Domfront (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Domfront
Domfront (Oise)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Picard
Maire
Mandat
Christophe Carré
2020-2026
Code postal 60420
Code commune 60200
Démographie
Gentilé Domfrontais, Domfrontaises
Population
municipale
311 hab. (2017 en diminution de 8,26 % par rapport à 2012)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 14″ nord, 2° 33′ 22″ est
Altitude Min. 67 m
Max. 95 m
Superficie 2,76 km2
Élections
Départementales Canton d'Estrées-Saint-Denis
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Domfront
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Domfront
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Domfront
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Domfront

Domfront est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Domfrontais et les Domfrontaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Donfront est un village situé dans le département de l'Oise mais limitrophe de celui de la Somme, situé à 6 km au sud de Montdidier, à 39 km au nord-est de Beauvais et 36 km au sud-est d'Amiens.

Domfront est traversée par la ligne d'Ormoy-Villers à Boves, dont la station la plus proche est la gare de Montdidier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Domfront
Royaucourt Rubescourt
Somme
Dompierre Domfront
Godenvillers Le Ployron

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par les Trois Doms, une rivière sous-affluent du fleuve côtier la Somme par l'Avre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est attesté sous les formes Domfrond Donsfront, Donfront; Donffront (Domnus frons , Domus Frontonis)[1].

L'église catholique, avant d'utiliser sanctus pour honorer les saints, a longtemps utilisé dans ce but le latin dominus (seigneur). Dominus aboutit à Dom-.

Front était le nom d'un saint honoré localement : Domfront signifie donc "Saint-Front", lieu où l'on vénérait saint Front.

En règle générale, les noms en Dom- sont plus anciens que les noms en Saint- .

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1840 existait un moulin à vent[1]

En 1841 est fondé dans une ancienne sucrerie par Victorine Du Puy la congrégation de la Compassion, qui ouvre en 1850 un lieu d'accueil pour les enfants et les vieillards pauvres de la campagne, devenu depuis une maison de l'enfance et un Ehpad de 158 lits où vivent plus de la moitié des habitants de la commune. Sa gestion a été abandonnée par les religieuses en 1990[2],[3],[4].

En 1847, par ordonnance royale, l’église de Domfront est érigée et, le 27 mai de la même année, l’abbé Cartier est nommé curé de Domfront et aumônier de l’hospice. Le 29 août 1855, un décret impérial reconnaît légalement la congrégation[3].

La commune disposait autrefois de la gare de Domfront-la-Compassion, sur la ligne d'Ormoy-Villers à Boves.

Première Guerre mondiale

À la fin de la guerre, le village a subi d'importantes destructions[5] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1926 dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Maignelay-Montigny[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton d'Estrées-Saint-Denis.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Plateau Picard, créée fin 1999.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1989 Guy Carré   agriculteur
mars 1989 mars 2008 Guy Smajda PS[8] retraité
mars 2008 En cours
(au 12 février 2020[9])
Christophe Carré   agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2017, la commune comptait 311 habitants[Note 1], en diminution de 8,26 % par rapport à 2012 (Oise : +1,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
145158183173195187182195239
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
274286274257270261290271333
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
309292336103141199259215306
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
313306317320287303307335325
2017 - - - - - - - -
311--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune a la population parmi les plus pauvres du département, en raison de la présence de nombreuses personnes âges résidant dans la maison de retraite et disposant de peu de ressources[14],[2].

Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (50,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (61,1 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 38,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,6 %, 15 à 29 ans = 8,4 %, 30 à 44 ans = 17,2 %, 45 à 59 ans = 11,3 %, plus de 60 ans = 43,5 %) ;
  • 61,1 % de femmes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 10,3 %, 30 à 44 ans = 8,3 %, 45 à 59 ans = 4,6 %, plus de 60 ans = 55,6 %).
Pyramide des âges à Domfront en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
3,3 
90  ans ou +
12,2 
18,0 
75 à 89 ans
29,5 
22,2 
60 à 74 ans
13,9 
11,3 
45 à 59 ans
4,6 
17,2 
30 à 44 ans
8,3 
8,4 
15 à 29 ans
10,3 
19,6 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Santé[modifier | modifier le code]

La commune accueille dans les anciens bâtiments de la Congrégation des sœurs Notre-Dame-de-la-Compassion un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) créé en 1990[2],[17].

