Thury-sous-Clermont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thury.
Thury-sous-Clermont
La nouvelle mairie, rue des Tilleuls.
La nouvelle mairie, rue des Tilleuls.
Blason de Thury-sous-Clermont
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Mouy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise
Maire
Mandat
Philippe Bourlette
2014-2020
Code postal 60250
Code commune 60638
Démographie
Population
municipale
685 hab. (2014)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 27″ nord, 2° 19′ 38″ est
Altitude Min. 57 m – Max. 147 m
Superficie 5,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Thury-sous-Clermont

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Thury-sous-Clermont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thury-sous-Clermont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thury-sous-Clermont

Thury-sous-Clermont est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les Thurysiens et les Thurysiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes

La commune se situe à 60 kilomètres au sud d'Amiens, à 20 kilomètres à l'est de Beauvais, à 37 kilomètres à l'ouest de Compiègne et à 55 kilomètres au nord de Paris[Note 1]. Elle est traversée par le méridien de Paris, communément appelé méridienne verte.

Communes limitrophes de Thury-sous-Clermont
Forêt de Hez-Froidmont
(La Neuville-en-Hez)
Thury-sous-Clermont
Hondainville Angy Ansacq

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend entre 57 mètres au confluent des deux bras du ruisseau de Lombardie et 147 mètres d'altitude, à la limite nord-ouest du territoire, à l'orée de la forêt de Hez-Froidmont[2].

La commune s'appuie en quelque sorte sur la forêt de Hez-Froidmont, qui est au nord de la localité. Son territoire est sillonné par plusieurs vallons qui descendent vers la rivière du Thérain. Le centre du village est situé dans l'un de ces vallons, près du ruisseau de Lombardie[3]. Le bourg et l'église paroissiale se situent entre 60 et 75 mètres au-dessus du niveau de la mer, le hameau de Fillerval à 70 mètres et l'étang communal à 75 mètres. Au sud de la commune, sur le plateau compris entre Thury et Angy se dresse une borne topographique, à 130 mètres d'altitude.

Le village se trouve dans un vallon orienté vers l'ouest, formé par la réunion de deux autres vallons en amont. Fillerval se situe à la rencontre de deux autres vallées naissant dans la forêt de Hez, au nord[2]. La commune se situe en zone de sismicité 1[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Étang, au sud-est du village.

La commune est traversée par le rû de Lombardie[5], affluent du Thérain. Prenant sa source dans le vallon de Thury sous Clermont, il reçoit au-dessous du château de Fillerval, entouré d'eau, le ruisseau des Taillis qui vient du lieu-dit de la « fontaine Bergère », à l'est de Fillerval, avant de quitter la commune. Il descend ensuite vers la vallée du Thérain et Hondainville. Deux moulins à eau utilisaient autrefois l'énergie du rû de Lombardie[1].

Un étang a été créé au sud-ouest du village, sur le ruisseau de Lombardie. Un réservoir à eau se trouve au nord du chef-lieu[2]. Les zones les plus basses du territoire se trouvent au-dessus de plusieurs nappes phréatiques[6].

Voies de communications[modifier | modifier le code]

Article détaillé : GR124.
La route départementale 89 à l'est du village.

La commune est desservie par deux routes départementales, la D 55 et la D 89.

La route départementale 89, reliant la route départementale 12 près de Hondainville, arrive sur la commune par l'ouest et traverse le centre du village par les rues d'En-Bas et d'En-Haut avant de rejoindre la route départementale 929, longeant la limite sud-est de la commune, sur la commune Ansacq.

La route départementale 55, dont l'origine se situe à Saint-Just-en-Chaussée, pénètre sur le territoire depuis le nord et la forêt de Hez-Froidmont (route de la Neuville-en-Hez), passe à proximité de Fillerval (dénommée comme chemin du Pressoir) et rejoint, par un rond-point, la route départementale 89.

La rue des Tilleuls relie directement le village à Fillerval. La rue d'Angy quitte le village par le sud et se prolonge par un chemin vers la commune du même nom.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire la plus proche est celle de Mouy-Bury à 4 kilomètres au sud, sur la ligne de Creil à Beauvais[7]. Située sur la même ligne, la gare d'Heilles-Mouchy se trouve à 5 kilomètres au sud-ouest[8].

La commune est desservie par le réseau Kéolis Oise par la ligne 35C reliant Beauvais à Heilles, ainsi que par plusieurs lignes de transports scolaires rejoignant les collèges de Mouy et Cauffry, ainsi que les établissements de l'agglomération de Clermont[9]. Une navette de regroupement pédagogique intercommunal relie le village aux écoles d'Hondainville[10]. Les habitants peuvent bénéficier du service de transport à la demande du réseau Pass'Thelle Bus, géré par la communauté de communes du pays de Thelle depuis la gare de Mouy-Bury[11].

