Berthecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Berthecourt
La mairie de Berthecourt.
La mairie de Berthecourt.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Chaumont-en-Vexin
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise
Maire
Mandat
Laurent Serruys
2014-2020
Code postal 60370
Code commune 60065
Démographie
Gentilé Berthecourtois
Population
municipale
1 648 hab. (2014)
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 04″ nord, 2° 13′ 32″ est
Altitude Min. 45 m – Max. 128 m
Superficie 6,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Berthecourt

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Berthecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berthecourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berthecourt
Liens
Site web http://www.ville-berthecourt.fr

Berthecourt est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Berthecourtois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Berthecourt est un village picard du Beauvaisis de 1 590 habitants environ, situé dans l'Oise à 20 km au sud de Beauvais et 80 km au nord de Paris.

Son territoire de 6,97 km2 comporte en 2016 10 % de bois et forêts[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Berthecourt[2]
Villers-Saint-Sépulcre
Ponchon Berthecourt[2] Hermes
Noailles Cauvigny Mouchy-le-Châtel

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Berthecourt est la réunion des hameaux de Brethel, Longueil, Conflans et Graville.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Sillet (anciennement nommée Silly) se jette dans le Thérain au pont de Hermes après un parcours de près de 8 km à travers Berthecourt[3]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare d'Hermes - Berthecourt, située à Hermes, dessert la commune. Elle se trouve sur la ligne de Creil à Beauvais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Berthecourt, Bertecurt citée sur un acte de 1080, puis Bertelincurtis en 1140, Bertelinicurtis en 1160, Bettemecourt en 1223, Berthemecort en 1225, Bertocort en 1233, Bertecourt en 1237 Bertaumecort en 1241, c'est vers la fin du XIIe siècle que le nom semble fixé : Berthecourt. Un usurpateur s'est fait appeler Renault de Berthecourt juste après la Révolution, il s'agissait en fait de Mathurin Renault nommé maire[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Berthecourt était compris en partie dans le comté de Beauvais et en partie dans celui de Clermont.

On voit dans les histoires du Beauvaisis que Lancelin, châtelain de Beauvais, s'empara de cette terre et de celle de Longueil ; il les restitua vers 1094 sur la demande de Foulque, son fils, qui occupait alors le siège épiscopal.

Guy Lemaire, seigneur d'Achy, acquit en 1473 de Jacques Davesne, chanoine de la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais, la terre de Parisifontaine à laquelle il réunit en 1480 celle de Longueil. Les évêques aliénèrent ce domaine en 1628, avec Hodenc, Ponchon et d'autres terres pour acheter la châtellenie de Beauvais.

Commune rurale, le village disposait d'un moulin à vent qui cessa d'opérer au début du XIXe siècle, ainsi que de cinq moulins à eau sur le Sillet : de Berthecourt, de Longueil, de Conflans. En 1818, on a joint à celui de Berthecourt un moulin à huile et une scierie pour débiter du bois destiné à la fabrication de bâtons ronds : au tournant du XXe siècle, l'économie locale repose en grande partie sur la transformation du bois. Dans le courant des années 1930 on compte ainsi dix fabriques en tabletterie, un entrepreneur de charrois d'arbres et une scierie. Cette dernière est toujours active au début du XXIe siècle, ainsi qu'une fabrique de chaises.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, le 9 août 1944, les services parisiens de la Gestapo ont fusillé dans le bois de Parisis-Fontaine 7 membres d'un commando britannique parachutés au-dessus de La Ferté-Alais le 5 Juillet 1944, et capturés au moment où ils touchaient le sol. Des hommages leur sont rendus devant la stèle édifiée par la municipalité en 1964[5].

Fin 2016, les maires de Berthecourt et d'Hermes envisagent la fusion de leurs communes sous le régime de la commune nouvelle, soulignant les liens anciens liant leurs habitants et la nécessité de concevoir de manière coordonnée l'aménagement du quartier de la gare[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Noailles[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Chaumont-en-Vexin.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Communauté de communes du pays de Thelle, créée en 1996.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[8], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités, et en particulier de la communauté de communes du Pays de Thelle et de la communauté de communes la Ruraloise, formant ainsi une intercommunalité de 42 communes et de 59 626 habitants[9],[10].

