Vendeuil-Caply

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vendeuil-Caply
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oise picarde
Maire
Mandat
Guillaume Ménard
2014-2020
Code postal 60120
Code commune 60664
Démographie
Gentilé Vendeuillois-Caplyssiens
Population
municipale
482 hab. (2014)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 29″ nord, 2° 17′ 24″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 157 m
Superficie 10,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Vendeuil-Caply

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Vendeuil-Caply

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vendeuil-Caply

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vendeuil-Caply
Liens
Site web http://www.vendeuil-caply.fr/

Vendeuil-Caply est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Vendeuil-Caply est l'association de deux hameaux distants de 1 500 mètres l'un de l'autre :

  • Vendeuil ;
  • Caply, hameau situé sur l'ancienne RN 1 (actuelle RD 1001), qui regroupe environ 360 habitants.

Vendeuil-Caply se situe à 99 kilomètres de Paris, 37 km d'Amiens, et 23 km de Beauvais.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le mont Catelet, au nord-est, culmine à 140 mètres et couvre une vingtaine d'hectares. Ses pentes ne sont escarpées que sur sa face sud. Le Calmont, au sud-ouest, s'élève à 152 mètres. C'est une vaste éminence boisée qui couvre environ 60 hectares. Ses pentes sont très abruptes ; un peu plus douces au nord. Il est rattaché, à l'est, au grand plateau par un passage étroit.

La vallée Saint-Denis, ou Valendon, est aujourd'hui une vallée sèche, qui s'étend entre ces deux collines, suivant un axe est-ouest.

Le Froid-Mont culmine également à 152 mètres, présente à l'aplomb du Val Saint-Denis, les mêmes abrupts naturels, en arc de cercle, que ceux bien visibles du Catelet.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Noye, petite rivière de 33 km du nord du Plateau picard, affluent de l'Avre en rive gauche, prend sa source sur le territoire de Vendeuil-Caply.

Si la source de la Noye se trouve actuellement au nord de la vallée, dans l'Antiquité la rivière naissait à huit kilomètres de là, au sud-ouest, passant au pied du Calmont. Un réseau d'affluents accompagnait cet ancien cours ; l'un contournait le flanc sud du Calmont, tandis qu'un autre parcourait d'est en ouest la vallée Saint-Denis. Ainsi le Calmont était entouré sur ses trois côtés par un cours d'eau et des marais. C'était donc une position bien pourvue en défense naturelle[réf. nécessaire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Vandolium en 1120.
  • Vendeuil a peut-être été « Bratuspantium », capitale des Bellovaques.
  • Important site gallo-romain du Ier au IVe siècle.
  • Au Moyen Âge, la terre appartenait aux châtelains de Breteuil dont le château fut détruit en 1434 par les Bourguignons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La ville gallo-romaine des Ier et IIe siècles[modifier | modifier le code]

Vendeuil-Caply est célèbre pour son site antique qui, centré sur la vallée Saint-Denis, entre le mont Catelet et celui de Calmont, à deux kilomètres au sud de l'église Saint-Martin, s'étendait sur 130 hectares. Seul vestige bien conservé de cette ville gallo-romaine aujourd'hui disparue, chef-lieu d'un pagus de la civitas des Bellovaques, le théâtre des Ier et IIe siècles témoigne de ce que fut son importance passée[1]. Certains historiens pensent que ces vestiges sont ceux de Brantuspantium, mentionné dans les commentaires de César.

Des fouilles ont mis au jour des poteries sigillées provenant de La Graufesenque[2].

Ruine et déplacement de l'habitat au IIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les invasions de la fin du IIIe siècle lui furent fatales et l'habitat se déplaça vers le nord, à Vendeuil. Le site antique ne fut toutefois pas complètement abandonné comme le prouve l'existence d'une église dédiée à saint Denis, aujourd'hui disparue, qui était bâtie dans le cimetière isolé, situé en bordure de la D 916.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Après les invasions normandes, Vendeuil perdit, à son tour son importance au profit du bourg féodal de Breteuil-sur-Noye.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Breteuil[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune rejoint le canton de Saint-Just-en-Chaussée.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye créée fin 1992.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[4], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités[5], et notamment celle de Crèvecœur-le-Grand (CCC) et celle des Vallées de la Brèche et de la Noye (CCVBN), soit une intercommunalité de 61 communes pour une population totale de 27 196 habitants[6].

Après avis favorable de la majorité des conseils communautaires et municipaux concernés[7], cette intercommunalité dénommée communauté de communes de l'Oise picarde et dont la commune est désormais membre, est créée au [8].

