Airion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Airion
Airion
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Intercommunalité CC du Plateau Picard
Maire
Mandat
Sandrine Boulas-Dretz
2020-2026
Code postal 60600
Code commune 60008
Démographie
Gentilé Airionnais, Airionnaises
Population
municipale
378 hab. (2019 en diminution de 13,3 % par rapport à 2013)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 32″ nord, 2° 24′ 51″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 131 m
Superficie 6,73 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Just-en-Chaussée
Législatives 7e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Airion
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Airion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Airion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Airion
Liens
Site web https://www.mairieairion.fr/

Airion est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Airionnais et les Airionnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Vue générale du village depuis la rue d'Étouy.

Le village d'Airion est situé à 63 km au nord de Paris, 24 km à l'est de Beauvais, 30 km à l'ouest de Compiègne et 53 km au sud d'Amiens[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Airion
Étouy Avrechy Lamécourt
Agnetz Airion Erquery
Fitz-James

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal s'étend entre 54 et 131 mètres au-dessus du niveau de la mer. La mairie se situe à 62 mètres d'altitude. Le point le plus bas se situe dans l'aval du cours de l'Arré, au niveau du hameau du Haras de Fitz-James alors que le point le plus élevé se trouve à la limite nord-ouest de la commune avec Avrechy, à la lisière du bois des Moines. Le hameau du Haras de Fitz-James se trouve à 79 mètres, le Chalet d'Airion à 68 mètres et l'auberge de Bel-Air à 107 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le territoire possède de nombreux vallons creusés dans le plateau picard : la vallée de l'Arré, la plus large, abrite tous les lieux habités de la commune excepté l'auberge de Bel-Air, sur le plateau. D'autres signes du vallonnement sont présents à l'ouest (vallée Notre-Dame) ou à l'est du village (vallée Jaune)[2].

La craie est à nu sur les pentes des coteaux de la vallée de l'Arré. Les terres sont douces et les cailloux sont brisés en petits fragments, tel qu'on le voit entre Erquery et Airion[3]. Des alluvions modernes tapissent la vallée de l'Arré. À l'est de la route de Clermont à Saint-Just-en-Chaussée, depuis Fitz-James jusqu'à Airion, on trouve un dépôt meuble limoneux, très argileux[4]. La commune se situe en zone de sismicité 1, c'est-à-dire très faiblement exposée à ce risque[5].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Arré depuis le pont de la rue de l'Église.

L'Arré (Araia) ou rivière de Warty (XVIe siècle), affluent de la Brêche, prend sa source à Saint-Just-en-Chaussée arrose Avrechy, Airion, Fitz-James, coule dans l'ancien lit de l'étang de Cressy (ou Crécy) et se jette dans la Brêche à Ramecourt[6]. Entrant par le nord de la commune au lieu-dit « le Plareu », elle se divise ensuite en deux bras au hameau du « Chalet d'Airion ». Le bras Est se dirige à l'est pour rejoindre la station d'épuration communale puis longe la rue du moulin avant de rencontrer le bras ouest. La rivière franchit alors le pont de la rue de l'Église. Après avoir traversé le village, la rivière se sépare de nouveau en deux bras parallèles au lieu-dit « la Cressonnière » : le bras ouest passe à proximité de l'étang de Crécy, et le bras est coule au pied du hameau du Haras de Fitz-James. Les deux bras se réunissent avant le pont du hameau Haras du Fitz-James avant de rejoindre la commune d'Agnetz. Le seul élément lacustre situé sur le territoire est l'étang de Crécy, entre Airion et le Haras de Fitz-James. Une station d'épuration ainsi qu'un réservoir sont installés sur le territoire[2]. Les zones les moins élevés du territoire, au fond de la vallée de l'Arré, se situent au-dessus de plusieurs nappes phréatiques sous-affleurantes[7].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La l'ancienne route nationale 16 reliant Paris à Dunkerque, depuis le carrefour du chemin d'Erquery.

