Andeville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Andeville
Andeville
La nouvelle mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC des Sablons
Maire
Mandat
Jean-Charles Morel
2020-2026
Code postal 60570
Code commune 60012
Démographie
Gentilé Andevilliens
Population
municipale
3 286 hab. (2019 en augmentation de 6,9 % par rapport à 2013)
Densité 788 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 15′ 37″ nord, 2° 09′ 57″ est
Altitude Min. 122 m
Max. 178 m
Superficie 4,17 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Andeville
(ville isolée)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Méru
Législatives 3e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Andeville
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Andeville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andeville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andeville
Liens
Site web https://www.andeville.fr/

Andeville est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France>.

Ses habitants sont appelés les Andevilliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Vue depuis le toit de l'église.

Andeville est un bourg périurbain du Pays de Thelle dans l'Oise, jouxtant Méru, situé à 24 km au nord de Pontoise, 46 km au notrd de Paris et 20 km au sud de Beauvais.

Il est aisément accessible depuis l'autoroute A16 et l'ancienne route nationale 1.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Andeville
Laboissière-en-Thelle Mortefontaine-en-Thelle
Andeville
Méru Esches

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 724 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,6 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,2 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Jamericourt », sur la commune de Jaméricourt, mise en service en 1990[7] et qui se trouve à 21 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,8 °C et la hauteur de précipitations de 700,9 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 23 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,6 °C pour 1981-2010[12], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Andeville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Andeville, une unité urbaine monocommunale[17] de 3 227 habitants en 2017, constituant une ville isolée[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire regroupe 1 929 communes[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (57,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (60,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,8 %), zones urbanisées (30,9 %), forêts (11,2 %)[22].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[23].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Andeville est constituée du bourg et d'un lieu-dit situé au nord du territoire communal, appelé Angleterre (auparavant appelé les Cornets), ainsi que du Clos du bois.

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 1 395, alors qu'il était de 1 249 en 2013 et de 1 227 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 92,6 % étaient des résidences principales, 1,4 % des résidences secondaires et 5,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 88,8 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 9,4 % des appartements[I 2].

Le parc de logements sociaux se développe, passant de 65 logements en 2008 (5,6 % des résidences principales) à 117 en 2018 (9,1 %)[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Andeville en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,4 %) inférieure à celle du département (2,5 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 78,1 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (80,2 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Andeville en 2018.
Typologie Andeville[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 92,6 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,4 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 5,9 7,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Andeville vient de Andium Villa et Anatum Villa[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Andeville ne fut longtemps qu’un village de « laboureurs ». Au XVIIIe siècle, apparaît la tabletterie qui consiste en la fabrication de tout un ensemble d’objets de petite ébénisterie (damiers, échiquiers, dés à jouer, éventails, dominos, boutons…) en os, ivoire, bois précieux ou nacre. Elle connaît un essor considérable jusqu’en 1900. Une des spécialités d’Andeville était les éventails[24],[25].

Sous l'Ancien Régime, la seigneurie d'Andeville avait haute moyenne et basse justice[24].

Andeville, étant sur un plateau, n'a pas de source. En 1904, Marchand-Hébert propose un don de 50 000 francs pour que la commune fasse creuser un puits avec des pompes pour alimenter la commune. En effet, l'eau potable ne se trouve que dans des puits de plus de 40 mètres ou grâce à l'eau de pluie. En 1911, on arrive à puiser péniblement 18 m3. L'eau potable n'arrive vraiment qu'en 1945 quand la commune adhère au syndicat de Laboissière[25].

Stèle aux fusillés du , morts pour la France.

En , la préfecture impose la création d’une école. À l’époque, le maître faisait la classe chez lui. À ce moment, il s’agit du sieur Charles Cantin. Après 1824, la commune achète un corps de ferme où elle établira l’école. Un nouvel instituteur arrive et aura en plus la charge de clerc laïque. Il sera logé au presbytère. Son salaire est de 300 francs plus des casuelles et des écolages de 50 centimes par enfant et par mois[26].

