Dargies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dargies
Dargies
La mairie
Blason de Dargies
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC de la Picardie verte
Maire
Mandat
Charly Lefebvre
2020-2026
Code postal 60210
Code commune 60194
Démographie
Population
municipale
248 hab. (2019 en diminution de 0,8 % par rapport à 2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 06″ nord, 1° 59′ 23″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 189 m
Superficie 14,42 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Dargies
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Dargies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dargies
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dargies
Liens
Site web https://www.dargies.fr/

Dargies est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Dargies est un village rural du Plateau picard dans l'Oise, limitrophe de la Somme jouxtqant au nord-est Grandvilliers et situé à 19 km au sud-est d'Aumale, 31 km au sud-ouest d'Amiens, 31 km au nord de Beauvais et 70 km au nord-est de Rouen.

Il est desservi par le tracé initial de la route nationale 1 (actuelle RD 901).

En 1840, Louis Graves décrit le territoire communal comme constitué d'une « plaine ayant sa dimension principale de l'est à l'ouest. Le chef-lieu placé vers le centre comprend une large rue sinueuse et quelques ruelles accessoires[1] ».

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 814 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Arnoult », sur la commune de Saint-Arnoult, mise en service en 2001[8] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,2 °C et la hauteur de précipitations de 766,9 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 28 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,6 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dargies est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (72,6 %), prairies (15,1 %), forêts (5,5 %), zones agricoles hétérogènes (4,6 %), zones urbanisées (2,2 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Dargies est constitué d’un centre bourg et possède le hameau de Rederie, qui comptait 70 habitants vers 1850, ainsi qu’un écart, la Briqueterie[22].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 129, alors qu'il était de 124 en 2013 et de 116 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 85,4 % étaient des résidences principales, 7,3 % des résidences secondaires et 7,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 99,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,8 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Dargies en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (7,3 %) supérieure à celle du département (2,5 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 89,9 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (89,5 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Dargies en 2018.
Typologie Dargies[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 85,4 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 7,3 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 7,3 7,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité a été dénommée Argies, Dargys en 1236, Argiez en 1277, d'Argies, Argioe en 1213, Dargioe en 1206 et Dargeium[22].

Le nom de la commune provient de la famille de Charles d’Argies[23], seigneur du lieu, connétable de France en 821[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative des morts des deux guerre mondiale, fixée sur la chapelle de Réderie.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1346, pendant la Guerre de Cent Ans, le roi d'Angleterre Édouard III, qui ravage alors le Beauvaisis, ayant éprouvé un échec à Beauvais, passe devant le château de Dargies qu'il incendie ainsi que le village le , 4 jours avant la bataille de Crécy. Le château, qui se trouvait près de l'église, entièrement rasé n'a pas été reconstruit. Il existait un deuxième château sur la route que l'on appelait "chemin de pierre"[22].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

On trouvait en 1840 dans l'étendue du pays, un moulin à vent, 2 fours à chaux, une briqueterie. La population partageait son temps entre l'agriculture et la fabrication des bas de laine[1]..

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Grandvilliers[24]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 d'un nouveau canton de Grandvilliers

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Dargies est membre de la communauté de communes de la Picardie verte, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1996 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[25]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1802 1821 Jacques François Léon Fortin    
1822 1834 Jean-Baptiste Joseph Desbureaux    
1834 1848 Célestin Senente    
1849 1854 Claude Rosier Godefrin    
1855 1865 JNicolas Paul Alavoine    
1865 1871 Casimir Delahaye    
1871 1877 Zéphir Auguste Gravet    
1878 1892 Gustave Léopold Nemorin Fortin dit Léopold Fortin    
1892 1919 Eugène Alphonse Desmarest    
1919 1924 Louis Eugène Alavoine    
1924 1935 Victor Villet    
Mai 1935 octobre 1935 Liebert Mille    
octobre 1935 1938 Victor Villet    
1938 1945 Arthur Leleu    
1945 1947 Arthur Prevost    
1947 1950 Arthur Leleux    
1950 1971 Gaëtan Polleux    
1971 1995 Pierre Bal    
1995 2008 Jacques Villet    
2008 En cours
(au 12 mai 2022)
Charly Lefebvre EXD Réélu pour le mandat 2020-2026[26]

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

La commune a été récompensée en 2021 au concours départemental Villes et villages fleuris par le prix spécial effort de fleurissement[27].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

L'adduction d'eau est assurée par le syndicat des eaux de Dargies-Daméraucourt, auquel adhère la commune.. Son captage est situé à Dargies[28].