L'axe principal traversant la commune est l'ancienne route nationale 16 reliant Paris à Dunkerque et déclassée depuis sous le nom de RD 916. Parcourant la commune du nord au sud, elle relie également les villes de Clermont au sud et de Saint-Just-en-Chaussée au nord mais aussi les villes de Creil et d'Amiens[2]. Autrefois, depuis Clermont, cette ancienne route royale passait déjà par le château de Fitz-James, à l'est de la vallée de l'Arré puis par Argenlieu (itinéraire actuel). La route était plantée d'arbres fruitiers, pommiers et poiriers, et de quelques peupliers. Des hêtres et des ormes bordaient la chaussée sur le territoire d'Airion. La section de Fitz-James à Argenlieu date des premières années du XVIIIe siècle. On peut encore y voir, de part et d'autre, quelques bornes royales numérotées sur ce tronçon[8]. Deux accès au village sont possibles depuis la route, la route départementale 58 (D58) rejoignant le bourg depuis le sud et la rue du Château-d'Eau depuis le nord. La route départementale D 58, allant de Saint-Just-en-Chaussée à la D 916 au sud d'Airion traverse la commune par la vallée de l'Arré et le village. Passant à proximité du lycée agricole dès son arrivée sur le territoire, elle traverse le village par la seule rue d'En Haut et rejoint la D 916 au sud de la commune. Une autre route communale partant de la rue d'En Haut traverse le village par la rue de l'église, la grande rue et la rue d'Étouy pour rejoindre le hameau de Ronquerolles, situé au sud-ouest de la commune et dépendant d'Agnetz[2].

Les gares les plus proches d'Airion sont celles d'Avrechy à 2,6 km au nord et de Clermont-de-l'Oise à 4,4 km au sud, desservies par des trains TER de la ligne TER Hauts-de-France de Paris-Nord à Amiens[1]. toutes deux situées sur la ligne Paris-Nord - Lille. Le tracé de cette ligne ferroviaire traverse toutefois la commune du nord au sud mais sans aucune desserte[2].

Le réseau des cars interurbains de l'Oise, exploité par Kéolis Oise, dessert la commune par une ligne de transport scolaire rejoignant les établissements secondaires de la région de Clermont. Elle ne fonctionne que du lundi au vendredi, un service limité étant en plus proposé le samedi en période scolaire[9]. La commune fait partie du réseau TADAM, service de transport collectif à la demande, mis en place à titre expérimental par la communauté de communes du Plateau Picard. Elle est reliée à l'un des 8 points de destination situés à Saint-Just-en-Chaussée, Maignelay-Montigny, La Neuville-Roy et Tricot au départ des 98 points d'origine du territoire[10].

La commune d'Airion se trouve à 22,4 km à l'ouest de l'aéroport de Beauvais-Tillé et à 47,4 km au nord de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle[1].

Le sentier de grande randonnée 124A, reliant le GR124 à Litz et se terminant à Orrouy traverse le territoire. Depuis la commune voisine d'Étouy, à l'ouest, son itinéraire passe par la rue du même nom, la Grande Rue, la rue de l'Église puis quitte la commune en se dirigeant vers l'est en direction de Lamécourt en passant proche du bois des Moines[2]. Le circuit no 7 du GEP Centre Oise, nommé « circuit des Deux Vallées », débutant d'Étouy suit le même itinéraire jusqu'à l'église paroissiale où il quitte le village par le sud. L'itinéraire rejoint ensuite le hameau du Haras de Fitz-James avant revenir à Étouy par Ronquerolles[11].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[12]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[13].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[12]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 678 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[16] complétée par des études régionales[17] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et en service de 1989 à 2011 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques[18]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records AIRION (60) - alt : 71 m 49° 25′ 48″ N, 2° 25′ 00″ E
Statistiques établies sur la période 1989-2010 - Records établis sur la période du 01-03-1989 au 31-01-2011
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,2 1,3 2,9 4,2 7,8 10,3 12,4 12,3 9,6 7,3 3,8 1,3 6,2
Température moyenne (°C) 4 4,8 7,6 9,7 13,6 16,2 18,5 18,6 15,2 11,7 7,1 3,9 10,9
Température maximale moyenne (°C) 6,8 8,3 12,2 15,1 19,3 22 24,6 24,9 20,8 16 10,4 6,6 15,6
Record de froid (°C)
date du record
−15,9
10.01.09
−13
07.02.1991
−9,8
01.03.05
−4,8
08.04.03
−1,6
07.05.1997
0
05.06.1991
3,4
04.07.1990
3,4
24.08.1993
−0,2
27.09.1990
−5,7
28.10.03
−11,2
24.11.1998
−12,8
21.12.09
−15,9
2009
Record de chaleur (°C)
date du record
17
27.01.03
20,1
24.02.1990
23,3
17.03.1990
27
15.04.07
32,4
27.05.05
33,7
26.06.01
36,5
19.07.06
38,5
12.08.03
31
04.09.05
26,8
12.10.1990
19,6
03.11.1993
17
07.12.00
38,5
2003
Précipitations (mm) 52,4 48,3 48,8 52,2 53,3 56,4 56 58,9 49,7 61,1 57,4 69 663,5
Source : « Fiche 60008001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Le bois marécageux des Petites Aunes, au sud du village.

