Thiers-sur-Thève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Oise
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Oise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Thiers-sur-Thève
Ruines du château : l'ancienne chapelle.
Ruines du château : l'ancienne chapelle.
Blason de Thiers-sur-Thève
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Senlis
Intercommunalité Communauté de communes Senlis Sud Oise
Maire
Mandat
Didier Jeudon
2014-2020
Code postal 60520
Code commune 60631
Démographie
Gentilé Thierois,Thieroises
Population
municipale
1 051 hab. (2014)
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 09′ 11″ nord, 2° 34′ 23″ est
Altitude Min. 54 m – Max. 102 m
Superficie 6,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Thiers-sur-Thève

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Thiers-sur-Thève

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thiers-sur-Thève

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thiers-sur-Thève

Thiers-sur-Thève est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Thierois et Thieroises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

L'horticulture sous serres appartient désormais au passé à Thiers.

Situation[modifier | modifier le code]

Thiers-sur-Thève est située dans le sud du département de l'Oise, à la lisière sud de la forêt de Chantilly, sur la RD 607 entre Pontarmé et Mortefontaine, à une distance orthodromique de 36 km au nord-nord-est de Paris, respectivement de 6 km au sud du chef-lieu d'arrondissement de Senlis. La distance routière de la capitale est de 44 km par la RD 1017 et l'autoroute A1, via le connecteur no 7 de Survilliers / Saint-Witz, et l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle est éloigné de 21 km. La RD 607 constitue l'unique accès à Thiers ; l'autoroute traverse le territoire communal à l'est du village sans moyen de la rejoindre directement.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Concernant les transports en commun, Thiers est desservi à certaines heures par la ligne d'autocars no 13 du réseau départemental Sud-Oise, gare d'Orry-la-Ville - Coye - Senlis. Du lundi au vendredi, trois cars partent le matin pour la gare d'Orry-la-Ville - Coye qu'ils rejoignent en 15 min, et deux cars en reviennent en soirée. Le mardi et vendredi, jour de marché à Senlis, deux aller-retours sont proposées pour cette ville. Le tarif est de 2,20 euros pour un ticket aller-retour à destination d'Orry, La Chapelle-en-Serval ou Senlis[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Thiers-sur-Thève compte cinq communes limitrophes, dont Pontarmé est celle avec Thiers partage le plus de limites communes, à savoir 5,8 km pour une circonférence totale de 12 km environ. Bien que Pontarmé soit située à l'ouest de Thiers, la limite nord de Thiers donne également sur Pontarmé. Par contre, Mont-l'Évêque ne côtoie Thiers que sur 200 m environ, au nord-est de la butte aux Gens d'Armes et au-delà de l'autoroute. Sinon, toutes les parcelles de la forêt d'Ermenonville qui touchent le territoire communal de Thiers à l'est sont situées sur Fontaine-Chaalis. Le golf de Morfontaine et les pistes d'essais du C.E.R.A.M. correspondent à la commune de Mortefontaine, et ce sont le parc Astérix et le hameau de Neufmoulin qui sont situés sur la commune de Plailly, au sud-est[3].

Communes limitrophes de Thiers-sur-Thève
Mont-l'Évêque
Pontarmé Thiers-sur-Thève Fontaine-Chaalis
Plailly Mortefontaine

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, Thiers est située sur la Thève, petit affluent de l'Oise qui coule à travers la forêt de Chantilly. Cette forêt et plus précisément sa partie appelée forêt de Pontarmé, occupe 195 ha soit 31 % du territoire communal. S'y ajoutent le Bois Bourdon et plusieurs petits bois privés disséminés sur le territoire, conférant à Thiers le caractère d'un village-clairière. Le relief est pratiquement plat, exception faite de la butte aux Gens d'Armes au nord-est, point culminant de la commune à103 m d'altitude. C'est une butte-témoin sablonneux avec une végétation de pins et bruyères, proche de la forêt d'Ermenonville. Le point le plus bas est localisé à l'endroit où la Thève quitte la commune, près des étangs de Saint-André, à 54 m au-dessus du niveau de la mer. Le village lui-même est situé à une altitude inférieure à 54 m.

