Nanteuil-le-Haudouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nanteuil-le-Haudouin
Nanteuil-le-Haudouin
Blason de Nanteuil-le-Haudouin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Intercommunalité CC du pays de Valois
Maire
Mandat
Gilles Sellier
2020-2026
Code postal 60440
Code commune 60446
Démographie
Gentilé Nanteuillais, Nanteillaises
Population
municipale
4 249 hab. (2018 en augmentation de 15,21 % par rapport à 2013)
Densité 203 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 08′ 33″ nord, 2° 48′ 41″ est
Altitude Min. 78 m
Max. 128 m
Superficie 20,95 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Nanteuil-le-Haudouin
(ville isolée)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nanteuil-le-Haudouin
(bureau centralisateur)
Législatives 4e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Nanteuil-le-Haudouin
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Nanteuil-le-Haudouin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nanteuil-le-Haudouin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nanteuil-le-Haudouin
Liens
Site web https://nlh60.fr/

Nanteuil-le-Haudouin est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Nanteuiil-Le-Haudoin.
En orange, emplacement du château et des parties conservées des communs.

Nanteuil-le-Haudouin est un bourg picard du Valois située à mi-chemin entre Paris et Soissons, à environ 50 km de Paris, Il est traversé par la route nationale 2.

Depuis 2019, son territoire est partiellement inclus dans le Parc naturel régional Oise-Pays de France[1]

La commune est desservie par la gare de Nanteuil-le-Haudouin, située sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) et desservie par les trains de la ligne K du Transilien (Paris-Nord - Crépy-en-Valois) ainsi que par ceux du TER Picardie (Paris - Laon).

La gare vue des quais.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le vieux « gué » traversé par la jeune Nonette, qui était jadis retenue ici pour remplir le bassin.

La commune est drainée par la Nonette, un affluent en rive gauche de l'Oise, et donc un sous-affluent de la Seine.

Le Ru Marquant conflue dans la Nonette à Nanteuil-le-Haudoin.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 716 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,3 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Le-Plessis-Belleville », sur la commune du Plessis-Belleville, mise en service en 1964[8] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 10,6 °C et la hauteur de précipitations de 750,5 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Le Bourget », sur la commune de Bonneuil-en-France, dans le département du Val-d'Oise, mise en service en 1920 et à 34 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour la période 1971-2000[12] à 11,6 °C pour 1981-2010[13], puis à 12,1 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nanteuil-le-Haudouin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Nanteuil-le-Haudouin, une unité urbaine monocommunale[18] de 4 296 habitants en 2017, constituant une ville isolée[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (84,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79,4 %), zones urbanisées (10,6 %), forêts (8,5 %), prairies (1,4 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018 , le nombre total de logements dans la commune était de 1 809 , alors qu'il était de 1 536 en 2013 et de 1 418 en 2008 [I 1].

Parmi ces logements, 93,1  % étaient des résidences principales, 1  % des résidences secondaires et 5,9  % des logements vacants. Ces logements étaient pour 57  % d'entre eux des maisons individuelles et pour 42,6  % des appartements[I 2].

Le logement à Nanteuil-le-Haudouin en 2018 .
Typologie Nanteuil-le-Haudouin [I 1] Oise [I 3] France entière [I 4]
Résidences principales (en %) 93,1 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 5,9 7,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce nom vient du gaulois nanto "vallée" et ialo "clairière, défrichement".

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Nanteuil avait un château très important qui a été possédé par les familles de Guise et Schomberg.

Le château a été détruit en 1794 durant la Révolution française.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Première Guerre mondiale

Le nom de Nanteuil-le-Haudouin est associé à la bataille de la Marne, car s'est dans cette ville que les taxis de la Marne déposèrent une brigade d'infanterie française, en en faisant une anecdote de la Première Guerre mondiale.

Deuxième Guerre mondiale

La viille a été également bombardée durant la campagne de France en 1940.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Senlis du département de l'Oise.

Elle était depuis 1793 le chef-lieudu canton de Nanteuil-le-Haudouin[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 d'un nouveau canton de Nanteuil-le-Haudouin

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Nanteuil-le-Haudouin est membre de la communauté de communes du Pays de Valois, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1996 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du second tour des élections municipales de 2014 dans l'Oise, la liste UMP menée par Gilles Sellier obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 935 voix (56,84 %, 18 conseillers municipaux élus dont 3 communautaires), devançant significativement celle PS-PCF du maire sortant Philippe Coffin, qui a recueilli 710 voix (43,16 %, 5 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire).
Lors de ce scrutin, 32,44 % des électeurs se sont abstenus[26].