Hormis les zones urbanisées qui couvrent 33 hectares, soit 5 % du territoire, les cultures sont présentes sur près de 70 % de la superficie communale (477 hectares). Les espaces boisés rassemblent 22,4 % de la surface sur 153 hectares, que l'on trouve au bois des Moines et au fond de la vallée de l'Arré. Les vergers et prairies rassemblent 16 hectares et les espaces herbacés humides s'étendent sur 3 hectares[19],[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Airion est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[20],[21],[22].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire regroupe 1 929 communes[23],[24].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (79,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (69,6 %), forêts (20,9 %), zones agricoles hétérogènes (5,9 %), zones urbanisées (3,6 %)[25].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[26].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune d'Airion possède quatre hameaux et lieux-dits habités[2]:

  • Airion, au centre du territoire ;
  • le Haras de Fitz-James, au sud ;
  • le Châlet d'Airion, au nord du village ;
  • la ferme Bel-Air, le long de la route départementale 916

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 187, alors qu'il était de 172 en 2013 et de 171 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 84,5 % étaient des résidences principales, 3,2 % des résidences secondaires et 12,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 93,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 4,8 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Airion en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (3,2 %) supérieure à celle du département (2,5 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 86,7 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (89,4 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Airion en 2018.
Typologie Airion[I 1] Oise[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 84,5 90,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 3,2 2,5 9,7
Logements vacants (en %) 12,3 7,1 8,2

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, le séjour d'Airion était divisé en deux agglomérations séparés par la rivière de l'Arré : sur la rive gauche, dans la rue de la Cressonnière et la Grande Rue ou rue d'En-Bas, étaient groupées une trentaine de maisons. Sur la rive droite, une quinzaine d'habitations étaient disséminées autour de l'église[a 1]. Le Bel-Air était une auberge, déjà transformée en ferme, sur la route nationale de Paris à Dunkerque. Le Point-du-jour, autre auberge bâtie en 1833, au sud de Bel-Air, a disparu. Le hameau du Bois Saint-Ladre, qui se trouvait entre Airion et Erquery, n'existe plus. Il en est de même pour la Cleutrie, autre hameau qui était sur la pente du coteau au-dessous de Bel-Air. Le hameau de Crécy ou Cressy était un écart situé dans la vallée de l'Arré, jusqu'au XIVe siècle[a 2]. Entre Airion et Saint-Rémy-l'abbaye (commune d'Agnetz), sur le coteau qui s'étend sur la rive droite de l'Arré, s'éleva jusqu'au XIVe siècle la paroisse de Reuil-sur-Arré[a 3]. Aujourd'hui, le village est réuni en une agglomération et le hameau du Haras de Fitz-James a été en partie créé sur le coteau est de l'Arré[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune a porté plusieurs noms au cours de son histoire : Arion au XIIe siècle, plus tard Érion, Ayrion. Ce village a tiré son nom soit de sa position sur la rivière de l'Arré, soit de sa situation dans une vallée marécageuse cultivée en « aires », c'est-à-dire jardinages et pépinières[a 4].

