Dargies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dargies
Dargies
La chapelle de Réderie.
Blason de Dargies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité Communauté de communes de la Picardie verte
Maire
Mandat
Charly Lefebvre
2020-2026
Code postal 60210
Code commune 60194
Démographie
Population
municipale
250 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 06″ nord, 1° 59′ 23″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 189 m
Superficie 14,42 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Dargies
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Dargies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dargies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dargies
Liens
Site web dargies.fr

Dargies est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Dargies est constitué d’un centre bourg et possède le hameau de Rederie, ainsi qu’un écart (la Briqueterie).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dargies est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (72,6 %), prairies (15,1 %), forêts (5,5 %), zones agricoles hétérogènes (4,6 %), zones urbanisées (2,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative des morts des deux guerre mondiale, fixée sur la chapelle de Réderie.
  • D'après "Ce canton où nous vivons - Grandvilliers" Editions Delattre 1981"
  • Différents noms de ce pays : Argies, Dargys en 1236, Argiez en 1277, d'Argies, Argioe en 1213, Dargioe en 1206 et Dargeium? Dargies appartenait à une maison illustre, vers les 8 et 9e siècles, par ses alliances et par les services qu'elle rendit au royaume ; Charles d'Argies, maître de la chevalerie devint connétable de France en 821, sous Louis le Débonnaire, il était considéré comme le plus vaillant guerrier de son temps, il était allié à la maison de Soissons.
    La maison de Dargies tenait rang parmi les plus illustres de Picardie avant le XIIe siècle. Charles, seigneur de Dargies était duc connétable de France sous François I. Son fils Hugues de Dargies fut également connétable sous Louis VI le Gros. La branche aînée de cette maison s'éteignit dans la personne de Jeanne de Dargies.
    • 12e siècle Hugues de Dargies, l'un des descendants, fut aussi connétable, sous Louis le Gros vers 1110. Après lui parait en 1194, Beaudoin de Dargies, dont le fils aîné Simon, épousa Elisabeth de la maison de Mello.
    • 13e siècle Renaud fils de celui-ci eut en même temps les seigneuries de Dargies et de Catheux par son mariage, vers 1240, avec Jeanne de Breteuil, héritière de la chatellerie de Catheux.
    • 14e siècle Gobert, fils aîné de Renaud laissa ses terres à Jeanne , sa fille aînée qui épousa successivement Hugues, comte de Soissons, Jean de Clermont, fils de Robert de France et petit-fils de Saint Louis et Hugues de Chatillon , seigneur de Leuze, Condé, Aubigny et autres communes. Jeanne de Chatillon, l'un des enfants de cette troisième alliance eut en partage la terre de Dargies qu'elle apporta en mariage à Jacques de Bourbon, Comte de la Marche et de Ponthieu, pair et connétable de France. Le roi Charles VI qui chérissait ce seigneur et l'appelait son cousin, le nomma le 26 juillet 1377, grand bouteiller de France et ensuite 1er président de la Chambre des Comptes. Pierre de Bourbon, seigneur des Préaux, son fils, eut après lui la terre de Dargies qui à défaut d'héritier passa à la maison d'Offémont.
      Edouard III, Roi d'Angleterre, qui ravageait le Beauvaisis en 1346, ayant éprouvé un échec à Beauvais, passa devant le château de Dargies qu'il incendia ainsi que le village. Cela se passait le 22 août 1346, juste 4 jours avant la bataille de Crécy. Le château entièrement rasé ne fut pas rétabli. Il se trouvait près de l'église. Il existait un deuxième château sur la voirie que l'on appelait "chemin de pierre". Le village et la forteresse médiévale, qui se trouvait à proximité de l’église, avaient été incendiés par Edouard III d’Angleterre en 1346 – L'église dédiée à Saint-Martin a été remaniée plusieurs fois et a été reconstruite au XVIe siècle. C’est un édifice intéressant car exemplaire de l’architecture qui prévalait alors dans la campagne picarde, où les moyens étaient souvent limités.
    • 15e siècle Henri VI, roi d'Angleterre, ayant confisqué les terres, en fit présent à Hugues de Lannoy, maître des arbalestriers et celui-ci les vendit en 1429 à Jacques de Crèvecoeur, Seigneur de Thoix, père du Maréchal de Querdes.
    • 16e siècle Il semble que Imbert de Bartenay, sieur de Bouchaye, possédait en 1553 la seigneurie de Dargies ; sa fille Françoise parut cette année là en qualité de Dame de ce lieu au procès verbal de la coutume d'Amiens.
    • 17e siècle François de Riencourt, Seigneur d'Orival, acheta les terres de Dargies 102000 écus en 1647. Il n'y a pas trace d'autres familles jusqu'à la révolution.
      La commune compte un hameau appelé Réderie. Ce hameau comptait 70 habitants vers 1850. Le lieu dit de la briqueterie, emplacement d'une ancienne briqueterie est un écart de ce hameau. Il y avait près de cet écart, une ferme appelée Chantemerle. On la trouve désignée dans certains écrits sous le nom de Cantus Merula. Cette ferme fut démolie vers 1780. On trouvait au 19e siècle dans l'étendue du pays, un moulin à vent, 2 fours à chaux, une briqueterie. La population partageait son temps entre l'agriculture et la fabrication des bas de laine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs - Données tirées des Archives Municipales en septembre 2020
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1802 1821 Jacques François Léon Fortin   maire
1822 1834 Jean-Baptiste Joseph Desbureaux   maire
1834 1848 Célestin Senente   maire
1849 1854 Claude Rosier Godefrin   maire
1855 1865 JNicolas Paul Alavoine   maire
1865 1871 Casimir Delahaye   maire
1871 1877 Zéphir Auguste Gravet   maire
1878 1892 Gustave Léopold Nemorin Fortin dit Léopold Fortin   maire
1892 1919 Eugène Alphonse Desmarest   maire
1919 1924 Louis Eugène Alavoine   maire
1924 1935 Victor Villet   maire
Mai 1935 octobre 1935 Liebert Mille   maire
octobre 1935 1938 Victor Villet   maire
1938 1945 Arthur Leleu   maire
1945 1947 Arthur Prevost   maire
1947 1950 Arthur Leleux   maire
1950 1971 Gaëtan Polleux   maire
1971 1995 Pierre Bal   maire
1995 2008 Jacques Villet   maire
2008 En cours Charly Lefebvre   maire réélu pour les mandats 2014-2020, 2020-2026

