Ons-en-Bray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ons-en-Bray
Ons-en-Bray
Mairie
Blason de Ons-en-Bray
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Bray
Maire
Mandat
M. France Vermeulen
2020-2026
Code postal 60650
Code commune 60477
Démographie
Population
municipale
1 399 hab. (2019 en augmentation de 2,49 % par rapport à 2013)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 53″ nord, 1° 55′ 13″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 233 m
Superficie 13,95 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Lachapelle-aux-Pots
(ville-centre)
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beauvais-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Ons-en-Bray
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Ons-en-Bray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ons-en-Bray
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ons-en-Bray
Liens
Site web https://onsenbray.fr/

Ons-en-Bray est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Sa devise est : « Un village riche en son passé, vivant avec son temps ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Ons-en-Bray est située dans la partie ouest du département, dans le pays de Bray, à 17 kilomètres à l'ouest de Beauvais, à 21 kilomètres de Gournay-en-Bray (Seine-Maritime). La commune est traversée par la Route nationale 31.

Le Vivier-Danger et le Pont-qui-Penche sont deux hameaux d'Ons-en-Bray.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 763 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Jamericourt », sur la commune de Jaméricourt, mise en service en 1990[7] et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 700,9 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 15 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,6 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ons-en-Bray est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lachapelle-aux-Pots, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[17] et 4 159 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (77,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (40,6 %), terres arables (32,9 %), forêts (11,9 %), zones urbanisées (10,7 %), zones agricoles hétérogènes (2,1 %), eaux continentales[Note 8] (1,8 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité proviendrait de l'unification des onze hameaux (le Pont-qui-Penche, la Vallée, le Trou Marot, le Bois de la Mare, le Compostel, La Rue de la Montagne, le Vivier-Danger, les Solons…).

Histoire[modifier | modifier le code]

Un tombeau de l'âge préhistorique, formé de pierres de grandes dimensions, est trouvé, au Trou Marot au XIXe siècle. Il contenait des ossements humains, des ustensiles en ivoire travaillé et des haches en silex. Cette découverte est actuellement visible au Musée départemental de Beauvais.

Dans les alentours on parle plus précisément d'un cimetière mérovingien.

En , un commando allemand chargé de faire sauter le pont d'Oissel, traversa le village, à bord de véhicules à moteur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 1995 Bernard Le Calvez    
juin 1995 mars 2008 Jean Claude Boullet    
mars 2008 19 novembre 2008[24] Dominique Magnier   Retraité de l'Équipement
Décédé en fonction
janvier 2009[24] En cours
(au 4 juin 2020)
M. France Vermeulen   Cadre retraité
Réélu pour le mandat 2020-2026[25]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[27].

En 2019, la commune comptait 1 399 habitants[Note 9], en augmentation de 2,49 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8048828909381 1251 1141 1191 0881 078
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 014980987933985952941917950
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9769839268111 0651 033941954977
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
9761 0551 1091 2341 2881 2731 2711 2641 295
2015 2019 - - - - - - -
1 4051 399-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 33,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,9 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 719 hommes pour 679 femmes, soit un taux de 51,43 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,89 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90 ou +
0,7 
3,7 
75-89 ans
5,4 
19,6 
60-74 ans
22,2 
22,5 
45-59 ans
24,1 
16,8 
30-44 ans
18,4 
20,3 
15-29 ans
12,8 
17,0 
0-14 ans
16,3 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'Agriculture présente sur la commune est orientée vers l'élevage bovin et les céréales.

Une usine du groupe suisse Autoneum, une ancienne filiale du groupe suisse Rieter spécialisée dans la confection de pièces isolantes pour automobiles, ou encore il y a quelques années pour le TGV, est implantée sur la commune.

La zone d'activité du Vivier Danger, implantée le long de la Route nationale 31, regroupe de nombreux artisans (garagiste, carrossier, serrurerie/tuyauterie, bois de chauffage).

Construction d'un centre de tri postal[réf. nécessaire].

Politique[modifier | modifier le code]

Résultat du premier tour des élections présidentielle de 2007:

Nombre % Inscrits
Inscrits 1001 100
Abstentions 146 14,59
Votants 855 85,41
Nombre % votants
Blancs ou Nuls 10 1,17
Exprimés 845 98,83
Voix % exprimés
Olivier BESANCENOT 49 5,80
Maris-George BUFFET 10 1,18
Gérard SCHIVARDI 3 0,36
François BAYROU 122 14,44
José BOVE 20 2,37
Dominique VOYNET 14 1,66
Phillipe de VILLIERS 27 3,20
Ségolène ROYAL 167 19,76
Frédéric NIHOUS 8 0,95
Jean Marie LE PEN 147 17,4
Arlette LAGUILLER 20 2,38
Nicolas SARKOZY 258 30,53

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune possède une petite église consacrée en 1349, construite en brique et en pierre pour sa nef et son transept, en torchis et en pierre pour son chœur et un clocher en ardoise, qui a une certaine inclinaison par rapport à la verticale (très visible). Le saint patron de cette église est saint Denis (d'où la côte Saint-Denis à côté de l'église), celui-ci est visible à l'intérieur de cette église portant, dans sa main droite, une maquette de la première église où l'on remarque une forme en T très particulière : il n'y a pas de chœur. La nef et le transept sont les parties les plus anciennes de l'édifice. En fait, le premier clocher en pierre fut détruit (1764), et à la construction du nouveau clocher on ajouta finalement un chœur, lui rendant ainsi une silhouette plus commune.

Ce village a un monument aux morts dessiné et taillé par Greber de Beauvais, la flèche de ce monument ayant été cassée il y a une dizaine d'années par la chute d'un arbre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il fut comte d'Ons-en-Bray à partir de 1697 et membre honoraire de l'Académie des sciences en 1716. On trouve plusieurs mémoires de lui sur la mécanique, sur une manière de mesurer les liquides, sur les anémomètres pour la mesure du vent. Louis XIV l'avait fait appeler à son chevet pour cacheter son testament avant de l'envoyer déposer au parlement. On lui doit une Méthode facile pour faire tels carrés magiques que l'on voudra (1750) et un Mémoire sur les moyens de remédier aux abus qui se sont glissés dans l'usage des différentes mesures (1759).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Ons-en-Bray

Les armes d'Ons-en-Bray se blasonnent ainsi :

D’argent au chevron d’azur accompagné de trois têtes de lions de sable.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Jamericourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Ons-en-Bray et Jaméricourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Jamericourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Ons-en-Bray et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Lachapelle-aux-Pots », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Beauvais », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. a et b « Lina Herel et France Vermeulen élus maires », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Autour du Coudray-Saint-Germer, tour d’horizon des installations de maires : Plusieurs maires ont officiellement été élus ces derniers jours par les nouveaux conseils municipaux. On fait un point dans différentes communes autour du Coudray-Saint-Germer », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Christian Desjardins, de l’opposition, présentait sa candidature face à France Vermeulen, le maire sortant, mais c’est sans surprise que ce dernier était élu avec 12 voix contre 3 ».
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Ons-en-Bray (60477) », (consulté le ).
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).