Sainte-Eusoye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte-Eusoye
Ancienne grange cistercienne.
Ancienne grange cistercienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oise picarde
Maire
Mandat
Pierre Dugrosprez
2014-2020
Code postal 60480
Code commune 60573
Démographie
Gentilé Eusébiens, Eusébiennes
Population
municipale
304 hab. (2014)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 40″ nord, 2° 14′ 46″ est
Altitude Min. 95 m – Max. 178 m
Superficie 8,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Sainte-Eusoye

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Sainte-Eusoye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Eusoye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Eusoye
Liens
Site web www.sainte-eusoye.fr

Sainte-Eusoye est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Eusébiens et les Eusébiennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Froissy[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Saint-Just-en-Chaussée.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye créée fin 1992.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[2], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités[3], et notamment celle de Crèvecœur-le-Grand (CCC) et celle des Vallées de la Brèche et de la Noye (CCVBN), soit une intercommunalité de 61 communes pour une population totale de 27 196 habitants[4].

Après avis favorable de la majorité des conseils communautaires et municipaux concernés[5], cette intercommunalité dénommée communauté de communes de l'Oise picarde et dont la commune est désormais membre, est créée au [6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001[7] en cours
(au 11 mai 2016)
Pierre Dugrosprez   Agriculteur
Vice-président de la CCVBN (2014 → 2017)
Réélu pour le mandat 2014-2020[8]

La commune a préempté en 2013 l'ancien presbytère, qu'elle aménage pour en faire en 2016 la nouvelle mairie du village[9],[10].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune, malgré sa faible importance, s'est dotée en 2007 d'un réseau d'assainissement collectif et d'une station d'épuration[7].

Un verger de 24 arbres fruitiers (16 pommiers, 5 poiriers, 2 pruniers et 1 noyer) d'espèces anciennes a été planté en 2014 par le conseil municipal, afin de permettre de se remémorer et de retrouver l’histoire de la commune. Les fruits seront mis à disposition des habitants de la commune et de ceux de Sauveleux[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 304 habitants, en augmentation de 25,62 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
541 735 592 593 631 495 461 454 444
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
389 389 319 281 279 253 242 224 225
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
203 219 210 181 164 148 154 168 158
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
138 147 170 202 210 229 241 303 304
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,9 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,9 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 21,6 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 12 %) ;
  • 48,1 % de femmes (0 à 14 ans = 18,1 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 26,7 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 18,1 %).
Pyramide des âges à Sainte-Eusoye en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,9 
4,8 
75 à 89 ans
6,9 
7,2 
60 à 74 ans
10,3 
20,0 
45 à 59 ans
21,6 
24,8 
30 à 44 ans
26,7 
21,6 
15 à 29 ans
15,5 
21,6 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune sont scolarisés au groupe scolaire Le Moustier de Froissy, dans le cadre d'un regroupement pédagogique concentré rassemblant les communes de Froissy, La Neuville-Saint Pierre, Noirémont, Reuil-sur-Brêche et Sainte- Eusoye. L'école primaire accueille p 210 élèvesour l'année scolaire 2015-2016[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ferme de Troussures.

Ferme du Troussures : elle se compose des ruines d'une ancienne grange cistercienne ainsi qu'un pigeonnier inscrit au titre des monuments historiques depuis 1989[18]. La ferme était dépendante de l'abbaye de Chaalis.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  3. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  4. « La nouvelle carte intercommunale de l'oise : intercommunalité à fiscalité propre au  », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 15.
  5. R. Th., « La fusion des communautés de communes est définitive », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3417,‎ , p. 6 « Les 6 projets de fusion de communautés de communes ou d’agglomération ont tous recueilli une majorité favorable ; ils pourront ainsi tous être conduits à leur terme ».
  6. Sylvie Godin, « Naissance de l'Oise picarde : Jacques Cotel dirige un territoire de 26 500 habitants », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3430,‎ , p. 17.
  7. a et b Frédéric Hennebert, « La station d'épuration qui fait rêver », Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « Pierre Dugrosprez, lui, n'a pas hésité. A peine élu en 2001, cet agriculteur a fait de l'assainissement l'une de ses priorités. « Je ne suis pas écolo, mais je veux qu'on respecte la terre. On n'est plus au Moyen Age, on ne peut plus renvoyer les eaux n'importe où », explique-t-il ».
  8. « Les maires en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ , p. 18 (ISSN 1144-5092)
  9. « Le presbytère deviendra finalement une mairie : Des avancées sur le projet de nouvelle mairie : voilà ce qu'il faut retenir de l'année 2013 et de la cérémonie des vœux prononcés, samedi 11 janvier, par le maire, Pierre Dugrosprez », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  10. « Sainte-Eusoye : Une nouvelle mairie pour 2016 », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  11. « Des pommiers et des poiriers réservés aux habitants du village », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3393,‎ , p. 29.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Évolution et structure de la population à Sainte-Eusoye en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  17. « La nouvelle école du Moustier a été inaugurée », Le Courrier picard, édition de Grandvilliers, no 3384,‎ , p. 27 « Le bâtiment [de l'école primaire] réhabilité et agrandi en 2014 et 2015 regroupe sept classes, une salle de restauration et une salle pour activités périscolaires ».
  18. « Ferme de Troussures », notice no PA00114979, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Fonts baptismaux », notice no PM60001415, base Palissy, ministère français de la Culture