Lacroix-Saint-Ouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lacroix-Saint-Ouen
Lacroix-Saint-Ouen
Colombier et église Saint-Ouen.
Blason de Lacroix-Saint-Ouen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Intercommunalité Agglomération de la Région de Compiègne et de la Basse Automne
Maire
Mandat
Jean Desessart
2020-2026
Code postal 60610
Code commune 60338
Démographie
Gentilé Croisés-Saint-Audoniens
Population
municipale
4 891 hab. (2019 en augmentation de 12,85 % par rapport à 2013)
Densité 235 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 16″ nord, 2° 47′ 10″ est
Altitude Min. 30 m
Max. 54 m
Superficie 20,83 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lacroix-Saint-Ouen
(ville-centre)
Aire d'attraction Compiègne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Compiègne-2
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Lacroix-Saint-Ouen
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Lacroix-Saint-Ouen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lacroix-Saint-Ouen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lacroix-Saint-Ouen
Liens
Site web ville-lacroixsaintouen.fr

Lacroix-Saint-Ouen est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France, sur la rive gauche de l'Oise, à 8 km au sud de Compiègne et 75 km au nord de Paris.

Ses habitants sont appelés les Croisés-Saint-Audoniens (féminin : Croisées-Saint-Audoniennes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ville implantée au sud de Compiègne sur la RD 932a, l'ancienne RN 32, Lacroix-Saint-Ouen est bordée par l'Oise à l'ouest et par la forêt de Compiègne à l'est. La commune comprend, en plus du bourg, un hameau qui se trouve à environ 4 km au nord devant les portes de Compiègne, appelé Mercières-aux-Bois.

Lacroix-Saint-Ouen se situe à une distance orthodromique de 7 km du chef-lieu d'arrondissement de Compiègne ; de 22 km de Senlis, de 52 km du chef-lieu du département, Beauvais ; de 64 km de Paris ; et de 70 km de la capitale de la région Picardie, Amiens[1].

La commune est desservie par la gare du Meux - Lacroix-Saint-Ouen, localisée sur la commune du Meux sur la rive droite de l'Oise, à environ 2 km du bourg. L'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle peut être atteint en 30 min environ par l'autoroute A1.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 678 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Margny-les-Compiègne », sur la commune de Margny-lès-Compiègne, mise en service en 1994[9] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[10],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,1 °C et la hauteur de précipitations de 662,2 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Le Bourget », sur la commune de Bonneuil-en-France, dans le département du Val-d'Oise, mise en service en 1920 et à 50 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour la période 1971-2000[13] à 11,6 °C pour 1981-2010[14], puis à 12,1 °C pour 1991-2020[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, le nom est orthographié « La Croix St Ouen » (voir la carte de Cassini reproduite en page 10 des Annales historiques compiégnoises) : « Orthographe en vigueur au XVIIIe siècle, la contraction en Lacroix apparaissant dans les textes administratifs de la fin du XIXe siècle » (AHC, p. 19, note 1).

Durant la Révolution, la commune « fut officiellement rebaptisée Sylvie (aussi écrit Silvie) »[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg est vraisemblablement fondé par Dagobert Ier. Alors que le roi chassait en forêt de Cuise au mois de mai, il rencontre une plaine enneigée avec une croix dessinée au milieu, selon la version officielle. D'autres pensent qu'elle est apparue dans les airs. L'archevêque Saint Ouen est chargé de construire un monastère sur cette plaine, placé sous le titre de la Sainte-Croix. En 893, l'abbaye de la Croix est nommée parmi les dépendances de l'abbaye Saint-Médard de Soissons.

Du fait de la proximité de la forêt, une industrie du bois (caisses en bois, meubles) s'est développée au cours des siècles, atteignant son apogée au début du 20e siècle : la commune devint "la seule commune ouvrière de réelle importance dans les environs immédiats de Compiègne"[17]. Un port à bois sur l'Oise assurait les expéditions[18].

C'est là qu'eut lieu en 1921 le camp fondateur du néo-scoutisme en France.

Depuis les années 2000, de très nombreuses maisons et villas sont construites, ce qui a fait disparaître le caractère de ville ouvrière du début du XXe siècle.

Les écuries de chevaux de courses[modifier | modifier le code]

Au milieu du XIXe siècle, des écuries de course se sont implantées à Lacroix.

Une première phase, celle des entraîneurs anglais, va de 1856 à 1874 : L'arrivée du premier entraîneur anglais Thomas R. Carter[19] est signalée en 1856. La très grande famille des Carter est à l'origine d'une dynastie d'entraîneurs qui s'impose dès 1830 à Auteuil, puis à Chantilly de 1834 jusqu'en 1964. Allié à cette famille, Henri Jennings fit toute sa carrière d'entraîneur à Lacroix de 1866 à 1887.