L'aéroport de Beauvais-Tillé se trouve à 19,5 km à l'ouest de la commune[12] et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle se trouve à 41,6 km au sud-est[13]. Il n'existe aucune liaisons entre la commune et ces aéroports par des transports en commun.

La commune est traversée par le sentier de grande randonnée no 124 (GR124). Arrivant par l'est, il traverse le village par les rues d'Angy, d'En-Haut et du Sénat avant de rejoindre la forêt de Hez-Froidmont, au nord[2].

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Vallon, près de la longue longue côte, à l'est du chef-lieu.

Hormis le bâti, qui occupe 7,8 % de la surface communale sur 42 hectares, le territoire se compose à 48,5 % de cultures sur près de 263 hectares. Les espaces boisés s'étendent sur 226 hectares, soit 41,7 % de la superficie, principalement sur les coteaux des vallons tel la longue côte, et se prolongent jusqu'à la forêt de Hez-Froidmont comme le bois Saint-Lucien, au nord-ouest. La commune comprend également près de 10 hectares de vergers et prairies ainsi qu'un hectare de marais et d'espaces humides[14],[2].

La forêt de Hez-Froidmont et ses bois périphériques sont inscrits en zone Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1[15]. Les coteaux boisés et les bois adjacents à cette forêt constituent des corridors écologiques potentiels[16].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Hormis le chef-lieu, la commune ne possède qu'un seul hameau, Fillerval à l'ouest[2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'est appelé Thoiri en 1157, Toiri en 1190 ou Toiriacum au XIIIe siècle[1]. La Commune est instituée lors de la Révolution française sous le nom de Thury et ne devient que plus récemment Thury-sous-Clermont[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Thury-sous-Clermont, carte de Cassini centrée sur le village.

Au XIIe siècle, un lieu fortifié appartenant à la maison de Pierrefonds et appelé « Château-Thierry » dominait le village au nord-ouest. Au XVIe siècle, le fief appartenait à Claude de Durand, un des chevaliers de François Ier. Sous l'Ancien régime, le village dépendait du comté de Clermont, qui lui a donné son nom.

César-François Cassini, astronome et l'un des auteurs de la Carte de Cassini a acheté le château de Fillerval en 1719. Son fils, Jean-Dominique Cassini, a poursuivi ses travaux et été nommé maire du village[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la septième circonscription de l'Oise.

Elle fait partie depuis 1793 du Canton de Mouy[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, où le village est toujours intégré, est conservé et s'agrandit, en passant de 11 à 35 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a adhéré en 2000 à la communauté de communes du pays de Thelle[18] (CCPT). Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[19], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[20],[21].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [22].


Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean-Dominique Cassini   Astronome, cartographe
Juge de paix du canton de Mouy
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2001 Albert Bourlette    
mars 2001 2008 Christian Crepy    
2008 en cours
(au 15 février 2017)
Philippe Bourlette   Entrepreneur en bâtiment
Réélu pour le mandat 2014-2020[23]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 685 habitants, en diminution de -0,15 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270 283 322 331 350 374 344 377 365
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
354 372 336 329 297 274 254 252 221
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
193 194 226 193 205 214 142 174 186
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
209 193 265 337 528 603 671 684 685
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 26 %, 45 à 59 ans = 24,2 %, plus de 60 ans = 10,8 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 23,5 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 24,4 %, 45 à 59 ans = 24,1 %, plus de 60 ans = 10,2 %).
Pyramide des âges à Thury-sous-Clermont en 2007 en pourcentage[27]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
2,8 
75 à 89 ans
3,5 
8,0 
60 à 74 ans
6,7 
24,2 
45 à 59 ans
24,1 
26,0 
30 à 44 ans
24,4 
18,0 
15 à 29 ans
17,7 
21,1 
0 à 14 ans
23,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[28]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la communes, ainsi que ceux d'Hondainville, sont scolarisés dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal qui y a construit une école primaire et maternelle, comprenant une cantine scolaire[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Le village ne compte plus de commerçants, mais plusieurs artisans y sont installés. Le château de Fillerval est utilisé comme centre de séminaires[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut néanmoins noter :

