Silly-Tillard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Silly-Tillard
La chantrerie.
La chantrerie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise
Maire
Mandat
Jean Vertadier
2014-2020
Code postal 60430
Code commune 60620
Démographie
Population
municipale
455 hab. (2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 31″ nord, 2° 09′ 35″ est
Altitude Min. 78 m – Max. 227 m
Superficie 11,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Silly-Tillard

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Silly-Tillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Silly-Tillard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Silly-Tillard

Silly-Tillard est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village picard situé à l'extrémité sud-est du Pays de Bray.

Le territoire communal, de 11.4km², compte environ 20 % de bois[1].

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte un hameau, à Tillard[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Silly-Tillard est voisine des communes de Hodenc-l'Évêque et de Noailles.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune compte quatre cours d'eau : la source du Sillet, et les ruisseaux du Rotoir, de la Fontaine-aux-Moines et Claire-Fontaine. On comptait autrefois deux moulins à eau[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'est appelé Silly-les-Tillard, Sylly, Silli, Scilly et Syliacum en 1243[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancien site gallo-romain proche de Hodenc-l'Evêque et de Noailles, dont on a découvert de nombreux sarcophages dans le cimetière de la commune[1].

Le village a dépendu du duché de Mouchy. Philippe de Noailles, premier duc de Mouchy, donna des terres en 1764 pour construire la route qui devint la RN 1 reliant Paris à Beauvais, à condition que le village traversé s'appelle Noailles, nom qui était son patronyme[1].

Le château fort, alors qualifié de « forteresse considérable » fut pris et détruit par en 1589 par les ligueurs de Beauvais, sous la direction du Sieur de Brouilly. Le village fut pillé et incendié. Sur les ruines du château fut ultérieurement construit un manoir seigneurial[1].

La commune de Silly, instituée lors de la Révolution française, absorbe en 1826 celle de Tillard et devient Tilly-Tillard[2].

En 1934, le village comptait quatre épiceries. Son activité économique comprenait alors un four à chaux et des ateliers de tabletterie[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Noailles[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Chaumont-en-Vexin

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a adhéré en 2000 à la communauté de communes du pays de Thelle[3] (CCPT).

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[4], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[5],[6].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [7].


Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 10 février 2017)
Jean Vertadier SE Réélu pour le mandat 2014-2020[8],[9]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 455 habitants, en diminution de -4,61 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
354 368 375 409 476 522 525 525 544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
552 560 543 506 530 542 512 455 490
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
408 410 401 354 357 343 295 299 306
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
302 299 321 371 386 402 446 484 455
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,8 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 19,1 %) ;
  • 48,2 % de femmes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 14,9 %, 30 à 44 ans = 24,2 %, 45 à 59 ans = 20,9 %, plus de 60 ans = 19,5 %).
Pyramide des âges à Silly-Tillard en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,9 
5,2 
75 à 89 ans
7,4 
13,9 
60 à 74 ans
10,2 
21,6 
45 à 59 ans
20,9 
21,6 
30 à 44 ans
24,2 
15,2 
15 à 29 ans
14,9 
22,5 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2016, les enfants de la commune sont scolarisés dans un regroupement pédagogique intercommunal regroupant Silly-Tillard, qui dispose d'une école de deux classes au village, et Hodenc-L'Évêque[1]. Cette école devrait accueillir les 13 élèves de Hodenc-L'Évêque à la rentrée 2016-2017, malgré l'opposition des parents concernés[15].

Afin de regrouper les deux classes, la municipalité construit en 2015 les locaux de la nouvelle école maternelle, jouxtant l'école primaire[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Le village n'a plus de commerces de proximité, mais compte en 2016 quelques artisans (un saurisseur de truites et volailles, un couvreur, un plombier, un centre équestre, un ball-trap et un chenil)[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église.

L'église Saint-Martin de Silly, datant des XIIIe et XVIe siècles et inscrite aux monuments historiques[17], a subi un grave incendie le 15 novembre 1995 et a été restaurée de la manière la plus fidèle possible[1] . Le hameau de Tillard, implanté sur l'ancienne route de Paris, compte un riche patrimoine architectural le long de sa rue principale :

  • maisons du XVe siècle au XVIIIe siècle en pan de bois ;
  • une magnifique chapelle, dite « chantrerie » du XIVe siècle dédiée à saint-Blaise, de la fin du gothique flamboyant[18],[19],[20]. Des concerts y sont parfois donnés[21] ;
  • ancien manoir et ferme en brique et pierre à proximité du « Tillet »[1].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Silly-Tillard.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D’or à la croix ancrée d’azur accompagnée de trois maillets renversés de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maryse Bideault et Claudine Lautier, Île-de-France Gothique 1 : Les églises de la vallée de l'Oise et du Beauvaisis, Paris, A. Picard, , 412 p. (ISBN 2-7084-0352-4), p. 379-382

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Philippe Delattre, « Un riche patrimoine architectural : Tout savoir sur la commune de Silly-Tillard », L'Observateur de Beauvais, no 985,‎ , p. 20.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Arrêté préfectoral du 30 décembre 1999, mentionné page 6 des Statuts de la CCPT.
  4. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  5. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  6. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  8. « Le maire veut garder le cap : Le maire Jean Vertadier sera à nouveau candidat aux municipales au mois de mars. En attendant la campagne, l’élu a dressé le bilan de l’actuelle municipalité lors de sa cérémonie des vœux organisée samedi 18 janvier. », L'Observateur de Beauvais, no 826,‎ , p. 23.
  9. « Silly-Tillard », Union des maires de l'Oise (consulté le 11 octobre 2014)
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Silly-Tillard en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  15. « Pour deux élèves, l’école serait condamnée », L'Observateur de Beauvais, no 985,‎ , p. 20 « Après avoir mis en garde la commune depuis des années, l’Inspection académique se retranche derrière les chiffres. Moins de 15 élèves, la classe ferme et, hélas, celle d’Hodenc n’en compte que 13… Le scénario prévoit de regrouper tous les élèves dans l’école de Silly-Tillard, (avec lequel Hodenc Lêveque constitue déjà un RPI) ce qui suppose le regroupement des élèves dans une classe à niveaux multiples (4 à 5 selon les projections) ».
  16. « Une nouvelle école verra le jour au printemps », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  17. « L'église de Silly », notice no PA00114913, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Chapelle Saint-Blaise de Tillard », notice no PA00114912, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Les incroyables trésors de la chapelle Saint-Blaise : La restauration de l'édifice gothique a permis la découverte de joyaux qui devraient fortement marquer l'histoire de l'art », Le Parisien vidéos,‎ (lire en ligne) « Lors de la restauration de la chapelle Saint-Blaise de Silly-Tillard (60), des découvertes majeures ont été réalisées en terme d'histoire de l'art ».
  20. « La chapelle Saint-Blaise de Silly-Tillard sera bénie par l'évêque le 19 septembre », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  21. « Des musiciens virtuoses jouent à la Chantrerie Sainte-Blaise », L'Observateur de Beauvais, no 941,‎ , p. 16 « La Chantrerie Sainte-Blaise de Silly-Tillard recevait l’ensemble Reza, ce dimanche 3 avril, pour un concert très attendu, organisé par l’association “Musique en pays de Noailles” ».