Hétomesnil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hétomesnil
Hétomesnil
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Pascal Verbeke
2020-2026
Code postal 60360
Code commune 60314
Démographie
Population
municipale
324 hab. (2019 en augmentation de 12,89 % par rapport à 2013)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 38″ nord, 2° 02′ 00″ est
Altitude Min. 137 m
Max. 192 m
Superficie 7,84 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives 1re circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hétomesnil
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Hétomesnil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hétomesnil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hétomesnil

Hétomesnil est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hétomesnil est un village rural du plateau picard, situé au nord-ouest de l'Oise à proximité de Crèvecœur-le-Grand et de Grandvilliers.

Au début du XIXe siècle, le village était ainsi décrit :
« Le territoire d'Hétomesnil forme une large plaine dépourvue d'eau courante, limitée au nord et à l'est par quelques ravins peu profonds. Des plantations élevées entourent le village, qui est bâti au centre méridional de la commune : les rues sont larges mais négligées ; la plupart des maisons sont couvertes en chaume et mal construites ».

« Il y a deux moulins à vent dans l'étendue du territoire ».

« Une partie de la population fabrique des serges et de la bonneterie »[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 9,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,2 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 801 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Arnoult », sur la commune de Saint-Arnoult, mise en service en 2001[8] et qui se trouve à 15 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,2 °C et la hauteur de précipitations de 766,9 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 19 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,6 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hétomesnil est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (87,2 %), prairies (5,7 %), zones urbanisées (3,2 %), zones agricoles hétérogènes (2,4 %), forêts (1,5 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme romane Hetosmainil en 1136 (CL)[22] et sous la forme latinisée Hestoldi maisnilium en 1140[23].

Il s'agit d’une formation toponymique médiévale caractéristique du nord du domaine d’oïl en -mesnil (anciennement -maisnil) au sens vague de « domaine rural, petit domaine rural, ferme isolée », précédé selon le cas général d'un anthroponyme, peut-être le nom de personne germanique Heistald[23].

Ses habitants portent les noms d'Hestoldiens et Hestoldiennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne ferme seigneuriale a été rachetée en 1786 à Barentin, chancelier de France, par Louis Gaston Vasselle-Thomas.
Louis Honoré Gaston Vasselle (1814-1875), son petit-fils, la fit reconstruire en 1852. Il y créa une ferme école en 1865, qui remplaça celle du Mesnil-Saint-Firmin. La bergerie abrite désormais le Musée conservatoire de la vie agricole et rurale de l'Oise.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Durant la Première Guerre mondiale, la célèbre escadrille des Cigognes, commandée par René Fonck eut un terrain d'aviation à Hétomesnil, sur la plaine vers Rieux. Les officiers étaient logés dans le "château", une vaste maison bourgeoise en pans de bois située face à l'église, détruite vers 1970.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Marseille-en-Beauvaisis[24]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Hétomesnil est désormais rattaché au canton de Grandvilliers.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Hétomesnil est membre de la communauté de communes de la Picardie verte, créée fin 1996, et qui succède notamment au SIVOM de Marseille-en-Beauvaisis (19 communes, créé le ). En 2019, l'intercommunalité regroupe 88 communes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1831 1855 Florimond Gratien    
1855 1874 Louis Vasselle   Conseiller d'arrondissement
1874 1876 Jean-François Delasalle    
1876 1878 Ferdinand    
1878 1888 Jean-François Delasalle    
1888 1904 Auguste Dubut    
1904 1908 François Roisin    
1908 1919 Marie Becquet    
1919 1925 Fernand Coutrot    
1925 1929 Marie Dubut    
1929 1971 Paul Rohaut    
1971 1993 René Desrumaux    
1993 2008 Robert Mignot    
mars 2008 En cours
(au 1er juillet 2021)
Pascal Verbeke DVD Agriculteur
Vice-président de la CC Picardie Verte (2014 → )
Conseiller départemental de Grandvilliers (2021 → )
Vice-président du conseil départemental de l'Oise (2021[25] → )
Réélu pour le mandat 2020-20260[26]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[28].

