Lannoy-Cuillère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lannoy-Cuillère
Lannoy-Cuillère
Façade de la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Sylvie Van Overbeke
2020-2026
Code postal 60220
Code commune 60347
Démographie
Gentilé Launoyens
Population
municipale
283 hab. (2019 en augmentation de 4,43 % par rapport à 2013)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 31″ nord, 1° 44′ 55″ est
Altitude Min. 142 m
Max. 229 m
Superficie 14,98 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lannoy-Cuillère
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Lannoy-Cuillère
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lannoy-Cuillère
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lannoy-Cuillère
Liens
Site web http://www.lannoy-cuillere.sitew.fr

Lannoy-Cuillère est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Après une consultation locale, les habitants ont décidé d'être dénommés les Launoyens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Lannoy-Cuillère-FR-60-Frettencourt-limite de département-1.jpg

La commune de Lannoy-Cuillère se situe à l'extrémité ouest du département de l'Oise, en bordure du département de la Seine-Maritime, dans la vallée de la Bresle et entourée de coteaux boisés. Elle se trouve à 7 km de Formerie, 8 km d’Aumale, 45 km de Beauvais, 65 km d’Amiens, 80 km d’Abbeville, 80 km de Rouen et 80 km de Dieppe.

Lannoy-Cuillère (et ses hameaux) est un village-rue édifié le long de la RD 67.

La ligne d'Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers constitue une partie de la limite est du territoire communal, mais la station la plus proche est la gare d'Abancourt, desservie également par la Ligne de Saint-Roch à Darnétal-Bifurcation (Amiens-Rouen).

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Lannoy-Cuillère-FR-60-panneau d'agglomération-2.jpg
Lannoy-Cuillère-FR-60-Rothois-panneau d'agglomération-3.jpg

La commune compte plusieurs écarts ou lieux-dits ; Frettencourt (commune absorbée en 1828) et Rothois-sur-Bresles (commune absorbée en 1825) , Ménival, Auville.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est drainé par le fleuve côtier la Bresle.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est accessible  :

Habitat[modifier | modifier le code]

En 1999, 78,7 % des résidents de la commune étaient propriétaires de leurs logements (contre 60,4 % pour le département) et 16,9 % étaient locataires (contre 35,8 %)[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Données générales
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Médiane nationale 1 852 835 16 25 50
Formerie[3] 1650 657 17 18 54
Paris 1 662 637 12 17 8
Nice 2 724 733 1 27 1
Strasbourg 1 693 665 26 28 51
Brest 1 530 1 210 7 12 76
Bordeaux 2 035 944 3 31 69
Climat de la Picardie
Données météorologiques dans l'Oise de 1961 à 1990[4]
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Températures minimales (°C) 1 1,1 2,7 4,4 7,6 10,3 12,2 12,2 10,4 7,7 3,9 1,8 6,3
Températures maximales (°C) 5,6 6,5 9,4 12,4 16,2 18,9 21,0 21,3 18,9 14,8 9,4 6,5 13,4
Températures moyennes (°C) 3,3 3,8 6,0 8,4 11,9 14,6 16,6 16,7 14,7 11,3 6,7 4,2 9,8
Ensoleillement (h) 52,6 81,3 114,0 165,6 199,0 209,7 215,4 207,8 151,5 113,7 74,4 47,5 1637,9
Pluviométrie (mm) 59,2 48,3 55,0 48,1 53,6 61,8 57,4 57 68 71,8 81,2 70,2 731,5

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lannoy-Cuillère est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (55 %), prairies (28,7 %), forêts (13,5 %), zones agricoles hétérogènes (2,9 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune, intituée lors de la Révolution française, absorbe en 1825 celle de Rotois et en 1828, celle de Frettencourt, qui sont désormais des hameaux[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Formerie[12]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Grandvilliers.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lannoy-Cuillère fait partie, comme quatre-vingt-huit autres communes, de la communauté de communes de la Picardie Verte qui correspond l'ensemble des communes des anciens cantons de Formerie, Grandvilliers et Marseille-en-Beauvaisis, ainsi que certaines communes du canton de Songeons.

La commune fait également partie du « Grand Beauvaisis », l'un des seize pays a constituer le « Pays de Picardie[réf. nécessaire] ».

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1847   Pierre Etienne Léonard Donat
Ménestrier
  Propriétaire du château de Ménival
Conseiller général de Formerie (1833 → 1871)
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988 1994 Jean Gautier   Décédé en fonction
1994 2001 Daniel Deschauwer[13],[14]   Agent EDF-GDF
2001 mai 2020[15] Laurent Mylle[16]   Agriculteur
mai 2020[15] En cours
(au 4 juin 2020)
Sylvie Van Overbeke   Cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2019, la commune comptait 283 habitants[Note 2], en augmentation de 4,43 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
150170195176454463477462431
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
436395411412408398405373384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
351354325315366350321320334
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
315280236244232211216217271
2018 2019 - - - - - - -
283283-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 38,5 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,5 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 142 hommes pour 141 femmes, soit un taux de 50,18 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,89 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,7 
4,9 
75-89 ans
7,1 
19,7 
60-74 ans
18,4 
17,6 
45-59 ans
17,0 
19,7 
30-44 ans
17,7 
19,0 
15-29 ans
20,6 
19,0 
0-14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède[Quand ?] deux écoles primaires[22].