Une troisième origine du nom d'Airion aurait rapport avec une légende sur la forte inclinaison du clocher de l'église paroissiale. Un voyageur cheminait sur son baudet, en hiver. La nuit arriva vite et une avalanche de neige vint couvrir la terre mais aussi combler vallées et ravins. Le voyageur, perdu dans la tourmente, cheminait dans la neige sur sa monture harassée, jusqu'au moment où le pauvre animal ne voulant pas aller plus loin, son maître l'attacha à une tige qui dépassait un peu de la neige. Tout à coup survient un brusque changement de temps : une pluie battante tombe à torrents pendant plusieurs heures et il ne reste plus trace de la neige amoncelée. Neige et pluie étant survenues pendant la nuit, les villageois qui sortirent à l'aube de leurs chaumières ne se doutèrent nullement de ce qui s'était passé. Quelle ne fut pas la surprise des habitants lorsqu'ils aperçurent, pendu à une tige de fer qui surmontait leur église un âne. Tous furent bientôt réunis au pied de l'église, avec leurs exclamations et leurs rires en patois picard : « Érions, érions ». Lorsque l'animal était décroché, et depuis ce temps, le clocher de la paroisse était fortement incliné vers le sud. Le bruit de l'aventure ne tarda pas à se répandre dans la contrée et les habitants du village firent entendre à leurs voisins qu'« Érions » était le nom de leur village[a 5].

L'ancienne paroisse de {Reuil-sur-Arré s'appelait également Rueuil-sur-Aire venant du latin Ruolium[a 3]. L'écart de Crécy se nommait aussi |Cressy[a 2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

À l'emplacement de l'ancienne voie romaine venant de Beauvais à l'étang de Cressy ont été retrouvés des sarcophages datant du Moyen Âge[27].

La seigneurie d'Airion appartient d'abord à une famille à laquelle Airion a donné son nom : on n'en connait qu'un unique représentant, Jean d'Airion, qui vivait entre 1197 et 1218. Le château est sans doute ruiné dans le cours du XIIIe siècle, car en 1280, le comte de Clermont achète la motte d'Airion moyennant la somme de 20 livres. On ignore par quels événements la motte et seigneurie d'Airion sont sortis des mains des comtes de Clermont. En 1373, elle était à Charles de Campremy, écuyer, dont la famille la possède encore pendant un siècle[a 1].

Airion, comme toutes les localités de la vallée de l'Arré, a beaucoup souffert pendant la guerre de Cent Ans et notamment pendant la captivité du roi Jean II. Le chapitre de Clermont y avait un certain nombre de maisons dans lesquelles demeuraient des hôtes. Toutes sont brûlées et les revenus qu'en tirait le chapitre furent réduits à presque rien. Entre Airion et Saint-Rémy-l'Abbaye, sur le coteau qui s'étend sur la rive droite de l'Arré, s'étendait jusqu'au XIVe siècle la paroisse de Reuil-sur-Arré, dont dépendait le hameau de Crécy. Ce village, qui, avec Crécy, comptait 150 habitants en 1313, est presque totalement détruit pendant la guerre de Cent Ans[a 3].

L'étang de Crécy était un écart dans la vallée de l'Arré, à la limite méridionale du territoire d'Airion touchants aux territoires d'Agnetz et de Fitz-James. En cet endroit se trouve, jusqu'au XIVe siècle, le hameau de Crécy ou Cressy, qui est détruit pendant la guerre de Cent Ans.

À la fin du XIVe siècle, le sire de Noris, intendant général de Louis II de Bourbon, comte de Clermont, aménage à Crécy un étang qui ne serait pas de moindre étendue que celui de Gouvieux, considéré comme le plus grand de la contrée). Mais Raoul de Flavy, seigneur de Ronquerolles, et Jeanne de Campremy, dame d'Airion, ayant des droits sur la rivière, soit sur les terres que devait occuper l'étang. Il fallut les leurs racheter en 1394 et 1407[a 6].

La paroisse d'Airion, autrefois placée sous l'invocation de Notre-Dame, avec Sainte-Anne comme seconde patronne, reconnait aujourd'hui Sainte-Anne comme unique patronne. Le curé était nommé par l'Abbaye Saint-Quentin de Beauvais, qui percevait les grosses dîmes du territoire[a 7].

