Romescamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Romescamps
La mairie de Romescamps.
La mairie de Romescamps.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Grandvilliers
Intercommunalité Communauté de communes de la Picardie Verte
Maire
Mandat
Jacques Peigné
2014-2020
Code postal 60220
Code commune 60545
Démographie
Population
municipale
567 hab. (2012)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 43″ N 1° 48′ 20″ E / 49.7119, 1.805649° 42′ 43″ Nord 1° 48′ 20″ Est / 49.7119, 1.8056  
Altitude Min. 174 m – Max. 217 m
Superficie 10,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Romescamps

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Romescamps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Romescamps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Romescamps

Romescamps est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La grande rue de Romescamps.

La commune de Romescamps se situe à l'extrémité ouest du département de l'Oise, en bordure du département de la Somme. Le village est situé à 10 km au nord-est de Formerie. Le relief est peu marqué, l'altitude varie entre 174 et 217 m.

Le centre est bâti sur le schéma type du village-rue que l'on retrouve dans la Picardie Verte[1] : les habitations sont réparties de part et d'autre de l'ancienne route nationale 319 aujourd'hui départementale 392 qui relie Abancourt à Poix-de-Picardie, formant ainsi l'axe principal du village. Ces habitations sont souvent mitoyennes.

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Carroix.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Gourchelles Escles-Saint-Pierre Fouilloy Rose des vents
Lannoy-Cuillère N Hescamps
O    Romescamps    E
S
Abancourt Moliens Saint-Thibault

Climat[modifier | modifier le code]

Données générales[modifier | modifier le code]

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Formerie[2] 1650 657 17 18 54
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Climat de la Picardie[modifier | modifier le code]

Données météorologiques dans l'Oise de 1961 à 1990[3]
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Températures minimales (°C) 1 1,1 2,7 4,4 7,6 10,3 12,2 12,2 10,4 7,7 3,9 1,8 6,3
Températures maximales (°C) 5,6 6,5 9,4 12,4 16,2 18,9 21,0 21,3 18,9 14,8 9,4 6,5 13,4
Températures moyennes (°C) 3,3 3,8 6,0 8,4 11,9 14,6 16,6 16,7 14,7 11,3 6,7 4,2 9,8
Ensoleillement (h) 52,6 81,3 114,0 165,6 199,0 209,7 215,4 207,8 151,5 113,7 74,4 47,5 1637,9
Pluviométrie (mm) 59,2 48,3 55,0 48,1 53,6 61,8 57,4 57 68 71,8 81,2 70,2 731,5

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1190, Romescamps s'appelait Romiscans.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Romescamps.

La commune d'Abancourt est rattachée à Romescamps[4] entre 1791 à 1823.

À la suite de la Première Guerre mondiale, Romescamps reçoit la Croix de guerre 1914-1918[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1977 Roger Cocu    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Sanguy Bocquet    
mars 2008 2014 Jacques Magnier    
mars 2014 en cours
(au 9 avril 2014)
Jacques Peigné[6]    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Romescamps fait partie, comme quatre-vingt-huit autres communes, de la Communauté de communes de la Picardie Verte qui correspond l'ensemble des communes des cantons de Formerie, Grandvilliers et Marseille en Beauvaisis, ainsi que certaines communes du canton de Songeons.

La commune fait également partie du « Grand Beauvaisis », l'un des seize pays a constituer le « Pays de Picardie ».

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le budget municipal principal 2006 totalisait 316 000 euros d'investissement et 287 000 euros de fonctionnement[7].

La taxe d'habitation prélevée par la commune était en 2006 de 12,09 %, la taxe foncière sur les propriétés bâties était de 13,48 % et la taxe professionnelle de 7,32 %[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

En 1999, 70,1 % des résidents de la commune étaient propriétaires de leurs logements (contre 26,0 % pour le département) et 49,3 % étaient locataires (contre 35,8 %)[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 567 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 102 1 339 1 329 1 311 877 908 902 861 856
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
825 755 728 651 648 618 566 546 514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
510 505 506 500 457 463 423 515 469
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
468 499 457 406 439 482 520 530 567
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,1 %, 15 à 29 ans = 19,7 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 15,1 %, plus de 60 ans = 18,9 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 22,1 %, 15 à 29 ans = 21,4 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 12,5 %, plus de 60 ans = 22,5 %).
Pyramide des âges à Romescamps en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,1 
5,8 
75 à 89 ans
6,6 
13,1 
60 à 74 ans
14,8 
15,1 
45 à 59 ans
12,5 
21,2 
30 à 44 ans
21,4 
19,7 
15 à 29 ans
21,4 
25,1 
0 à 14 ans
22,1 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste.

Romescamps compte une église paroissiale, Saint-Jean-Baptiste, datant du XIIIe siècle dont le lutrin[14] et les fonts baptismaux[15] sont répertoriés aux monuments historiques.

La ville compte également un monument aux morts de la Première Guerre mondiale, ainsi que plusieurs plaques commémoratives à l'intérieur et à l'extérieur de l'église. Le cimetière, situé à côté de l'église, comporte un carré militaire de militaires du Commonwealth morts lors de la seconde guerre mondiale[16].

Équipements ou services[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

  1. Par la route : D919 (ex Route nationale 319)
  2. Par le train : Gare de Formerie TER Haute-Normandie et TER Picardie et Ligne Amiens - Rouen
  3. Par avion : à 35 km de l'Aéroport de Paris Beauvais Tillé

Service public[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire Roger Cocu.

Romescamps ne possède aucun service public, hormis la mairie et le groupe scolaire, ni commerce.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]