Rouvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rouvillers
Rouvillers
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Estrées-Saint-Denis
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Picard
Maire
Mandat
Nicolas Sainte-Beuve
2014-2020
Code postal 60190
Code commune 60553
Démographie
Gentilé Rodovillarois, Rodovillaroises
Population
municipale
274 hab. (2015 en augmentation de 4,58 % par rapport à 2010)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 10″ nord, 2° 36′ 37″ est
Altitude Min. 66 m
Max. 89 m
Superficie 11,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Rouvillers

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Rouvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouvillers
Liens
Site web www.mairie-rouvillers.net

Rouvillers est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Rodovillarois et les Rodovillaroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de la commune de Rouvillers.

Rouvillers est une commune située à 69 km au nord de Paris, 38 km à l'est de Beauvais, 16 km à l'ouest de Compiègne et à 54 km au sud d'Amiens[1].

Communes limitrophes de Rouvillers
Moyenneville Hémévillers
Grandvillers-aux-Bois
Cressonsacq
Rouvillers Francières
Bailleul-le-Soc Estrées-Saint-Denis

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal s'étend sur la plaine d'Estrées qui dans sa longueur forme une transition à pente douce entre le plateau Picard au nord et la vallée de l'Oise au sud. Le faible dénivelé de surface à la pente orientée vers le nord, d'environ 30 mètres, forme la plaine de Warnavillers. La commune se situe toutefois à l'origine de plusieurs vallées sèches peu profondes se dirigeant vers l'Aronde : l'une qui s'étend vers la commune de Grandvillers-aux-Bois dite vallée de Grandvillers, la seconde vers Moyenneville dite vallée des Cordeliers où se situe le point le plus bas à 66 mètres d'altitude. Le point culminant se situe à la limite communale avec Bailleul-le-Soc, à 89 mètres. La ferme de Warnavillers se trouve à 69 mètres, la ferme d'Elogette à 77 mètres et le village à 85 mètres au-dessus-du niveau de la mer[2]. La commune se trouve en zone de sismicité 1, c'est-à-dire très faiblement exposée aux risques de tremblement de terre[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Rouvillers n'est traversée par aucun cours d'eau. Il subsiste plusieurs mares autour des fermes de Warnavillers et d'Elogette. Les vallons formés par les ruissellements s'orientant au nord vers le bassin versant de l'Aronde[2]. Les zones les plus basses du territoire, près de Warnavillers et au lieu-dit les Flaques sont situées au-dessus de plusieurs nappes phréatiques sous-affleurantes[4].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par trois routes départementales : la D 36, la D 75 et la D 521. La route départementale 36, reliant Saint-Just-en-Chaussée à Jaux est le principal axe de circulation de la commune et permet d'accéder à Estrées-Saint-Denis, ville la plus proche. Elle traverse le village par la Grande Rue. La route départementale 75 se détache de la Grande Rue et se dirige vers Rieux par la rue d'Eraines. La route départementale 521 se détache de la D 36 au niveau de la Grande Place pour rejoindre la D1017 en passant par la ferme de Warnavillers. Une route communale dessert la ferme d'Elogette depuis le village. La route départementale D1017, ancienne route nationale 17 dite route des Flandres de Paris à Lille borde la limite orientale de la commune. Elle est doublée par une piste cyclable[2].

Le 29 mars 1891 une halte ferroviaire a été inaugurée sur l'ancienne ligne à voie métrique Estrées-Saint-Denis - Froissy - Crèvecœur-le-Grand. La compagnie chargée de sa concession décida la fermeture de la ligne en 1948. La gare se situait au nord du village, entre les gares de Beaupuits et Estrées-Saint-Denis. La ligne d'Amiens à Compiègne traverse toujours la commune du nord au sud. Aujourd'hui la gare SNCF la plus proche est celle d'Estrées-Saint-Denis à 4 km au sud-est.

La commune est desservie par le réseau ATRIOM du Compiégnois du conseil général de l'Oise par la ligne 47 reliant Compiègne à Saint-Just-en-Chaussée et par deux lignes de transports scolaires vers les établissements de l'agglomération de Clermont ainsi que vers le collège d'Estrées-Saint-Denis[5]. La commune fait partie du réseau TADAM, service de transport collectif à la demande, mis en place à titre expérimental par la communauté de communes du Plateau Picard. Elle est reliée à l'un des 8 points de destination situés à Saint-Just-en-Chaussée, Maignelay-Montigny, La Neuville-Roy et Tricot au départ des 98 points d'origine du territoire[6]. Une navette de regroupement pédagogique intercommunal relie le village au groupe scolaire de Bailleul-le-Soc, avec les communes de Cressonsacq et Grandvillers-aux-Bois[7],[8].