  • En 1820 : création du cimetière.
  • Le  : création de la fanfare d'Andeville par M. Noël Dumage[25].
  • En 1839 : il y a 52 boutonniers à Andeville. La nacre occupe une place très importante[25]..
L'usine de nacre Marchand Hébert.
  • En 1909 : grève dans les ateliers pendant trois mois[25]..

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, lors des combats de la Libération de la France, et alors que la retraite des Allemands a déjà commencé, deux parachutistes se sont réfugiés à Andeville. Un soldat allemand se faisant passer pour un déserteur est recueilli en ville et est placé sous bonne garde. Il réussit à entrer en contact avec le réseau de résistance local, rattaché au maquis de Chambly. Quelques jours plus tard, il réussit à s'enfuir, et revient le , accompagné d'une troupe de SS stationnés non loin de là. Les Allemands arrêtent le maire Georges Petit. Sur son refus de dénoncer la résistance, il est abattu, puis tous les hommes du village sont rassemblés. Dix-sept d'entre eux seront fusillés sur place. Deux plaques commémoratives rappellent cet épisode douloureux à Andeville, et une rue sera baptisée rue des 17-Martyrs[27].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Méru[28]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 d'un nouveau canton de Méru

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Andeville est membre de la communauté de communes des Sablons, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2000 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Mors du premier tour des élections municipales de 2014 dans l'Oise, la liste DVG menée par le maire sortant Jean-Charles Morel obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 837 voix (56,98 %, 18 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires), devançant largement celle SE menée par Jean-Christophe Ancher (632 voix, 43,02 %, 5 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin, 35,19 % des électeurs se sont abstenus[29].

Lors des élections municipales de 2020 dans l'Oise, la liste SE menée par le maire sortant Jean-Charles Morel est la seule candidate. Elle obtient donc la totalité des 453 suffrages exprimés et est élue en totalité dès le premier tour. Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 144 électeurs ont voté blanc ou nul (24,12 % des votants) et 73,40 % des électeurs se sont abstenus[30].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[25]
Période Identité Étiquette Qualité
17 février 1790 12 juin 1808 M. Leporcq d'Ausque    
12 juin 1808 23 décembre 1809 Charles Boffu    
23 décembre 1809 1817 M. Levasseur    
1817 9 mai 1821 Germain Famin    
9 mai 1821 1825 Jean Baptiste Bault    
1825 21 juin 1837 Jean Baptiste Baude    
21 juin 1837 19 août 1848 Thomas Remond    
19 août 1848 4 février 1852 Jules Fleurant    
4 février 1852 8 juillet 1855 Thomas Remond    
8 juillet 1855 31 janvier 1858 Lucien Bault    
31 janvier 1858 1894 M. Ferret    
1900 décembre 1907 M. Vaillant    
décembre 1907 mai 1909 Gustave Marchand-Hebert    
mai 1909 décembre 1919 Elphège Bastard    
décembre 1919 mai 1929 Lucius Hennegrave    
mai 1929 1938 Robert Dourain    
1938 1940 Durant    
1940 27 août 1944 Georges Petit   Fusillé par l'Occupant
août 1944 août 1944 M. Guerville   Abbé (remplacement temporaire suite fusillade).
1944 1945 André Conty    
1945 mars 1959 Robert Masson    
1959 mars 1965 Gaston Houplon    
mars 1965 mars 2001[31] Jacques Bergeret[32],[33]    
mars 2001 En cours
(au 7 octobre 2021)
Jean-Charles Morel DVG puis SE Responsable informatique retraité
Réélu pour le mandat 2020-2026[34],[35],[30]

Démocratie participative[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée d'un conseil municipal d'enfants qui a été renouvelé en [36]. Ce conseil se réunit régulièrement une fois par mois en 2021[37]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Une nouvelle mairie a été aménagée en 2018 dans un ancien pavillon de chasse du XVIIIe siècle qui a été la propriété du médecin de Louis XIV et, racheté par la commune, a été restauré par la communauté de communes des Sablons[38],[39]