Une deuxième phase, à partir de 1875, se caractérise par des "gentemen-riders", à la fois propriétaires-entraîneurs-jockeys, avec notamment Jean Prat (1847-1940), de la famille d'industriels marseillais qui produisait l'apéritif Noilly Prat, qui fit construire le château Prat.

L'apogée de l'expansion de ce secteur à Lacroix va de 1883 à 1914, avec par exemple Edmond Blanc, Étienne Balsan, ancien officier de cavalerie qui se consacra aux courses. À cette époque, Lacroix est presque au même niveau que Chantilly pour ce qui est des écuries. Seule l'entreprise de Jean Prat survécut à la guerre de 1914, essentiellement jusqu'à sa mort en 1940[20].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Honoré Félix Dupain (1763-1839) aubergiste à La Croix fut maire de à l'an II[21].

Liste des maires depuis 1815
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1815 François Lesguillier    
1815 1829 Antoine Lesguillier    
1829 1840 Louis-Pierre Dugrosprez    
1840 1841 Edmé-Victor Langelez    
1841 1851 Louis-Toussaint Thiery    
1851 1874 Louis-Placide Duvivier    
1874 1876 Jean-François Lesguillier    
1876 1891 Florimond David    
1891 1900 Antoine Bouchez    
1900 1904 Ferdinand Meunier    
1904 1912 Émile Dugrosprez    
1912 1912 Eugène Caron    
1912 1913 Ferdinand Meunier    
1913 1919 Émile Dugrosprez    
1919 1925 Georges Marcille    
1925 1927 Alexandre Pagnod    
1927 1941 Denis Miquel SFIO  
1941 1944 Roger Meunier   Industriel
1944 1947 Ernest Herisson    
1947 1950 Ernest Legouverneur    
1950   Marie Lhiaubert    
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1984 Albert Cuif    
1984 juin 1995 Jacques Bontemps[22]    
juin 1995 mars 2001 Guy Schott[23] (1931-2012)    
mars 2001 En cours
(au 26 mai 2020)
Jean Desessart UMP puis DVD
puis LR[24]
Ancien arbitre fédéral de football[25]
Conseiller départemental de Compiègne-2 (2015 → )
Réélu en 2008, 2014[26] et 2020

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Lacroix-Saint-Ouen fait partie de l'Agglomération de la région de Compiègne et de Basse Automne regroupant quinze communes[27].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Taxe d'habitation 2007
données communales données départementales
base nette taux produit base nette taux produit
5 269 186 10,22 538 512 5 269 186 8,28 436 299
Taxe foncière 2007
Sur les propriétés bâties
données communales données départementales données régionales
base nette taux produit base nette taux produit base nette taux produit
4 194 796 23,27 976 124 4 163 082 14,48 602 820 4 163 082 4,19 174 446
Sur les propriétés non bâties
données communales données départementales données régionales
base nette taux produit base nette taux produit base nette taux produit
42 762 55,49 23 740 6 494 35,99 2 338 6 494 7,00 455
Taxe professionnelle 2007
données intercommunales données départementales données régionales
base nette taux produit base nette taux produit base nette taux produit
8 330 938 11,80 983 082 8 332 538 8,72 726 616 8 332 538 3,05 254 168
Taxes diverses 2007
Chambre de commerce et d'industrie Chambre des métiers Chambre d'agriculture ou CAAA Enlèvement des ordures ménagères
base nette taux produit base nette taux produit base nette taux produit base nette taux produit
7 268 420 0,61 44 042 669 181 0,60 4 040 51 840 8,10 4 183 3 873 501 8,85 342 805

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lacroix-Saint-Ouen est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[28],[29],[30]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lacroix-Saint-Ouen, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[31] et 7 573 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[32],[33].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Compiègne, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 101 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[34],[35].

Résidences principales selon le statut d'occupation
Logements Nombre de
personnes
1999
1999 Évolution
de
1990 à 1999
Nombre %
Ensemble 1 564 100,0 % 21,1 % 4 164
Propriétaires 1 122 71,7 % 9,4 % 2 967
Locataires 373 23,8 % 84,7 % 1 001
dont :
Logement non HLM 236 15,1 % 68,6 % 627
Logement HLM 124 7,9% 129,6% 352
Meublé, chambre d'hôtel 13 0,8 % 62,5 % 22
Logés gratuitement 69 4,4 % 9,5 % 196

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (78,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (78,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (78,6 %), terres arables (8,3 %), zones urbanisées (7,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,2 %), eaux continentales[Note 8] (1,5 %), zones agricoles hétérogènes (0,5 %)[36].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[37].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Losheim am See (Allemagne) depuis 1998.

