Beaulieu-les-Fontaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Beaulieu-les-Fontaines
Beaulieu-les-Fontaines
Mairie de Beaulieu-les-Fontaines.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Canton Thourotte
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Sources
Maire
Mandat
François Plevel
2014-2020
Code postal 60310
Code commune 60053
Démographie
Gentilé Bellifontains, Bellifontaines
Population
municipale
611 hab. (2016 en augmentation de 3,04 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 39″ nord, 2° 54′ 48″ est
Altitude Min. 67 m
Max. 106 m
Superficie 12,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Beaulieu-les-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Beaulieu-les-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaulieu-les-Fontaines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaulieu-les-Fontaines

Beaulieu-les-Fontaines est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Solente
Somme
Champien
Somme
Ognolles Ercheu
Somme
Rose des vents
Margny-aux-Cerises N Frétoy-le-Château
O    Beaulieu-les-Fontaines    E
S
Avricourt Écuvilly Campagne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beaulieu-les-Fontaines est anciennement attesté sous les formes Beaulieu-le-Comte[Quand ?] et Beaulieu-en-Vermandois[réf. nécessaire], probablement en raison de son appartenance au territoire historique du Vermandois, qui était très vaste à l'époque du Haut Moyen Âge.

Il s'agit d'une formation toponymique médiévale de signification apparente « beau lieu  » qui peut aussi avoir le sens d’« endroit agréable à habiter ». Albert Dauzat ne cite aucune forme ancienne, ce qui signifie qu'il n'en connait pas. En revanche, les autres Beaulieu sont souvent attestés au Moyen Âge sous la forme latinisée Bellus Locus[1], dont les éléments latins bellus et locus ont donné l'ancien français bel > beau et lieu. On note en gallo-roman BELLU et LOCU.

De nombreuses communes portent ce nom unique[2]. Pour éviter les confusions , on indique le département entre parenthèses: ce sont Beaulieu (Ardèche), Beaulieu (Cantal), Beaulieu (Côte-d'Or), Beaulieu (Hérault), Beaulieu (Indre), Beaulieu (Isère), Beaulieu (Haute-Loire), Beaulieu (Nièvre), Beaulieu (Orne), Beaulieu (Puy-de-Dôme). Certaines communes ont adjoint, pour se différencier, un mot indiquant leur situation: Beaulieu-les-Fontaines, Beaulieu-sur-Mer, Beaulieu-sur-Loire, Beaulieu-sur-Layon, Beaulieu-sous-la-Roche, Beaulieu-sur-Dordogne, Beaulieu-sur-Sonnette, Beaulieu-sur-Oudon, Beaulieu-en-Argonne, Beaulieu-lès-Loches, Beaulieu-sous-Parthenay.

Le gentilé des habitants de Beaulieu est très varié : Beaulieusard, Beaulieurois, Bellilocien, Bellieurain, Bellilocois, Belliloquois, Belliloqueteux, Belliquière, Berlugan, Beloudonien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un gisement mésolithique est identifié sur le territoire [réf. nécessaire].

Lieu assez considérable au Moyen Âge, Beaulieu portait le titre de bourg ou de ville [réf. nécessaire]. Il y avait trois forteresses dont les traces sont encore visibles : un donjon octogonal (au centre du village), une autre près de la forêt de Bouvresse, au lieu-dit le Bouquet, qui portait le nom de fort de Namur [réf. nécessaire], la troisième au lieu-dit le Vieux-Montel [réf. nécessaire].

Il existait un prieuré fondé au XIIe siècle [réf. nécessaire], et un couvent dépendant des religieuses de Sainte Catherine de Sienne [réf. nécessaire].

En 1430, après sa capture, Jeanne d'Arc est enfermée dans le château[Lequel ?]. Elle y fut bien traitée et il lui fut laissé son propre intendant, Jean d'Aulon. Elle pouvait quitter sa geôle pour aller prier dans la chapelle du château. Elle est incarcérée au premier étage d'une tour d'enceinte. Fin mai, elle réussit à déplacer deux solives du plancher et se laisse glisser jusqu'au rez-de-chaussée, probablement à l'aide d'une corde. Elle parvint jusqu'à l'entrée du château mais une ronde la surprit. Ce fut la première des deux tentatives de fuite de Jeanne.

Le gouverneur de Beaulieu, Jacob Estobert renforce la garde, interdit les sorties et retient Jeanne dans un sombre réduit, avant son transfert pour le château de Beaurevoir.

En 1465 et 1476, Beaulieu fut deux fois assiégé, pris et détruit par les Bourguignons [réf. nécessaire]. La seigneurie appartenait à la maison de Nesle et fit partie du marquisat de ce nom, érigé au XVIe siècle [réf. nécessaire]. La cure avait été constituée en paroisse au XIIIe siècle [réf. nécessaire].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1917, les Allemands dynamitent l'église lors de leur retraite, afin de faire tomber le clocher pour barrer la route. Mais celui-ci s'affaissa sur lui-même.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Beaulieu-les-Fontaines Blason D'azur à l'épée haute d'argent, garnie d'or, enfilée en chef d'une couronne du même et accostée de deux fleurs de lis d'or[3].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Pierre Lagoutte DVD  
mars 2008 En cours
(au 24 août 2014)
François Plevel   Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 611 habitants[Note 1], en augmentation de 3,04 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
742728717785715729731721722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
705712695672675716699673714
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
676695641531554562551532551
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
571527453459470505576585597
2016 - - - - - - - -
611--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 15,7 %, plus de 60 ans = 24,3 %) ;
  • 50,9 % de femmes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 14,1 %, plus de 60 ans = 28,5 %).
Pyramide des âges à Beaulieu-les-Fontaines en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
4,7 
8,7 
75 à 89 ans
9,4 
15,3 
60 à 74 ans
14,4 
15,7 
45 à 59 ans
14,1 
21,3 
30 à 44 ans
18,5 
19,2 
15 à 29 ans
18,5 
19,5 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Association des chasseurs de Beaulieu-les-Fontaines
  • Association pour la valorisation des races d'animaux d'ornement
  • Lors de certaines fêtes, l'eau de la fontaine de la place est remplacée par du vin.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Deux fontaines : la fontaine Saint-Jean-Baptiste (ou fontaine Cayeux) sur la rue du parc Saint-Jean et la fontaine Lematte.
  • Vestiges du château féodal (une tour, restaurée au XVIIe siècle), située dans l'enceinte de la Maison Familiale Rurale).
  • Église paroissiale Notre-Dame du XXe siècle.
  • Ancien pigeonnier de trois étages.
  • Ancienne gendarmerie (actuellement résidence privée).
  • Statue de Jeanne d'Arc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 62b et 63a
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  3. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=12714
  4. « Beaulieu-les-Fontaines », Cartes de France (consulté le 24 août 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Évolution et structure de la population à Beaulieu-les-Fontaines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 novembre 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 novembre 2010)