Les communes de Noailles, Berthecourt, Ponchon ont alors fait part, sans succès[11], de leur souhait de rejoindre la Communauté d'agglomération du Beauvaisis (CAB), mais le président de la CCPT a rappelé que la fusion devait se réaliser « bloc à bloc », que la scission impliquait l'abandon des services assurés par l'intercommunalité à ces communes et que Caroline Cayeux, présidente de la CAB a indiqué que la CAB ne s'ouvrirait à aucune commune dissidente[12].

La nouvelle intercommunalité, dont est membre la commune et dénommée provisoirement Communauté de communes du Pays de Thelle et Ruraloise, est créée par un arrêté préfectoral du qui a pris effet le [13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Pierre Nuc DVD[14]  
mars 2008[1] en cours
(au 29 janvier 2017)
Laurent Serruys SE Réélu pour le mandat 2014-2020[15],[16]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 648 habitants, en augmentation de 5,04 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
407 465 441 449 450 472 462 487 460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
469 530 538 551 562 588 602 646 624
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
591 624 659 686 725 726 687 693 768
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
777 947 986 981 1 153 1 355 1 552 1 633 1 648
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,4 %, 15 à 29 ans = 16,8 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 15,4 %) ;
  • 51,4 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 18,1 %, 30 à 44 ans = 23,5 %, 45 à 59 ans = 17,8 %, plus de 60 ans = 19 %).
Pyramide des âges à Berthecourt en 2007 en pourcentage[20]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,5 
4,1 
75 à 89 ans
6,1 
10,9 
60 à 74 ans
11,4 
20,8 
45 à 59 ans
17,8 
23,6 
30 à 44 ans
23,5 
16,8 
15 à 29 ans
18,1 
23,4 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune compte une école maternelle et primaire construite en 2004 et qui scolarise à la rentrée 2016-2017 182 élèves, comprenant un centre périscolaire avec cantine et centre de loisirs[22].

Culture[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes accueille régulièrement des séances de cinéma rural, et les habitants utilisent par ailleurs des équipements d'Hermes, tels que sa bibliothèque municipale[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Le village compte en 2016 plusieurs commerces de proximité : une boulangerie-pâtisserie, un fleuriste, une épicerie de proximité ainsi qu’une grande surface, un bar-tabac ainsi que des artisans : un salon de coiffure, deux garages, un salon de toilettage canin, une pension pour chiens.

Quelques entreprises existent également  : un électricien, un service de pompes funèbres, une entreprise de fabrication d’objets publicitaires ainsi qu’une entreprise fabriquant des pièces à base de matières plastiques[1].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin.

Berthecourt ne compte aucun monument historique classé ou inscrit sur son territoire. On peut néanmoins noter :