Lacroix-Saint-Ouen est jumelée avec le village allemand de Losheim am See, non loin de Sarrebruck, à l'est de Metz. La commune de Losheim am See se trouve dans le Nord du land de Sarre dans le parc naturel Sarre-Hunsruck entre le massif forestier et le bassin de la Sarre. La commune est située dans une région de moyenne montagne, à une altitude comprise 210 m et 585 m. Son attrait principal provient des 2 500 hectares de forêt et de son lac de 31 hectares.

La charte de jumelage entre Losheim et Lacroix-Saint-Ouen a été signée le à Losheim et le à Lacroix-Saint-Ouen.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[39].

En 2019, la commune comptait 4 891 habitants[Note 9], en augmentation de 12,85 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8009341 0121 0841 1431 1521 1591 2501 216
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1791 1791 3091 3751 4161 4521 4711 5261 576
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6791 7281 7461 6231 6732 0082 0121 9312 036
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2 3302 5583 2033 4753 7544 2334 4274 4754 334
2018 2019 - - - - - - -
4 8944 891-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 34,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 25,9 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 396 hommes pour 2 498 femmes, soit un taux de 51,04 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,11 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,8 
6,8 
75-89 ans
7,7 
17,0 
60-74 ans
19,1 
21,2 
45-59 ans
20,1 
19,4 
30-44 ans
18,6 
17,3 
15-29 ans
17,1 
17,9 
0-14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Deux écoles maternelles
  • Deux écoles primaires
  • Le collège Jules-Verne : créé en 1994, cet établissement accueille en 2009 un peu plus de 500 élèves venant de Lacroix-Saint-Ouen mais bien entendu aussi des environs (Saint-Sauveur, Longueil-Sainte-Marie, Armancourt, Le Meux, etc.).
  • Le lycée Charles-de-Gaulle, situé à Mercière.

Cultes[modifier | modifier le code]

Depuis le , les messes le dimanche à l'église Saint-Ouen sont à 11 h (sauf pendant les vacances, où les horaires sont susceptibles d'être modifiés). Depuis cette même date, les paroisses de Compiègne et des communes voisines (y compris Lacroix-St Ouen) ont fusionné.

Économie[modifier | modifier le code]

Un marché se tient tous les dimanches matins sur le parking de la rue Jules-Ferry.

Emploi et chômage[modifier | modifier le code]

Emploi total (salarié et non salarié) au lieu de travail en 1999[44] 1 415
_dont part de l'emploi salarié au lieu de travail en 1999 91,2
Variation de l'emploi total au lieu de travail : taux annuel moyen entre 1990 et 1999, en % [44] 4,7
Nombre de demandeurs d'emploi (catégories 1, 2, 3 hors activité réduite) au [45] 113

Employeurs et entreprises[modifier | modifier le code]

La commune partage avec Compiègne et Mercières aux bois le quartier d'affaires L'Européen Parc.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Lacroix-Saint-Ouen ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire.

  • Église Saint-Ouen, rue Pasteur : orientée irrégulièrement nord-est - sud-ouest, l'église se compose d'une nef de quatre travées ; d'un collatéral sud de cinq travées ; d'un bas-côté nord de quatre travées ; d'un chœur de deux travées se terminant par un chevet à pans coupés ; et d'un clocher à l'angle entre bas-côté nord et chœur. Le collatéral est presque aussi large que le vaisseau central et presque aussi haut : il pourrait être considéré comme une deuxième nef. Curieusement, sa dernière travée est condamnée et non visible depuis l'intérieur de l'église. Vaisseau central et collatéral disposent de toitures indépendantes, avec des pignons du côté de la façade occidentale, qui est de style néogothique. Le bas-côté est recouvert d'un toit en appentis s'appuyant contre le toit de la nef. Le clocher est une simple tour carrée, percé seulement au niveau de l'étage de beffroi de deux baies abat-son en tiers-point non décorées sur chaque face, et recouverte d'une flèche en charpente couverte d'ardoise. Au sud, les deux dernières fenêtres présentent un remplage de style gothique flamboyant. Les autres fenêtres sont sans style particulier. L'intérieur est voûté d'ogives et d'un style flamboyant assez lourd. Les nervures des voûtes se fondent dans les piliers des grandes arcades et dans le mur côté sud, mais retombent sur des culs-de-lampe au nord. Les deux dernières grandes arcades à l'est possèdent des piliers ondulés et sont plus élégants. La nef est aveugle, sauf à l'ouest, et éclairée indirectement par le bas-côté et le collatéral. Le chœur est de style gothique rayonnant, et c'est la seule partie de l'église où l'on rencontre des chapiteaux. Les nervures de la voûte de la première travée, retombent sur des faisceaux de trois fines colonnettes. Les nervures de la voûte sexpartite de l'abside sont reçues par des colonnettes uniques. Avec seulement trois fenêtres et des murs latéraux aveugles, le chœur est la partie la plus sombre de l'église[réf. souhaitée].
  • Colombier de la grande ferme, rue Jules-Ferry.
  • Château et écuries Prat, rue Julien-Fatrez, du dernier quart du XIXe siècle.
  • Le « pont du Bac », pont suspendu sur l'Oise, situé à l'emplacement de l'ancien bac, inauguré en 1846 et reconstruit en 1949. Du fait de sa chaussée dégradée, la circulation des poids lourds est maintenant limitée[46]. Ce pont fut utilisé pour le tournage des scènes finales du film Le serpent (1973) d'Henri Verneuil, en raison de sa ressemblance avec le pont de Glienicke près de Berlin. On y voit l'échange entre un pilote américain et l'espion soviétique (Yul Brynner), escorté par le chef de la CIA (Henry Fonda) et le chef des services secrets français (Philippe Noiret).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Ouen, saint fondateur d'un monastère présent à l'origine sur l'emplacement du village.
  • Edmond Blanc (1856-1920), célèbre propriétaire-éleveur de chevaux de course qui a possédé un centre d’entraînement équestre (1888-1904).
  • Etienne Balsan (1878-1953), ancien officier de cavalerie et éleveur de chevaux de course (rue Carnot).
  • Coco Chanel (1883-1971), y fréquenta le manège à chevaux de la maison Balsan[47].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Lacroix-Saint-Ouen

