Andeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andeville (homonymie).

Andeville
Andeville
Vue depuis le toit de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Méru
Intercommunalité Communauté de communes des Sablons
Maire
Mandat
Jean-Charles Morel
2014-2020
Code postal 60570
Code commune 60012
Démographie
Gentilé Andevilliens
Population
municipale
3 161 hab. (2015 en diminution de 0,78 % par rapport à 2010)
Densité 758 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 37″ nord, 2° 09′ 57″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 178 m
Superficie 4,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Andeville

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Andeville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andeville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andeville
Liens
Site web http://www.andeville.fr

Andeville est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France (anc. Picardie)[1],[2],[3].

Ses habitants sont appelés les Andevilliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située à 4 km au nord-est de Méru, Andeville est constituée du bourg et d'un lieu-dit appelé Angleterre (auparavant appelé les Cornets). C'est une commune du pays de Thelle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Andeville[4]
Laboissière-en-Thelle Mortefontaine-en-Thelle
Andeville[4]
Méru Esches

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Andeville vient de Andium Villa et Anatum Villa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Andeville ne fut longtemps qu’un village de « laboureurs ». Au XVIIIe siècle, apparaît la tabletterie qui consiste en la fabrication de tout un ensemble d’objets de petite ébénisterie (damiers, échiquiers, dés à jouer, éventails, dominos, boutons…) en os, ivoire, bois précieux ou nacre. Elle connaît un essor considérable jusqu’en 1900. Une des spécialités d’Andeville était les éventails.

Andeville, étant sur un plateau, n'a pas de source. En 1904, Marchand-Hébert propose un don de 50 000 francs pour que la commune fasse creuser un puits avec des pompes pour alimenter la commune. En effet, l'eau potable ne se trouve que dans des puits de plus de 40 mètres ou grâce à l'eau de pluie. En 1911, on arrive à puiser péniblement 18 m3. L'eau potable n'arrive vraiment qu'en 1945 quand la commune adhère au syndicat de Laboissière[5].

Quelques dates[modifier | modifier le code]

  • En 1820 : création du cimetière.
  • Le  : création de la fanfare d'Andeville par M. Noël Dumage.
  • En 1839 : il y a 52 boutonniers à Andeville. La nacre occupe une place très importante.
  • En 1909 : grève dans les ateliers pendant trois mois[5].

Les 17 martyrs[modifier | modifier le code]

Alors que la retraite des Allemands a déjà commencé, deux parachutistes se sont réfugiés à Andeville. Un soldat allemand se faisant passer pour un déserteur est recueilli en ville et est placé sous bonne garde. Il réussit à entrer en contact avec le réseau de résistance local, rattaché au maquis de Chambly. Quelques jours plus tard, il réussit à s'enfuir, et revient le , accompagné d'une troupe de SS stationnés non loin de là. Les Allemands arrêtent le maire Georges Petit. Sur son refus de dénoncer la résistance, il est abattu, puis tous les hommes du village sont rassemblés. Dix-sept d'entre eux seront fusillés sur place. Deux plaques commémoratives rappellent cet épisode douloureux à Andeville, et une rue sera baptisée rue des 17-Martyrs[6].

L'usine de nacre Marchand Hébert.

Histoire de l’école[modifier | modifier le code]

En , la préfecture impose la création d’une école. À l’époque, le maître faisait la classe chez lui. À ce moment, il s’agit du sieur Charles Cantin. Après 1824, la commune achète un corps de ferme où elle établira l’école. Un nouvel instituteur arrive et aura en plus la charge de clerc laïque. Il sera logé au presbytère. Son salaire est de 300 francs plus des casuelles et des écolages de 50 centimes par enfant et par mois[7].

Il y a deux écoles dans Andeville (une école maternelle et une école primaire) :

  • École du Petit Bouton Nacré
  • École Anatole-Devarenne

Lieux écarts dit quartiers[modifier | modifier le code]

