Blaincourt-lès-Précy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blaincourt-sur-Aube et Précy (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Blincourt.
Blaincourt-lès-Précy
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Montataire
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise
Maire
Mandat
Patrick Corbel
2014-2020
Code postal 60460
Code commune 60074
Démographie
Population
municipale
1 198 hab. (2014)
Densité 147 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 25″ nord, 2° 21′ 26″ est
Altitude Min. 46 m – Max. 150 m
Superficie 8,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Blaincourt-lès-Précy

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Blaincourt-lès-Précy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blaincourt-lès-Précy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blaincourt-lès-Précy

Blaincourt-lès-Précy est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Blaincourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Blaincourt-lès-Précy[1]
Ercuis Cires-lès-Mello Maysel
Saint-Leu-d'Esserent
Crouy-en-Thelle Blaincourt-lès-Précy[1]
Précy-sur-Oise Villers-sous-Saint-Leu

Toponymie[modifier | modifier le code]

La dénomination de la commune a changé de Blaincourt à Blaincourt-lès-Précy en 1992[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Senlis du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie de 1793 à 1973 du canton de Creil. Celui-ci est alors scindé, et la commune rattahée au canton de Montataire[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont dépend toujours la commune, est modifié et s'étend, regroupant désormais 15 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes la Ruraloise, créée au , et qui avait pris la suite du SIVOM de Villers.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[4], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[5],[6].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération de la France
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1951 Jean-Baptiste Buiron    
1951 1965 Ferdinand Hobigand    
1965 1971 Noël Chartrel    
1971 1980 Germain Van Haecke    
1980 1986 Charles Starnini    
1986 1989 Pierre Raynaud    
1989 1995 Nicolas Mouravtzeff    
1995 2001 Michel Danger    
2001 2008 Didier Peltot DVG [8]  
2008 en cours
(au 7 février 2016)
Patrick Corbel LR Réélu pour le mandat 2014-2020[9]

population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 198 habitants, en augmentation de 0,42 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
536 527 562 529 510 479 472 482 457
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
455 432 413 418 381 358 359 326 328
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
320 309 335 325 323 343 336 310 330
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
354 438 522 889 1 253 1 158 1 215 1 193 1 198
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 25 %, plus de 60 ans = 16,2 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 22,9 %, 45 à 59 ans = 25,2 %, plus de 60 ans = 15,4 %).
Pyramide des âges à Blaincourt-lès-Précy en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,2 
2,8 
75 à 89 ans
4,1 
13,4 
60 à 74 ans
11,1 
25,0 
45 à 59 ans
25,2 
23,2 
30 à 44 ans
22,9 
14,1 
15 à 29 ans
16,0 
21,5 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Santé[modifier | modifier le code]

La municipalité crée en 2016/2017 une maison de santé destinée à accueillir deux médecins généralistes, deux kinési-thérapeutes, deux infirmières et un pédiatre à temps partiel, dans une ancienne chèvrerie située près de l'église[15].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune ne compte plus qu'un seul commerce de proximité, le New Morning, permet de se restaurer vite et pas cher, sur place ou à emporter[16].

Culture locale et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de la Nativité de Notre-Dame.

Blaincourt-lès-Précy ne compte qu’un seul monument historique sur son territoire :

C'est un édifice très homogène du milieu du XVIe siècle, extérieurement très sobre et sans intérêt particulier, et flanqué devant la première travée du sud par un clocher-tour de 1781. Le portail occidental est précédé par un porche, constitué d'un toit sur une charpente en carène renversé, qui s'appuie à l'ouest sur deux piliers cylindriques. Sinon, l'extérieur est marqué par des contreforts qui se terminent par un glacis et qui sont scandés horizontalement par un larmier qui court tout autour au niveau du seuil des fenêtres, ainsi que par les fenêtres au réseau gothique flamboyant. Le dossier de protection les associe au XVe siècle, datation qui suggère deux campagnes de construction différentes et que Dominique Vermand ne reprend pas[18].
L'intérieur de l'église s'organise en trois vaisseaux de cinq travées chacun, voûtés à la même hauteur et se terminant par un chevet plat. Le vaisseau central est un peu plus large que les autres, et communique avec ses collatéraux par des arcades largement ouvertes qui se confondent avec les doubleaux des voûtes. Ces arcades, ainsi que les ogives des voûtes, retombent sur les tailloirs de minces piliers isolés, auxquels répondent des demi-piliers engagés dans les murs. Le profil des voûtes et des doubleaux est encore en tiers-point, et les nervures ne sont pas pénétrantes contrairement à la règle à la période flamboyante, mais les chapiteaux sont entièrement absents. Dans son ensemble, l'intérieur de l'église de la Nativité est élégant et paraît d'une grande légèreté, et n'est pas sans rappeler certaines cryptes gothiques[18]

On peut également noter :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Blaincourt-lès-Précy

Les armes de Blaincourt-lès-Précy se blasonnent ainsi :
d'argent,à la bordure d'azur et à l'ecusson de gueules aux huit merlettes cousues de sable ordonnées en orle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Blaincourt-lès-Précy sur Géoportail.
  2. Décret du 5 août 1992 portant changement de noms de communes sur Légifrance.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  5. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  6. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  8. EIP, Annuaire des Mairies de l'Oise (60), Cannes, Les Éditions Céline, coll. « Annuaire des maires de France », , 254 p. (ISBN 9782352581604, lire en ligne), p. 41
  9. « Blaincourt-lès-Précy », Cartes de France (consulté le 24 août 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Blaincourt-lès-Précy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  15. « Blaincourt-lès-Précy : l'ancienne chèvrerie attend des médecins généralistes », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  16. « Le Good Morning à Blaincourt-lès-Précy », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  17. Notice no PA00114531, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. a et b Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Montataire, Vallées de l'Oise et du Thérain, Beauvais, ca. 1998, 24 p., p. 6.