Quincampoix-Fleuzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Quincampoix-Fleuzy
Quincampoix-Fleuzy
Mairie de Quincampoix-Fleuzy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Yves Beaurain
2020-2026
Code postal 60220
Code commune 60521
Démographie
Population
municipale
401 hab. (2019 en augmentation de 0,25 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 50″ nord, 1° 46′ 25″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 213 m
Superficie 9,22 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Aumale
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Quincampoix-Fleuzy
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Quincampoix-Fleuzy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quincampoix-Fleuzy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quincampoix-Fleuzy

Quincampoix-Fleuzy est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

La commune de Quincampoix-Fleuzy se situe à l'extrémité nord-ouest du département de l'Oise, en bordure des départements de la Seine-Maritime (Haudricourt, Aumale) et de la Somme (Morvillers-Saint-Saturnin). Elle jouxte au sud Aumale et se trouve à 24 km à l'est de Neufchâtel-en-Bray, 22 km |au nord-est de Forges-les-Eaux et 42 km au nord-ouest de Beauvais.

Elle se trouve en partie sur le plateau picard et descend jusqu'à la vallée de la Bresle.

La commune, traversée par la ligne d'Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers est accessible :

Au milieu du XIXe siècle, on décrivait la commune de la manière suivante : « Cette commune occupe presque tout. le vallon de la Haie s'élevant à l'est sur lé plateau par des rampes ravinées compremant à l'ouest les coteaux couverts du bois de Varernbeaumont, descendant ensuite dans la vallée de Bresle, qui forme une partie de la limite. Le' ruisseau du Menillet, qui. prend- naissance sur le territoire, parcourt tout le Val de là haie[1] ».

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bresle, qui limite au nord-ouest la commune, prend sa source à Abancourt et s'écoule vers le nord-ouest à travers le plateau de Formerie pour se jeter dans la Manche au Tréport. Ce fleuve côtier est long de 68 à 72 kilomètres selon les sources[2] et traverse les départements de l'Oise, de la Somme et de la Seine-Maritime.

Le ruisseau du Ménillet, qui en est l'affluent, traverse la commune dans sa longueur. Les eaux de sa source, non contrôlées, sont consommées par certains habitants[3]

Climat[modifier | modifier le code]

Données générales
Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Médiane nationale 1 852 835 16 25 50
Formerie[4] 1650 657 17 18 54
Paris 1 662 637 12 17 8
Nice 2 724 733 1 27 1
Strasbourg 1 693 665 26 28 51
Brest 1 530 1 210 7 12 76
Bordeaux 2 035 944 3 31 69
Climat de la Picardie
Données météorologiques dans l'Oise de 1961 à 1990[5]
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Températures minimales (°C) 1 1,1 2,7 4,4 7,6 10,3 12,2 12,2 10,4 7,7 3,9 1,8 6,3
Températures maximales (°C) 5,6 6,5 9,4 12,4 16,2 18,9 21,0 21,3 18,9 14,8 9,4 6,5 13,4
Températures moyennes (°C) 3,3 3,8 6,0 8,4 11,9 14,6 16,6 16,7 14,7 11,3 6,7 4,2 9,8
Ensoleillement (h) 52,6 81,3 114,0 165,6 199,0 209,7 215,4 207,8 151,5 113,7 74,4 47,5 1637,9
Pluviométrie (mm) 59,2 48,3 55,0 48,1 53,6 61,8 57,4 57 68 71,8 81,2 70,2 731,5

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Quincampoix-Fleuzy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Aumale, une agglomération inter-régionale regroupant 2 communes[9] et 2 420 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[10],[11]. La commune est en outre hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (54,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (41,9 %), terres arables (31,1 %), prairies (22,7 %), zones urbanisées (2,4 %), zones humides intérieures (1,9 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Fleuzy est un hameau situé au nord du territoire communal, jouxtant Aumale.

