Fournival

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fournival
Image illustrative de l'article Fournival
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Picard
Maire
Mandat
Joël Dumont
2014-2020
Code postal 60130
Code commune 60252
Démographie
Population
municipale
502 hab. (2014)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 02″ nord, 2° 23′ 04″ est
Altitude Min. 84 m – Max. 159 m
Superficie 11,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Fournival

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Fournival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fournival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fournival

Fournival est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de la commune de Fournival.

Fournival est une commune située à 67 km au nord de Paris, 22 km à l'est de Beauvais, 33 km à l'ouest de Compiègne et à 48 km au sud d'Amiens[1].

Communes limitrophes de Fournival
Le Mesnil-sur-Bulles Valescourt
Bulles Fournival Saint-Remy-en-l'Eau
Étouy Avrechy

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

La commune de Fournival se situe sur une partie légèrement accidentée du plateau picard, où le dénivelé ne dépasse pas 80 mètres. Son point culminant est situé en bordure de la commune de Saint-Remy-en-l'Eau à 159 mètres d'altitude sur la route départementale 55. Le terrain est entaillé de plusieurs vallons dont la pente s'oriente vers le sud vers la vallée de l'Arré (vallée du Metz), où se trouve le point le plus bas, à 84 mètres au-dessus du niveau de la mer. La vallée de Bulles, à la limite occidentale du terroir, se dirige vers la Brêche sur la commune homonyme. Les pentes de ces reliefs délimitent le plateau en plusieurs interfluves tel la « Montagne de Clermont » ou la « Montagne Jacqueline ». Le village s'étend entre 116 et 135 mètres, le hameau du Plesseret entre 126 et 145 mètres, la Gloriette entre 88 et 146 mètres et la ferme de l'Argilière à 135 mètres d'altitude[2]. Fournival se trouve en zone de sismicité 1, c'est-à-dire très faiblement exposée aux risques de tremblement de terre[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Fournival n'est traversée par aucun cours d'eau permanent. Les nombreux vallons alimentent par ruissellement la rivière de l'Arré, affluent de la Brêche lui-même sous-affluent de la Seine par l'Oise. Un château d'eau a été bâti au hameau du Plesseret[2]. Les zones les plus basses du territoire au sud sont situées au-dessus de nappes phréatiques sous-affleurantes[4]. Il subsiste quelques puits anciens dans le village qui puisaient de l'eau dans la craie.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par 2 routes départementales : la D 55 et la D 101. La route départementale 55 reliant Saint-Just-en-Chaussée à Sainte-Geneviève traverse la commune du nord au sud par la rue du Château d'Eau au hameau du Plesseret, puis le village par la rue des Avesnes en direction d'Étouy. La route départementale 101 de Bulles à Estrées-Saint-Denis traverse le village d'ouest en est par la Grande Rue puis le hameau de la Gloriette avant de rejoindre Saint-Remy-en-l'Eau. Plusieurs voies communales rejoignent les villages voisins de Le Mesnil-sur-Bulles, de Le Metz et Bizancourt. Les hameaux du Plesseret, de la Gloriette et de la ferme de l'Argilière sont raccordés entre eux par un réseau de petites routes quadrillant le territoire communal[2].

De 1876[5] à 1939, la commune de Fournival était desservie par une halte au hameau du Plesseret sur la ligne La Rue-Saint-Pierre-Saint-Just-en-Chaussée. Cette voie reliait la ligne Paris-Nord - Lille à la ligne Rochy-Condé - Soissons. Le trafic voyageurs cessa le 15 mai 1939[6]. Le 12 novembre 1954, le tronçon entre Bulles et Saint-Just-en-Chaussée fut définitivement déclassée au trafic de marchandises circulant sur la ligne[7]. Il subsiste toujours l'ancienne gare, transformée en habitation, et le tracé de l'ancienne ligne est repris par des chemins. La gare SNCF la plus proche est située à Saint-Remy-en-l'Eau à 3 km à l'est, sur la ligne de Paris-Nord à Lille, mais demeure peu desservie et les usagers se dirigent souvent vers la gare de Saint-Just-en-Chaussée, à 6 km au nord[1].

La commune est desservie par le réseau ATRIOM du Compiégnois du conseil général de l'Oise par la ligne de transports interurbains 32 reliant Beauvais à Saint-Just-en-Chaussée ainsi que par deux lignes de transports scolaires : l'une vers les établissements de l'agglomération de Clermont, la seconde vers le collège Louise Michel de Saint-Just-en-Chaussée[8]. La commune fait partie du réseau TADAM, service de transport collectif à la demande, mis en place à titre expérimental par la communauté de communes du Plateau Picard. Elle est reliée à l'un des 8 points de destination situés à Saint-Just-en-Chaussée, Maignelay-Montigny, La Neuville-Roy et Tricot au départ des 98 points d'origine du territoire[9]. Une navette de regroupement pédagogique intercommunal mise en place avec les écoles de Saint-Remy-en-l'Eau et Valescourt s'arrête dans les différents hameaux de la commune[10].