En 1482 le fief d'Airion est relevé par Charles de Passi. Mais ce seigneur, ayant porté les armes en Bretagne contre le roi et le duc de Bourbon, son suzerain, voit ses biens confisqués par le duc qui en investit, en 1490, Hugues de Broyes, dit de Passi, frère de Charles. La terre d'Airion est acquise en 1547 par Pierre de la Bretonnière, seigneur de Warty (aujourd'hui Fitz-James), qui la réunit à sa terre de Warty, à laquelle elle demeura jointe depuis cette époque[a 7].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Ancienne borne de la route royale de Paris à Dunkerque le long de l'actuelle RD 916.

L'église de l'ancien village de Reuil-sur-Arré, dédiée à Notre-Dame, subsiste seule avec quelques maisons et continue, jusqu'au XVIIe siècle, à être desservie par un curé qui n'avait plus, en 1637, comme paroissiens que deux familles, celle du fermier de Saint-Rémy-l'Abbaye et du garde de l'étang de Crécy.

En 1615, les troupes du maréchal d'Ancre qui assiégent Clermont emportent la piscine des fonts baptismaux. En 1618, l'évêque, dans sa visite, trouve l'église absolument nue et délabrée.

En 1637, le curé demande la réduction de son église en chapelle. Il y eut à ce sujet quelques enquêtes : le prieur de Saint-Rémy, collecteur de la cure, donne son consentement à cette transformation, mais les princesses de Carignan et de Nemours, comtesses de Clermont, s'opposent à la disparition de la paroisse. En 1669, les comtesses sont condamnées à faire rebâtir l'église et le presbytère, à fournir les ornements et à doter convenablement le curé, ou à consentir à la réduction de l'église en chapelle. Enfin, une ordonnance de l'évêque de Beauvais du supprime la paroisse de Reuil, unissant la ferme de Saint-Rémy-l'Abbaye à la paroisse d'Agnetz, et la maison de l'étang de Crécy et l'emplacement du Reuil à celle d'Airion. L'église n'est démolie qu'en 1757[a 3].

Au XVIIe siècle, le seigneur de Warty voulant avoir aussi son étang, détruit un moulin qui se trouvait sur l'Arré et forme, en amont de la ferme, un étang.

Le duc de Fitz-James possédait alors à Airion, outre la ferme, le bois d'Airion, le bois Michaut. Le bois des Moines appartenait aux religieux de Sainte-Croix-sous-Offémont, seigneurs de Saint-Aubin-sous-Erquery[a 2]. L'étang de Crécy appartient, jusqu'à la Révolution française, au comté de Clermont-en-Beauvaisis. Il était empoissonné de carpes, et, au XVIIe, se pêchait de trois ans en trois ans. L'inondation du 21 au emporte une grande partie des berges, et une grande quantité de poissons sont entraînées mourir dans les prairies[a 3].

En 1789, le duc de Fitz-James était encore seigneur d'Airion[a 2]. Les habitants d'Airion rédigèrent cette même année un cahier de doléances. Ils décrivent leur condition dans les marais impraticables, les inondations, la difficulté de cultiver à cause du relief, ainsi que les fièvres fréquentes. Ils réclament de dessécher la vallée en pratiquant des tranchées, pour se garantir des maladies qu'ils subissent. Les députés de la paroisse à l'assemblée du bailliage de Clermont, sont Charles Morel de Théodore de Saint-Paul, laboureurs[a 8].

L'étang d'Airion a été asséché au commencement du XIXe siècle, et le moulin à eau rétabli[a 2].

Le village d'Airion était autrefois particulièrement malsain à cause des brouillards des marais voisins et surtout par suite de la proximité de deux étangs. À l'automne, les fièvres y sévissaient en l'état endémique. En 1780, une épidémie de suette miliaire et en 1828 une dysenterie épidémique ont atteint un grand nombre d'habitants. Depuis-lors, les anciens étangs ont été rendus à la culture, les marais sont plantés de bois et les fièvres ont complètement disparu[a 7].