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 208, alors qu'il était de 202 en 2013 et de 192 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 84,8 % étaient des résidences principales, 4,9 % des résidences secondaires et 10,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 96,3 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,8 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Quincampoix-Fleuzy en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (4,9 %) supérieure à celle du département (2,5 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 84,3 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (83,5 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Quincampoix-Fleuzy en 2018.
Typologie Quincampoix-Fleuzy[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 84,8 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 4,9 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 10,3 7,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité a été désignée comme Quicampoix, Quinquenpois, Quinquempoix, Val de la haie, Le Val de la haye , Le Val de la haie sur Aumale (Vallis de haia en 1250, selon le pouillé d'O. Rigaud)[1]. Selon les registres paroissiaux, la commune est dénommée "Val de la Haye" jusqu'en 1790[16].

Fleuzy était, au XIXe siècle, un hameau de vingt maisons vers Aumale[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis Graves indiquait « Oh prétend que le village était situé en premier lieu contre le bois de Varembeaumont, sur le point où l'on voit entore la motte d'un château, et qu'après une destruction totale dont on n'indique ni l'époque ni la cause, la population descendit dans la vallée. C'est alors, ajoute-t-on, que le nouveau chef-lieu prit le nom du vallon, qu'il a porté jusqu'au commencement du dix-huitième siècle. On ne. dit pas quel motif y a fait substituer la dénomination actuelle[1] ».

Quincampoix-Fleuzy relevait sous l'Ancien Régime du Duché d'Aumale[1]

En 1850, la commune possède un presbytère, une école, des terrains à .l'état de friches et de marais. Deux moulins à eau étaient exploités dans la commune[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Formerie[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est désormais rattachée au canton de Grandvilliers.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Quincampoix-Fleuzy fait partie, comme quatre-vingt-huit autres communes, de la communauté de communes de la Picardie Verte (CCPV), qui correspond l'ensemble des communes des anciens cantons de Formerie, Grandvilliers et Marseille-en-Beauvaisis, ainsi que certaines communes du canton de Songeons.

Le conseil municipal engage toutefois fin 2017 le rattachement de la commune à la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle, estimant qu'elle est plus liée au territoire de cette intercommunalité : traitement des eaux usées par la station d'épuration d'Aumale, utilisation de la déchèterie de Morienne, alimentation électrique par le syndicat départemental d'énergie de la Seine-Maritime... De même, les habitants fréquentent plutôt les services et commerces du secteur d'Aumale que ceux de la Picardie verte. Ce changement nécessite l'accord des deux intercommunalités et d'une majorité qualifiée des conseils municipaux de la CCPV, ou après avis favorable de la formation restreinte de la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) et accord des préfets des deux départements concernés[18]. Le conseil communautaire de la Picardie verte du donne un avis défavorable à ce transfert, par 21 votes « pour », 52 votes « contre » et 5 abstentions, craignant le départ d'autres communes jouxtant d'autres intercommunalités[19].

La commune fait également partie du « Grand Beauvaisis », l'un des seize pays qui constituent le « Pays de Picardie »[réf. nécessaire].

Politique locale[modifier | modifier le code]

À la suite de dissensions au sein du conseil municipal, la majorité des conseillers municipaux réclament en la démission du maire, qui s'y refuse[20], aboutissant à la démission de cinq conseillers municipaux ou maires-adjoints. Des élections municipales partielles et été organisées les 21 et , aboutissant au maintien du maire élu en 2020 et à l'élection par le conseil municipal de deux nouveaux maires-adjoints[21],[22].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1992 après 1992 Roland Duflos[23]    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001[23] septembre 2012 [24] Nathalie Bytebier   Enseignante
Démissionnaire pour raison professionnelle
5 octobre 2012[25] juillet 2020[26] Simon Dupuis   Agriculteur retraité
juillet 2020[27] En cours
(au 18 décembre 2021)
Yves Beaurain    

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Quincampoix-Fleuzy possède un bureau de poste[Quand ?] ainsi qu'un restaurant et une discothèque, le Tropico, créée en 1988[28] .

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne possède plus d'école primaire depuis 2005[29],[30],[23]. En 2017, les enfants sont scolarisés à Aumale dans le cadre d'une convention de scolarisation[18].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[32].