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans l'Oise, la liste DVD-LR menée par le maire sortant Gilles Sellier[27] obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 728 voix, devançant très largement les listes menées respectivement par[28] :
- Stéphane Xueref [29] (SE, 270 voix, 22,18 %, 3 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire) ;
- Roger Pierre[30] (PCF, 219 voix, 17,01 %, 2 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 52,25 % des électeurs se sont abstenus.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1925 ? Ernest Bacquet SFIO Conseiller d'arrondissement (1925-1937)
1976 mars 1977 Michel Junot CNIP  
mars 1977 juin 1995 Jean-Pierre Hanniet PS Conseiller général (1970-1994)
juin 1995 mars 2008 Philippe Dupille RPR puis UMP  
mars 2008 mars 2014[31] Philippe Coffin PS  
mars 2014[32] En cours
(au 05 janvier 2021)
Gilles Sellier[33] UMPLR Gendarme retraité
Conseiller départemental de Nanteuil-le-Haudouin (2015 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[34]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La restructuration des écoles primaires et maternelles est décidée en 2019 pour perlmettre la création d'un groupe scolaire maternelle de 10 classes plus dix locaux pour le périscolaire, relié par une passerelle à l'école élémentaire, pour un coût de 6,5 millions d'euros (hors subventions)[35],[36].

La commune dispose du collège Guillaume-Cale, qui a reçu le premier niveau du label E3D (Établissement en démarche de développement durable)[37].

L'ancien lycée agricole, fermé en 2011, a été démoli et son site accueille désormais un programme immobilier de l'OPAC de l'Oise[38]

Culture[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une médiathèque, implantée dans de nouveaux locaux construits par l'Opac, rue Gambetta en 2019[39].

Sécurité[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune dispose de deux agents de police municipale et d'une installation de vidéosurveillance[40].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[41]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[42].

En 2018, la commune comptait 4 249 habitants[Note 7], en augmentation de 15,21 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4681 4011 4811 3381 4671 4991 5601 5681 564
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4091 5451 6491 5061 5581 5081 5491 5261 524
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4981 4541 4391 3641 3901 4471 4431 4211 612
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 7161 7121 9592 2852 6723 1263 2333 5164 093
2018 - - - - - - - -
4 249--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[43].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 22,7 %, 30 à 44 ans = 23,5 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 12,6 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 20,9 %, 15 à 29 ans = 19 %, 30 à 44 ans = 23,4 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 17,7 %).
Pyramide des âges à Nanteuil-le-Haudouin en 2007 en pourcentage[44]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
4,1 
75 à 89 ans
5,8 
8,2 
60 à 74 ans
10,9 
19,8 
45 à 59 ans
19,0 
23,5 
30 à 44 ans
23,4 
22,7 
15 à 29 ans
19,0 
21,6 
0 à 14 ans
20,9 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Sports[modifier | modifier le code]

La première Compagnie d'arc de Nanteuil est un club sportif classé en 2019 en division 1, pour la première fois depuis 1996, et qui souhaite se doter d'un nouveau complexe aux normes olympiques, qui serait situé derrière l'Intermarché[46].

Économie[modifier | modifier le code]

Un important entrepôt de 72 000 m2 exploité par ID Logistics est implanté le long de la RN2. Après avoir accueilli les stocks de l'enseigne Alinéa[47], il gère notamment ceux de Leroy-Merlin[48]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Nanteuil-le-Haudouin compte deux monuments historiques sur son territoire :

  • Église Saint-Pierre, rue Charles-Lemaire (RD 19) et place de Verdun (portail ouest classé monument historique par arrêté de 1908, le reste du bâtiment étant inscrit en 1966[49]) :
    À peu près régulièrement orientée, avec une légère dérivation de l'axe vers le sud-est, l'église répond à un plan cruciforme.
    Elle se compose d'une nef de quatre travées accompagnée de bas-côtés ; d'un transept non débordant ; d'un chœur au chevet plat d'une seule travée ; et de deux chapelles latérales du chœur, de plan carré. Le clocher se dresse au centre de la façade occidentale, au-dessus de la première travée de la nef. À l'exception de l'étage de beffroi du clocher avec sa flèche en charpente, couverts d'ardoise, et des chapelles latérales, l'ensemble de l'église a été édifié d'un seul jet pendant le troisième quart du XIIe siècle.
    Le style gothique primitif règne alors sur les édifices religieux du nord du bassin parisien, mais l'église de Nanteuil-le-Haudouin reflète assez peu les éléments caractéristiques de ce style et se singularise en plusieurs points. C'est une construction robuste et austère, dont l'extérieur n'est pratiquement pas décoré en dehors des portails, et dont l'intérieur affiche un style lourd dénué de raffinement.
    Comme l'indiquent notamment les deux fortes tourelles octogonales précédant la façade occidentale, l'édifice appartient au groupe des églises fortifiées, et il est l'un des très rares représentants de ce type dans la région. C'est cette particularité qui fait son valeur archéologique, ainsi que les supports des voûtes très atypiques à l'intérieur. Le chœur, ses deux chapelles latérales et le transept ont été remaniés au XVIIIe siècle[50].
  • Vestiges du château de Nanteuil, rue des Pavillons (inscrits monument historique par arrêté de 1950[51]) : Sur un terrain privé, subsistent deux pavillons ayant fait partie du domaine du château. Ils sont reliés par une terrasse prenant appui sur un mur de soutènement. Le château proprement dit, qui datait du XVIe siècle ou du XVIIe siècle et était de style Renaissance, a été démoli en 1794, pendant la Révolution française. Son parc se situait au niveau du centre équestre et que le jardin bas occupait le parc des écoles. Des caves du château subsistent également utilisées autrefois comme cellier pour la nourriture, et qu'une association aimerait réutiliser comme musée[52].