L'aéroport de Beauvais-Tillé se trouve à 36 km à l'ouest[1] et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle se situe à 50 km au sud[1]. Il n'existe pas de liaisons par transports en commun entre la commune et ces aéroports.

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Hormis les espaces bâtis couvrant 28 hectares pour 2 % de la surface communale, le territoire comprend 95 % d'espaces cultivés sur 1148 hectares ainsi que 13 hectares de vergers et de prairies. Le espaces boisés du bois du Fresnel à l'est et des bosquets autour du village ne couvrent que 22 hectares pour 2 % du terroir[9],[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'essentiel de l'espace bâti se concentre au chef-lieu. La commune possède deux écarts : la ferme de Warnavillers au nord et la ferme d'Elogette au sud[2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu constitue un village-groupé autour d'une Grande Place de laquelle partent les rues principales[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le ministre des Transports Jean-Claude Gayssot avait annoncé la création d'un aéroport dans le département de l'Oise, mais le projet est en sommeil depuis février 1996, depuis le jour où Jacques Douffiagues, chargé de mission par le gouvernement, a survolé le site de Rouvillers au-dessus d'une meute d'opposants déterminés. Ces opposants étaient en grande partie des habitants de la commune qui ne voulaient pas voir disparaître Rouvillers. Les opposants éditèrent des cartes postales antiaéroport et réunirent plus de 20 000 signatures. Le 11 février 2001, 5 000 manifestants bloquèrent la RN 31 et la RN 17 au Bois-de-Lihus près de la commune, mais rien n'est fait. Les opposants, toujours plus déterminés, organisèrent une grande manifestation à Compiègne le 17 juin 2001. Quatre mille manifestants y défilèrent derrière un slogan : "Non au troisième aéroport à Rouvillers". Le 21 août 2001, la chambre de commerce et d'industrie (CCI) d'Amiens annonça sa décision de déposer la candidature du site de Montdidier-Sud, l'aéroport ne sera pas dans l'Oise et donc Rouvillers fut sauvée après une longue lutte.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs [10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1832 Auguste Budin   agriculteur
1832 1857 Joseph Hochedez   agriculteur
1857 1867 Louis Auguste Dumont   agriculteur
1868 1883 Ernest Dumont   agriculteur
1883 1908 Ernest Henri Théophile Nazart   agriculteur
1908 1923 Henri Dumont   agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 28 septembre 2014)
Nicolas Sainte-Beuve UMP agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[11]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2015, la commune comptait 274 habitants[Note 1], en augmentation de 4,58 % par rapport à 2010 (Oise : +2,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
319 269 260 278 258 285 288 311 303
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
290 291 300 287 288 298 292 293 263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
247 273 262 241 282 324 315 334 272
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
239 222 202 182 241 249 263 259 274
2015 - - - - - - - -
274 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,6 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,2 %, 15 à 29 ans = 14,5 %, 30 à 44 ans = 22,9 %, 45 à 59 ans = 22,9 %, plus de 60 ans = 14,6 %) ;
  • 49,4 % de femmes (0 à 14 ans = 26,6 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 25,8 %, 45 à 59 ans = 15,6 %, plus de 60 ans = 13,3 %).
Pyramide des âges à Rouvillers en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
3,1 
75 à 89 ans
7,0 
11,5 
60 à 74 ans
6,3 
22,9 
45 à 59 ans
15,6 
22,9 
30 à 44 ans
25,8 
14,5 
15 à 29 ans
18,8 
25,2 
0 à 14 ans
26,6 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 13 février 2017)
  2. a, b, c, d, e et f Carte au 1/15000e sur Géoportail (consulté le 13 février 2017).
  3. « Géorisques : Mieux connâitre les risques sur le territoire - Rouvillers », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le 18 août 2017)
  4. « Carte de remontée des nappes », sur www.innondationsnappes.fr (consulté le 13 février 2017)
  5. « Transports en commun à Rouvillers (carte, lignes et arrêts) », sur Oise mobilité (consulté le 31 mai 2017).
  6. « TADAM, le service de transport collectif à a demande du plateau Picard », sur Oise Mobilité (consulté le 30 mai 2017)
  7. « Navette de regroupement pédagogique intercommunal 1er car », sur Oise mobilité (consulté le 13 février 2017).
  8. « Navette de regroupement pédagogique intercommunal 2e car », sur Oise mobilité (consulté le 13 février 2017).
  9. « Synthèse des zonages du patrimoine naturel et paysager, de la faune, de la flore et des habitats naturels », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 13 février 2017)
  10. registres d'état civil 1832 à 1911
  11. « Rouvillers », Cartes de France (consulté le 28 septembre 2014)
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. « Évolution et structure de la population à Rouvillers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2010)