Feigneux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Feigneux
Feigneux
Vue aérienne du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Crépy-en-Valois
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Valois
Maire
Mandat
Véronique Cavaletti
2014-2020
Code postal 60800
Code commune 60231
Démographie
Population
municipale
437 hab. (2016 en stagnation par rapport à 2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 35″ nord, 2° 55′ 55″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 136 m
Superficie 11,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Feigneux

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Feigneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Feigneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Feigneux

Feigneux est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hameaux ou écarts : Morcourt (Oise) et l'église de Bourgon qui était un hameau de Morcourt (commune indépendante avant 1825).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pour Feigneux : Finiacum, Fenil (1118), Finiciae (1145), Feniciae (1156), Fenicus (1162), Fenix (1179), Figneux, Feigneuls[1].

Pour Morcourt : Morocurtis, Morcuria, Morocurtum, Mohericurz (1029), Morrencourt (1269), Mortcourt, Morvecourt, Maurecourt, Morucourt, Mourecourt[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Pendant l'occupation allemande, dans la nuit du 28 au , un bombardier anglais Halifax ZA-W qui revenait d'un raid sur la gare de triage de Metz fut abattu dans le ciel de Feigneux par un chasseur de nuit allemand. À son bord, 7 membres d'équipage périrent, n'ayant, selon les dires de l’abbé Henriot, curé de Morienval desservant Feigneux, pas pu s'éjecter à une hauteur suffisante pour survivre à leur chute. L'avion s'écrasa à la garenne de Morcourt, à quelques kilomètres de Feigneux.

À l'aube, Mme Elisabeth Huraux qui avait observé la scène la veille depuis sa fenêtre, prit son cheval et se mit en quête de survivants. Elle ne put que constater le décès des aviateurs qui seront par la suite identifiés comme étant M. Livesey, J.R. Sissons, A.G. Rhodes, T.G. Evans, L.W. Hughes, W. Tudberry et K.E. Chandler, tous Canadiens faisant partie du No. 10 Squadron RAF (en). Peu après, les soldats allemands arrivèrent et interdirent à quiconque d'approcher du site.

Malgré le danger que représentait le fait de montrer de l'empathie envers les forces anglaises, Mme Huraux alla au Commandement militaire allemand de l'Oise le pour demander courageusement à ce qu'un enterrement digne soit mené. Elle parvint à convaincre la kommandantur de l'autoriser à inhumer les corps des soldats et ainsi de la laisser prendre la place de leurs mères et épouses. La condition fut néanmoins posée que seuls les porteurs, le prêtre, le maire du village et elle-même n'assistent à la cérémonie. Celle-ci fut menée avec une grande solennité et Mme Huraux s'occupa des défunts comme s'il s'agissait de ses propres fils. Plus de 70 ans plus tard, la place du village fut baptisée place Elisabeth-Huraux en l'hommage de cet acte de compassion et d'humanité[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Feigneux.
Liste des maires successifs de Feigneux
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971   Pierre Grimaud    
1974   Jean-Claude Huraux    
1977 1983 Pierre Grimaud    
1983 1995 Gérard Douchet    
1995 2001 Alain Aubigny    
mars 2001 2008 Pascal Étain    
mars 2008   Catherine Brillon    
2014[3] En cours
(au 31 août 2014)
Véronique Cavaletti   Employée

La commune de Morcourt a été réunie à la commune de Feigneux par ordonnance royale du 31 mars 1825[1].

Liste des maires successifs de Morcourt
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793   Joseph Deneufmaison    
mars 1794   Firmin Potonnier    
décembre 1795   François-Xavier-Antoine Voirin    
décembre 1798   Joseph Deneufmaison    
avril 1799 30 décembre 1815 Jacques-Honoré Hurjot   Décédé en fonction
30 décembre 1815   Nicolas-François-Alexandre Chatelin   Adjoint faisant fonction
janvier 1817 31 mars 1825 Nicolas-François-Alexandre Chatelin   Dernier maire de Morcourt

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 437 habitants[Note 1], en stagnation par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
218197237237343331330342325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
314320326310330351345318316
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
324277291274308313270243243
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
241225224254425468435430446
2016 - - - - - - - -
437--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,6 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 25,9 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 14,3 %) ;
  • 47,9 % de femmes (0 à 14 ans = 18 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 29,6 %, 45 à 59 ans = 24,8 %, plus de 60 ans = 11,7 %).
Pyramide des âges à Feigneux en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
3,6 
75 à 89 ans
1,0 
10,7 
60 à 74 ans
10,7 
22,8 
45 à 59 ans
24,8 
25,9 
30 à 44 ans
29,6 
12,5 
15 à 29 ans
16,0 
24,6 
0 à 14 ans
18,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Morcourt.
Église Saint-Martin.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Feigneux compte deux monuments historiques sur son territoire.