En 2019, la commune comptait 401 habitants[Note 2], en augmentation de 0,25 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
278208239221440248247242235
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
240240239256254231263268224
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
244268290319344356293359343
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
350315318377414426428430398
2014 2019 - - - - - - -
403401-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,4 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 198 hommes pour 200 femmes, soit un taux de 50,25 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,11 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,5 
90 ou +
1,0 
6,0 
75-89 ans
8,4 
22,1 
60-74 ans
21,8 
20,6 
45-59 ans
20,8 
17,6 
30-44 ans
19,3 
12,6 
15-29 ans
11,4 
19,6 
0-14 ans
17,3 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Une importante laiterie de l'entreprise Eurial Ultra-frais est implantée dans la commune[36],[37].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Une carrière de craie est exploitée à la sortie du village en direction de Gourchelles depuis 1999 par l’entreprise Lucas Baudmont, basée au Caule-Sainte-Beuve[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Samson.

Le village de Quincampoix-Fleuzy compte notamment :

  • l'église Saint-Samson, du XVIe ou du XVIIe siècle, construite en pierre crayeuse avec d'importantes réparations en briques. Elle contient un exceptionnel ensemble mobilier d'art sacré du XVIe au XVIIIe siècle[39],[40],[41],[42],[43],[44].
  • Le prieuré Saint-Cibar, semblant dater du XVe et du XVIe siècle, édifiée en pierre crayeuse bien appareillée et en brique et silex[45],[40]. Il a dépendu, comme la cure, de l'Abbaye de Saint-Fuscien[1].
  • Jardin du château de Fleuzy[46].
  • Un monument aux morts ainsi qu'un cimetière qui contient un carré militaire de tombes du Commonwealth[47].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Quincampoix-Fleuzy », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Formerie, arrondissement de Beauvais (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 120 p. (lire en ligne), p. 64-65, sur Google Books.
  2. 68 km sur le site du SANDRE, 71 km selon l'EPTB d'Aumale, 72 km d'après le Petit Larousse, l'Encyclopédie Encarta et Pierre-Jean Thumerelle dans son article consacré au fleuve.
  3. Pierre-Emmanuel Reger, « Près de Quincampoix-Fleuzy, on boit et on utilise l'eau de la source du Ménillet : De nombreux habitants de Quincampoix-Fleuzy et des environs viennent chercher de l'eau à la source du Ménillet. La municipalité prévoit un aménagement pour les passants », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. Données de la station de Beauvais, sources l'Internaute, INSEE et Lameteo.org
  5. Relevés météorologiques d'Abbeville, Somme (80), de 1961 à 1990 (infoclimat.fr)
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 d'Aumale », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. http://archives.oise.fr/archives-en-ligne/etat-civil/
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. a et b Matthias Schweinguth, « La commune souhaite quitter la CCPV : Le conseil municipal souhaite sortir de la communauté de communes de la Picardie verte et rejoindre la communauté de communes interrégionale Aumale - Vlangy-sur-Bresle », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3469,‎ , p. 9.
  19. Elie Julien, « Quincampoix-Fleuzy veut quitter la Picardie verte, les élus la retiennent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (www.leparisien.fr/quincampoix-fleuzy-60220/quincampoix-fleuzy-veut-quitter-la-picardie-verte-les-elus-la-retiennent-26-01-2018-7524225.php, consulté le ).
  20. Juliette Duclos, « Quincampoix-Fleuzy, 400 âmes qui vivent et un univers (politique) impitoyable : La majorité des conseillers municipaux de ce village du Beauvaisis dans l’Oise réclament la démission du maire, élu il y a moins d’un an, qui refuse. Si aucun accord n’est trouvé, l’Etat pourrait procéder à une dissolution du conseil municipal », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Stéphanie de Saint-Germain, prend la parole. Elle explique au maire que les conseillers municipaux souhaitent sa démission, à leur grande majorité, soit huit sur onze. En face, Yves Beaurain leur rétorque : non, il ne démissionnera pas ».