Environnement[modifier | modifier le code]

Le « Trou de Sable » entre le GR 1 et le stade.

Le patrimoine naturel et paysager de Thiers-sur-Thève est protégé par deux ZNIEFF du type 1. La ZNIEFF n° national 220014323 « Massif forestier de Chantilly / Ermenonville » concerne sur Thiers l'ensemble des parcelles de la forêt de Chantilly, appelée ici forêt de Pontarmé, et les petits bois privés à la lisière de cette forêt[4]. La ZNIEFF n° national 220014325 « Bois de Morrière » porte essentiellement sur un bois de ce nom situé sur la commune de Plailly, mais englobe également le Bois Bourdon au sud de Thiers, les près humides à l'est du village, et l'ensemble du secteur au-delà de l'autoroute, avec notamment la lisière des bois autour de la butte du Maulois[5]. L'ensemble du territoire communal fait partie du site classé « Forêts d'Ermenonville, de Pontarmé, de Haute-Pommeraie, butte et clairière de Saint-Christophe », créé par arrêté du 28 août 1998 sur la base de la loi du 2 mai 1930 relative à la protection des monuments naturels et des sites de caractère artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque[6]. Antérieurement, l'ensemble de la commune avait déjà été retenu pour le site inscrit de la vallée de la Nonette, créé par arrêté du 6 février 1970[7]. Ce site inscrit a préfiguré le Parc naturel régional Oise-Pays de France pour sa partie située dans l'Oise, créé par décret du 13 janvier 2004 et incorporant l'ensemble de la commune de Thiers[8]. - Concernant la randonnée pédestre et équestre, la commune est traversée d'est en ouest par le GR 1, passant par la forêt et parfois en lisière de forêt, en provenance d'Ermenonville, et en direction des étangs de Commelles et de la gare d'Orry-la-Ville - Coye. Par la forêt, l'on peut rejoindre Senlis, Mont-l'Évêque ou l'abbaye de Chaalis. Des chemins ruraux permettent de rejoindre La Chapelle-en-Serval, mais en raison de la présence du parc Astérix, du circuit d'essais et du golf de Morfontaine, tout le secteur au sud-est du village est parfaitement inaccessible.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Thiers-sur-Thève ne doit pas être confondu avec la ville Thiers dans la puy-de-dôme ( Capitale mondiale de la coutellerie).

Ces deux dernières ont la même homographie et la même homophonie .

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La « villa Brica » de 1904 est devenue la nouvelle mairie en 2011.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Senlis du département du Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription de l'Oise.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Senlis[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Thiers-sur-Thève reste intégré à ce canton, dont le nombre de communes est réduit de 17 à 14 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début de l'année 2009, la commune appartenait à la communauté de communes du Pays de Senlis qui regroupait 19 collectivités.

À la suite de désaccords profonds entre élus des communes membres[10], le préfet a décidé de dissoudre l'intercommunalité le [11].

Il autorise la création :
- de la Communauté de communes des Trois Forêts (CC3F) avec les 5 communes de Senlis, Aumont-en-Halatte, Courteuil, Chamant et Fleurines.
- de la communauté de communes Cœur Sud Oise (CCCSO), regroupant treize communes et dont le siège était à Ognon, l'une des plus petites de l'intercommunalité[12].

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[13],[14], le schéma départemental de coopération intercommunale approuvé par le préfet de l'Oise le prévoit notamment la fusion de la communauté de communes des Trois Forêts et de la communauté de communes Cœur Sud Oise[15].

Après consultation des conseils municipaux et communautaires concernés[16], la nouvelle intercommunalité, recréant de fait l'ancienne communauté de communes du Pays de Senlis (sans Orry-la-Ville)[17], dont la scission en 2010 avait créée ces deux intercommunalités, est constituée au par un arrêté préfectoral du sous le nom de communauté de communes Senlis Sud Oise, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 mars 2008 Jacky Boyelle    
mars 2008 en cours
(au 24/3/2016[18])
Didier Jeudon   Réélu pour le mandat 2014-2020[19]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[21],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 051 habitants, en diminution de -6,41 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
222 208 238 242 271 284 281 282 281
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
274 291 281 292 272 284 254 248 270
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
276 287 284 277 254 292 301 340 384
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
450 522 568 679 824 979 1 098 1 072 1 051
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006 [22].)

