Lieuvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lieuvillers
Image illustrative de l'article Lieuvillers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Picard
Maire
Mandat
Serge Vandewalle
2014-2020
Code postal 60130
Code commune 60364
Démographie
Gentilé Lieuvillois, Lieuvilloises
Population
municipale
636 hab. (2014)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 15″ nord, 2° 29′ 47″ est
Altitude Min. 92 m – Max. 159 m
Superficie 9,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Lieuvillers

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Lieuvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lieuvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lieuvillers
Liens
Site web lieuvillers.eu

Lieuvillers est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Lieuvillois et les Lieuvilloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lieuvillers.

Lieuvillers est une commune située à 69 km au nord de Paris, 30 km à l'est de Beauvais, 25 km à l'ouest de Compiègne et à 49 km au sud d'Amiens[1].

Communes limitrophes de Lieuvillers
Le Plessier-sur-Saint-Just Angivillers
Valescourt
Saint-Remy-en-l'Eau
Lieuvillers Pronleroy
Cuignières Erquinvillers

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Lieuvillers offre l'aspect d'un vaste plateau ondulé, partie intégrante du plateau Picard où se situe le point culminant de la commune, au nord à 159 mètres d'altitude. Il est entaillé de quelques vallées sèches tel la vallée des Frénaux, le fond de la Payelle au nord ainsi que la fosse Mayard et le fond des Nœuds à l'est s'orientant vers le bassin versant de l'Aronde. La vallée des Serans au sud-ouest se dirige quant à elle vers la vallée de l'Arré. Le point le plus bas de la commune se situe dans le fond des Nœuds à 92 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le village est construit entre 120 et 130 mètres et la coopérative agricole à 116 mètres[2]. La commune se trouve en zone de sismicité 1, c'est-à-dire faiblement exposée aux risques de tremblement de terre[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Lieuvillers, située à cheval sur les bassins versants de l'Aronde et de l'Arré n'est traversée par aucun cours d'eau permanant. Les vallées sèches sont alimentées par les ruissellements durant les pluies[2]. Les zones les plus basses du territoire sont situées au-dessus de plusieurs nappes phréatiques sous-affleurantes[4].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par quatre routes départementales : la D47, la D101, la D127 et la D571. La courte route départementale 571 se détache de la D916 au niveau de Valescourt, constitue la Grande Rue d'ouest en d'est, voie principale du chef-lieu. Elle se termine au niveau de la rue du 134e Bataillon de Chars. Cette constitue D127, axe nord-sud reliant Fitz-James à Montiers. La D47 se détache de la D127 au nord du village en se dirigeant vers Rocquencourt. La D101, de Bulles à Estrées-Saint-Denis croise la D571 à l'ouest de la commune. La D916, ancienne route nationale 16 de Paris à Dunkerque par Amiens longe une partie de la limite communale sud-ouest[2].

La gare SNCF la plus proche est située à Saint-Remy-en-l'Eau à 5 km à l'ouest sur la ligne Paris-Amiens. La gare de Saint-Just-en-Chaussée, davantage desservie, se trouve à 6 km au nord-ouest sur la même ligne[1].

La commune est desservie par le réseau ATRIOM du Compiégnois du conseil général de l'Oise par la ligne 47 reliant Saint-Just-en-Chaussée à Compiègne et la ligne C2 reliant Cauvigny à Fournival ainsi par une ligne de transport scolaire vers le collège de Saint-Just-en-Chaussée[5]. La commune fait partie du réseau TADAM, service de transport collectif à la demande, mis en place à titre expérimental par la communauté de communes du Plateau Picard. Elle est reliée à l'un des 8 points de destination situés à Saint-Just-en-Chaussée, Maignelay-Montigny, La Neuville-Roy et Tricot au départ des 98 points d'origine du territoire[6]. Deux navettes de regroupements pédagogiques intercommunaux relient le village aux communes voisines, la première à Cernoy et Noroy[7], la seconde vers Angivillers, Erquinvillers et Cuignières[8]

L'aéroport de Beauvais-Tillé se trouve à 28 km à l'ouest[1] et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle se situe à 52 km au sud[1]. Il n'existe pas de liaisons par transports en commun entre la commune et ces aéroports.