Clos du bois, Angleterre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
17 février 1790 12 juin 1808 M. Leporcq d'Ausque    
12 juin 1808 23 décembre 1809 Charles Boffu    
23 décembre 1809 1817 M. Levasseur    
1817 9 mai 1821 Germain Famin    
9 mai 1821 1825 Jean Baptiste Bault    
1825 21 juin 1837 Jean Baptiste Baude    
21 juin 1837 19 août 1848 Thomas Remond    
19 août 1848 4 février 1852 Jules Fleurant    
4 février 1852 8 juillet 1855 Thomas Remond    
8 juillet 1855 31 janvier 1858 Lucien Bault    
31 janvier 1858 1894 M. Ferret    
1900 décembre 1907 M. Vaillant    
décembre 1907 mai 1909 Gustave Marchand-Hebert    
mai 1909 décembre 1919 Elphège Bastard    
décembre 1919 mai 1929 Lucius Hennegrave    
mai 1929 1938 Robert Dourain    
1938 1940 Durant    
1940 27 août 1944 Georges Petit    
août 1944 août 1944 M. Guerville   Abbé (remplacement temporaire suite fusillade).
1944 1945 André Conty    
1945 mars 1959 Robert Masson    
1959 mars 1965 Gaston Houplon    
mars 1965 mars 2001[9] Jacques Bergeret    
mars 2001 en cours
(au 23 août 2014)
Jean-Charles Morel DVG Responsable informatique retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[10],[11]

Démocratie participative[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée d'un conseil municipal d'enfants qui a été renouvelé en novembre 2014[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2015, la commune comptait 3 161 habitants[Note 1], en diminution de 0,78 % par rapport à 2010 (Oise : +2,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6757177547729099911 1001 1681 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1961 2051 2681 2531 2741 4061 3621 3511 349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4181 5151 4961 5031 4991 4061 3941 2201 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 3061 4271 4651 7822 2822 9963 1283 1123 161
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Léger.

Église Saint-Léger

Classée en partie monument historique, fondée par Claude de Montmorency et sa femme Anne d'Aumont, elle fut construite à partir de 1538. Elle possède un chœur polygone de 1547 à fenêtres géminées de style ogival tertiaire ayant leur tête prohibée, agrandie au début du XIXe siècle (partie en brique).

Dans l'église, quatre objets d'arts figurent à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[17] :

  • Deux pierres gravées relatant la fondation de l'église.
  • Un tableau de l'école espagnole du XVIIe siècle représentant saint Charles Borromée parcourant les rues de Milan, ce tableau a disparu de l'église.
  • Un cadre en bois sculpté et doré du XVIIIe siècle

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Andeville Blason D'azur à la bande d'argent remplie de gueules, chargée d'un éventail, accosté de deux boutons percés de quatre trous, le tout du second ; accompagné en chef d'une gerbe de blé d'or et pointe de trois couverts du second, en pals mis en bande.
Ornements extérieurs 
Écu timbré de la croix de guerre 1939 - 1945.
Détails
La gerbe de blé évoque le passé agricole de la commune. Les boutons, l'éventail, l'orfèvrerie représentent les spécificités d'Andeville pour le travail de la nacre.
Officiel[18]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Anatole Devarenne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. LOI n° 2015-29 du 16 janvier 2015
  2. Ministère de l'Intérieur.
  3. Conseil Constitutionnel
  4. Géoportail, « Communes limitrophes d'Andeville » .
  5. a et b archive de la mairie
  6. bulletin municipal de 1999
  7. Journal municipal d'Andeville no 30 de juillet 2005
  8. « Les maires de Andeville », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 août 2014).
  9. P. C., « Jean-Charles Morel sera le prochain maire », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « À 20 h 30, le nouveau conseil municipal devrait désigner Jean-Charles Morel comme successeur de Jacques Bergeret. Ce dernier, après 36 ans de gestion, ne se représentait pas. L'élection ne fait guère de doute puisque la liste Andeville Autrement, menée par Jean-Charles Morel, a largement remporté le scrutin dimanche. Opposée à trois autres listes au 2 e tour, la liste Morel a raflé la totalité des 23 sièges d'élus. « Après le 1er tour, nous étions raisonnablement optimistes, confie Jean-Charles Morel. Les électeurs avaient rejeté à 70 % la liste Barlemont cautionnée par l'ancien maire ».
  10. « Jean-Charles Morel repart avec 11 conseillers sortants : Le maire sortant Jean-Charles Morel, et ses colistiers tiendront une réunion publique jeudi 13 mars, à 20h 30 au gymnase », L'Écho du Thelle, no 520,‎ , p. 4.
  11. « J-C Morel, maire et ses adjoints ont été élus », L'Echo du Thelle, no 523,‎ , p. 10
  12. « Le conseil municipal des jeunes est en place : Le conseil municipal des jeunes d’Andeville a en partie été renouvelé. Les 22 élus du CE2 au CM2, vont apprendre la citoyenneté et mener à bien divers projets. », L'Écho du Thelle, no 556,‎ , p. 10.
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=LOCA&VALUE_98=%20Andeville&DOM=Tous&REL_SPECIFIC=3
  18. http://www.andeville.fr/fr/decouvrir-andeville/histoire/les-armoiries-dandeville.html