On peut également signaler :

  • Pavillons en brique et pierre de l'ancien château du XVIIe siècle des Guise et des Schomberg, disparu, et le mur de soutènement des terrasses reliant ces deux pavillons (inscription par arrêté du [53]) ; ainsi que les écuries du château.
  • Chapelle de l'ancien Hôtel-Dieu.
  • Les vestiges du vieux pédiluve et abreuvoir pour chevaux sur la jeune Nonette qui prend source à Nanteuil.
  • Chapelle Notre-Dame-des-Marais, en dehors du bourg, au nord[54]
  • Pont probablement médiéval sur la Nonette près du Grand moulin, construction en pierres sèches taillées, à quatre arches. La Nonette a été canalisée pour les besoins du moulin et ne passe plus en dessous du pont.
  • Monument aux Taxis de la Marne se trouve à l'ouest de la commune, à un rond-point permettant de se rendre vers Paris, Senlis ou Crépy-en-Valois. Sur une plaque de pierre allongée sur le sol a été gravée cette inscription : « Ici le 7 septembre 1914, les taxis parisiens réquisitionnés par le général Gallieni, gouverneur militaire de Paris, ont amené les renforts qui ont permis à l'armée française de remporter la victoire de la Marne. Cette manœuvre décisive a pris le nom de l'épopée des Taxis de la Marne ».

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Dans la culture[modifier | modifier le code]

