Acy-en-Multien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Acy-en-Multien
Acy-en-Multien
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Intercommunalité CC du pays de Valois
Maire
Mandat
Jean-Michel Ramiz
2020-2026
Code postal 60620
Code commune 60005
Démographie
Gentilé Acéens
Population
municipale
859 hab. (2018 en augmentation de 3,49 % par rapport à 2013)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 21″ nord, 2° 57′ 19″ est
Altitude Min. 77 m
Max. 140 m
Superficie 11,47 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nanteuil-le-Haudouin
Législatives 4e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Acy-en-Multien
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Acy-en-Multien
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Acy-en-Multien
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Acy-en-Multien
Liens
Site web https://www.mairie-acyenmultien.com/

Acy-en-Multien est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Acéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Acy-en-Multien est un bourg du Valois (région), situé dans une vallée sur le ruisseau de la Gergogne, au sud-est du département de l'Oise, et limitrophe de la Seine-et-Marne, à 52 km au nord-est de Paris, 40 km au sud-ouest de Soissons, 38 km au sud-est de Creil et à 80 km à l'ouest de Reims.

Il est aisément accessible depuis la route nationale 2.

Le territoire communal de forme grossièrement rectangulaire, dont le terrain est inégal et tourmenté, traversé. d'ouest en est par la vallée de la Gergogne, :à: laquelle se réunit sur la gauche un ravin descendant du bois. de Montrolle. Les bords de ces vallons sont découpés en lobes arrondis, à talus escarpés. Toutes les pentes sont sablonneuses, ainsi que te fond de la- vallée[1],

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par la Gergogne, un affluent de l'Ourcq qui alimente le canal de l'Ourcq, ainsi que par le Ru La Macla[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[5]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 732 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Vendrest-Spc », sur la commune de Vendrest, mise en service en 1951[9] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[10],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11,2 °C et la hauteur de précipitations de 726,1 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 4], « Le Bourget », sur la commune de Bonneuil-en-France, dans le département du Val-d'Oise, mise en service en 1920 et à 41 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour la période 1971-2000[13] à 11,6 °C pour 1981-2010[14], puis à 12,1 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Acy-en-Multien est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[16],[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire regroupe 1 929 communes[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (75,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (75,8 %), forêts (20,4 %), zones urbanisées (3,8 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 418, alors qu'il était de 366 en 2013 et de 333 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 78,6 % étaient des résidences principales, 1,2 % des résidences secondaires et 20,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 80,1 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 9,8 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Acy-en-Multien en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,2 %) inférieure à celle du département (2,5 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 82,3 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (81,8 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Acy-en-Multien en 2018.
Typologie Acy-en-Multien[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 78,6 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,2 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 20,2 7,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes : Assy-en-Multien, Aacy (Assiacum in Meldico, Aciacum in Melciano, Assiacum in Milciano), Arsy-en-Mussien.

La forme Assiacum in Meldico indique que ce village se trouve in Meldic dont la racine celte est Meld- du nom des Meldes (peuple de la région de Meaux) avec le suffixe gaulois –ica latinisé en icus souvent utilisé pour qualifier un pays (ou pagus). Le pays de Meaux est donc aussi le pagus Meldicus. Dès l’époque mérovingienne (428-751), on trouve l’expression pagus Meldensis, pagus Melciacus, pagus Melcianus. Plus tard, au Moyen Âge, cette dernière expression prend la forme vulgaire Mussien (voir plus haut les anciens noms d’Acy) d’où, aujourd’hui, Multien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis Graves indique « Acy est considéré comme ayant été le chef-lieu ou la capitale du pays de Multien, petite, contrée naturelle qui s'étendait (...) jusqu'à la falaise au-delà de Gondreville et de Lévignen, mais.dont le territoire fut restreint plus tard à la vallée do Grisette[1] ».

Dès le VIe siècle, Acy était le siège d'une seigneurie considérable[1].

Acy comptait vers l'an 1100 une maladrerie dite de Saint-Loup et un Hôtel-Dieu[23].