En 2019, la commune comptait 324 habitants[Note 8], en augmentation de 12,89 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
663643639573597592620593555
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
551545506461423392328338323
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
330309264230199181193201201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
254251215175182209207207287
2018 2019 - - - - - - -
316324-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 40,8 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 17,7 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 163 hommes pour 153 femmes, soit un taux de 51,58 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,89 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,3 
2,5 
75-89 ans
4,6 
13,5 
60-74 ans
13,1 
17,2 
45-59 ans
18,3 
24,5 
30-44 ans
22,9 
15,3 
15-29 ans
15,0 
26,4 
0-14 ans
24,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La machine à vapeur du constructeur belge Van de Kerkhove. Elle a été sauvegardée en 1988 pour l'écomusée, dont elle orne la cour.
Les éoliennes d'Hétomesnil.
  • Le conservatoire de la vie agricole et rurale de l'Oise, qui est l'un des sites de l'Écomusée des pays de l'Oise.
    Le site, ouvert en 1987, se occupe une partie d'une ancienne ferme-école du XIXe siècle[32] à l'architecture Second Empire, dont les autres bâtiments sont toujours le siège d'une exploitation agricole. Il présente sur 2 000 m2 les différents aspects de la vie quotidienne picarde à travers la découverte d’activités rurales et artisanales[33],[34].
  • Dans la cour de l'Écomusée sont exposées diverses machines agricoles, dont une impressionnante machine à vapeur horizontale Van de Kerkhove installée en 1920 à la Scierie Bedin de Beauvais, qui cesse d'y être utilisée en 1981. Elle y produisait la force motrice d'une quarantaine de machines ainsi que de l'électricité. La vapeur, après sa détente dans le piston, permettait d'étuver le bois de la scierie.
  • Église Saint-Jean-Baptiste reconstruite en 1763, avec des pierres sépulcrales du XVe siècle et des fonts baptismaux du XIVe[35]. Ses intérieurs ont été restaurés en 2016[36]
  • Le village compte de nombreux puits et mares.
  • Un parc éolien de 11,5 MW est installé depuis l'été 2006 à Hétomesnil[37],[38]. Son extension a été acquise en 2016/2017 par l'enseigne de meubles Ikea[39].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les aviateurs Roland Garros et Gilbert sur un terrain d'aviation en 1914.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arsène Vitard, Domaine d'Hétomesnil : Historique de l'exploitation de M. Vasselle, propriétaire de ce domaine, maire et conseiller d'arrondissement, Beauvais, bureaux du "Guide vicinal", 34 p. (lire en ligne), sur Gallica.
  • A. Thibault, Hétomesnil : deux siècles au village : la commune, article publié dans le no 13 () de la revue les cahiers de l'écomusée, publiée par l'écomusée du Beauvaisis (ISSN 0248-8965)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Graves, Précis statistique du Canton de Marseille-en-Beauvaisis, 1839, cité par A. Thibault, article cité en bibliographie
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Saint-Arnoult - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Hétomesnil et Saint-Arnoult », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Saint-Arnoult - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Hétomesnil et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Beauvais », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. Émile Lambert, Dictionnaire topographique de l’Oise, Amiens, 1982, p. 279.
  23. a et b Charles Rostaing, Albert Dauzat, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, , 1 vol. (XII-738-XXIII p.) p., p. 352a.
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Esteban Nomine, « Canton de Grandvilliers : Martine Borgoo et Pascal Verbeke élus vice-présidents au Département de l’Oise », Le Bonhomme picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Pascal Verbeke, maire d’Hétomesnil, sera quant à lui vice-président chargé de l’action sociale et de l’insertion. ».
  26. « Hétomesnil 60360 », Résultats aux municipales 2020, sur https://www.lemonde.fr (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Hétomesnil (60314) », (consulté le ).
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  32. La ferme école d'Hétomesnil ouvrit en 1865, succédant ainsi à la première ferme école de l'Oise implantée en 1823 au Mesnil-Saint-Firmin, contribuant ainsi au mouvement de modernisation de l'agriculture constaté au XIXe siècle.
  33. Conservatoire de la vie agricole et rurale de l'Oise - 186 rue de Marseille 60360 HÉTOMESNIL - Tel 03.44.46.92.98 site internet
  34. André Thibault, « Les demeures de Clio : Le conservatoire de la vie agricole et rurale à Hétomesnil », Annales historiques compiénoises - Etudes picardes modernes et contemporaines, nos 59-60 « Aspects de la « Belle époque » dans l'Oise »,‎ , -44-53 (lire en ligne, consulté le ), sur Gallica.
  35. « Les fonts baptismaux de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste », notice no PM60000919, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « L’église Saint-Jean-Baptiste retrouve toute sa splendeur : Une campagne de restauration est menée à l’intérieur de l’église Saint-Jean- Baptiste. Les décors peints sont entre de bonnes mains », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Arrêté ministériel du 22 juillet 2005 (JO no 184 du 9 août 2005)
  38. Farida Chadri, « Hétomesnil : « On sature de vos éoliennes » : Nicolas Lefranc, le président d’Eolienne 60, a répondu vivement aux représentants d’Energie Team, venus présenter leur projet. Celui-ci prévoit l’implantation de huit nouveaux engins dans l’arc de cercle Conteville-Choqueuse-Catheux-LaHoussoye », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Ikea rachète les éoliennes de Lihus et Hétomesnil », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Albin Denis, « Escadrille MS 26 - N 26 - SPA 26 » (consulté le ).