillé du XVe siècle. L'ensemble est classé monuments historiques[28].
  • Chapelle Saint-Pierre, dans le cimetière.
  • Chapelle de la Trinité.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles de Paule de Barentin, garde des sceaux de France de septembre 1788 à juillet 1789, dernier seigneur d'Hardivilliers.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hardivillers Blason De sinople à deux clés d'or passées en sautoir, à l'épée d'argent posée en pal brochante sur les clés, au chef d'argent chargé de trois lionceaux de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  3. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  4. « La nouvelle carte intercommunale de l'oise : intercommunalité à fiscalité propre au  », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 15.
  5. R. Th., « La fusion des communautés de communes est définitive », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3417,‎ , p. 6 « Les 6 projets de fusion de communautés de communes ou d’agglomération ont tous recueilli une majorité favorable ; ils pourront ainsi tous être conduits à leur terme ».
  6. Sylvie Godin, « Naissance de l'Oise picarde : Jacques Cotel dirige un territoire de 26 500 habitants », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3430,‎ , p. 17.
  7. « Les conseils des maires qui arrêtent à ceux qui arrivent : Ces maires qui jettent l'éponge », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3274,‎ , p. 4
  8. « Les maires en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ , p. 18 (ISSN 1144-5092)
  9. a et b Sylvie Godin, « Changement au conseil municipal : Maïlys Derivry, nouveau maire du village : Agée de 29 ans, Maïlys Derivry a été élue maire vendredi soir. Elle succède à Annie Delaire, démissionnaire. Quatre adjoints l’entourent », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3502,‎ , p. 17 « Depuis ce 8 juin, les 558 habitants d’Hardivillers ont un nouveau maire. Maïlys Derivry, 29 ans, succède à Annie Delaire qui a démissionné de son poste en mars dernier, tout comme Martine Autiquet et Dominique Petrez, respectivement 1er et 2e adjoints. Depuis, l’intérim était assuré par Stéphane Dautresire, troisième adjoint. Avant de choisir un nouveau maire, les électeurs ont dû repasser aux urnes le 3 juin pour compléter le conseil ».
  10. Matthias Schweisguth, « Pesticides et nitrates dans l’eau : François Veillerette explique les enjeux : Il y a quelques mois, des habitants de Cempuis ont été alertés du taux élevé de pesticides dans l’eau potable. Un spécialiste les a rencontrés pour faire un état de l’eau », L'Observateur de Beauvais, no 1049,‎ , p. 19.
  11. « Une station d'épuration en projet dans le village », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3480,‎ , p. 21.
  12. « Vent debout contre le site de stockage : Toujours aussi remontés contre le centre de stockage de déchets ultimes, les opposants au projet ont profité d’une réunion publique, pour exprimer leur mécontentement », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  13. « Breteuil : L’exploitation de la décharge d’Hardivillers contestée : Les conseillers municipaux continuent de douter de l’utilité du centre de stockage d’Hardivilliers. Il ne tourne qu’au quart de ses capacités. Les élus vont aller en justice », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  14. D. L., « Les inquiétantes fuites de la décharge de Hardivillers », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  18. « Évolution et structure de la population à Hardivillers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  20. « Bonne retraite, Joëlle ! » : Après huit ans de service, la secrétaire du regroupement scolaire a mis fin à sa carrière d’agent de la fonction territoriale. Sa remplaçante est déjà en poste », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3423,‎ , p. 17 « Les maires et enseignants du regroupement scolaire d’Hardivillers, Troussencourt et MaisoncelleTuilerie étaient rassemblés le jeudi à l’occasion du départ à la retraite de Joëlle Opéron, secrétaire du dit regroupement. « Cela faisait huit ans qu’elle exerçait dans cette fonction » , a souligné Jean-Pierre Randolet, maire-adjoint d’Hardivillers, président du Syndicat à vocation scolaire ».
  21. « Une nouvelle classe pour la commune », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3482,‎ , p. 19.
  22. « Les voyants sont au vert au sein du regroupement scolaire », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3463,‎ , p. 17.
  23. Sylvie Godin, « Portes ouvertes les 16 et 17 : Le premier kite park picard s’installe près de l’A16 », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3463,‎ , p. 15.
  24. Vincent Gautronneau, « Oise : le premier Kitepark de France prend son envol à Hardivillers : Des passionnés de vol à voile ouvrent, ce week-end, le premier Kitepark de France. Et entendent faire découvrir leur discipline », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  25. Christophe Le-Bas, « A Hardivillers, ils filent comme le vent grâce au kite », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  26. « Boutique de Tisserand », notice no PA00114994, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. .
    La Maison du serger est ouverte au public les samedis et dimanches après-midi des mois de juillet, août et septembre.
  28. Les objets classés de l'église St-Pierre et St-Paul sur la base Palissy