Ons-en-Bray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ons-en-Bray
Mairie.
Mairie.
Blason de Ons-en-Bray
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Beauvais-2
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Bray
Maire
Mandat
M. France Vermeulen
2014-2020
Code postal 60650
Code commune 60477
Démographie
Population
municipale
1 385 hab. (2014)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 53″ nord, 1° 55′ 13″ est
Altitude Min. 77 m – Max. 233 m
Superficie 13,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Ons-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Ons-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ons-en-Bray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ons-en-Bray

Ons-en-Bray est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Sa devise est : « Un village riche en son passé, vivant avec son temps ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Ons-En-Bray est située dans la partie ouest du département, dans le pays de Bray, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Beauvais, à une trentaine de kilomètres de Gournay-en-Bray (Seine-Maritime). La commune est traversée par la Route nationale 31.

Le Vivier-Danger et le Pont-qui-Penche sont deux hameaux d'Ons-en-Bray.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité proviendrait de l'unification des onze hameaux (le Pont-qui-Penche, la Vallée, le Trou Marot, le Bois de la Mare, le Compostel, La Rue de la Montagne, le Vivier-Danger, les Solons…).

Histoire[modifier | modifier le code]

Un tombeau de l'âge préhistorique, formé de pierres de grandes dimensions, est trouvé, au Trou Marot au XIXe siècle. Il contenait des ossements humains, des ustensiles en ivoire travaillé et des haches en silex. Cette découverte est actuellement visible au Musée départemental de Beauvais.

Dans les alentours on parle plus précisément d'un cimetière mérovingien.

En septembre 1914, un commando allemand chargé de faire sauter le pont d'Oissel, traversa le village, à bord de véhicules à moteur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 1995 Bernard Le Calvez    
juin 1995 mars 2008 Jean Claude Boulet    
mars 2008 19 novembre 2008[1] Dominique Magnier   Retraité de l'Équipement
Décédé en fonction
janvier 2009[1] en cours
(au 21 septembre 2014)
M. France Vermeulen   Cadre retraité
Réélue pour le mandat 2014-2020[2]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 385 habitants, en augmentation de 7,87 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
804 882 890 938 1 125 1 114 1 119 1 088 1 078
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 014 980 987 933 985 952 941 917 950
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
976 983 926 811 1 065 1 033 941 954 977
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
976 1 055 1 109 1 234 1 288 1 273 1 271 1 295 1 385
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,2 %, 15 à 29 ans = 18,6 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 24,9 %, plus de 60 ans = 15 %) ;
  • 47,5 % de femmes (0 à 14 ans = 16,7 %, 15 à 29 ans = 16,6 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 26,7 %, plus de 60 ans = 17,6 %).
Pyramide des âges à Ons-en-Bray en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,2 
3,4 
75 à 89 ans
5,5 
11,5 
60 à 74 ans
11,9 
24,9 
45 à 59 ans
26,7 
22,2 
30 à 44 ans
22,5 
18,6 
15 à 29 ans
16,6 
19,2 
0 à 14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'Agriculture présente sur la commune est orientée vers l'élevage bovin et/ou les céréales.

Une usine du groupe suisse Autoneum, une ancienne filiale du groupe suisse Rieter spécialisée dans la confection de pièces isolantes pour automobiles, ou encore il y a quelques années pour le TGV, est implantée sur la commune.

La zone d'activité du Vivier Danger, implantée le long de la Route nationale 31, regroupe de nombreux artisans (garagiste, carrossier, serrurerie/tuyauterie, bois de chauffage).

Construction d'un centre de tri postal[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune possède une petite église consacrée en 1349, construite en brique et en pierre pour sa nef et son transept, en torchis et en pierre pour son chœur et un clocher en ardoise, qui a une certaine inclinaison par rapport à la verticale (très visible). Le saint patron de cette église est saint Denis (d'où la côte Saint-Denis à côté de l'église), celui-ci est visible à l'intérieur de cette église portant, dans sa main droite, une maquette de la première église où l'on remarque une forme en T très particulière : il n'y a pas de chœur. La nef et le transept sont les parties les plus anciennes de l'édifice. En fait, le premier clocher en pierre fut détruit (1764), et à la construction du nouveau clocher on ajouta finalement un chœur, lui rendant ainsi une silhouette plus commune.

Ce village a un monument aux morts dessiné et taillé par Greber de Beauvais, la flèche de ce monument ayant été cassée il y a une dizaine d'années par la chute d'un arbre.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il fut comte d'Ons-en-Bray à partir de 1697 et membre honoraire de l'Académie des sciences en 1716. On trouve plusieurs mémoires de lui sur la mécanique, sur une manière de mesurer les liquides, sur les anémomètres pour la mesure du vent. Louis XIV l'avait fait appeler à son chevet pour cacheter son testament avant de l'envoyer déposer au parlement. On lui doit une Méthode facile pour faire tels carrés magiques que l'on voudra (1750) et un Mémoire sur les moyens de remédier aux abus qui se sont glissés dans l'usage des différentes mesures (1759).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Ons-en-Bray

Les armes d'Ons-en-Bray se blasonnent ainsi : D’argent au chevron d’azur accompagné de trois têtes de lions de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Lina Herel et France Vermeulen élus maires », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  2. « France Vermeulen détaille ses priorités », L'Observateur de Beauvais, no 836,‎ , p. 23 (ISSN 1287-7565)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Évolution et structure de la population à Ons-en-Bray en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)