Histogramme de l'évolution démographique<timeline> Colors=

 id:lightgrey value:gray(0.8)
 id:darkgrey  value:gray(0.3)
 id:sfondo value:rgb(1,1,1)
 id:barra value:rgb(0.7,0.9,0.7)

ImageSize = width:710 height:340

PlotArea = left:44 bottom:40 top:10 right:10 DateFormat = x.y Period = from:0 till:1200 TimeAxis = orientation:vertical AlignBars = justify ScaleMajor = gridcolor:darkgrey increment:500 start:0 ScaleMinor = gridcolor:lightgrey increment:100 start:0 BackgroundColors = canvas:sfondo

BarData=

 bar:1781
 bar:1782
 bar:1783
 bar:1784
 bar:1785
 bar:1786
 bar:1787
 bar:1788
 bar:1789
 bar:1790
 bar:1791
 bar:1792
 bar:1793
 bar:1794
 bar:1795
 bar:1796
 bar:1797
 bar:1798
 bar:1799
 bar:1800 text:1800
 bar:1801
 bar:1802
 bar:1803
 bar:1804
 bar:1805
 bar:1806
 bar:1807
 bar:1808
 bar:1809
 bar:1810
 bar:1811
 bar:1812
 bar:1813
 bar:1814
 bar:1815
 bar:1816
 bar:1817
 bar:1818
 bar:1819
 bar:1820 text:1820
 bar:1821
 bar:1822
 bar:1823
 bar:1824
 bar:1825
 bar:1826
 bar:1827
 bar:1828
 bar:1829
 bar:1830
 bar:1831
 bar:1832
 bar:1833
 bar:1834
 bar:1835
 bar:1836
 bar:1837
 bar:1838
 bar:1839
 bar:1840 text:1840
 bar:1841
 bar:1842
 bar:1843
 bar:1844
 bar:1845
 bar:1846
 bar:1847
 bar:1848
 bar:1849
 bar:1850
 bar:1851
 bar:1852
 bar:1853
 bar:1854
 bar:1855
 bar:1856
 bar:1857
 bar:1858
 bar:1859
 bar:1860 text:1860
 bar:1861
 bar:1862
 bar:1863
 bar:1864
 bar:1865
 bar:1866
 bar:1867
 bar:1868
 bar:1869
 bar:1870
 bar:1871
 bar:1872
 bar:1873
 bar:1874
 bar:1875
 bar:1876
 bar:1877
 bar:1878
 bar:1879
 bar:1880 text:1880
 bar:1881
 bar:1882
 bar:1883
 bar:1884
 bar:1885
 bar:1886
 bar:1887
 bar:1888
 bar:1889
 bar:1890
 bar:1891
 bar:1892
 bar:1893
 bar:1894
 bar:1895
 bar:1896
 bar:1897
 bar:1898
 bar:1899
 bar:1900 text:1900
 bar:1901
 bar:1902
 bar:1903
 bar:1904
 bar:1905
 bar:1906
 bar:1907
 bar:1908
 bar:1909
 bar:1910
 bar:1911
 bar:1912
 bar:1913
 bar:1914
 bar:1915
 bar:1916
 bar:1917
 bar:1918
 bar:1919
 bar:1920 text:1920
 bar:1921
 bar:1922
 bar:1923
 bar:1924
 bar:1925
 bar:1926
 bar:1927
 bar:1928
 bar:1929
 bar:1930
 bar:1931
 bar:1932
 bar:1933
 bar:1934
 bar:1935
 bar:1936
 bar:1937
 bar:1938
 bar:1939
 bar:1940 text:1940
 bar:1941
 bar:1942
 bar:1943
 bar:1944
 bar:1945
 bar:1946
 bar:1947
 bar:1948
 bar:1949
 bar:1950
 bar:1951
 bar:1952
 bar:1953
 bar:1954
 bar:1955
 bar:1956
 bar:1957
 bar:1958
 bar:1959
 bar:1960 text:1960
 bar:1961
 bar:1962
 bar:1963
 bar:1964
 bar:1965
 bar:1966
 bar:1967
 bar:1968
 bar:1969
 bar:1970
 bar:1971
 bar:1972
 bar:1973
 bar:1974
 bar:1975
 bar:1976
 bar:1977
 bar:1978
 bar:1979
 bar:1980 text:1980
 bar:1981
 bar:1982
 bar:1983
 bar:1984
 bar:1985
 bar:1986
 bar:1987
 bar:1988
 bar:1989
 bar:1990
 bar:1991
 bar:1992
 bar:1993
 bar:1994
 bar:1995
 bar:1996
 bar:1997
 bar:1998
 bar:1999
 bar:2000 text:2000
 bar:2001
 bar:2002
 bar:2003
 bar:2004
 bar:2005
 bar:2006
 bar:2007
 bar:2008
 bar:2009
 bar:2010
 bar:2011
 bar:2012
 bar:2013
 bar:2014
 bar:2015
 bar:2016
 bar:2017
 bar:2018
 bar:2019
 bar:2020 text:2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