La ville imaginaire de Nadine, dans Inglourious Basterds, est située à l'emplacement de Nanteuil-le-Haudouin.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Ecartelé : au premier : de gueules aux six fleurs de lys d'or ordonnées 3, 2 et 1 ; au deuxième : d'or à la bande de gueules accompagnée de six merlettes du même ordonnées en orle ; au troisième : d'argent au lion coupé de gueules et de sinople ; au quatrième : d'azur aux trois fleurs de lys d'or accompagnées, en abîme, d'un bâton péri de gueules en bande.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eric Dancoisne, "Les municipalités face au pouvoir résistant à la Libération: l'exemple du Valois", in Annales Historiques Compiégnoises, printemps 2011, n° 121-122, p.37-45.
  • Eric Dancoisne, "Être maire sous l’Occupation dans le Valois: Crépy-en-Valois, Nanteuil-le-Haudouin, Betz", in Actes des journées d’études des Archives départementales de l’Oise (18-), Beauvais, 2007, p. 148-168.
  • Eric Dancoisne,"Trois maires du Valois sous l’Occupation (Betz, Crépy-en-Valois, Nanteuil-le-Haudouin", in Volum, Bulletin de la société d’histoire et d’archéologie du Valois, numéro 1, , p 154-185.
  • Léon Fautrat, « Nanteuil, son abbaye et sa demeure seigneuriale », Comité archéologique de Senlis, Comptes-rendus et mémoires, Senlis, 3e série, vol. VI « année 1891 »,‎ , p. 49-105 (ISSN 1162-8820, lire en ligne)
  • Gustave Macon, « La chapelle de Notre-Dame-des-Marais à Nanteuil-le-Haudoin », Comité archéologique de Senlis, Comptes-rendus et mémoires, année 1908, Senlis, Imprimerie d'Eugène Dufresne,‎ , p. 155-180 (ISSN 1162-8820, lire en ligne)
  • Bernadette Oiry, La chapelle médiévale Notre Dame des Marais à Nanteuil-le-Haudouin (Oise), dans : Revue archéologique de Picardie, n° 1/2 1987, p. 125-132 ; Lire sur Persée.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Nanteuil-le-Haudouin », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Le Parc naturel régional de l’Oise s’élargit », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Le-Plessis-Belleville - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Nanteuil-le-Haudouin et Le Plessis-Belleville », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Le-Plessis-Belleville - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Nanteuil-le-Haudouin et Bonneuil-en-France », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Nanteuil-le-Haudouin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. « OISE (60) - Nanteuil-le-Haudouin », Résultats des élections municipales et communautaires 2014, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  27. Frédéric Normand, « Nanteuil-le-Haudouin. Le maire Gilles Sellier va solliciter un second mandat », Oise Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Nanteuil-le-Haudouin », sur interieur.gouv.fr (consulté le )
  29. « Stéphane Xueref et son équipe croient fermement en leurs chances de conquérir la mairie », Oise Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Les 27 » se donnent pour mission de déboulonner le maire de Nanteuil-le-Haudouin Gilles Sellier », Oise Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Élisabeth Gardet, « Le nouveau règlement du conseil fait bondir l'opposition », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  32. « « J'ai toujours été passionné par la politique » : Gilles Sellier (UMP), sera maire officiellement à Nanteuil-le-Haudouin vendredi », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. C.B., « Municipales : à Nanteuil-le-Haudouin, Gilles Sellier (UMP) fourmille de projets », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  34. Frédéric Normand, « Gilles Sellier réélu maire à la tête d'un conseil municipal entièrement renouvelé », Oise Hebdo, no 1369,‎ , p. 28 « Gilles Sellier a ainsi obtenu 24 voix sur 26 lors de l'« élection interne ». Autrement dit plus que celles de la majorité municipale ».
  35. Cindy Belhomme, « Nanteuil-le-Haudouin : de nouveaux désaccords sur le projet de future école : Le nouveau projet présenté aux associations de parents d’élèves déplaît. Il ne couvrirait pas l’évolution démographique des années à venir. La mairie dit faire avec ses moyens », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. Cindy Belhomme, « Nanteuil-le-Haudouin : la refonte de l’école enfin validée : Après plus de deux ans d’arrêt, le projet vient d’être accepté par l’architecte des Bâtiments de France. La nouvelle école est attendue pour fin 2021 », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Cindy Belhomme, « Le collège de Nanteuil-le-Haudouin s’engage en faveur de l’environnement : L’établissement et les élèves mènent des actions qui leur ont permis d’obtenir un label », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Cindy Belhomme, « Des logements à la place de l’ancien lycée agricole de Nanteuil-le-Haudouin : Le bailleur social Opac prévoit de construire 98 logements. Les travaux, prévus en deux tranches, devraient démarrer en juillet », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Cindy Belhomme, « Nanteuil-le-Haudouin : une médiathèque dernier cri pour les 1 000 adhérents : La superficie de cet équipement culturel va doubler. Les travaux devraient démarrer dans plusieurs mois », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Cindy Belhomme, « Nanteuil-le-Haudouin met l’accent sur la sécurité : Les policiers municipaux sont désormais armés et pourront prochainement dresser des PV grâce à la vidéoverbalisation », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Pour « améliorer la sécurité » des habitants, Gilles Sellier, le maire (LR) de Nanteuil-le-Haudouin étend les missions de la police municipale et renforce son partenariat avec la gendarmerie ».
  41. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  42. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  43. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  44. « Évolution et structure de la population à Nanteuil-le-Haudouin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  45. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  46. Cindy Belhomme, « A Nanteuil-le-Haudouin, le tir à l’arc sera bientôt roi : Le club va se doter d’un nouveau complexe. Il espère être conforme aux exigences du comité olympique pour attirer des athlètes en 2024 », Le Parisien,édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. Cindy Belhomme, « Alinéa va quitter Nanteuil-le-Haudouin et abandonner son bâtiment de 72 000m² : Le repreneur de l’enseigne ne souhaite pas conserver l’intégralité de ses sites. Déserté progressivement, le gigantesque entrepôt basé le long de la N2 devra donc trouver de nouveaux occupants », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. Simon Gourru, « Leroy Merlin installe sa base logistique dans l’Oise pour alimenter ses magasins franciliens : Le groupe français s’est implanté sur les 42 000 mètres carrés de l’ancien site occupé par Alinéa, à Nanteuil-le-Haudouin. Le gestionnaire souhaite en faire «une véritable vitrine logistique dans le secteur du bricolage », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. « Église Saint-Pierre », notice no PA00114768, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Nanteuil-le-Haudouin, Beauvais, Conseil général de l'Oise / comité départemental du tourisme, , 32 p., p. 22-23.
  51. « Vestiges du château », notice no PA00114767, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. Cindy Belhomme, « Un projet ambitieux autour des vestiges du château de Nanteuil-le-Haudouin : Une association composée de passionnés d’histoire souhaite créer un musée dans la cave de l’ancien château. Un projet de longue haleine qui nécessite la participation de nombreux acteurs locaux », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. Notice no PA00114767, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Nanteuil-le-Haudouin, Beauvais, Conseil général de l'Oise / comité départemental du tourisme, , 32 p., p. 23.
  55. Honoré Fisquet, La France pontificale. Métropole de Sens. Troyes et Moulins, Paris, p. 38 e 39.
  56. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération