Belle-Église

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Oise
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Oise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Belle-Église
Mairie de Belle-Église.
Mairie de Belle-Église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Méru
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise
Maire
Mandat
Philippe Vincenti
2014-2020
Code postal 60540
Code commune 60060
Démographie
Population
municipale
622 hab. (2014)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 35″ nord, 2° 13′ 11″ est
Altitude Min. 37 m – Max. 167 m
Superficie 7,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Belle-Église

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Belle-Église

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belle-Église

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belle-Église

Belle-Église est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la gare de Bornel - Belle-Église sur la ligne ligne de Paris à Beauvais. Cette gare est situés sur la commune de Bornel.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont : Bornel, Chambly, Fresnoy-en-Thelle, Ronquerolles (Val-d'Oise).

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Belle-Église comprend constituée de quatre hameaux : Montagny-Prouvaire, Landrimont, Gandicourt et Plantoignon[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle se situe dans la vallée de l'Esches, qui la traverse. Autrefois existaient sur le territoire communal deux moulins à eau[1].

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

La commune comprend trois bois classés "espaces boisés classées à conserver", qui sont : le bois Chevalot, 10 ha, le bois de Saint-Just de 10 ha et le bois de Montagny.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom a évolué de Belaglisa en 1164[1], Bertetela, Bera-Ecclesia en 1190, Bella-Ecclesia en 1214.

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Belle-Montagne[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Senlis du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Neuilly-en-Thelle[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Méru.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Communauté de communes du pays de Thelle, créée en 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[3], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[4],[5].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1804 Pierre Duquesnel    
1806 1822 Jacques Ambroise Herissant    
1822 1832 Pierre Louis Grange    
1832 1933 Louis Alexandre Le Breton    
1833 1937 Jean Charles Blanchard    
1837 1843 Jean-Benoit de Ribes    
1848 1896 Charles-Edouard de Ribes    
1896 1917 Charles-Aimé-Auguste de Ribes    
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1989 Monique Duval    
1989 1997 René Lagabrielle    
1997 2001 Bernard Marie    
2001[1] en cours
(au 27 avril 2016)
Philippe Vincenti DVD[8] cadre administratif retraité
Vice-président de la CC du Pays de Thelle et Ruraloise (2017 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[9]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 622 habitants, en augmentation de 7,61 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
277 303 352 351 382 329 336 352 352
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
381 399 412 403 392 361 451 357 414
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
419 330 405 451 403 408 410 380 389
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
388 406 430 449 503 561 568 592 622
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006 [12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,1 %, 15 à 29 ans = 15,3 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 16 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 24 %, plus de 60 ans = 14,6 %).
Pyramide des âges à Belle-Église en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90  ans ou +
0,0 
3,6 
75 à 89 ans
4,5 
11,7 
60 à 74 ans
10,1 
22,1 
45 à 59 ans
24,0 
24,6 
30 à 44 ans
23,0 
15,3 
15 à 29 ans
14,6 
22,1 
0 à 14 ans
23,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les Belle-Eglisiens disposent d’une école, d’un centre périscolaire avec cantine, garderie, et centre de loisirs pendant les vacances[1].

Culture[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une bibliothèque municipale[1].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La Fête de l'attelage, dont la 12e édition a eu lieu en avril 2016, organisée par les Attelages des Vieux Chariots de Belle-Eglise, l’association pour la Sauvegarde de l’Environnement de Belle-Eglise (SEBE), Pomme Cidre et Traditions de Belle-Église et les Go West Dancers de Bornel[15].

Économie[modifier | modifier le code]

La commune ne compte plus, en 2016, de commerces de proximité. Ses activités sont constituées par l'Hôtel 4 étoiles du Château Saint-Just, le restaurant gastronomique La grange de Belle-Église (une étoile au Michelin en 2016[16]) et une société d’agencement, de menuiserie, et de mobilier[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de Belle-Église, rue des Écoles : Contrairement à ce qu'annoncent ses élévations extérieures dénuées de caractère, c'est un édifice d'une surprenante complexité, qui n'est que le résultat des agrandissements et remaniements successifs depuis la fin du XIIe siècle. Seulement la base du clocher roman de la fin du XIe ou du premier quart XIIe siècle subsiste d'origine. Elle se caractérise par sa voûte en berceau, sa grande profondeur et ses murs très épais. Le reste du chœur et de ses deux collatéraux est gothique. Il n'y a guère deux travées analogues, et la plupart des styles architecturaux sont représentés. Cependant, la plupart des travées a été bâtie avec grand soin, et l'architecture des parties orientales est tout sauf rustique. L'on trouve même des éléments remarquables par leur qualité, telles que les voûtes à six branches d'ogives du chœur et du croisillon nord avec leurs supports, ou par leur originalité. L'édifice n'est pas protégé au titre des monuments historiques, mais plusieurs éléments de son mobilier et quatre vitraux le sont en revanche[17].
  • Château de Saint-Just, en dehors du village, sur la RD 923 en direction de Chambly : appelé d'abord hôtel de Villiers, le château prend son nom définitif avec l'arrivée d'Oudin de Saint-Just en 1450. C'est une construction des XIIe, XIVe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Le château a appartenu successivement aux Villiers, aux Montmorency par alliance en 1415, aux Saint-Just par acquêt en 1450, aux Mérard de Saint-Just par acquêt en 1751, aux marquis de Persan, au général Servan de Gerbey puis aux comtes de Ribes par acquêt en 1826.
Avec son parc de 14 hectares, le château Saint-Just est en 2016 un hôtel 4 étoiles[1].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Vue générale de la commune en mai 2011.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sophie Thalmann, conseillère municipale de Belle-Église[Quand ?] et animatrice tv, Miss France 1998 et son mari le jockey Christophe Soumillon

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Alice Ancelin, « Belle-Église, village aux quatre hameaux », L'Observateur de Beauvais, no 959,‎ , p. 18.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  4. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise,‎ (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  5. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  6. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur,‎ .
  7. « Les maires de Belle-Église », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 24 août 2014).
  8. EIP, Annuaire des Mairies de l'Oise (60), Cannes, Les Éditions Céline, coll. « Annuaire des maires de France », , 254 p. (ISBN 9782352581604, lire en ligne), p. 37
  9. « Les maires élus et réélus avec les nouveaux conseils municipaux installés », L'Écho du Thelle, no 523,‎ , p. 12
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Belle-Église en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  15. « Les giboulées ont arrosé la fête de l’Attelage : Alors qu’elle accueille habituellement des milliers de personnes, la dernière Fête de l’Attelage qui a eu lieu dimanche a été victime des intempéries. Pourtant le spectacle prévu était de grande qualité ! », L'Écho du Thelle, no 631,‎ , p. 13.
  16. C.B., V.G., E.L.-S. et P.C, « Oise : quatre restaurants savourent leur étoile au Guide Michelin », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « Pour garder son étoile, l’établissement « suit les saisons en changeant la carte trois fois par an, explique Marc Duval. En ce moment, ce sont les huîtres et les couteaux. J’essaie de créer des recettes par amour du métier. L’écume du consommé de coquillage au caviar Baeri, je n’en ai jamais vu ailleurs ».
  17. « Œuvres mobilières classées à Belle-Église », base Palissy, ministère français de la Culture.