Bâtie pour l'essentiel au XVIe siècle, l'église n'affiche aucun style particulier, et sa volumétrie est atypique. La rareté de l'ornementation rend problématique la datation précise des différents éléments. Au moins une partie du mur du bas-côté remonte au XIIe siècle, et conserve de cette époque une petite fenêtre en plein cintre aux claveaux appareillés. La disposition du chevet plat, épaulé par deux contreforts en plus des contreforts d'angle, et percé de trois fenêtres bien espacées (dont celle du bas-côté bouchée) permet de penser que l'actuelle nef est issue de la réunion de la nef initiale, plus étroite, avec son bas-côté sud.
Les fenêtres sont généralement des lancettes simples en arc brisé, largement ébrasées du côté du chevet et au nord-ouest, et de taille pas toujours égale. La fenêtre sud-ouest (occidentale) du bas-côté et les baies du clocher bâti entre 1722 et 1737 sont en plein cintre ; aucune n'est pourvue d'un remplage. La grande fenêtre de la façade en a peut-être possédé au début ; c'est la seule qui est modestement décorée, en l'occurrence par un bandeau en forme de sourcil.
Une autre particularité de l'église est l'absence d'éléments permettant de constater une subdivision de la nef en travées. Le mur gouttereau sud-est comporte en effet quatre fenêtres, et trois contreforts intermédiaires, ce qui suggère quatre travées ; or, le nombre d'arcades vers le bas-côté est également de quatre, alors que le bas-côté n'atteint que la moitié de la longueur de la nef, et compte lui-même trois voûtes. Ces dernières ont apparemment été refaites, et les arcades en tiers-point non décorées et simplement chanfreinées sont loin d'évoquer le XVIe siècle[23].
  • Stèle commémorant la fusillade de sept membres d’un commando britannique le 9 août 1944, dans le bois de Parisis-Fontaine[3]. .
  • Château de Berthecourt : belle demeure restaurée au XXe siècle, située à côté de l'église[3].
  • Ancienne mairie, édifice situé sur un carrefour.
  • Château de Parisis-Fontaine construit aux XVIIIe siècle et XIXe siècle, propriété privée[3].
  • Chapelle de Parisis-Fontaine, fondée en 1220 par Jean de Mouy, évêque de Beauvais[3].
  • Maison à colombages, au hameau de Parisis-Fontaine[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries : écartelé au 1 et au 4 d'azur à trois fleurs de lis d'or, au 2 et au 3 d'argent à trois lions de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Alice Ancelin, « Berthecourt, jadis grand transformateur de bois : Huitième opus de notre série d’articles consacrés aux villages de la Communauté de communes du Pays de Thelle et de la Ruraloise qui vont fusionner », L'Observateur de Beauvais, no 960,‎ , p. 18.
  2. Communes limitrophes de Berthecourt sur Géoportail.
  3. a, b, c, d, e et f « Présentation de la commune », Commune de Berthecourt (consulté le 25 février 2017).
  4. Tous les noms cités ci-dessus sont tirés des archives, soit de la bibliothèque nationale soit des archives départementales ou sur les archives des abbayes et châteaux.
  5. « Le God save the Queen a résonné », L'Observateur de Beauvais, no 963,‎ , p. 29 « Ce , une cérémonie a eu lieu devant la stèle pour commémorer le 32e anniversaire de son inauguration, en présence de membres des conseils municipaux de Berthecourt, Ponchon et Noailles, d'anciens combattants de ces trois communes et d'une délégation de vétérans anglais ayant fait spécialement le voyage. L’on notait également la présence de Geneviève Le Berre, figure emblématique de la résistance dans le Noaillais ».
  6. Corinne Fourcin, « Berthecourt-Hermes : des vœux communs en attendant la fusion ? », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  9. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  10. D. L., « Oise : six collectivités fusionnent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  11. R. TH, « La fusion des communautés de communes est définitive : Au , le département comptera six communautés de communes plus vastes nées de fusion avec une intercommunalité voisine. Voici les frontières validées », L'Observateur de Beauvais,‎ , p. 6 (ISSN 1287-7565) « Les 6 projets de fusion de communautés de communes ou d’agglomération ont tous recueilli une majorité favorable ; ils pourront ainsi tous être conduits à leur terme. Les communes de la communauté de communes du Pays de Thelle opposées à la fusion avec l’intercommunalité “La Rural’Oise” et plutôt favorable à une intégration à la Communauté d’Agglomération du Beauvaisis n’ont donc pas eu gain de cause malgré leur fronde ».
  12. « Scission au Pays de Thelle : le président J. F. Mancel répond : Alors que plusieurs communes veulent quitter la communauté de communes du Pays de Thelle ( CCPT) pour rejoindre l’Agglo du Beauvaisis, le président de la CCPT, Jean- François Mancel, balaie cette éventualité », L'Observateur de Beauvais, no 937,‎ , p. 22.
  13. « CC du Pays de Thelle et Ruraloise (N° SIREN : 200067973) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, .
  14. EIP, Annuaire des Mairies de l'Oise (60), Cannes, Les Éditions Céline, coll. « Annuaire des maires de France », , 254 p. (ISBN 9782352581604, lire en ligne), p. 38
  15. « Berthecourt : Laurent Serruys dévoile sa liste », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « A 48 ans, Laurent Serruys brigue un deuxième mandat à la tête de Berthecourt, commune de 1 600 âmes. Le premier fut assez houleux ».
  16. « Fiche commune : Berthecourt », Union des maires de l'Oise (consulté le 24 août 2014)
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. « Évolution et structure de la population à Berthecourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 13 novembre 2010)
  22. « Rentrée sereine mais avec le plan vigipirate à gérer : Les 182 écoliers de la commune ont effectué une rentrée sereine. L’application des consignes de sécurité a toutefois compliqué les entrées et sorties de l’école », L'Observateur de Beauvais, no 966,‎ , p. 27.
  23. Dominique Vermand, Églises de l'Oise : Canton de Noailles, Pays de Bray, Pays de Thelle et Vallée de Thérain, Beauvais, s.d., 32 p., p. 6-7.