PlotData=

 color:barra width:6 align:center
 bar:1793 from:0 till:222
 bar:1800 from:0 till:208
 bar:1806 from:0 till:238
 bar:1821 from:0 till:242
 bar:1831 from:0 till:271
 bar:1836 from:0 till:284
 bar:1841 from:0 till:281
 bar:1846 from:0 till:282
 bar:1851 from:0 till:281
 bar:1856 from:0 till:274
 bar:1861 from:0 till:291
 bar:1866 from:0 till:281
 bar:1872 from:0 till:292
 bar:1876 from:0 till:272
 bar:1881 from:0 till:284
 bar:1886 from:0 till:254
 bar:1891 from:0 till:248
 bar:1896 from:0 till:270
 bar:1901 from:0 till:276
 bar:1906 from:0 till:287
 bar:1911 from:0 till:284
 bar:1921 from:0 till:277
 bar:1926 from:0 till:254
 bar:1931 from:0 till:292
 bar:1936 from:0 till:301
 bar:1946 from:0 till:340
 bar:1954 from:0 till:384
 bar:1962 from:0 till:450
 bar:1968 from:0 till:522
 bar:1975 from:0 till:568
 bar:1982 from:0 till:679
 bar:1990 from:0 till:824
 bar:1999 from:0 till:979
 
 
 bar:2008 from:0 till:1098
 
 
 
 

TextData =

 pos:(20, 335)
 text:

TextData =

 pos:(20, 20) fontsize:S
 text:"Sources : base Cassini de l'EHESS et base Insee."
</timeline>
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 23,9 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 14,4 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 15,9 %, 30 à 44 ans = 25,3 %, 45 à 59 ans = 21,8 %, plus de 60 ans = 15,1 %).
Pyramide des âges à Thiers-sur-Thève en 2007 en pourcentage[23]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,5 
3,7 
75 à 89 ans
5,4 
10,7 
60 à 74 ans
9,2 
22,4 
45 à 59 ans
21,8 
23,9 
30 à 44 ans
25,3 
16,9 
15 à 29 ans
15,9 
22,4 
0 à 14 ans
21,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[24]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument historique[modifier | modifier le code]

Entrée du château.

Thiers-sur-Thève ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire.