Espaces publics[modifier | modifier le code]

Le parc de la mairie est réaménagé en 2021, avec aménagement paysager et plantation de nombreux arbres, notamment fruitiers, ainsi que la réalisation d'une aire de jeux et de sanitaires[40]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a deux écoles dans Andeville (une école maternelle et une école primaire) :

  • École du Petit Bouton Nacré
  • École Anatole-Devarenne

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Santé[modifier | modifier le code]

Une Maison de santé pluridisciplinaire est créée en 2019 à l'initiative des pharmaciennes de la commune[41],[42].

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

La poste en 2014.

Un distributeur de billets, implanté de longue date dans la supérette locale, est supprimé en 2019 par le Crédit agricole, qui ne le juge pas assez rentable, obligeant les habitants à se rendre à Méru ou Sainte-Geneviève[43].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[45].

En 2019, la commune comptait 3 286 habitants[Note 8], en augmentation de 6,9 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6757177547729099911 1001 1681 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1961 2051 2681 2531 2741 4061 3621 3511 349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4181 5151 4961 5031 4991 4061 3941 2201 315
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 3061 4271 4651 7822 2822 9963 1283 1123 208
2019 - - - - - - - -
3 286--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Léger.
  • L'église Saint-Léger :
    Classée en partie monument historique, elle est fondée par Claude de Montmorency et sa femme Anne d'Aumont. Louis Graves indiquait en 1837 « Le chœur de l'église , bâti en 1547, est polygone, à fenêtres géminées de. style ogival tertiaire. ayant leurs têtes trilobées. Les voûtes sont à grosses nervures, à pendentifs et écussons. La nef plus basse, moderne, sombre, est construite en silex et en briques. Elle est couverte d'un grand lambris ; un collatéral a été récemment ajouté à gauche. Cette nef supporte un petit clocher en charpente et ardoises. Le chœur est décoré de stalles [24]».
    :Dans l'église, quatre objets d'arts figurent à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[47] :
    • Deux pierres gravées relatant la fondation de l'église.
    • Un tableau de l'école espagnole du XVIIe siècle représentant saint Charles Borromée parcourant les rues de Milan, ce tableau a disparu de l'église.
    • Un cadre en bois sculpté et doré du XVIIIe siècle