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2021, les enfants sont scolarisés au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal qui regroupe Dargies, Daméraucourt, Élencourt, Offoy et Sarnois[29],[30]..

La classe de Sarnois accueille les maternelles (2020-2021 : 32 élèves), celle de Dargies les CP CE1 et CE2 (Effectif 2020-2021 : 21 élèves) et celle de Daméraucourt les CM1 et CM2 (Effectif 2020-2021 : 22 élèves)[31].

Population et société[modifier | modifier le code]

Après une consultation locale qui s'est tenue en 2020, les habitants se sont donnés le nom de Dargirédiens, qui associe le nom du chef-lieu et celui du hameau de Réderie[23].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[33].

En 2019, la commune comptait 248 habitants[Note 7], en diminution de 0,8 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
551582605571654664664624581
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
548520512513480433435410407
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
364322316294323313300301294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
296274247242217219237243241
2014 2019 - - - - - - -
251248-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,5 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 129 hommes pour 121 femmes, soit un taux de 51,6 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,89 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,6 
90 ou +
0,0 
5,5 
75-89 ans
13,3 
19,5 
60-74 ans
23,3 
26,6 
45-59 ans
18,3 
14,1 
30-44 ans
16,7 
16,4 
15-29 ans
13,3 
16,4 
0-14 ans
15,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de Dargies, en pierre crayeuse bien appareillée, construite au XVIe siècle après la destruction du village pendant la Guerre de Cent ans, emblématique de l'architecture religieuse rurale de l'époque et constituée d'une nef sans bas-côtés suivie d’un chœur, plus élevé que la nef et terminé par une abside à trois pans.
    L'édifice est remanié au XVIIIe siècle, en lien avec la construction du spectaculaire clocher très effilé. L'église est alors dotée d’une intéressante tribune et d’un très beau mobilier d’époque Louis XVI : boiseries, autel, retable[37]
  • Chapelle du XIXe siècle à Réderie[38].
  • Chapelle Sainte Restitute dans le cimetière de Dargies, construite en pierres d’appareil, à chœur polygonal et doté de sept larges fenêtres ogivales géminées ornées de trèfles. Au XIXe siècle, son lambris était chargé de dentelures, pampres, fleurs de lys et pendantifs. C('était autrefois un lieu de pèlerinage[1].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Dargies est le berceau de la grande lignée de savants : les Becquerel.
  • Le nom de certains seigneurs de Dargies nous est parvenu[22]. :
    • Charles d'Argies, allié à la maison de Soissons, maître de la chevalerie devient connétable de France en 821, sous Louis le Débonnaire, il est considéré comme le plus vaillant guerrier de son temps.
      La maison de Dargies tenait rang parmi les plus illustres de Picardie avant le XIIe siècle.
    • XIIe siècle : Hugues de Dargies, l'un des descendants, est également connétable, sous Louis le Gros vers 1110. Après lui parait en 1194, Beaudoin de Dargies, dont le fils aîné Simon, épousa Élisabeth de la maison de Mello.
    • XIIIe siècle : Renaud fils de celui-ci a en même temps les seigneuries de Dargies et de Catheux par son mariage, vers 1240, avec Jeanne de Breteuil, héritière de la châtellenie de Catheux.
    • XIVe siècle : Gobert, fils aîné de Renaud laisse ses terres à Jeanne, sa fille aînée qui épouse successivement Hugues, comte de Soissons, Jean de Clermont, fils de Robert de France et petit-fils de Saint Louis et Hugues de Chatillon, seigneur de Leuze, Condé, Aubigny et autres communes.
      Jeanne de Chatillon, l'un des enfants de cette troisième alliance a en partage la terre de Dargies qu'elle apporte en mariage à Jacques de Bourbon, comte de la Marche et de Ponthieu, pair et connétable de France. Le roi Charles VI qui chérissait ce seigneur et l'appelait son cousin, le nomme en 1377, grand bouteiller de France et ensuite 1er président de la Chambre des Comptes. Pierre de Bourbon-La Marche, seigneur des Préaux, son fils, est propriétaire de la terre de Dargies mais n'a pas d'héritier. Dargies passe alors à la maison d'Offémont.
    • XVe siècle : Henri VI, roi d'Angleterre, ayant confisqué les terres, la donne à Hugues de Lannoy, maître des arbalétriers, qui la vend en 1429 à Jacques de Crèvecoeur, seigneur de Thoix, père du Maréchal de Querdes.
    • Charles, seigneur de Dargies est duc connétable de France sous François I. Son fils Hugues de Dargies est également connétable sous Louis VI le Gros. La branche aînée de cette maison s'éteint avec Jeanne de Dargies.
    • XVIe siècle : Il semble que Imbert de Bartenay, sieur de Bouchaye, possèéde en 1553 la seigneurie de Dargies ; sa fille Françoise est citée cette année là en qualité de Dame de ce lieu au procès verbal de la coutume d'Amiens.
    • XVIIe siècle : François de Riencourt, Seigneur d'Orival, achète les terres de Dargies en 1647. Il n'y a pas trace d'autres familles jusqu'à la Révolution française.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