Article détaillé : Château de Thiers-sur-Thève.
  • Ruines du château, place du Château (classées monument historique par la liste de 1862[25]) : le château de Thiers a été construit vers 1250-1260 par Thibault de Beaumont et son épouse Jeanne, de la famille des Bouteiller de Senlis. Après la mort de Thibault, ses héritiers vendirent le château à Renault de Nanteuil-le-Haudouin, évêque de Beauvais, en août 1276. De septembre 1310 à octobre 1311, onze templiers y furent détenus en attendant leur procès. Sinon, le château servait de résidence de campagne aux évêques de Beauvais, jusqu'à être partiellement ruiné lors de la Grande Jacquerie en 1358. Une commission chargée d'évaluer les dégâts subis par les différentes possessions du diocèse recommanda sa remise en état, mais deux ans plus tard, l'on décida finalement d'y renoncer. La seigneurie de Thiers demeura toutefois la propriété des évêques de Beauvais pendant deux siècles encore. Pendant ce temps, le démantèlement du château fut ordonné en 1431, avec évidemment des tours et rabaissement des murailles à une hauteur de 3 m. Le 24 janvier 1624, Estienne Chantrelle, garde forestier, obtint la concession du château liée à l'obligation de faire construire une maison avec les pierres se trouvant dans la cour, mais avec interdiction de démolir les ruines. - Le château de Thiers est une petite forteresse de la forme d'un carré régulier de 56,80 m de cote, avec quatre tours rondes aux angles et trois autres tours identiques au milieu des murailles est, nord et ouest, mesurant 9,40 m de diamètre. Le logis et les dépendances s'alignent le long de la muraille sud, avec, en son centre, le portail flanqué de deux autres tours, qui ont été intégrées dans des maisons construites après la destruction du château. À droite de l'entrée, le rez-de-chaussée servait de magasin, et l'étage abritait une vaste salle d'apparat. La chapelle se situait dans la tour sud-est, et deux arcades ainsi que des chapiteaux en restent toujours visibles. Le pignon ouest a été démoli en 1870, pendant la guerre franco-prussienne[26],[27]. L'intérieur du château est aujourd'hui partagé entre plusieurs propriétés privées et ne se visite pas.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, rue Aveline : C'est une petite église sans caractère particulier, qui est le fruit de plusieurs reconstructions au cours des siècles. La nef unique de trois travées et le chœur à l'abside à pans coupés forment des parties distinctes. Elles ne sont pas voûtées, mais recouvertes seulement de fausses voûtes en berceau de bois et plâtre, et dépourvues d'ornementation. En 1473, l'église de Thiers était en ruines à la suite de la guerre de Cent Ans et des incursions de bandes armées, et comme les moyens manquaient aux villageois pour la rebâtir, l'évêque les autorisa d'organiser une quête dans tout le diocèse. D'autres reconstructions eurent lieu en 1641, portant sur le chevet avec ses trois fenêtres au remplage de type toujours Renaissance, et en 1782 / 1783. L'actuel clocher devant la façade occidentale a été édifié en 1848 à la suite de la destruction du précédent dans un grave incendie, qui avait également affecté plusieurs maisons du village. La disposition rapprochée des contreforts et un arc-doubleau subsistant à l'intérieur font penser que le clocher initial se situait à l'intersection entre nef et chœur. Comme particularité, Thiers et Pontarmé ont toujours formé une paroisse unique avec deux églises et deux conseils de fabrique, mais un seul presbytère localisé à Pontarmé et un seul curé[28],[29]. En 1820, la commune de Thiers refusa de participer à l'entretien du presbytère, qu'elle avait toujours assuré à concurrence de 40 %, et en abandonna tout droit de propriété[30].
  • Abreuvoir sur la Thève, rue de l'Abreuvoir : Ce n'est qu'un simple terre-plein séparé de la Thève par un muret en hémicycle, afin de préserver ce lieu où des habitants emmenaient boire leur bétail.
  • Lavoir communal, près du pont sur la Thève, rue de Senlis : Depuis la rue, il paraît comme un petit bâtiment rectangulaire très simple. L'unique ouverture est une porte grillagée, permettant d'apercevoir le bassin à l'intérieur. Des toits en appentis protègent l'espace autour du lavoir des intempéries de trois côtés.
  • Fontaine Sainte-Geneviève, rue de la fontaine du Gué[31]: Au pied d'un banc en pierre, sous un tilleul, une source donne naissance à un ruisseau. Ce fut jadis la fontaine Sainte-Geneviève, où un escalier à droite du banc permettait de descendre. Il est aujourd'hui envahi par la végétation, tout comme la source. Rien ne rappelle ici un gué (abreuvoir).
  • Trois calvaires, près du chevet de l'église, rue de Mortefontaine et chemin de la Croix Rouge : La croix à côté de l'église est en fer forgé et extrêmement simple. Le calvaire de la rue de Mortefontaine, au carrefour avec la rue du Bourdon-Saint-Denis, date de 1883. Sa petite croix en fer forgé finement ciselé est plantée au sommet d'une colonne à chapiteau sculpté de feuilles d'acanthe, qui repose sur un gros pupitre cubique. La Croix Rouge tient son nom de la couleur dans laquelle cette grande croix en fonte est peinte. Elle repose directement sur un pupitre.
  • Butte aux Gens-d'Armes, à 1,5 km au nord-est du village, en forêt de Pontarmé, près de l'autoroute : Culminant à (103 m) seulement, cette butte-témoin représente pourtant le point le plus élevé de ce secteur de la forêt de Chantilly. Évoquant une dune, c'est un des sites naturels remarquables de la cette forêt, caractérisé également par sa végétation de pins sylvestres et de bruyères. Elle rappelle la forêt d'Ermenonville proche, et constitue en même temps le principal site de landes en forêt de Chantilly[32].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Thiers-sur-Thève