  21. Mathieu Marin, « Des élections municipales partielles les 21 et 28 novembre à Quincampoix-Fleuzy : Les habitants de Quincampoix-Fleuzy sont convoqués à des élections municipales partielles, les dimanches 21 et 28 novembre. Cinq conseillers municipaux sont à élire », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Mathieu Marin, « Quincampoix-Fleuzy. Deux nouveaux adjoints élus après les élections municipales : Lors du dernier conseil municipal, deux nouveaux adjoints ont été élus. Le calme revient au sein de l'assemblée après quelques mois de tensions entre les élus à Quincampoix-Fleuzy », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. a b et c Catherine Guérin, « Quincampoix-Feuzy : l'école ferme, un accueil périscolaire ouvre. », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. Pierre-Emmanuel Reger, « Nathalie Bytebier démissionne », Le Réveil, édition Oise Normande, no 3253,‎ , p. 15.
  25. Degrieck, « Quincampoix-Fleuzy : Simon Dupuis est le nouveau maire », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Pierre-Emmanuel Reger, « Jacky Maffeïs brigue un nouveau mandat : Jacky Maffeïs est premier adjoint au maire de Quincampoix-Fleuzy (Oise). Il a décidé de constituer une liste avec quatre conseillers sortants et cinq habitants », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Simon Dupuis, maire de Quincampoix-Fleuzy (Oise) depuis 2014, ne se représente pas aux prochaines élections municipales les 15 et 22 mars. Son premier adjoint, Jacky Maffeïs, brigue un nouveau mandat avec d’autres conseillers municipaux ».
  27. « Yves Beaurain élu maire face à Stéphanie de Saint-Germain », Le Réveil, édition Bresle Oise Somme, no 3666,‎ , p. 16 « L’installation du conseil municipal a eu lieu ce vendredi 3 juillet. Deux candidats se sont présentés pour endosser la fonction de maire. En remportant 8 suffrages, Yves Beaurain (conseiller municipal lors du mandat précédent) a battu Stéphanie de Saint-Germain. Il succède donc à Simon Dupuis à la tête de la mairie ».
  28. Maxime Bouhier, « Quincampoix-Fleuzy : la boîte de nuit Le Tropico réouvre ses portes à partir du 11 septembre : Après un an et demi de fermeture, Le Tropico, près de Formerie, accueillera à nouveau du public. Sa date de réouverture est programmée pour le samedi 11 septembre », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Les parents veulent conserver leur école », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Catherine Guérin, « Quincampoix-Fleuzy : fermeture de classe, le maire témoigne », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Quincampoix-Fleuzy (60521) », (consulté le ).
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  36. C.F., « Senoble pourrait s'installer à la laiterie », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Vincent Beny, « Quincampoix-Fleuzy (près d’Aumale). Les producteurs laitiers expriment leur mécontentement : Les producteurs laitiers ont bloqué ce mardi 20 juin la laiterie Eurial Ultra-frais près d'Aumale pour mettre la pression à quelques heures de négociations sur le prix du lait », Le Réveil, édition Bresle Somme Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Vincent Beny, « Quincampoix-Fleuzy, près d’Aumale. La municipalité favorable à l’extension de la carrière de craie : Une enquête publique est actuellement menée à Quincampoix-Fleuzy, dans l’Oise, après la demande d’extension de la carrière de craie », Le Réveil de Neufchâtel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Dominique Vermand, « Église paroissiale Saint-Samson », Quincampoix-Fleuzy, Églises de l'Oise - Art roman et Gothique (consulté le ).
  40. a et b Dominique Vermand, Églises de l’Oise. Picardie verte. Cantons de Formerie, Grandvilliers, Marseille-en-Beauvaisis et Songeons, Comité Départemental du Tourisme de l’Oise et Communauté de Communes de la Picardie Verte, 2007, in-8° de 82 p., p. 58
  41. « Lutrin (aigle-lutrin) », notice no PM60001324, base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. « Statue (demi nature) : Sainte Barbe », notice no PM60001323, base Palissy, ministère français de la Culture.
  43. « Statue (petite nature) : saint évêque », notice no PM60001322, base Palissy, ministère français de la Culture.
  44. « Statue (petite nature) : Vierge à l'Enfant », notice no PM60001321, base Palissy, ministère français de la Culture.
  45. Dominique Vermand, « Prieuré Saint-Cibar », Quincampoix-Fleuzy, Églises de l'Oise - Art roman et Gothique (consulté le ).
  46. « Jardin d'agrément du château de Fleuzy », notice no IA60001468, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. MemorialGenWeb.org - Quincampoix-Fleuzy ; monument aux morts et cimetière militaire du Commonwealth