Blacourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Blacourt
Blacourt
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC du Pays de Bray
Maire
Mandat
Jean-Pierre Fouquier
2020-2026
Code postal 60650
Code commune 60073
Démographie
Gentilé Blacourtois, Blacourtoises
Population
municipale
569 hab. (2019 en diminution de 7,93 % par rapport à 2013)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 48″ nord, 1° 51′ 32″ est
Altitude Min. 87 m
Max. 172 m
Superficie 11,49 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Grandvilliers
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Blacourt
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Blacourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blacourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blacourt
Liens
Site web http://blacourt.fr/

Blacourt est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Ambiance du village.

Blacourt est une commune picarde du Pays de Bray située à 10 km à l'est de Gournay-en-Bray; 17 km à l'ouest de Beauvais, 21 km u nord de Gisors et à 55 km à l'est de Rouen.

Le territoire communal, tangenté au sud par la route nationale 31 est traversé par le sentier de grande randonnée français GR 129.

Il était décrit de la manière suivante au milieu du XIXe siècle : « le territoire de cette commune qui s'appuie au nord sur le Haut-Bray, et qui atteint au sud la route royale de Rouen à Reims, est inégal, parsemé de tertres et de vallons, assis sur un -sol humide mêlé de sable et d'argile, dont les chemins deviennent impraticables pendant,là mauvaise saison. Un tiers do la superficie est couvert de bois ; un autre tiers comprend des terres labourables de, moyenne qualité[1] ».

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par l'Avelon et plusieurs ruisseaux qui s'y jettent, dont le Ruisseau des Raques.

L'Avelon est un affluent droit du Thérain, donc un sous-affluent de la Seine par l'Oise.

Plusieurs étangs sont disséminés sur le territoire communal.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,3 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 761 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Songeons », sur la commune de Songeons, mise en service en 1951[8] et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10 °C et la hauteur de précipitations de 821,2 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 18 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[12] à 10,6 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[14].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Blacourt est concerné par trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[15],[16] :

  • ZNIEFF du bois d'Avelon et lande de Lachapelle-aux-Pots, qui se trouve sur des sables acides et les grès ferrugineux reposant sur des argiles, générant des boisements acidophiles aux reliefs accidentés et au caractère atlantique et sub-montagnard [17] ;
  • ZNIEFF du Pays de Bray[18] ;
  • ZNIEFF des prairies, landes et bois humides du bas-Bray de Saint-Germer-de-Fly à Lachapelle-aux-Pots, composée essentiellement de boisements de chênes pédonculés et de bouleaux pubescents, ainsi qu'un secteur ouvert d’environ 1,5 ha où se trouvent moliniaie, landes humides, prairies pâturées, cariçaie, ptéridiaie et lande humide à bruyère quaternée, qui constitue un habitat d'intérêt très élevé pour la Picardie. C'est une des rares zones encore préservées de landes de ce secteur de l'Oise. Depuis son abandon, les surfaces se boisent progressivement et les habitats et espèces patrimoniales disparaissent[19] ;

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Blacourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[20],[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[23],[24].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (40,1 %), forêts (36,3 %), terres arables (10,2 %), zones agricoles hétérogènes (8,3 %), zones urbanisées (5,1 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[26].

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs hameaux et écarts, outre ke chef-lieu à la Haute-Rue : Avelon, les Landrons, Montreuil, La Boissière et le Méhet.

Entrée de La Boissière et calvaire.

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 253, alors qu'il était de 240 en 2013 et de 217 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 85,8 % étaient des résidences principales, 6,3 % des résidences secondaires et 7,9 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 98,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 0,8 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Blacourt en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (6,3 %) supérieure à celle du département (2,5 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 90,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (88,7 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Blacourt en 2018.
Typologie Blacourt[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 85,8 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 6,3 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 7,9 7,1 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité a été dénommée Blaencourt en 12152 (Bladolduvilla)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Blacourt relevait du vidame de Gerberoy. La seigneurie était à la famille de Couquault, à laquelle vint par alliance vers 1430 le fief d'Avelon. La terre ayant été acquise en 1486 par Jean de Monceaux , fut comprise au seizième siècle dans.la baronnie de Hodenc-en-Bray qui appartenait à la maison de Monceaux[1].

