Montagny-Sainte-Félicité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montagny-Sainte-Félicité
Montagny-Sainte-Félicité
L'église Sainte-Félicité.
Blason de Montagny-Sainte-Félicité
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Valois
Maire
Mandat
Jean-Paul Douet
2020-2026
Code postal 60950
Code commune 60413
Démographie
Gentilé Montaféliciens
Population
municipale
415 hab. (2018 en augmentation de 0,73 % par rapport à 2013)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 52″ nord, 2° 44′ 21″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 124 m
Superficie 5,67 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nanteuil-le-Haudouin
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Montagny-Sainte-Félicité
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Montagny-Sainte-Félicité
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montagny-Sainte-Félicité
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montagny-Sainte-Félicité

Montagny-Sainte-Félicité est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Montaféliciens[1].

Le village de Montagny-Sainte-Félicité se situe dans le sud de l'Oise, à 45 km de Paris. Cette proximité avec la capitale, et surtout son positionnement en accès direct à la Route N 2 et donc au pôle économique de Roissy, constituent des atouts pour son développement. Mais la commune a su dans le même temps conserver son aspect rural en maitrisant son urbanisation, et en conservant des activités économiques en lien avec la ruralité : quelques artisans, quatre exploitations agricoles et une activité maraîchère et fruitière avec des serres de fraises et des cultures d'asperges. Montagny a conservé son esprit villageois, avec des associations dynamiques. Membre du parc naturel régional Oise-Pays de France, la commune de Montagny-Sainte-Félicité dispose d'un patrimoine historique avec notamment son église-halle, esseulée en dehors du village au milieu d'une étendue de champs, marquant l'horizon environnant.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Montagny-Sainte-Félicité est située dans le sud de l'Oise, dans la plaine agricole du Valois multien, à la lisière sud-est de la forêt d'Ermenonville, à une distance orthodromique de 42 km au nord-est de Paris, soit une distance routière de 47 km. L'important bourg et chef-lieu de canton Nanteuil-le-Haudouin est à 6 km à l'est, par la RD 922, et le chef-lieu d'arrondissement Senlis est à 17 km au nord-ouest, par Ermenonville et la RN 330. La RD 922 est la seule route importante traversant le village, dans un sens est-ouest. La RD 100 est la seconde route départementale sur la commune, orientée dans un sens nord-sud. Au Plessis-Belleville au sud, elle établit la connexion avec la RN 2, voie express vers Paris. Au nord, la RD 100 se dirige vers Baron (RD 330a), Rully (RD 1324) et Villeneuve-sur-Verberie (RD 1324. Sur le plan des transports en commun, Montagny est desservi par la ligne d'autocars n° 20 du réseau départemental Sud-Oise, Senlis - Le Plessis-Belleville. Cette ligne est à vocation essentiellement scolaire, et ne propose que deux allers pour Senlis et un retour pendant les vacances scolaires, fonctionnant du lundi au vendredi. Le tarif d'un aller-retour est de 3 euros[2].

En dépit de sa superficie modeste de 5,67 km2, Montagny compte huit communes limitrophes. Toutefois, la limite commune avec Fontaine-Chaalis n'atteint pas 300 m, et celle avec Montlognon ne dépasse pas 400 m, dans les deux cas en lisière du bois de Perthe, massif annexe de la forêt d'Ermenonville. La limite avec Baron correspond également à la lisière de la forêt. Comme particularité, la commune d'Ermenonville arrive jusqu'à la ferme des Grimpereaux à l'entrée ouest du village. Contrairement à ce que suggère la proximité de la forêt, qui commence à 700 m derrière les dernières maisons de Montagny, la commune ne présente pas le moindre mètre carré de forêt sur son territoire. Le bois de Perthe appartient à Fontaine-Chaalis, et le bois de Montlognon à la commune du même nom, respectivement à Baron pour son secteur formé de bois privés. Le paysage de Montagny est marqué par les surfaces agricoles, ainsi que par la LGV Nord qui passe à l'ouest, dans un sens nord-sud, coupant la relation visuelle entre village et forêt. Le relief est à peu près plat, avec une altitude variant seulement entre 100 m et 124 m. Aucun cours d'eau n'irrigue le territoire communal[3].

Quelques vues du village.