En 2016, la commune fait également partie de :

  • Syndicat d'énergie de l'Oise ;
  • Syndicat intercommunal des eaux de Saint André-Farivillers ;
  • Syndicat d'aménagement et d'entretien de la Noye et de ses affluents ;
  • Syndicat scolaire de Saint André Farivillers, Vendeuil Caply[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1845 1848 Benoist Seillier    
1848 1849 Jean-Baptiste D'Hardivillers    
1849 1855 Benoist Seillier    
1855 1860 Thomas Seillier    
1860 1870 Auguste Guillaumin    
1870 1896 Louis Seillier    
1896 1900 Auguste Darras    
1900 1908 Edmond Seillier    
1908 1912 Auguste Lesobre (père)    
1912 1925 Emile Labie    
1925 1930 Norbert D'Hardivillers    
1930 1932 Edmond Louvet    
1932 1934 André Patry    
1934 1947 Auguste Lesobre (fils)    
1947 1953 Charles Quentin    
1953 1995 René Guédé DVG  
mars 1995 2001 Huguette Verleye SE  
mars 2001 22 juin 2009 Marc Van Acker SE démissionnaire[10]
3 juillet 2009[11] en cours
(au 9 avril 2014)
Guillaume Ménard[10] SE Cadre au Trésor Public de Beauvais,
Président du Syndicat d'Aménagement et d'Entretien de la Noye,
Vice-Président CC Vallées de la Brèche et de la Noye (2014 → 2016).
Réélu pour le mandat 2014-2020[12]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

Au 1er janvier 2014, la population totale est de 503 habitants selon l'INSEE, données officielles. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 482 habitants, en augmentation de 3,43 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590 533 554 608 636 535 533 528 523
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
500 502 493 504 510 465 424 434 407
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
411 368 368 326 340 349 304 330 289
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
314 319 332 345 372 372 401 466 482
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 23,3 %, 45 à 59 ans = 17,1 %, plus de 60 ans = 22,5 %) ;
  • 48,5 % de femmes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 21,2 %).
Pyramide des âges à Vendeuil-Caply en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,4 
7,5 
75 à 89 ans
8,4 
15,0 
60 à 74 ans
12,4 
17,1 
45 à 59 ans
19,5 
23,3 
30 à 44 ans
23,0 
17,1 
15 à 29 ans
14,6 
20,0 
0 à 14 ans
21,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est un village jeune, qui dispose d'une école communale regroupant toutes les sections de maternelle. Elle fait partie du regroupement scolaire de Saint-André-Farivillers/Vendeuil-Caply. L'école maternelle de Vendeuil-Caply est baptisée du nom de l'ancien maire, école René-Guédé depuis le 18 juin 2005.

En 2016, le schéma départemental de coopération intercommunale prévoit la fusion de ce syndicat scolaire avec celui de Thieux / Campremy, permettant, selon la préfecture, la mise en place de services (cantine, accueil périscolaire). Cette mutualisation pourrait conduire, à terme, à la création d’un regroupement pédagogique concentré[18]. Finalement, le Préfet retire le projet de fusion, le SIRS ayant mis en place entretemps une service périscolaire.

Vie associative[modifier | modifier le code]