La tradition orale a transmis le blason populaire (suplitchet ou nom j'té en picard).

« Chés eurteus ed Darji » ( Les taureaux de Dargies )[39].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dargies Blason
D'or à neuf merlettes de gueules ordonnées en orle[40].
Détails
Armes de la famille d'Argies (ou de Dargies).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Dargies », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Grandvilliers, arrondissement de Beauvais (Oise) : extrait de l'Annuairede 1840, Beauvais, Achille Desjardins, , 115 p. (lire en ligne), -37-39, sur Gallica.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Saint-Arnoult - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Dargies et Saint-Arnoult », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Saint-Arnoult - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Dargies et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. a b c d et e "Ce canton où nous vivons - Grandvilliers" Editions Delattre 1981"
  23. a et b « À Dargies, les habitants ont désormais un nom : Les habitants de Dargies ont été invités à choisir leur gentilé. Parmi les propositions faites, l'une d'entre elles a été retenue. Découvrez la plus plébiscitée », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Données tirées des Archives Municipales en septembre 2020
  26. « Compte-rendu sommaire de la réunion du conseil municipal du 26 mai 2020 » [PDF], Compte-rendus des conseils municipaux, Commune de Dargies (consulté le ).
  27. « Concours Villes et villages fleuris 2021 », Vie communale, sur https://www.dargies.fr (consulté le ).
  28. Espac'Urba, « Rapport de présentation de la Carte communale de Dargies » [PDF], sur https://picardieverte.com, (consulté le ), p. 14.
  29. « Les parents réclament une 4e classe : Damericourt - Dargies - Offoy - Sarnois », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Fin de semaine chargée : Théâtre, spectacle, émotion, rien n'a manqué », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3453,‎ , p. 7.
  31. « École », Vie communale, sur https://www.dargies.fr (consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  35. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Dargies (60194) », (consulté le ).
  36. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  37. Dominique Vermand, « Dargies, église Saint-Martin : Diocèse : Amiens », sur Églises de l'Oise - art roman et gothique, (consulté le ).
  38. Daniel Delattre (préf. Jean-François Mancel), L'Oise : Les 693 communes, Grandvilliers, Editions Delattre, , 316 p., p. 97.
  39. François Beauvy, Dictionnaire picard des parlers et traditions du Beauvaisis, coll. Éklitra - liméro LXIII, Imp. Mutualité agricole de l'Oise,(1990), (ISBN 2-85706-020-3).
  40. « 60194 Dargies (Oise) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).