  • L'église Saint-Médard (du XIe au XIXe siècle) : Église paroissiale remaniée, cruciforme, la nef paraît dater du XIIe siècle selon les petites fenêtres élevées à plein cintre et sans ornements. La chapelle de la Vierge, qui renfermait autrefois le tombeau de la famille Cassini date de la fin du XIIe siècle. On peut y voir des croisées d'ogives du XVIe siècle[29].
    L'origine d'une de ces restaurations est dû à M. de Cassini, le dernier du nom. Son tombeau est relégué dans l'ancien cimetière jouxtant la nef. Une simple stèle rappelle le souvenir de la famille Cassini, originaire de la commune.
  • Le château de Fillerval (XVIIIe siècle) : Situé à l'emplacement de l'ancien château fortifié de Thury, il fut détruit en 1784 pour faire place à une construction entourée de douves et d'un étang. Ravagé par un incendie dans les années 1950, il a été restauré. Son fronton représente les instruments de l'astronomie.
    Aujourd'hui, il est occupé par le centre de formation de l'Institut français de gestion[30]. Le jardin d'agrément a été inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables[31].
  • Monument funéraire, près de l'église Saint-Médard.
  • Croix, place Cassini, près de l'église Saint-Médard.
  • Monument aux morts.
  • Étang, rue d'Angy.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Thury-sous-Clermont

Les armes de Thury-sous-Clermont se blasonnent ainsi :

D’or a la fasce d’azur accompagnée de six étoiles du même trois rangées en chef et trois rangées en pointe.

Le blason est dérivé de celui de la famille Cassini, avec des étoiles à cinq branches au lieu de six.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine-Joseph Warmé, Mouy et ses environs : Thury-sous-Clermont, Beauvais, Impr. de D. Père, , 520 p. (lire en ligne), p. 429-450 sur Gallica

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 17 octobre 2013)
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Philippe Delattre, « Le fief de la famille Cassini : Tout savoir sur la commune de Thury-sous-Clermont », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3433,‎ , p. 22.
  2. a, b, c, d, e et f Carte 1/15 000e sur Géoportail.
  3. Antoine-Joseph Warmé, Mouy et ses environs : Thury-sous-Clermont, Beauvais, Impr. de D. Père, 1873, 520 p, pages 429 et 430
  4. « Risques potentiels majeurs de la commune de Thury-sous-Clermont », sur macommune.prim.net (consulté le 17 octobre 2013)
  5. « Le rû de Lombardie », sur www.services.sandre.eaufrance.fr (consulté le 18 octobre 2013)
  6. « Carte de remontée des nappes », sur www.innondationsnappes.fr (consulté le 17 octobre 2013)
  7. « Orthodromie entre Thury-sous-Clermont et Mouy (60) », sur www.lion1906.com (consulté le 17 octobre 2013)
  8. « Orthodromie entre Thury-sous-Clermont et Heilles (60) », sur www.lion1906.com (consulté le 17 octobre 2013)
  9. « Transports en commun à Thury-sous-Clermont (carte et lignes) », sur www.oise-mobilité.fr (consulté le 2 septembre 2015)
  10. « Navette de regroupement pédagogique intercommunal », sur Oise mobilité (consulté le 17 octobre 2013).
  11. « Dessertes du réseau Pass'Thelle Bus », sur www.passthellebus.com (consulté le 2 septembre 2015)
  12. « Orthodromie entre Thury-sous-Clermont et Tillé (60) », sur www.lion1906.com (consulté le 17 octobre 2013)
  13. « Orthodromie entre Thury-sous-Clermont et Roissy-en-France (95) », sur www.lion1906.com (consulté le 17 octobre 2013)
  14. « Synthèse des zonages du patrimoine naturel et paysager, de la faune, de la flore et des habitats naturels sur la commune de Thury-sous-Clermont », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 2 septembre 2015)
  15. « Forêt de Hez-Froidmont et bois périphériques, fiche znieff détaillée », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 2 septembre 2015)
  16. « Corridor écologique potentiel sur la commune de Thury-sous-Clermont (carte) », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 17 octobre 2013)
  17. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Arrêté préfectoral du 30 décembre 1999, mentionné page 6 des Statuts de la CCPT.
  19. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  20. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  21. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  22. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  23. « Thury-sous-Clermont », Cartes de France (consulté le 19 octobre 2014)
  24. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  27. « Évolution et structure de la population à Thury-sous-Clermont en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  28. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  29. Répertoire Archéologique du Département de l'Oise, Emmanuel Woillez, 1862 ; p. 106.
  30. L'institut français de gestion du château de Fillerval
  31. « Jardin d'agrément », notice no IA60001542, base Mérimée, ministère français de la Culture.