Le nom d'Armagnacs aurait été donné pour la première fois à Acy-en-Multien aux partisans du duc d'Orléans qui étaient opposés aux Bourguignons. C'est en effet près d'Acy-en-Multien, sur le plateau d'Étavigny, que ce dernier aurait établi en 1411 son quartier général en ayant avec lui le comte d'Armagnac (Bernard VII)[1].

Selon Louis Graves, « Le onze avril 1521,. une bande composée de soldats déserteurs et de vagabonds, tel qu.'il s'en formait au Moyen Âge pendant les discordes civiles, après avoir pillé le Mulcien, se réfugia dans Acy pour échapper aux compagnies bourgeoises .de Meaux qui la poursuivaient. Elle se retrancha aux dépens du bourg et fit une telle défense, que les bourgeois furent contraints de se retirer après avoir perdu dix-neuf hommes, auxquels on donna sépulture sur le lieu même et dans une même fosse. Le bourg éprouvai uneruine presque complète. Les anciennes fortifications étaient détruites. Thierry Dumont, seigneur du Bas-Acy obtint en 1542 des des lettres patentes de François Ier, portant permission de relever les murs, d'enclore la place et d’établir des ponts-levis aux portes..Il ne reste plus trace de ces défenses dont la rue de la Tournelle marquait, dit-on, l'une des limites. La place fut prise le vingt-six mars 1591 par Saint-Paul, capitaine du due de Mayenne, qui, en douma. la commandement au seigneur de Vincy-Manœuivre[1] ».

En 1851, on comptait un moulin à eau ainsi que deux tuileries. La population était alors composée principalement de. cultivateurs, d'ouvriers agricoles, de marchands en détail, de quelques,tisserands et artisans[1].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au début de la Première Guerre mondiale, entre le 5 et le , Acy-en-Multien a été au sein des combats de la première bataille de la Marne (bataille de l'Ourcq).

La bataille d'Acy-en-Multien a eu lieu le durant laquelle la 6e armée du général Maunoury après plusieurs assaut et replis, parvient à faire reculer l'armée prussienne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Senlis du département de l'Oise.

Après avoir été chef-lieu de canton de 1793 à 1802, Acy-en-Multien faisait partie du canton de Betz[24]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Nanteuil-le-Haudouin

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Acy-en-Multien est membre de la communauté de communes du Pays de Valois, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1996 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du second tour de l'élection présidentielle de 2012, 240 voix ont été données à Nicolas Sarkozy (UMP, 56,34 %) et 188 pour François Hollande (PS, 43,66 %). 21,26 des électeurs se sont abstenus[25].

Au second tour de l'élection présidentielle de 2017, 197 électeurs ont voté pour Marine Le Pen (FN, 54,27 %) et 166 pour Emmanuel Macron (EM, 45,73 %). 30,86 % des électeurs se sont abstenus[26].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1794 1798 Le Roy    
1798 1808 Mutel    
1808 1818 Legrand    
1841 1852 Adolphe Jacques Cadeau D'Acy    
1855 1860 Bernard Gibert    
1860 1863 Alphonse Mignot    
1865 après 1884 Albert Jacques Cadeau d'Acy   Comte d'Acy[27]
1886 1894 Charles François Noël    
1895 1900 Alphonse Morel    
1900 1912 Emile René Delozanne    
1912   Jacques Amédée Cadeau D'Acy    
1928   Emile René Delozanne    
1953   François Poirette    
Les données manquantes sont à compléter.
1974 2001 Anne Motte    
2001 2008 Michel Leroux    
2008 2009 Jacques Fuzelier   Retraité
Démissionnaire
janvier 2009[28] 2014[29] Monique Petit    
mars 2014[29] mai 2020 Nicole Colin DVD Retraitée
Conseillère départementale (2015 → )
mai 2020[30] En cours
(au 2 décembre 2020)
Jean Michel Ramiz   Retraité

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés avec ceux de Rosoy-en-Multien au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI)

L'école maternelle, vétuste, doit être remplacée par un nouvel équipement à l'horizon 2019[31]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[33].