La commune accueille également une maison d'ebfants à caractère social (MECS) gérée par l'association Temps de vie[18].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune rurale accueillait 110 emplois grâce notamment à la maison de l'enfance et à la maison de retraite[14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Front : édifice du XXe siècle reconstruit en brique.
  • Congrégation des sœurs Notre-Dame-de-la-Compassion : ensemble de bâtiments du XIXe siècle en brique abritant une petite chapelle et une horloge. Elle est occupée par une maison de retraite[19].
  • Calvaire, au croisement des rues Raineval, de Royaucourt et de Godenvillers.
  • Parc de loisirs Loisirmania, doté de jeux et animations en tous genres et implanté dans la verdure sur deux hectares, au lieu-dit Clos-du-Pont, entre Domfront et Godenvillers[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Victorine du Puy, née le 7 février 1797 dans une fratrie de six enfants. Cette famille, originaire du Limousin, est venue s’installer dans la commune en 1816, pour gérer le domaine de Domfront, qui appartenait alors à une tante. Elle y crée la congrégatuon des sœurs de la compassion. Le 21 novembre 1855 de la même année, Victorine du Puy porte officiellement les habits religieux et devient supérieure à vie, sous le nom de mère Marie de la Compassion. Elle meurt le [3]
  • Louis Hélié, Résistant né en 1889 à Domfront et mort à Paris le [réf. nécessaire].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Maignelay - Arrondissement de Clermont (Oise) : Extrait de l'Annuaire de 1839, 114 p. (lire en ligne), p. 37, sur Google books.
  2. a b et c « Domfront : la maison de retraite, le cœur de ce village hors-norme », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2020).
  3. a b et c Lucien Djani, « La Compassion, à Domfront, une maison fondée en 1841 : L’établissement a été fondé par Victorine du Puy en décembre 1841. Il accueille aujourd’hui 160 personnes âgées dépendantes », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2020).
  4. « Le 50e anniversaire de la fusion des congrégations de la Compassion et 60 ans de vie religieuse fêtés à Domfront : Sœur Aurore Rueda a été saluée pour son dévouement religieux pendant six décennies. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2020).
  5. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  6. Journal officiel du 24 février 1921, p. 2475.
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Annuaire des Mairies de l'Oise (60), EIP (ISBN 978-2-35258-160-4, lire en ligne)
  9. « Christophe Carré de nouveau candidat », Le Bonhomme picard, édition Breteuil Crèvecœur, no 3589,‎ , p. 12.
  10. « Le visage de vos nouveaux élus », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3284,‎ , p. 29 (ISSN 1144-5092)
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  14. a et b F. I., « La moitié des habitants vit en maison de retraite » : Christophe Carré, maire de Domfront », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2020).
  15. « Évolution et structure de la population à Domfront en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  17. Lucien Djani, « L'Ephad de La Compassion à Domfront fête ses 30 ans : L’ancienne congrégation religieuse fondée en 1841 est devenue un Ehpad de 160 résidents. En 2020, elle fête les 30 ans de sa transformation. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2020).
  18. « M.E.C.S. DE DOMFRONT », sur https://annuaire.action-sociale.org (consulté le 16 février 2020).
  19. Site de la résidence de la compassion de Domfront
  20. « Un havre de fraîcheur et de loisirs, sur 20 000 m2 à Domfront: Loisir Mania : Ce parc d’attractions atypique se situe rue de Godenvillers. L’ensemble de ses activités- karting à pédales, mini-golf, manoir hanté, trampoline…- est accessible pour 6 euros seulement. », Le Courrier picard,‎ .