Les armes de Lacroix-Saint-Ouen se blasonnent ainsi :

d'argent à la croix d'azur chargée d'une crosse d'or et cantonnée de deux fleurs de lys de sable aux cantons du chef-dextre et de la pointe-senestre.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distances orthodromiques au départ de Lacroix-Saint-Ouen », sur Localisation Interactive, Orthodromie et Navigation (lion 1906) (consulté le ).
  2. « Communes limitrophes de La Croix-Saint-Ouen » sur Géoportail..
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  9. « Station Météo-France Margny-les-Compiègne - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Lacroix-Saint-Ouen et Margny-lès-Compiègne », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Margny-les-Compiègne - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Lacroix-Saint-Ouen et Bonneuil-en-France », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Le Bourget - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. (AHC no 123, p. 9)
  17. Annales historiques compiégnoises (AHC), no 123-124, Automne 2011, p. 3 (n° spécial sur Lacroix-Saint-Ouen), ISSN 0753-0633
  18. AHC, p. 11.
  19. Thomas R. Carter 1805-1879 ; ne pas confondre avec un autre Thomas Carter dit "Genius", qui pourrait être son oncle.
  20. AHC, Annales..., p. 21 à 35.
  21. AHC, p. 19, note 15
  22. « Une école de Lacroix-Saint-Ouen rend hommage à son ancien maire », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « Le groupe scolaire des Bruyères de Lacroix-Saint-Ouen porte désormais le nom de Jacques Bontemps. Premier adjoint au maire de 1971 à 1984 et maire de 1984 à 1995, ce dernier a souhaité, en son temps, la création de nouveaux équipements tels que la station d’épuration, la bibliothèque, le collège, le lycée ainsi que l’extension des écoles ».
  23. « Le nom de la salle est dédié à Guy Schott, décédé en 2012, à l’âge de 80 ans. Il fut conseiller municipal, adjoint au maire, puis maire de 1995 à 2001. »[1]
  24. V.G., « Des économies grâce au nouveau minibus », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  25. « Desessart (DVD) veut garder son poste à Lacroix-Saint-Ouen », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  26. « Lacroix-Saint-Ouen », Cartes de France (consulté le ).
  27. Agglomération de la région de Compiègne.
  28. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  30. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Unité urbaine 2020 de Lacroix-Saint-Ouen », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  32. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  33. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  34. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Compiègne », sur insee.fr (consulté le ).
  35. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  36. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  37. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  42. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Lacroix-Saint-Ouen (60338) », (consulté le ).
  43. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  44. a et b Insee, RP1999 exploitation complémentaire - RP1990 exploitation au quart.
  45. Dares, Statistiques du marché du travail.
  46. [PDF] « Lacroix-Saint-Ouen - parcours historique », sur Lacroix-Saint-Ouen (site officiel) (consulté le ).
  47. Le véritable séjour de Coco Chanel à Royallieu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Bonnet-Laborderie et François Callais, Entre rivière et forêts, la communauté compiégnoise : Lacroix-Saint-Ouen, Beauvais, G.E.M.O.B., coll. « Villes d'art de l'Oise et de la Picardie », , 192 p. (ISSN 1255-0078), p. 65-69
  • Annales historiques compiégnoises, no 123-124, Automne 2011 (n° spécial sur Lacroix-Saint-Ouen), ISSN 0753-0633.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :