Rochy-Condé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rochy-Condé
Rochy-Condé
En arrière-plan,
le bâtiment de la mairie de Rochy-Condé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Mouy
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Beauvaisis
Maire
Mandat
Frédéric Seguin
2014-2020
Code postal 60510
Code commune 60542
Démographie
Population
municipale
991 hab. (2016 en diminution de 3,6 % par rapport à 2011)
Densité 155 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 04″ nord, 2° 11′ 05″ est
Altitude Min. 52 m
Max. 106 m
Superficie 6,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Rochy-Condé

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Rochy-Condé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rochy-Condé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rochy-Condé

Rochy-Condé est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Rochy-Condé.
Vue aérienne de Rochy-Condé.

Localisation[modifier | modifier le code]

Village péri-urbain du Beauvaisis situé dans la vallée du Thérain, situé à 9 km. au sud-est de Beauvais et dans l'aire urbaine de Beauvais.

Son territoire est traversé en limite nord par la RN 31, qui relie Rouen à Reims et au sud par la RD 12 Beauvais - Creil. Perpendiculairement à ces deux grands axes de circulation, la RD 513, qui relie Warluis à la RN 31, traverse le village.

Il dispose depuis 1857 de la Gare de Rochy-Condé, point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre desservi par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre les gares de Creil, et de Beauvais, et est à l'origine de l'embranchement vers Bresles (ancienne ligne de Rochy-Condé à Soissons), qui n'est plus utilisée que pour le trafic de fret.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Thérain à Rochy-Condé.

La commune est traversée par le Thérain, dans lequel se jettent plusieurs ruisseaux, la Laversines et le Fossé d'Orgueil.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

XIXe siècle

Les conseils municipaux de Warluis et de Rochy-Condé ont décidé le la fusion de leurs collectivités le au sein d'une commune nouvelle qui aurait été dénommée le Val d'Orgueil[Note 1]. Cette fusion était destinée à préserver les ressources des deux villages dans un contexte de baisse des dotations de l’État. Une réunion publique tenue après le vote des élus, voit une forte protestation, et, en septembre 2018, une pétition de 812 habitants des deux communes (qui comptent 2 206 habitants) demande le report de la fusion[1],[2],[3].

Le préfet préconise alors l'organisation d'un référendum d’initiative locale[4],[5]. Celui-ci, organisé le , voit le rejet du projet par près de 90 % des votants des deux communes et une participation de 62 % à Rochy-Condé et 57 % à Warluis[6], amenant le préfet à refuser d'agréer le projet de fusion[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2018.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Nivillers[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Mouy.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Beauvaisis, créée sous le statut d'une communauté de communes en 2004.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Gérard Truptil    
mars 2014[9] En cours
(au 9 septembre 2018)
Frédéric Seguin   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2016, la commune comptait 991 habitants[Note 2], en diminution de 3,6 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
266261285268333334332366371
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
401383389420477465497497499
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
548560510491445478408463478
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
536600604573594634807832857
2013 2016 - - - - - - -
1 002991-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune était relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,4 %) était en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune était supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge était, en 2007, la suivante :

  • 50,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,1 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 22 %, 45 à 59 ans = 18,1 %, plus de 60 ans = 15 %) ;
  • 49,7 % de femmes (0 à 14 ans = 19,7 %, 15 à 29 ans = 22,3 %, 30 à 44 ans = 23,7 %, 45 à 59 ans = 18,5 %, plus de 60 ans = 15,8 %).
Pyramide des âges à Rochy-Condé en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
3,9 
75 à 89 ans
6,6 
11,1 
60 à 74 ans
9,2 
18,1 
45 à 59 ans
18,5 
22,0 
30 à 44 ans
23,7 
20,6 
15 à 29 ans
22,3 
24,1 
0 à 14 ans
19,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école William-Hayden en 2018.

Les enfants de la commune sont scolarisés au sein de l'école municipale William-Hayden, place de la Mairie, qui accueille les enfants de la maternelle au CM2 avec une cantine et une garderie[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Les commerces.

Plusieurs entreprises sont implantées à Rochy-Condé (centre de tri des déchets ménagers, fabrication de matériaux en béton), ainsi que des artisans (carrossier, garagiste, menuisiers, plombier-chauffagiste).

La commune dispose en 2018 de plusieurs commerces de proximité, tels que boulangerie, café-restaurant, coiffure, fleuriste, institut de beauté, ainsi qu'un bureau de poste[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Elle renferme un groupe sculpté en bois taillé polychrome, la Charité de saint Martin, du début du XVIe siècle, caractéristique dde l'art du Beauvaisis[17] et le retable de la Passion, réalisé vers 1563, également en bois taillé polychrome, restauré en 1988[18]


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant William R. Hayden (22 août 1922 - 30 décembre 1943) : pilote de chasse américain tombé avec son avion Thunderbolt dans la commune, au lieudit le Bas des Montoiles[19]. Une plaque implantée sur l'école communale qui porte son nom rappelle son sacrifice[20].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La dénomination du Val d'Orgueil évoque le nom du nom du ruisseau qui traverse les deux communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kevin Helies, « Fusion de Warluis et de Rochy-Condé : Bienvenue à Val d'Orgeuil : Dans un souci de finances et de dotations, les deux communes ont décidé de fusionner afin de donner naissance à un nouvel ensemble : Val d’Orgueil », L'Observateur de Beauvais, no 1065,‎ , p. 15.
  2. Patrick Caffin, « La fusion de Rochy-Condé et de Warluis provoque la colère des habitants : Lors d’une réunion publique, les habitants ont dénoncé la méthode et le nom, Val d’Orgueil, choisi pour baptiser la nouvelle commune issue de la fusion entre Warluis et Rochy-Condé », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 10 septembre 2018).
  3. Patrick Caffin, « Warluis et Rochy-Condé : les habitants prêts à tout pour casser la fusion : Dans une pétition remise au préfet, 812 habitants des deux communes demandent le report de la fusion. Un recours au tribunal est envisagé en cas d’échec », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2018) « Interrogé, Christophe de Ponton d’Amécourt, maire (SE) de Warluis, souligne que les deux conseils municipaux ont voté la fusion. « Ils sont souverains, nous ne reviendrons pas en arrière, déclare-t-il. On me parle d’un report de deux ans ? Cette fusion nous fait gagner des moyens financiers ».
  4. Patrick Caffin, « Fusion de Rochy-Condé et Warluis : le préfet conseille un référendum : Face à l’hostilité d’une partie de la population des deux villages, la préfecture a demandé aux maires d’organiser un référendum d’initiative locale », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2018) « J’ai reçu les deux maires et je leur ai conseillé d’organiser un référendum d’initiative locale, précise Dominique Lepidi, sous-préfet de Beauvais. Nous avons reçu une pétition qui regroupait plus de 800 signatures et une lettre de parlementaires (le député (LR) Olivier Dassault et le sénateur (LR) Olivier Paccaud, NDLR). L’opposition à cette fusion semble être une réalité. Le référendum pourra apporter une réponse, même s’il n’a aucune valeur juridique ».
  5. Patrick Caffin, « Fusion de Rochy-Condé et Warluis : les habitants votent dimanche : Une consultation citoyenne est organisée pour décider si le rapprochement entre les deux communes se fera ou non », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2018) « Si le « non » l’emporte dimanche, Christophe de Ponton d’Amécourt précise que « même si les conseils municipaux sont souverains, on verra avec la préfecture ».
  6. « Un NON franc et massif à la fusion de Rochy Condé et Warluis », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3525,‎ , p. 16.
  7. Patrick Caffin, « Rochy-Condé - Warluis : le préfet dit non à la fusion : Le 19 novembre, les habitants de ces deux communes avaient voté contre ce projet. Ils ont été entendus par l’Etat », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018) « Mais la décision finale revenait au représentant de l’État, qui a donc tranché. « Compte tenu des résultats du référendum d’initiative locale, la fusion n’était pas possible », déclare Dominique Lepidi, sous-préfet de Beauvais.Pour Christophe de Ponton d’Amécourt, maire (SE) de Warluis, c’est incontestablement un désaveu. Jusqu’au bout, il a cru à ce mariage. Interrogé ce mardi, il ne cachait pas sa déception ».
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. « Frédéric Seguin au fauteuil de maire », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3283,‎ , p. 22
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Évolution et structure de la population à Rochy-Condé en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  15. a et b « PréPrésentation et Histoire de Rochy Condé sentation et Histoire de Rochy Condé », Les communes de l'Agglo, sur http://www.beauvaisis.fr, (consulté le 10 septembre 2018).
  16. Dominique Vermand, « Rochy-Condé, église Saint-Martin », Diocèse de Beauvais, Eglises de l'Oise - art roman et gothique (consulté le 10 septembre 2018).
  17. « groupe sculpté : Charité de saint Martin », notice no PM60001364, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. « retable de la Passion », notice no PM60001363, base Palissy, ministère français de la Culture.
  19. « Crash du P-47 Thunderbolt - type D-5-RE -s/n 42-8662 QI*X », France-Crashes 39-45 (consulté le 10 septembre 2018).
  20. « Lt William R Hayden », Aérostèles- lieux de mémoire aéronautique, (consulté le 10 septembre 2018).