En 1841, on indiquait que la commune était propriétaire du presbytère, d'une école, d'une partie dubois des Bouleaux .comprenant environ quinze hectare et vingt-cinq autres hectares de terrain à l'état de pâture. Deux moulins à eau étaient exploités sur le territoire communal, et la population était principalement constituée de bûcherons et d'agriculteurs. Quelques ouvriers potiers étaient employés aux fabriques de Lachapelle-aux-Pots[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton du Coudray-Saint-Germer[27]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Grandvilliers

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Blacourt est membre de la communauté de communes du Pays de Bray, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1997 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[28]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1962   Robert Lefèvre    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Daniel Michel    
mars 2008 juillet 2012[29] Raymond Maugez DVD[30] Retraité-artisan
Démissionnaire
Les données manquantes sont à compléter.
2014[31] juillet 2020 François Benard   Retraité
juillet 2020[32] En cours
(au 26 novembre 2021)
Jean-Pierre Fouquier   Cadre retraité

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Un ensemble de casiers automatiques installé par le Casier brayon permet aux habitants du secteur d'acheter à tout moments des produits frais en circuit court et de retirer des commandes[33].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école.

Les enfants de la commune sont scolarisés avec ceux d'Espaubourg au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal. L'école Daniel-Michel de Blacourt comprend en 2021 deux classes[34],[35].

Ils poursuivent leurs études au collège des Fontainettes à Saint-Aubin-en-Bray.

Culture[modifier | modifier le code]

Une ancienne cabine téléphonique a été aménagée en 2020 en bibliothèque libre-service[36]

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La municipalité souhaite développer sur la mandature 2020-2026 la sécurisation routière et la vidéosurveillance[37].

La commune a organisé en 2021, en complément de l'action de la Gendarmerie nationale une participation citoyenne où neuf habitants participent au dispositif Voisins vigilants et prévoit l'installation de caméras de vidéosurveillance[38].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[40].

En 2019, la commune comptait 569 habitants[Note 8], en diminution de 7,93 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
503510556583601587598552563
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
554553514483435398424422434
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
412409363388396354295326333
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
308283285352371410478498618
2018 2019 - - - - - - -
574569-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,2 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 19,7 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 291 hommes pour 283 femmes, soit un taux de 50,7 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,89 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,0 
90 ou +
0,4 
3,8 
75-89 ans
3,2 
14,1 
60-74 ans
17,0 
21,6 
45-59 ans
17,3 
25,1 
30-44 ans
26,1 
13,7 
15-29 ans
12,0 
20,6 
0-14 ans
24,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Sports[modifier | modifier le code]

Le village accueille le club de courses à pied hors stade, de trail et de cross de Blacourt, créé en 1989 et qui, en 2019, comptait 92 licenciés[44].

Économie[modifier | modifier le code]

Une carrière d'argile est exploitée depuis 1997 au lieu-dit du bois des Tailles pour l'usine de tuiles de Saint-Germer-de-Fly. Cent-vingt mille tonnes de matériaux ont été extrait en 2016, et l'extension de la carrière est souhaitée par l'exploitant pour disposer d'une capacité de production renouvelée pendant trente ans[45].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin, construite en grès, est constitué d'un clocher en charpente et ardoises, carré à la base, octogonal ensuite et qui domine la croisée, d'une nef unique, d’origine ancienne, suivie d’un transept saillant et d’un chœur terminé par une abside à trois pans du XVIe siècle
    La nef est flanquée au sud d’un porche en bois qui s’étend sur toute sa longueur et conserve au nord-est une petite fenêtre en plein cintre à double ébrasement – extérieur et intérieur – qui est la marque de la première moitié du XIIe siècle. A côté se trouve une grande fenêtre à réseau flamboyant du XVIe siècle.
    Un petit vitrail du XVIe siècle, en assez mauvais état, se voit dans le croisillon nord tandis que le chœur a conservé des belles boiseries du XVIIIe siècle avec un retable consacré à saint Martin[46],[47].
  • La chapelle du Dieu de Pitié, datant du XIXe siècle et restaurée en 2020[48].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le nom de quelques seigneurs de Blacourt nous est parvenu[1] :

  • Jean de Couquault„ écuyer, est seigneur de Blacourt en 1550.
  • L'Abbaye Saint-Germer-de-Fly vend en.1576 à Jacques .Couquault, écuyer, seigneur d'Avelon, le fief de Molencourt, afin (le pouvoir payer sa part dans le don de cinquante mille écus accordé au roi

par le clergé.