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Anatole Devarenne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Andeville Blason
D'azur à la bande d'argent remplie de gueules, chargée d'un éventail, accosté de deux boutons percés de quatre trous, le tout du second ; accompagné en chef d'une gerbe de blé d'or et pointe de trois couverts du second, en pals mis en bande.
Ornements extérieurs
Écu timbré de la croix de guerre 1939 - 1945.
Détails
La gerbe de blé évoque le passé agricole de la commune. Les boutons, l'éventail, l'orfèvrerie représentent les spécificités d'Andeville pour le travail de la nacre.
Officiel[48]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Andeville », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Jamericourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Andeville et Jaméricourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Jamericourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Andeville et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 d'Andeville », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  23. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  24. a b c et d Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Méru, arrondissement de Beauvais (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 116 p. (lire en ligne), -41-42, sur Google Books.
  25. a b c d e et f « Histoire », Découvrir Andeville, sur https://www.andeville.fr (consulté le ).
  26. Journal municipal d'Andeville no 30 de juillet 2005
  27. bulletin municipal de 1999
  28. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. « OISE (60) - Andeville », Résultats des élections municipales et communautaires 2014, sur https://www.interieur.gouv.fr/ (consulté le ).
  30. a et b Sandrine Raffin, « A Andeville, Jean-Charles Morel réélu », L’Écho du Thelle,‎ .
  31. P. C., « Jean-Charles Morel sera le prochain maire », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « À 20 h 30, le nouveau conseil municipal devrait désigner Jean-Charles Morel comme successeur de Jacques Bergeret. Ce dernier, après 36 ans de gestion, ne se représentait pas. L'élection ne fait guère de doute puisque la liste Andeville Autrement, menée par Jean-Charles Morel, a largement remporté le scrutin dimanche. Opposée à trois autres listes au 2 e tour, la liste Morel a raflé la totalité des 23 sièges d'élus. « Après le 1er tour, nous étions raisonnablement optimistes, confie Jean-Charles Morel. Les électeurs avaient rejeté à 70 % la liste Barlemont cautionnée par l'ancien maire ».
  32. Patrick Caffin, « La commune avait 6 millions de francs de dettes », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Nous avons été obligés d'augmenter les impôts pour équilibrer le budget. Plus 8 % pour la taxe d'habitation et plus 4 % pour le foncier bâti. Nous avons également dû faire payer l'accès au centre aéré selon les critères du quotient familial. Tous les emprunts ont été renégociés et nous avons allongé la durée des derniers de 15 à 20 ans. Le budget de fonctionnement de la commune a diminué de 15 %. Idem pour nos indemnités ».
  33. Patrick Caffin, « L'ancien maire échappe aux assises », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Jean-Charles Morel repart avec 11 conseillers sortants : Le maire sortant Jean-Charles Morel, et ses colistiers tiendront une réunion publique jeudi 13 mars, à 20h 30 au gymnase », L'Écho du Thelle, no 520,‎ , p. 4.
  35. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « J-C Morel, maire et ses adjoints ont été élus », L'Echo du Thelle, no 523,‎ , p. 10.
  36. « Le conseil municipal des jeunes est en place : Le conseil municipal des jeunes d’Andeville a en partie été renouvelé. Les 22 élus du CE2 au CM2, vont apprendre la citoyenneté et mener à bien divers projets. », L'Écho du Thelle, no 556,‎ , p. 10.
  37. « Comptes rendus du conseil municipal des enfants », Municipalité, sur https://www.andeville.fr (consulté le ).
  38. Farida Chadri, « Andeville : la vie de château est presque à portée de main : La mairie va pouvoir s’installer dans cet ancien relais de chasse du XVIIIe siècle. Le coût des travaux dépasse le million d’euros, ce qui est beaucoup pour une petite commune », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Patrick Caffin, « Andeville : les interrogations d’un maire rural pour un ministre : Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, est venu dans l’Oise ce mercredi, pour inaugurer la mairie d’Andeville », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Sandrine Raffin, « Andeville : Bientôt, de nouveaux travaux pour le parc de la mairie », L’Écho du Thelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Ivan Capecchi, « Andeville : la pharmacie se mobilise pour créer une maison médicale : Pour lutter contre la désertification médicale, mais aussi assurer la survie de leur établissement, les gérantes ont décidé de porter un projet qui pourrait voir le jour début 2020 », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Lorsque Catherine Jouen et Isabelle Leclere ont décidé de reprendre, il y a 17 ans, la pharmacie d'Andeville, la commune comptait trois médecins. « Aujourd'hui, il ne nous en reste plus qu'un, qui devrait prendre sa retraite dans un an et demi environ », glisse Isabelle Leclere ».
  42. Patrick Caffin, « À Andeville, la future maison médicale cherche des médecins généralistes : Les travaux du futur équipement viennent de commencer. Les pharmaciennes, à l’origine du projet, recherchent toujours des praticiens », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. Charlotte Follana, « Andeville veut garder son distributeur de billets : Le Crédit agricole va fermer l’unique distributeur de la commune car « trop coûteux ». La mairie, les commerçants et les habitants disent « non » à travers une pétition », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  47. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=LOCA&VALUE_98=%20Andeville&DOM=Tous&REL_SPECIFIC=3
  48. http://www.andeville.fr/fr/decouvrir-andeville/histoire/les-armoiries-dandeville.html