La Neuville-Garnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.

La Neuville-Garnier
La Neuville-Garnier
La mairie.
Blason de La Neuville-Garnier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes des Sablons
Maire délégué Gisèle Roelants
2019-2020
Code postal 60390
Code commune 60455
Démographie
Population 259 hab. (2016 en diminution de 1,89 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 00″ nord, 2° 02′ 27″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 232 m
Superficie 7,85 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Hauts Talican
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 15.svg
La Neuville-Garnier

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 15.svg
La Neuville-Garnier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Neuville-Garnier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Neuville-Garnier

La Neuville-Garnier est une ancienne commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Elle a fusionné le avec Beaumont-les-Nonains et Villotran pour former la commune nouvelle des Hauts Talican , dont elle devient une commune déléguée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Neuville-Garnier est un village du haut-Thelle située à 13 km au sud de Beauvais, à 3,5 km du chef-lieu de la commune nouvelle des Hauts Talican.

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La Neuville-Garnier compte un hameau en limite est de son territoire, Malassise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Neuville-Garnier s'est appelée la Neuville Messire Garnier jusqu'à la Révolution française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce village fut en effet fondé par le chevalier Garnier de Hermes (Messire Garnier), dans la deuxième moitié du XIIe siècle. En 1136, Garnier, propriétaire féodal du village de Hermes avait abandonné ses droits au profit de l'abbaye de Froidmont, et était ensuite allé chercher fortune de l'autre côté du Thérain, en allant défricher une partie de la forêt de Thelle de sa "montagne" . L'existence de la nouvelle communauté (nova villa) est attestée en 1204 par une charte réglant un conflit entre les chanoines de Ressons et ceux d'Auteuil sur un bois situé entre ces communes.

Depuis cette époque, la Neuville Messire Garnier verse la dîme aux bénédictines de l'abbaye de Saint-Paul-les-Beauvais et continuera de le faire jusqu'à la Révolution.

De la seconde moitié du XVe siècle à la première du XVIe, la Neuville Messire Garnier aura pour seigneurs les Le Masson, dont certains sont échevins de Paris.

De 1683 à 1720, elle devient fief des Combaud, seigneurs d'Auteuil.

De 1748 à 1860, ses seigneurs seront les Titon. Ceux-ci descendent de Maximilien Titon, marchand, directeur du magasin des armes royales de Louis XIV. Son petit-fils, Jean-Batiste Maximilien, conseiller au Parlement de Paris, deviendra en 1748 seigneur du village voisin Villotran et de la Neuville Garnier. Un an plus tard, il cède Villotran à son fils et conserve la Neuville Garnier, où il fait construire un château, de 1760 à 1764.

Son fils, Jean-Batiste Maximilien Pierre, également magistrat, sera rapporteur de l'affaire du collier de la Reine devant le Parlement de Paris.

Le 17 août 1910, l'église Saint-Éloi de la Neuville-Garnier servit de repère pour la "Première course d'aéroplanes du Monde", le circuit de l'Est (Paris, Troyes, Nancy, Mezières, Douai, Amiens, Paris). Le drapeau rouge et blanc placé sur son clocher constituait une balise pour les sept aviateurs concurrents[1].

Article détaillé : Circuit de l'Est.

La Neuville-Garnier a décidé de fusionner avec ses voisine, Beaumont-les-Nonains et Villotran, afin de créer la commune nouvelle des Hauts Talican[2], ce qui est acté par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La Neuville-Garnier se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton d'Auneuil[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée à celui de Chaumont-en-Vexin, jusqu'à la fusion de 2019.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La Neuville-Garnier faisait partie de la communauté de communes des Sablons jusqu'à la fusion de 2019.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1998[5] 2001 Guy Mellon    
mars 2001[6] décembre 2018 Gisèle Roelants   Retraitée de la fonction publique
Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 En cours Gisèle Roelants   Retraitée de la fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 259 habitants[Note 1], en diminution de 1,89 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
351296349318325335334341370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
339336324312281284267256253
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
238247221205204177164141141
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
142115110117207254276267259
2016 - - - - - - - -
259--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,1 %, 15 à 29 ans = 12,7 %, 30 à 44 ans = 25,4 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 12,6 %) ;
  • 51,4 % de femmes (0 à 14 ans = 23,2 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 26,8 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 14,8 %).
Pyramide des âges à La Neuville-Garnier en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90  ans ou +
0,7 
1,5 
75 à 89 ans
1,4 
10,4 
60 à 74 ans
12,7 
23,1 
45 à 59 ans
19,0 
25,4 
30 à 44 ans
26,8 
12,7 
15 à 29 ans
16,2 
26,1 
0 à 14 ans
23,2 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Éloi.
  • L'église Saint-Éloi de La Neuville-Garnier de 1147, avec un reste de corniches romanes[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Éloi Laurent Despeaux général de la Révolution française et baron de la Restauration est né à Malassise, hameau voisin de la Neuville-Garnier le 14 octobre 1761. Il a habité la commune autour des années 1800.

Bertrand Créac’h, sculpteur né le 11 novembre 1947, vit près du village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de La Neuville-Garnier

Les armes de La Neuville-Garnier se blasonnent ainsi :
de gueules au chevron d'argent accompagné de trois heaumes du même tarés de profil.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Une paroisse du Haut Thelle et son église". (1983) Bulletin du Groupe d'Étude des Monuments et Œuvres d'art du Beauvaisis (GEMOB) 19:15-34. (ISSN 0224-0475)
  2. Melanie Carnot, « Quatre fusions de communes programmées avant le 1er janvier 2019 dans l’Oise : Alors que le préfet de l’Oise s’oppose définitivement à la fusion de Rochy-Condé et Warluis, deux villages du Beauvaisis, quatre autres seront validées avant la fin de cette année », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2019).
  3. « Arrêté préfectoral portant création de la commune nouvelle de "Les Hauts Talican" », Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Oise,‎ , p. 20-21 (lire en ligne [PDF])
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Vincent Lepreux, « Malassise demande des comptes à son maire : Un pylône de 45 mètres doit être implanté », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2019).
  6. « La Neuville-Garnier : Gisèle Roelants seule en lice : Gisele Roelants, 74 ans, briguera un 3e mandat de maire à la Neuville- Garnier », L'Observateur de Beauvais, no 834,‎ , p. 27.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Évolution et structure de la population à La Neuville-Garnier en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 novembre 2010)
  12. Dominique Vermand, « Église saint-Éloi à La Neuville-Garnier », Diocèse de Beauvais, Eglises de l'Oise - Art roman et gothique, (consulté le 2 janvier 2019).