En 2018, la commune comptait 859 habitants[Note 7], en augmentation de 3,49 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
501657668708758753788789782
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
757780742708752732747727745
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
749703701597606580592545489
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
444473503734766752754754815
2017 2018 - - - - - - -
849859-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,6 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,9 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 22,9 %, 45 à 59 ans = 22,6 %, plus de 60 ans = 17,3 %) ;
  • 48,4 % de femmes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 19,1 %).
Pyramide des âges à Acy-en-Multien en 2007 en pourcentage[35]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,5 
3,6 
75 à 89 ans
6,8 
13,4 
60 à 74 ans
11,8 
22,6 
45 à 59 ans
23,6 
22,9 
30 à 44 ans
21,9 
15,4 
15 à 29 ans
14,2 
21,9 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[36]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Sports[modifier | modifier le code]

La commune accueille le siège du club de football de l'Entente Sportive Valois Multien, mais à défaut de terrain les équipes évoluent sur différents stades du canton.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Acy-en-Multien compte un monument historique sur son territoire.

  • Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul (inscrite monument historique en 1926[37]) :
    Elle appartient, pour l'essentiel, à la période de transition du roman vers le gothique, et date du milieu du XIIe siècle.
    Derrière des abords décevants, se cache un édifice tout à fait remarquable et d'une rare cohérence stylistique, qui n'exclut que le croisillon nord et les deux chapelles rectangulaires qui flanquent la seconde travée du chœur. La base du clocher est la partie la plus ancienne de l'église, et possède l'une des voûtes d'ogives les plus anciennes du département, et d'intéressants chapiteaux archaïques, mais l'emploi de l'arc brisé ne permet guère de la faire remonter avant 1125. Le chœur date des années 1140, et ses chapiteaux annoncent déjà le style gothique primitif, tout comme ses voûtes d'ogives, dont le bombement est caractéristique des voûtes romanes. Avec la nef de plan basilical des années 1150, qui est autrement plus élevée, l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul offre un bel ensemble de voûtes d'ogives anciennes. La diversité de leur mise en œuvre témoigne des recherches esthétiques et techniques menées à l'époque, et qui jettent les bases pour le développement de l'architecture gothique, en cours depuis 1145[38].

On peut également signaler :

  • Château de 1720 investi et fortifié en 1914 par les troupes allemandes lors de la Première Guerre mondiale.
  • Au fond du cimetière, l'on trouve une chapelle familiale des comtes d'Acy du XIXe siècle.
  • Calvaire du XVIIIe siècle.
  • Pigeonnier circulaire en moellons.
  • Site naturel des pierres du Château.

Patrimoine disparu[modifier | modifier le code]

Acy-en-Multien, bourg fortifié, Extrait du plan de la gruerie de Nanteuil-le-Haudoin (1609).