Les armes de Thiers-sur-Thève se blasonnent ainsi :
Tiercé en pairle : au 1er de gueules au château donjonné ruiné d’argent maçonné de sable, ouvert et ajouré du champ, au 2d d’or à l’arbre de sinople posé sur une champagne ondée d’azur chargé de trois burelles ondées d’argent, au 3e d’argent à la cognée de sable semestrée d’une scie passe-partout du même posée en pal.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Delaigue, Promenade en vallée de Thève, s.l., à compte d'auteur, s.d. (ca. 1990), 109 p. (ISBN 295045691X)
  • Pierre Divoux, « Constats archéologiques aux abords du château de Thiers-sur-Theve », Comptes rendus et mémoires de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Senlis, années 1986-89,‎ , p. 161-164 (ISSN 1162-8820)
  • Ernest Dupuis, « Notice sur le château de Thiers », Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, années 1897-98, Senlis, Imprimerie Eugène Dufresne, 4e série, vol. II,‎ , p. 17-58 (ISSN 1162-8820, lire en ligne)
  • Jean Mesqui, Île-de-France Gothique 2 : Les demeures seigneuriales, Paris, Picard, , 404 p. (ISBN 2-7084-0374-5), p. 310-315

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. « Thiers-sur-Thève (60520) », sur Habitants.fr - Nom des habitants des communes françaises (consulté le 14 novembre 2011).
  2. [PDF] « Horaire de la ligne 13 », sur Oise-mobilité (consulté le 14 novembre 2011).
  3. Communes limitrophes et autres renseignements topographiques selon la carte topographique 1 : 25000e « TOP 25 » de l'IGN, consultable en 3D sur le site « Geoportail » (consulté le 14 novembre 2011). Distances mesurées par l'outil proposé dans le mode de visionnage en 3D.
  4. Cf. « Description de la znieff Massif forestier de Chantilly / Ermenonville », sur DREAL Picardie (consulté le 14 novembre 2011).
  5. Cf. « Description de la znieff Bois de Morrière », sur DREAL Picardie (consulté le 14 novembre 2011).
  6. [PDF] « Forêts d'Ermenonville, de Pontarmé, de Haute-Pommeraie, butte et clairière de Saint-Christophe », sur DREAL Picardie (consulté le 14 novembre 2011).
  7. Cf. [PDF] « Vallée de la Nonette », sur DREAL Picardie (consulté le 14 novembre 2011).
  8. Cf. [PDF] « Journal officiel de la République française du 15 janvier 2004, p. 1143-1144 », sur DREAL Picardie (consulté le 14 novembre 2011).
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. « Les maires rebelles montent au créneau », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  11. « Le préfet dissout la communauté de communes », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  12. « La nouvelle donne de l'intercommunalité », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « Sur les cendres encore fumantes de la communauté de communes du Pays de Senlis (CCPS), de nouvelles entités sont en train de naître, reflétant l'éclatement d'un Pays de Senlis désormais bien morcelé. Sur les dix-neuf communes qui composaient la CCPS, ce sont les treize villages rebelles ayant souhaité et obtenu la dissolution qui ont le plus avancé sur leur nouvelle organisation. (...) Ce nouveau regroupement intercommunal est désormais entré dans une phase plus concrète puisque le préfet de l'Oise vient d'en valider le périmètre et les statuts. Avec un peu moins de cinq mille habitants, les treize membres de Cœur Sud Oise ont désormais leur avenir intercommunal en main pour mettre sur pied la communauté de communes à échelle humaine dont ils rêvaient ».