Le patrimoine paysager de Montagny-Sainte-Félicité est protégée par une ZNIEFF type 1 « Site d'échanges interforestiers (passage de grands mammifères) de Retz à Ermenonville », n° national 220005076[4]. La moitié occidentale de la commune (à l'ouest de la RD 100 au nord, et de la voie communale de Silly-le-Long au sud) fait partie du vaste site naturel inscrit de la vallée de la Nonette, créé par arrêté du [5]. Ce site inscrit a préfiguré le Parc naturel régional Oise-Pays de France pour sa partie située dans l'Oise, créé par décret du et incorporant l'ensemble de la commune de Montagny[6]. Une petite partie du territoire communal entre aussi dans le site naturel classé de la forêt d'Ermenonville, à savoir le secteur entre le village et la lisière de la forêt[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[8]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[9].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[10]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[8]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 724 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[12] complétée par des études régionales[13] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Le-Plessis-Belleville », sur la commune du Plessis-Belleville, mise en service en 1964[14] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[15],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,6 °C et la hauteur de précipitations de 750,5 mm pour la période 1981-2010[16]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Le Bourget », sur la commune de Bonneuil-en-France, dans le département du Val-d'Oise, mise en service en 1920 et à 29 km[17], la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour la période 1971-2000[18] à 11,6 °C pour 1981-2010[19], puis à 12,1 °C pour 1991-2020[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montagny-Sainte-Félicité est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[21],[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[24],[25].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (94,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (94,8 %), zones urbanisées (4,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,2 %), forêts (0,2 %)[26].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[27].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Montagny vient de « montaniacum », domaine (acum) d'un romain du nom de Montanius[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un conseil municipal d'enfants, instauré en 1990[28].

Les maires de la commune[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1883 septembre 1918 Léon Corbie    
septembre 1918 1919 Delorme   Maire par intérim (adjoint)
1919 octobre 1922 Georges Michon    
octobre 1922 1929 Jean Herbin    
1929 septembre 1932 Francis Derlique    
septembre 1932 décembre 1932 Jean Herbin   Maire par intérim (adjoint)
décembre 1932 mars 1958 Pierre Corbie    
mars 1958 juillet 1958 Auguste Frémin   Maire par intérim (adjoint)
juillet 1958 1977 Yvonne Corbie    
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1989 En cours
(au 14 septembre 2014)
Jean-Paul Douet PS Conseiller Général
Réélu pour le mandat 2014-2020[29]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[31].

En 2018, la commune comptait 415 habitants[Note 7], en augmentation de 0,73 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
507522501468518486474488473
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
428430439443473431412422424
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
389353333308317325349304319
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
299331334336407405411409419
2018 - - - - - - - -
415--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (53,1 %) est supérieur au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 46,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 19,8 %, 45 à 59 ans = 27,6 %, plus de 60 ans = 20,8 %) ;
  • 53,1 % de femmes (0 à 14 ans = 14,7 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 26,7 %, plus de 60 ans = 19,8 %).
Pyramide des âges à Montagny-Sainte-Félicité en 2007 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
1,4 
4,7 
75 à 89 ans
6,9 
16,1 
60 à 74 ans
11,5 
27,6 
45 à 59 ans
26,7 
19,8 
30 à 44 ans
21,2 
14,1 
15 à 29 ans
17,5 
17,7 
0 à 14 ans
14,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Montagny-Sainte-Félicité

Les armes de Montagny-Sainte-Félicité se blasonnent ainsi :

D’azur à la croix ancrée alésée d'argent.


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Félicité de Montagny.

Montagny-Sainte-Félicité ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire.

  • Église Sainte-Félicité, rue du Moutier, à l'extérieur du village au sud (classée monument historique par liste de 1862[36]) : Elle a été donnée à l'abbaye Saint-Vincent de Senlis en 1154, qui établit un prieuré au nord de l'église, et reste le collateur de la cure jusqu'à la Révolution française. Les éléments les plus anciens de l'église actuelle remontent seulement au XIIIe siècle ; ce sont les supports des voûtes des deux travées droites du chœur. Sinon, l'église a été entièrement reconstruite entre 1510 et 1525 environ, dans le style gothique flamboyant. Seulement la façade et le clocher sont un peu plus récents, et appartiennent déjà à la Renaissance. C'est surtout pour sa haute et gracieuse flèche en pierre que l'église Sainte-Félicité est connue : elle culmine à 65 m de hauteur, et n'est dépassée, dans le département, que par la cathédrale de Senlis. Si l'architecture du reste de l'église ne montre que peu de particularités et reste presque austère, sauf à la façade et au chevet, elle peut s'enorgueillir d'un beau et vaste retable de pierre, installé en 1568 et relatant le martyre de sainte Félicité de Rome, patronne de l'église[37].