Économie[modifier | modifier le code]

Vaches s'abreuvant dans la Bresle.

L'activité économique du village est essentiellement liée à l'agriculture et à l'élevage.Plusieurs commerces et artisans y sont installés[23] : En 2011, selon une enquête réalisée lors de l’élaboration du plan d'occupation des sols, 13 exploitations agricoles, essentiellement d'élevage, existaient dans la commune.

La mise en place de quatre éoliennes est en cours de réalisation[Quand ?] sur les communes de Lannoy-Cuillière et Criquiers[24]

Cadre naturel du village.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

La commune compte trois églises :

  • Église Notre-Dame-et-Assomption, en briques et silex, composée d’une nef unique suivie d’un chœur légèrement plus large que termine une abside à trois côtés, des XVIe et XVIIe siècles. La charpente conserve des blochets à la décoration savoureuse et des sablières, et l'église contient un mobilier remarquable : Vierge à l’Enfant en pierre du XVe siècle, lutrins, l'un du XVIe siècle, l'autre du XVIIIe siècle provenant de l’église détruite de Rothois-sur-Bresles, grand retable d’autel à fûts torsadés du XVIIe siècle[25] ;

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Église Saint-Pierre, située au hameau de Frettencourt ;
  • Église Saint-Sulpice, située au hameau de Rothois ;

ainsi que la chapelle du Dieu-de-Pitié (au hameau de Frettencourt), édifiée en 1847 à l'emplacement d’un monument druidique, consacrée à la Passion du Christ, et qui est l'objet de nombreux pèlerinages. À l'entrée deux peintures représentent des chevaliers de Malte qui au XIIIe siècle ont fait construire au même emplacement une chapelle, détruite au XVIe siècle par les Anglais.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le château de Beaulieu, du début du XXe siècle, se trouve dans la commune.

Lannoy-Cuillière compte un monument aux morts[26] ainsi qu'un carré militaire de composés de sept tombes du Commonwealth de soldats tombés lors des deux guerres mondiales[27],[28].

Des larris ont été rénovés par le conservatoire des sites naturels de Picardie[29]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Ziolo, Lannoy-Cuillère ; 1939-19345 chez nous : un petit village dans l'Oise Normande pendant la Seconde Seconde Guerre mondiale, Grandvilliers, Editions Delattre, , 104 p. (ISBN 978-2-36464-088-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les habitants ont choisi de s'appeler les Launoyens », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Recensement INSEE 1999
  3. Données de la station de Beauvais, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  4. Relevés météorologiques d'Abbeville, Somme (80), de 1961 à 1990 (infoclimat.fr)
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « Daniel Deschauwer, ancien maire, est décédé », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3573,‎ , p. 18.
  14. « Pierre Deschauwer, ancien maire du village, est décédé », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3518,‎ , p. 9 « Né à Paris en 1936, il a travaillé chez EDF- GDF en 1956 à Paris puis à Beauvais, Grandvilliers et Compiègne. (...) Il est élu au conseil municipal en 1989. Il devient maire en 1994 au décès de Jean Gautier. Il est réélu maire en 1995. Il ne se représente pas en 2001 ».
  15. a et b « À Lannoy-Cuillère, Sylvie Van Overbeke a été élue maire : Sylvie Van Overbeke est le nouveau maire de Lannoy-Cuillère. Elle succède à Laurent Mylle à la tête du village », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ) « ’ancienne deuxième adjointe de Laurent Mylle a été élue maire de Lannoy-Cuillère (Oise) mardi 26 mai 2020 ».
  16. Réélu pour le mandat 2014-2020 : Le Réveil du 27 mars 2008
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Lannoy-Cuillère (60347) », (consulté le ).
  21. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  22. « Liste des établissements du premier degré »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l'Académie d'Amiens
  23. « Économie », sur http://www.lannoy-cuillere.sitew.fr (consulté le ).
  24. Les éoliennes dans l'Oise
  25. Dominique Vermand, « Lannoy-Cuillère, église Notre-Dame », Églises de l'Oise - Art roman et gothique, (consulté le ).
  26. MemorialGenWeb.org - Lannoy-Cuillière : monument aux morts
  27. MémorialGenWeb.org Lannoy-Cuillière : carré soldats du Commonwealth
  28. « Un travail de mémoire communal : Un ouvrage historique sur la commune pendant la Seconde Guerre mondiale va être présenté aux habitants ce 24 octobre. Il a été écrit par le premier adjoint », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. , édition de l'Oise, « Un week-end en communion avec la nature », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Venez participer à la préservation des larris de Lannoy-Cuillère dans la vallée de la Bresle en aidant le conservatoire à restaurer ces lieux. Après des travaux de débroussaillement et de fauche mécanique, il met en place du pâturage pour maintenir les milieux ouverts et contenir l'envahissement par les broussailles ».