L'aéroport de Beauvais-Tillé se trouve à 20 km à l'ouest[1] et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle se situe à 52 km au sud-est[1]. Il n'existe pas de liaisons par transports en commun entre la commune et ces aéroports.

Le sentier de grande randonnée 124 ou GR 124 fait incursion par la commune par la vallée de Bulles.

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Hormis les espaces bâtis couvrant 36 hectares pour 3% de la surface communale, le territoire comprend plus de 80% d'espaces cultivés sur 898 hectares ainsi que 46 hectares de vergers et de prairies. Les espaces boisés représentés au nord par le bois de Mont, à l'ouest par le bois de la Herse, au sud par le bois du Pendant et à l'est par le bois de la Passion ainsi que par de nombreux bosquets situés au fond des vallées. Ils couvrent 12% du terroir sur 130 hectares[11],[2]. Le bois de Mont et la vallée de Bulles constituent une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1[12], ainsi qu'un corridor écologique potentiel[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'essentiel de l'espace bâti se concentre au chef-lieu. La commune possède deux hameaux et un écart : les hameaux du Plesseret et de la Gloriette respectivement au nord et à l'est ainsi que la ferme de l'Argilière au sud-ouest[2].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le village et les différents hameaux sont bâtis selon la forme de villages-rues c'est-à-dire en bordure d'un axe unique[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 9 décembre 2012[14] Pierre Desandère   Décédé en fonction
2013[15] en cours
(au 1er septembre 2014)
Joël Dumont   Retraité de la fonction publique
Réélu pour le mandat 2014-2020[16]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 502 habitants, en augmentation de 4,58 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
578 513 537 510 502 522 502 514 504
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
448 440 475 398 412 406 430 414 395
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
373 352 358 314 322 293 300 287 283
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
306 280 263 289 478 501 481 495 502
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (12,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (52,8 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 52,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 21,3 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 25,6 %, plus de 60 ans = 11,8 %) ;
  • 47,2 % de femmes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 20,7 %, 30 à 44 ans = 18,9 %, 45 à 59 ans = 25,6 %, plus de 60 ans = 13,6 %).
Pyramide des âges à Fournival en 2007 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
3,5 
75 à 89 ans
6,6 
8,3 
60 à 74 ans
7,0 
25,6 
45 à 59 ans
25,6 
21,3 
30 à 44 ans
18,9 
21,3 
15 à 29 ans
20,7 
20,1 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[22]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 2 janvier 2017)
  2. a, b, c, d, e et f Carte au 1/15000e sur Géoportail (consulté le 2 janvier 2017).
  3. « Géorisques : Mieux connâitre les risques sur le territoire - Fournival », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le 16 août 2017)
  4. « Carte de remontée des nappes », sur www.innondationsnappes.fr (consulté le 2 janvier 2017)
  5. Marc Gayda, André Jacquot, Patricia Laederich et Pierre Laederich, Histoire du réseau ferroviaire français, op. cit., p. 138 et 145.
  6. Marc Gayda, André Jacquot, Patricia Laederich et Pierre Laederich, Histoire du réseau ferroviaire français, op. cit., p. 154-156 et 188.
  7. Journal Officiel de la République Française du 13 novembre 1954, page 10 676.
  8. « Transports en commun à Fournival (carte, lignes et arrêts) », sur Oise mobilité (consulté le 3 janvier 2017).
  9. « TADAM, le service de transport collectif à a demande du plateau Picard », sur Oise Mobilité (consulté le 30 mai 2017)
  10. « Regroupement pédagogique intercommunal Saint-Remy - Fournival - Valescourt », sur Oise mobilité (consulté le 3 janvier 2017).
  11. « Synthèse des zonages du patrimoine naturel et paysager, de la faune, de la flore et des habitats naturels sur la commune de Fournival », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 3 janvier 2017)
  12. « Larris et Bois de Mont, fiche znieff détaillée », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 3 janvier 2017)
  13. « Corridors écologiques potentiels sur la commune de Fournival », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 3 janvier 2017)
  14. « Le maire Pierre Desandère est décédé », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne)
  15. A. P., « À Fournival : Joël Dumont revient sur « la tragédie » de l’incendie de l’école », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3274,‎ , p. 28 (ISSN 1144-5092)
  16. « Le visage de vos nouveaux élus », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3284,‎ , p. 29 (ISSN 1144-5092)
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  21. « Évolution et structure de la population à Fournival en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  22. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)