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2018, la commune comptait 250 habitants[Note 2], en stagnation par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
551582605571654664664624581
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
548520512513480433435410407
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
364322316294323313300301294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
296274247242217219237241251
2018 - - - - - - - -
250--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 53,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 20,2 %, 45 à 59 ans = 18,6 %, plus de 60 ans = 25,6 %) ;
  • 46,5 % de femmes (0 à 14 ans = 13,4 %, 15 à 29 ans = 17 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 15,2 %, plus de 60 ans = 31,2 %).
Pyramide des âges à Dargies en 2007 en pourcentage[12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
11,6 
75 à 89 ans
9,8 
14,0 
60 à 74 ans
21,4 
18,6 
45 à 59 ans
15,2 
20,2 
30 à 44 ans
23,2 
15,5 
15 à 29 ans
17,0 
20,2 
0 à 14 ans
13,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[13]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle du XIXe siècle à Réderie[14].
  • Eglise Saint-Martin de Dargies
  • Chapelle Sainte Restitute dans le cimetière de Dargies

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Commune d'origine de la grande lignée de savants : les Becquerel.
  • Dans la commune, est né le 23/02/1769 Jean-Baptiste Joseph Desbureaux qui a servi dans les armées de Bonaparte de l'an IV à l'an VIII en qualité de chirurgien de 1re classe[réf. nécessaire].

Sobriquet[modifier | modifier le code]

La tradition orale a transmis le blason populaire (suplitchet ou nom j'té en picard).

« Chés eurteus ed Darji » ( Les taureaux de Dargies )[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dargies Blason
D'or à neuf merlettes de gueules ordonnées en orle[16].
Détails
Armes de la famille d'Argies (ou de Dargies).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 2 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. « Évolution et structure de la population à Dargies en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 novembre 2010).
  13. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 novembre 2010).
  14. Daniel Delattre (préf. Jean-François Mancel), L'Oise : Les 693 communes, Grandvilliers, Editions Delattre, , 316 p., p. 97.
  15. François Beauvy, Dictionnaire picard des parlers et traditions du Beauvaisis, coll. Éklitra - liméro LXIII, Imp. Mutualité agricole de l'Oise,(1990), (ISBN 2-85706-020-3).
  16. « 60194 Dargies (Oise) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 19 octobre 2020).