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L'abreuvoir, au carrefour rue du Moutier / RD 922 : Appelé localement « la mare », c'est un plan d'eau rectangulaire coincé entre la route et le mur d'enceinte d'une propriété privée. En l'absence de cours d'eau, une telle mare était important pour abreuver le bétail, mais aussi en cas d'incendie. Une seconde mare, plus petite, subsiste impasse des Grimpereaux, à l'ouest du village, en face de la ferme des Grimpereaux. La troisième mare, près de l'église, a aujourd'hui disparu[38].
  • Les croix et calvaires : Montagny compte six croix et calvaires, symboles de protection, marquant les limites du village. Ils ont jadis servis d'étapes de processions, notamment le dimanche le plus proche du pour la fête de sainte Félicité. Souvent ces croix ont été érigées par des paroissiens à l'occasion d'événements spécifiques de leur vie. En raison des destructions de symboles religieux à la Révolution, la plupart d'entre eux ne datent que du XIXe siècle et sont en fer forgé. La croix à l'entrée nord du village, sur la RD 100, s'appelle la croix Ganneval. Les volutes entre les branches de la croix sont censées représenter des flammes comme métaphore du saint-Esprit. Près de l'église se trouvent la croix Mathieu (au coude de la route) et la croix Saint-Martin (face au portail), croix en bois entourée d'érables. S'y ajoute la croix de cimetière. Une cinquième croix se situe près de l'entrée ouest du village, place du Jeu d'arc[39], et une sixième sur la place du Fort au milieu du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Macon, « Un village de l'Oise, Montagny-Sainte-Félicité », Mémoires de la Société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, Paris, vol. XLVIII,‎ , p. 78-86 (ISSN 1257-7480)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[11].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. « Montagny-Sainte-Félicité (60950) », sur Habitants.fr - Nom des habitants des communes françaises (consulté le ).
  2. [PDF] « Horaire de la ligne 20 » (consulté le ).
  3. Communes limitrophes et autres renseignements topographiques selon la carte topographique 1 : 25000e « TOP 25 » de l'IGN, consultable en 3D sur le site « Geoportail » (consulté le ). Distances mesurées par l'outil proposé dans le mode de visionnage en 3D.
  4. Cf. « Présentation de la znieff « Site d'échanges interforestiers (passage de grands mammifères) de Retz à Ermenonville » », sur DREAL Picardie (consulté le ).
  5. Cf. [PDF] « Vallée de la Nonette », sur DREAL Picardie (consulté le ).
  6. Cf. [PDF] « Journal officiel de la République française du 15 janvier 2004, p. 1143-1144 », sur DREAL Picardie (consulté le ).
  7. [PDF] « Forêts d'Ermenonville, de Pontarmé, de Haute Pommeraie, Butte et clairière de Saint-Christophe », sur DREAL Picardie (consulté le ).
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  9. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  10. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  11. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  12. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  13. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  14. « Station Météo-France Le-Plessis-Belleville - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Orthodromie entre Montagny-Sainte-Félicité et Le Plessis-Belleville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Le-Plessis-Belleville - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Montagny-Sainte-Félicité et Bonneuil-en-France », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  20. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  27. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  28. Cf. « Montagny-Sainte-Félicité », sur CC du Pays de Valois (consulté le ).
  29. « Montagny-Sainte-Félicité », Cartes de France (consulté le ).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  34. « Évolution et structure de la population à Montagny-Sainte-Félicité en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  35. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  36. Notice no PA00114751, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Nanteuil-le-Haudouin, Beauvais, Conseil général de l'Oise / comité départemental du tourisme, , 32 p., p. 21.
  38. Cf. Commune de Montagny-Sainte-Félicité : Étude urbaine, op. cit., p. 20-21.
  39. [PDF] « Découvrons les villages du parc : Montagny-Sainte-Félicité », sur Parc naturel régional Oise-Pays de France (consulté le ). Le texte fait erreur en disant que le clocher de Montagny est le plus haut de l'Oise.