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Hormis les espaces bâtis couvrant 39 hectares pour 4% de la surface communale, le territoire comprend 92% d'espaces cultivés sur 876 hectares ainsi que 16 hectares de vergers et de prairies. Les seuls espaces boisé subsistants sont les bois de Lieuvillers, au nord-est et de vallée des Serans au sud-ouest totalisant 25 hectares[9],[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'essentiel de l'espace bâti se concentre au chef-lieu. Seule la coopérative agricole se situe en retrait au nord du village[2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Lieuvillers est un village établi au sommet du coteau de la fosse Maillart . Il est principalement articulé autour de la Grande Rue. Une zone pavillonnaire le prolonge au sud[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Lieuvillers a une origine fort ancienne, à l'époque gallo-romaine une voie traversait la partie ouest du village. Des traces d'occupation ont été révélées en 1654 dans les fondations d'un vieux bâtiment de petites statues de Cérès (déesse de l'agriculture selon la mythologie romaine). De nombreuses histoires locales évoquent les exactions et les pillages que la population a dû subir lors de l'invasion des Normands, des guerres des comtes de Flandre contre les rois de France, de la guerre de Cent Ans, des invasions bourguignonnes et espagnoles.

Les souvenirs sont plutôt faibles du passage des Cosaques en 1815 et de l'armée prussienne en 1870.

Durant la Première Guerre mondiale, Lieuvillers fut à proximité du front (tranchées et impacts d'obus encore visibles dans le bois avoisinant) mais les dégâts matériels ne seront que très limités.

Des combats de chars ont eu lieu dans les environs du village lors de la bataille de France en 1940. À la Libération du village en 1944, la ferme la Folie fut incendiée puis détruite à la suite d'un bref combat entre des blindés allemands et des parachutistes belges.

En 1990, la mairie a été ravagée par un incendie qui a causé la perte de nombreux documents, cet événement resta marqué dans la population.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Jacques Jumel   Agriculteur
2014[10] en cours
(au 10 septembre 2014)
Serge Vandewalle   Retraité de la fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 636 habitants, en diminution de -1,85 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
457 451 532 454 494 486 421 465 464
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
464 457 445 452 462 436 435 404 415
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
411 339 338 319 336 312 315 317 343
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
398 395 370 383 513 515 608 637 636
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 25,3 %, 45 à 59 ans = 19,7 %, plus de 60 ans = 17,4 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 18,5 %, plus de 60 ans = 20 %).
Pyramide des âges à Lieuvillers en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,6 
5,9 
75 à 89 ans
7,2 
11,5 
60 à 74 ans
11,2 
19,7 
45 à 59 ans
18,5 
25,3 
30 à 44 ans
24,8 
15,7 
15 à 29 ans
16,2 
22,0 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Hilaire : de style néogothique, elle date du XIXe siècle.
  • Vestige du manoir seigneurial (XVIe siècle) : il appartenait au seigneur de Vignecourt.
  • Arboretum : réalisé en 1994, il contient plus de 120 espèces d'arbres et constitue le principal espace vert du village.
  • Stèle érigée en hommage aux parachutistes du 30 août 1944, au carrefour des routes départementales D101 et D571.


Lieuvillers fait partie des villages fleuris de France depuis 1968, trois fleurs attribuées en 2007 par le Conseil des Villes et villages fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[17].

Lieuvillers possédait de nombreux souterrains dont plusieurs ont été mis au jour lors de travaux d'adduction d'eau. Ils seraient reliés au village voisin de Pronleroy et il est fort probable que les habitants y descendaient lors d'éventuelles menaces.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 24 mai 2017)
  2. a, b, c, d, e et f Carte au 1/15000e sur Géoportail (consulté le 16 mai 2017).
  3. « Géorisques : Mieux connâitre les risques sur le territoire - Lieuvillers », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le 18 août 2017)
  4. « Carte de remontée des nappes », sur www.innondationsnappes.fr (consulté le 24 mai 2017)
  5. « Transports en commun à Lieuvillers (carte, lignes et arrêts) », sur Oise mobilité (consulté le 24 mai 2017).
  6. « TADAM, le service de transport collectif à a demande du plateau Picard », sur Oise Mobilité (consulté le 30 mai 2017)
  7. « Navette de regroupement pédagogique intercommunal 1er car », sur Oise mobilité (consulté le 24 mai 2017).
  8. « Navette de regroupement pédagogique intercommunal 2eme car », sur Oise mobilité (consulté le 24 mai 2017).
  9. « Synthèse des zonages du patrimoine naturel et paysager, de la faune, de la flore et des habitats naturels », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 16 mai 2017)
  10. « Lieuvillers », Cartes de France (consulté le 10 septembre 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Évolution et structure de la population à Lieuvillers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2010)
  17. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