  • Messire Henry de Couquault sert comme garde du roi dans la compagnie de Noailles en 1698. Le chef de cette maison était officier aux gardes françaises avant la,Révolution française

Blacourt dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

  • Roman, Le Crime de Blacourt de Daphné Guillemette

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Blacourt », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Louis Graves, Précis statistique sur le canton du Coudray-Saint-Germer, arrondissement de Beauvais (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, (lire en ligne), p. 42-45.
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station Météo-France Songeons - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Blacourt et Songeons », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Songeons - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Blacourt et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Commune : Blacourt », Liste des ZNIEFF, sur https://inpn.mnhn.fr/collTerr/commune/60073/tab/znieff (consulté le ).
  16. « Les zones humides », Ressources naturelles / sites naturels, sur https://cc-paysdebray.com (consulté le ).
  17. « BOIS D'AVELON ET LANDE DE LA CHAPELLE-AUX-POTS (Identifiant national : 220013782) » [PDF], Inventaire national du patrimoine naturel, (consulté le ).
  18. « PAYS DE BRAY (Identifiant national : 220013786) » [PDF], Inventaire national du patrimoine naturel, (consulté le ).
  19. « PAYS DE BRAY (Identifiant national : 220013786) » [PDF], Inventaire national du patrimoine naturel, (consulté le ).
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Beauvais », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  27. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. « Les maires de Blacourt », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  29. « Election municipale partielle dimanche », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Il s’agit de participer au premier tour de l’élection municipale partielle organisée à la suite de la démission, en juillet dernier, de Raymond Maugez, maire depuis 2004, « pour raisons personnelles ». Depuis, c’est François Bénard, le premier adjoint au maire, qui assure l’intérim ».
  30. EIP, Annuaire des Mairies de l'Oise (60), Cannes, Les Éditions Céline, coll. « Annuaire des maires de France », , 254 p. (ISBN 978-2-35258-160-4, lire en ligne), p. 37.
  31. « Blacourt », Cartes de France (consulté le ).
  32. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  33. « Avec le confinement, casiers de produits locaux et circuits courts font le plein dans l’Oise : Les casiers proposant des produits locaux et les distributeurs en circuits courts connaissent un regain de popularité avec les restrictions de circulation », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Contre la fermeture d'une classe à Blacourt, la mobilisation ne faiblit pas : Après l'annonce confirmée de la fermeture d'une classe à Blacourt, les parents d'élèves du regroupement pédagogique intercommunal Blacourt-Espaubourg se mobilisent », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Ecole », sur https://blacourt.fr/ecole/ (consulté le ).
  36. Pauline Beignon, « À Blacourt, le maire récompense des jeunes bénévoles avec ses indemnités : Le maire, Jean-Pierre Fouquier, a récompensé des enfants bénévoles qui ont passé quelques matinées pendant les vacances à entretenir les lieux publics de la commune », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « À Blacourt, la sécurité routière est la priorité des élus : La nouvelle municipalité du Coudray a invité il y a quelques jours la conseillère départementale, Martine Borgoo, afin de lui exposer leurs projets en matière de sécurité », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Marie-Géraldine Dartois, « Blacourt : le village sécurisé grâce à la participation citoyenne et la vidéo protection : Le village de Blacourt a fait le choix de la participation citoyenne et de la vidéo protection pour assurer la sécurité des habitants », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Blacourt (60073) », (consulté le ).
  43. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  44. « Blacourt : malgré la crise et les inquiétudes, l'Association Sportive court toujours : L'AS Blacourt fait partie des victimes de la crise sanitaire. La baisse du nombre des licenciés et le manque de visibilité pour l'avenir ne sont pas rassurants », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Elie Julien, « À Blacourt, le fabricant de tuiles souhaite exploiter 20 ha de plus : Afin d’alimenter son usine de Saint-Germer-de-Fly et d’assurer son avenir, Imerys a lancé une procédure pour pouvoir exploiter une plus grande surface autour de sa carrière », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. Dominique Vermand, « Blacourt, église Saint-Martin : Diocèse : Beauvais », sur Églises de l'Oise - art roman et gothique, (consulté le ).
  47. « À Blacourt, les cloches de l'église Saint-Martin sonnent à nouveau depuis début août : Après plus de quatre années à l'arrêt, les cloches de l'église de Blacourt sonnent à nouveau depuis début août. L'horloge indique elle aussi à nouveau l'heure », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « À Blacourt, des jeunes ont restauré la chapelle du Dieu de Pitié : Après plus de 10 années à l'abandon, la chapelle du Dieu de Pitié a été restaurée. Des enfants de la commune ont apporté leur aide au maire », L’Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).