Hémévillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hémévillers
Hémévillers
Église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Canton Estrées-Saint-Denis
Intercommunalité Communauté de communes de la Plaine d'Estrées
Maire
Mandat
Françoise Coubard
2014-2020
Code postal 60190
Code commune 60308
Démographie
Population
municipale
457 hab. (2016 en augmentation de 7,78 % par rapport à 2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 27′ 51″ nord, 2° 40′ 28″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 98 m
Superficie 6,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Hémévillers

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Hémévillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hémévillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hémévillers
Liens
Site web http://www.hemevillers.fr/

Hémévillers est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hémévillers est un petit village situé dans l'Oise, au nord-ouest de Compiègne, et à une distance de 50 km de Beauvais. Il est bordé au nord par l'Aronde, affluent de l'Oise ; traversé à l'ouest par la route N 17 et à l'est par l'autoroute A 1.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Seigneurie[modifier | modifier le code]

  • Louis Antoine de Gaudechart, brigadier des armées du Roy, devient seigneur d'Hémévillers par son mariage en 1721 avec Marie-Françoise de Viel Chastel, dame d'Hémévillers ; dont :
  • Jean-Baptiste Adolphe de Gaudechart qui épouse en 1751, sa cousine Anne-Françoise de Gaudechart, fille de Pierre François de Gaudechart, marquis de Querrieu, chevalier, seigneur de Rocquencourt et autres lieux ; dont :

trois filles qui seront emprisonnées le 24 brumaire de l'an II (15 novembre 1793) en la prison d'Amiens ; elles rejoindront leurs parents en la prison de Conty en février 1794. Le 30 germinal de l'an II (19 avril 1794), la citoyenne Gaudechart s'adresse au citoyen agent national du district de Montdidier, pour exprimer sa détresse et tenter d'obtenir la disposition des comestibles et du linge restés sous séquestre à Hémévillers :

"de la maison d'arrêt ce 30 germinal an 2 de la république une et indivisible. c'est à ton âme bienfaisante que s'adresse avec toute confiance une famille de père, mère très âgés et reconnus des plus infirmes, et chargés de trois filles tous détenus en la maison d'arrêt de Conty depuis plus de 7 mois. Privé de tout moyen de subsistance par la force de la Loi du Séquestre, j'ai adressé au directoire de Compiègne ma cruelle et dure position, pour me faciliter les secours les plus urgents en blé, cidre, bois et linge qui existent dans mon ancien domicile à Hémevillé de ta dépendance. Nulle réponse par écrit depuis ce temps, quoique ma position ait été attesté par la commune de Montdidier, et par toi visé. Mourante de fin, mon mari et mes enfants, sans aucune ressource quelconque, crédit même, le cœur me crève : que faire ? C'est ton conseil que je réclame. En s'adressant au ministre de l'intérieur, cela faciliterait-il pas à nos besoins urgents ! Sa lettre du 9 nivôse que tu connais, laisse aux détenus dont les biens sont séquestrés, la disposition des comestibles et mobiliers. Jamais l'orgueil ne nous a gouverné, sois notre protecteur pour nous placer à l'hôpital de cette commune. Si nous ne pouvons rien obtenir, attendri toi sur notre sort et nos urgents besoins. Ecrit ou fait moi instruire par ton secrétaire de l'espoir que je dois attendre ; il nous restera toujours une âme pour te témoigner notre reconnaissance, citoyen. Salut et fraternité. signé : Gaudechart, Gaudechart"[1]

Deux des filles décéderont à Hémévillers : Marie-Charles Françoise Adélaïde, le 6 vendémiaire de l'an XIII (29 septembre 1804), et Marie Florida le 29 nivose de l'an XIII (19 janvier 1805)[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration cantonale[modifier | modifier le code]

La commune fait partie des cantons de :

  • Etrées Franciade en 1793
  • Ressons (Ressons-sur-Matz) en 1801
  • Estrées-Saint-Denis, depuis 1802.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1847 ? M. de Gaudechard   Conseiller d'arrondissement
mars 2001 En cours
(au 8 septembre 2014)
Françoise Coubard   Retraitée
Réélue pour le mandat 2014-2020[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 457 habitants[Note 1], en augmentation de 7,78 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350383386400588478457474463
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
490478487481457473456463401
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
408407401369348355381357367
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
369296270267333388413424457
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,1 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,3 %, 15 à 29 ans = 19,9 %, 30 à 44 ans = 27,5 %, 45 à 59 ans = 17,5 %, plus de 60 ans = 13,8 %) ;
  • 48,9 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 21,8 %, 30 à 44 ans = 26,2 %, 45 à 59 ans = 18,3 %, plus de 60 ans = 14,9 %).
Pyramide des âges à Hémévillers en 2007 en pourcentage[8]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
0,5 
3,3 
75 à 89 ans
4,0 
10,0 
60 à 74 ans
10,4 
17,5 
45 à 59 ans
18,3 
27,5 
30 à 44 ans
26,2 
19,9 
15 à 29 ans
21,8 
21,3 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Hémévillers

Les armes de Hémévillers se blasonnent ainsi :

d'azur semé de besants d'or.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin - cloche de l’église sonnant midi :

On y trouve un château et l'église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Famille de Gaudechart, sur : Les hommes illustres du département de l'Oise, par ARCHER (Nicolas) magistrat, pages 416/417, consultables sur gallica

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la Somme L.1188 et L.2332
  2. État civil d'Hémévillers
  3. « Hémévillers », Cartes de France (consulté le 8 septembre 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Évolution et structure de la population à Hémévillers en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 novembre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 novembre 2010)