La commune a développé un tissu associatif très important pour une petite commune comme celle-ci. Elle dispose d'une association de loisirs, une société de chasse, un club du troisième âge, une association d'astronomes amateurs et une section d'anciens combattants ainsi qu'une association paroissiale. L'Association des Amis de Vendeuil-Caply souhaite revisiter la très riche histoire de la commune depuis l'Antiquité.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune jouit d'un espace important et possède sur son territoire plusieurs zones d'activités : une scierie, une entreprise de mécanique générale, ainsi que de nombreux artisans (maçons, vitrier, tapissier, coiffeur, peinture, etc.). La commune est le siège de la plate-forme locale de distribution de La Poste, située en limite de commune avec Breteuil.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges Gallo-Romains : Il s'agit de fouilles archéologiques au mont Catelet, sur un site de 130 hectares. On peut y observer les quelques vestiges d'une ville, remontant au Ier siècle av. J.-C., avec ses voies romaines, ses commerces, le théâtre. On y a découvert un grand nombre d'antiquités, des médailles gauloises et romaines, des restes de murailles. Nombres d'historiens pensent que ces restes sont ceux de Brantuspantium, mentionné dans les commentaires de Jules César. Le produit des fouilles est exposé dans un musée et un centre de recherche en archéologie a été inauguré en juin 2011. Le théâtre antique fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1982[19].
  • Théâtre antique
  • Le Musée archéologique de l'Oise (M-A-O)
Ouvert en 2012, il accueille les visiteurs lors des vacances scolaires et les week-ends[20]
  • Église Saint-Martin, datant du (XVe siècle). À l'intérieur, pierre tombale de Jean de Sainte-Beuve datant 1489 ainsi que des reliques données par le duc de Laval au XIXe siècle. La nef est en forme de bateau inversé et les fonts baptismaux datent du XIIe siècle. Elle est inscrite monument historique depuis 1990[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il était le fils aîné de Michel de Gouy et de Françoise de Hallwyn (francisé en Halluin) et épousa, en 1604, Charlotte Huault de Montmagny, fille de Charles Huault, seigneur de Messy, chevalier, maître des Requêtes, secrétaire et conseiller du Roi en son Conseil, qui lui donna neuf enfants.
Seigneur des Ruisseaux, fief situé à Vendeuil au XVe siècle où se trouvait un manoir détruit sous la Ligue, au XVIIIe siècle et un moulin à eau, le lieu était réputé « presque inhabitable à cause des sources qui sortent de toutes parts » ; un procès l'opposa, en 1628, à l'Abbaye Notre-Dame de Breteuil, qui obtint « une enquête au village de Vendeuil (...) pour connaistre l'état de la maison dites des Ruisseaux, du moulin et cours d'eau qui débordent souvent » .Il sera condamné, deux ans plus tard, « par arrêt du Parlement de Paris à remettre en bon état les lieux habités et cours d'eau ».
Lui succéda, l'un de ses fils, Louis de Gouy, chevalier de Malte, allié à N...des Ruisseaux, « tué au service » et dont sa mère se dira héritière dans un acte du 30 mai 1645.
  • Olivier Berthe (né le 2 Janvier 1966) né à Vendeuil-Caply. Président des Restos du Cœur depuis 2003[22].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Piton (dir.), Nord-Ouest archéologie : Vendeuil-Caply, vol. 5, Berck, Centre de Recherches Archéologiques et de Diffusion Culturelle, 1992-1993, 427 p. (présentation en ligne)
  • Adrien Bossard, Figurines gallo-romaines. Des couleurs sur l'argile, dans Archéologia, N°529 de février 2015, pp. 40-47

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre Haute-Pottier, « Le site du théâtre gallo- romain n’a pas fini de révéler tous ses mystères : Le 16 juillet, l’association des Amis de Vendeuil- Caply a organisé une visite des fouilles en cours près du théâtre gallo- romain, le patrimoine historique revient à la charge… », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3299,‎ , p. 12.
  2. « http://static.reseaudesassociations.fr/cities/707/documents/4wcje95lw16qcjo.pdf », sur static.reseaudesassociations.fr (consulté le 30 mai 2015)
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  5. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  6. « La nouvelle carte intercommunale de l'oise : intercommunalité à fiscalité propre au  », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 15.
  7. R. Th., « La fusion des communautés de communes est définitive », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3417,‎ , p. 6 « Les 6 projets de fusion de communautés de communes ou d’agglomération ont tous recueilli une majorité favorable ; ils pourront ainsi tous être conduits à leur terme ».
  8. Sylvie Godin, « Naissance de l'Oise picarde : Jacques Cotel dirige un territoire de 26 500 habitants », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3430,‎ , p. 17.
  9. « Vendeuil-Caply », Recherche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 12 février 2017).
  10. a et b Erwann Gaucher, « Vendeuil-Caply : le nouveau maire a 28 ans », Le Bonhomme picard,‎ (lire en ligne)
  11. Arnaud Brasseur, « Un nouveau maire pour la commune : Guillaumé Ménard reprend le flambeau », Le Bonhomme picard, édition de grandvilliers,‎ , p. 20
  12. « Les maires en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ , p. 17 (ISSN 1144-5092)
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « Évolution et structure de la population à Vendeuil-Caply en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  18. « Fusion des syndicats scolaire : la réponse de la préfecture », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3390,‎ 201/4/2016, p. 18.
  19. « Théâtre antique », notice no PA00114939, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Patrick Caffin, « Vendeuil-Caply : Adrien Bossard, le conservateur qui a révolutionné le musée archéologique », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  21. « église Saint-Martin », notice no PA00114987, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. É. B., « De l'ESC Amiens aux Restos du cœur », Le Figaro,‎ (lire en ligne).