Acy-en-Multien était autrefois une ville relativement importante, qui était protégée par des fortifications. On y trouvait de nombreux lieux qui illustraient son prestige, dont le manoir du Grand Hostel. Le bourg était un centre religieux, et accueillait même un pèlerinage à la chapelle Saint-Prix, au cimetière. Il y avait un ermitage, une seconde chapelle dédiée à saint Leu, une maladrerie, un hôtel-Dieu à l'endroit même où l'on trouve aujourd'hui la place de l'Hôtel-Dieu. Dès le milieu du XIXe siècle, Acy accueillait une caserne de gendarmerie. La ville comptait une chaudronnerie, deux tuileries et plusieurs moulins sur la Gergogne. Il y avait un marché hebdomadaire sous une halle disparue aujourd'hui, et une foire deux fois par an[39].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Polinus d'Acy est le plus ancien seigneur connu de la localité. Il donne en 1196 aux religieuses de .Fontaine, ordre de Fonterrault, trente sols à prélever chaque année sur, les cens de son domaine[1].
  • Guillaume d'Acy et Mahaut sa,femme contribuent en 1200 à la fondation de l'abbaye de Cerfroid, chef d'ordre des Trinitaires[1].
  • Elisabeth , première abbesse vers 1207 du monastère du Pare-aux-Darnes près de Crépy-en-Valois, était fille de Simon « maire » d'Acy, et sœur de Jean d'Acy, doyen de Meaux, qui meurt en 1270, chancelier du royaume de Sicile[1].
  • Thibaut II, roi de Navarre, comte-palatin de Champagne et de Brie, posséde en 1269 le domaine d'Acy dont il fait présent, avec le Hire de baronnie, à un seigneur de sa suite nommé Jean, qui prend le nom de Jean d'Acy[1].
  • Henri IV passe la nuit du à Acy-en-Multien[1].
  • Rob d'Ac (-), dessinateur, affichiste et illustrateur, est né à Acy-en-Multien.
  • L'actrice Claude Gensac est née à Acy-en-Multien le .
  • L'écrivain Roger Vailland est né à Acy-en-Multien en 1907. Il n'y demeura en fait que peu de temps, son père était géomètre et la famille déménageait selon les besoins de son travail. Son père acquit ensuite un cabinet de géomètre et au cours de l'année 1910, la famille s'installa 18 rue Flatters à Paris.
  • Le sculpteur Daniel Pontoreau vit et travaille une partie de l'année à Acy-en-Multien.

Acy dans les arts et la littérature[modifier | modifier le code]

  • Pierre L'Ermite, Visions aiguës de la guerre :: journal de guerre d'un prêtre qui séjourne deux nuits dans le village durant les combats de la Bataille de l'Ourcq
  • Pierre Miquel, Les Enfants de la patrie : La fin de la première partie se termine sur la mort de Léon Aumoine lors de la bataille de l'Ourcq au matin du repli des Prussiens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Betz, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 178 p. (lire en ligne), p. 56-63

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Acy-en-Multien », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Betz, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 178 p. (lire en ligne), p. 56-63, sur Google Books.
  2. Cindy Belhomme, « Acy-en-Multien : les sinistrés demandent l’entretien du ru : Inondés à plusieurs reprises, plusieurs habitants reprochent à la mairie de ne pas entretenir La Macla. Ils dénoncent aussi le manque d’investissement des élu », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  9. « Station Météo-France Vendrest-Spc - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Acy-en-Multien et Vendrest », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Vendrest-Spc - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Acy-en-Multien et Bonneuil-en-France », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. Abbé Eugène Müller, « Quelques notes de voyage : Cuise-la-Motte... ; Betz ; et les environs - La Ferté-Millon », Comptes-rendus et mémoires / Comité archéologique de Senlis, t. IX,‎ , p. 25-46 (lire en ligne, consulté le ).
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Ministère de l'Intérieur - Oise (Picardie), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Acy-en-Multien » (consulté le ).
  26. Ministère de l'Intérieur - Oise (Hauts-de-France), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Acy-en-Multien » (consulté le ).
  27. « Comptes-rendus et mémoires », Comité archéologique de Senlis, t. IX,‎ , p. VI (lire en ligne, consulté le ), sur Gallica.
  28. « Élections », Courrier d'Ét@t, no 44,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le ).
  29. a et b « Procès-verbal du conseil municipal du vendredi 28 mars 2014 » [PDF], sur http://www.acy-en-multien.fr/ (consulté le ).
  30. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  31. Cindy Belhomme, « Nouvelle école à Acy-en-Multien, c’est pour quand ? : Les deux sites de la maternelle sont vétustes et ne répondent plus aux normes. Des écoliers sont installés dans la cantine faute de locaux sécurisés. La municipalité souhaite construire une nouvelle école pour la rentrée 2019 », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  35. « Évolution et structure de la population à Acy-en-Multien en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  36. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  37. « Église Saint-Pierre et Saint-Paul », notice no PA00114473, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. Dominique Vermand, « Acy-en-Multien, église Saint-Pierre et Saint-Paul : Diocèse : Meaux », sur Eglises de l'Oise - art roman et gothique, (consulté le ).
  39. Graves 1851, p. 57-62.