  13. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  14. « Cœur Sud Oise fait de la résistance sur la coopération intercommunale », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne)
  15. « Nouveau Schéma départemental de Coopération Intercommunale » [PDF], Signature de l'arrêté approuvant le nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, Préfecture de l'Oise,‎ (consulté le 17 janvier 2017), p. 24-25.
  16. « Oise : voici le nouveau schéma départemental finalisé », L'Observateur de Beauvais,‎ (lire en ligne).
  17. « Des vœux en guise d’adieux pour Cœur Sud Oise », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « Senlis Sud Oise marquera la renaissance du Pays de Senlis — sans compter toutefois Orry-la-Ville qui a rejoint l’Aire cantilienne — mais dans un climat plus apaisé que celui qui avait conduit à la dissolution de ce dernier en 2009. De graves désaccords entre Senlis et les treize communes parties fonder Cœur Sud Oise avaient provoqué la séparation. « C’est surtout notre bilan humain qu’il faut mettre en avant, conclut Alain Battaglia. Cœur Sud Oise nous a permis de nouer des contacts très forts entre nous et, cet acquis-là, on ne nous l’enlèvera jamais ».
  18. Hervé Sénamaud, « En grève, les agents de Thiers-sur-Thève dénoncent leur mal-être », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « Le tribunal administratif d'Amiens (Somme) vient de se prononcer sur six recours liés aux municipales. Tous ont été rejetés : à Thiers-sur-Thève (Philippe Traca contestait la victoire du maire sortant Didier Jeudon)… ».
  19. « Six nouveaux recours rejetés », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ .
  20. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  23. « Évolution et structure de la population à Thiers-sur-Thève en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  24. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  25. « Notice no PA00114919 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. Ernest Dupuis, « Notice sur le château de Thiers », Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, années 1897-98, Senlis, Imprimerie Eugène Dufresne, 4e série, vol. II,‎ , p. 17-58 (ISSN 1162-8820, lire en ligne).
  27. Jean Mesqui, Île-de-France Gothique 2 : Les demeures seigneuriales, Paris, Picard, , 404 p. (ISBN 2-7084-0374-5), p. 310-315.
  28. Cf. Ernest Dupuis, « Notice sur le château de Thiers : L'église », Comité Archéologique de Senlis, Comptes-Rendus et Mémoires, Senlis, Imprimerie Eugène Dufresne, 4e série, vol. II,‎ 1897-98, p. 32-33 (lire en ligne).
  29. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Cantons de Chantilly et Senlis, Beauvais, Conseil général de l'Oise, avec le concours des communes des cantons de Chantilly et Senlis, , 54 p., p. 53.
  30. Ernest Dupuis, « La Seigneurie et le village de Pontarmé », Comité archéologique de Senlis, Comptes-rendus et mémoires, année 1894, Senlis, Imprimerie Eugène Dufresne, 3e série, vol. IX,‎ , p. 1-128 (ISSN 1162-8820, lire en ligne) ; p. 44.
  31. Cf. « Son Histoire - Notre Histoire », sur Thiers-sur-Thève (site officiel) (consulté le 13 novembre 2011).
  32. Cf. le magazine du parc, « Soyons parc, n° 16 », p. 6.