  • Ruines de l'église Notre-Dame de Morcourt (inscrites monument historique par arrêté du 14 mai 1927[10]). C'était initialement l'église Saint-Étienne du village de Bourgon, détruit par une chevauchée guerrière, vers 1375, au cours de la guerre de Cent Ans. Restaurée et agrandie, elle devient en 1516 l'église paroissiale de Morcourt, dédiée à Notre-Dame. En 1811, après qu'une tornade a ravagé l'église de Feigneux, les autorités religieuses autorisent la « déconstruction » de l'église de Bourgon-Morcourt afin de restaurer celle de Feigneux[réf. souhaitée].
  • Grotte sépulcrale du Larris Goguet (classée monument historique par arrêté du 6 avril 1970[11]) : Il s'agit d'un monument archéologique datant du néolithique.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Martin de Feigneux.
  • Église Saint-Martin de Feigneux, au bourg, Grande-Rue (RD 50) : Sa partie la plus ancienne, la façade occidentale de la nef, remonte au premier quart du XIIe siècle. Le reste de la nef n'est pas visible depuis l'extérieur. Les trois voûtes de la nef datent de 1641, et l'espace intérieur affiche le style de la Renaissance. Le sanctuaire primitif a été complètement démoli à la fin du XIIe siècle et remplacé par le chœur gothique actuel, qui se compose d'une travée droite et d'une abside à pans coupés. Avant la fin même de la guerre de Cent Ans, l'église fut agrandie par l'adjonction d'un croisillon et d'un bas-côté du côté nord. La première travée de ce bas-côté est la base du clocher, qui a dû être entamé à la même époque. Environ un siècle plus tard, un croisillon et un bas-côté furent ajoutés au sud. Seul le croisillon fut voûté dans un premier temps. L'inscription sur un vitrail aujourd'hui disparu renseignait la date de 1537. En 1646, deux ans avant la Fronde, le clocher fut exhaussé par la construction d'une chambre de guet avec cheminée. Si ce dernier ajout est nuisible à l'esthétique de la tour, l'église Saint-Martin constitue, dans son ensemble, un édifice de qualité remarquable pour son architecture, tenant compte de l'économie de moyens dans un petit village rural. Mais elle est surtout connue pour représenter l'une des très rares églises fortifiées de la région. Elle abrite en outre un mobilier riche et varié, ce qui ajoute à son intérêt[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à Morcourt[modifier | modifier le code]

  • Nicolas de Grouches, seigneur de Morcourt, du Luat, etc., chevalier de l'ordre du Roi et l'un des cent gentilshommes de sa maison, décédé en 1582[13]).
  • Françoise d'Aumale, son épouse, fille de Jean d'Aumale et de Florence de Blécourt.
  • François de Grouches, chevalier, seigneur de Morcourt, du Luat, de Covigny, etc., gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, décédé avant 1603, enterré dans l'église de Morcourt.
  • Charlotte de Paillart, son épouse, dame du Bacouel, de Fay, du Mesnil, etc., fille de Jean de Paillart et de Jeanne de Ravenel.
  • Antoine de Grouches, chevalier, seigneur de Morcourt, de Bacouel, vicomte de Bourgon, etc.
  • Madeleine de Pardieu, son épouse, fille d'Adrien de Pardieu et de Marguerite de Bussy.
  • Jean de Grouches, chevalier, seigneur de Bacouel, de Morcourt, etc., vivant encore en 1670.

Activités socio-culturelles[modifier | modifier le code]

Ce petit village de l'Oise s'illustre par son dynamisme sur le plan culturel et social. En effet, grâce, entre autres à sa MJC, le village possède un rayonnement local significatif pour une si petite commune, qui passe en outre par l'organisation de Cafés citoyens , de spectacles divers et variés, de brocantes, et du festival Jours de fête.

Jours de fête[modifier | modifier le code]

Jours de fête[14] est un festival participatif et éco-citoyen qui a lieu tous les ans depuis 2003 au mois de septembre. Chaque année le festival s'axe autour d'une thématique de société et la décline de manières diverses sous un regard qui se veut décalé et convivial. Aussi, elle s'organise sous la forme de spectacles de rue (souvent participatifs) , de concerts, d'une brocante qui s'étend sur toute la longueur du village et de fanfares qui déambulent sur toute la fête. Elle est en outre jalonnée d'associations aux finalités variées comme Amnesty International, Greenpeace ou encore Action contre la faim mais aussi des associations locales comme Projet Sefrou, Automne Village ou Les Déjantés.

Le festival accueille en moyenne 8 000 à 12 000 personnes[15] sur le week-end.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Annuaire de l'Oise, 1836, 252 p., p. 120.
  2. « L’armée Anglaise | Picardie 1939-1945 », sur www.picardie-1939-1945.org (consulté le 17 septembre 2016)
  3. « Feigneux », Cartes de France (consulté le 31 août 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Évolution et structure de la population à Feigneux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er novembre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er novembre 2010)
  10. « Ruines de l'église Notre-Dame de Morcourt », notice no PA00114684, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Grotte sépulcrale du Larris Goguet », notice no PA00114685, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Dominique Vermand, Églises de l'Oise, canton de Crépy-en-Valois : Les 35 clochers de la Vallée de l'Automne, Comité Départemental de Tourisme de l'Oise / S.E.P Valois Développement, , 56 p., p. 24-25.
  13. Dictionnaire de la Noblesse de La Chesnaye-Desbois, tome XIV (second des suppléments), Paris, 1784.
  14. « Accueil » (consulté le 17 septembre 2016)
  15. « 8 000 visiteurs attendus aux Jours de fête » (consulté le 17 septembre 2016)