En 1838, on comptait à Airion deux moulins à eau et une argilière[28]

En 1890, sauf une dizaine de personnes occupées au chemin de fer, la population d'Airion était entièrement agricole[a 2]. La population du chef-lieu était de 162 habitants, celle du hameau de l'étang de Crécy de 19 personnes, 2 habitants au lieu-dit le Moulin et 7 habitants à la ferme de Bel-Air[a 8].

Politique et Administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1942 dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Clermont[29]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Saint-Just-en-Chaussée

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la septième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Airion est membre de la communauté de communes du Plateau Picard, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1999 et auquel la commune a transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[30]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1793 Pierre Obry    
1793 1796 M. Duchêne    
1796 1799 J.B.Poulin    
1799 1803 Théodore de Saint Paul   laboureur
1803 1803 Charles Dumont    
1803 1806 Nicolas Recullez    
1806 1815 Eloy Guillaume    
1815 1821 Pierre Reculez    
1821 1830 Louis Guillaume    
1830 1848 Joseph Delaherche   cultivateur
1848 1865 Nicolas Poulain    
1865 1874 Henri Mahieux    
1874 1884 Sylvain Duchêne    
1884 1887 Constant Mauger    
1887 1902 Honoré Duchemin    
1902 1935 Georges Thouret    
1935 1945 Paul Delepoulle   agriculteur
1945 1959 Maurice Priez    
1959 1983 André Durlins    
1959 1983 André Durlins[31]    
mars 1983 mars 1989 Paul Morel[32]   Résistant, ingénieur à l'Institut national de l'environnement industriel et des risques
Chevalier de la Légion d'honneur
1989 13 avril 2002 Jacques Priem   Agriculteur
13 avril 2002 mars 2008 Noëlla Molina DVD[33]  
mars 2008 8 octobre 2012[34] Annick Gras   Démissionnaire
1er décembre 2012[35] 12 avril 2019[36],[37] Stéphane Lustofin   Contremaître forestier à la retraite
Décédé en cours de mandat
juin 2019[38] mai 2020 Yannick Jukiel   Responsable d’entreposage et contrôleur de gestion
mai 2020[39] En cours
(au 2 décembre 2020)
Sandrine Boulas-Dretz   Cadre au ministère de la cohésion des territoires

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Classe unique.
  • La commune d'Airion accueille le siège de l'EPLEFPA[C'est-à-dire ?] de l'Oise, comportant le lycée agricole de l'Oise, qui dispose d'une boutique de produits réalisés par les élèves[40]. Ce lycée agricole fusionne en 2021 avec celui de Ribécourt pour former un établissement départemental[41]
  • Lycées et collèges proches : Clermont-de-l'Oise, Saint-Just-en-Chaussée.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[43].

En 2019, la commune comptait 378 habitants[Note 6], en diminution de 13,3 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
136173215187196221227230262
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
240224242240219176190223243
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
230189189198191219196195183
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
175171205346474470505494436
2018 2019 - - - - - - -
383378-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,8 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 28,7 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 179 hommes pour 204 femmes, soit un taux de 53,26 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,11 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
2,0 
5,6 
75-89 ans
6,4 
21,2 
60-74 ans
22,1 
25,7 
45-59 ans
24,5 
14,5 
30-44 ans
14,2 
17,3 
15-29 ans
14,7 
15,6 
0-14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Anne : L'église, bâtie en pierres de taille, est un petit édifice de style gothique flamboyant avec quelques parties modernes: le clocher incliné[47], le chœur et le dessous du clocher ont seuls été voûtés au XVIe siècle, la nef est lambrissée.
    Ce qui présente le plus d'intérêt dans cette église, ce sont d'abord deux fragments de verrières du XVIe siècle. Dans la fenêtre du chevet de l'église est représentée l'Annonciation et dans une fenêtre de la nef de Conversion de Saint-Paul, avec cette inscription : Paule, Paule cure me Perse quere ?. Derrière le grand autel, une Passion en bois sculpté autrefois doré à nombreux personnages mérite d'être signalée; elle paraît être de la fin du XVe siècle[48]. L'église possède plusieurs objets classés au titre des monuments historiques[49],[50].
  • Calvaire, au bord de la D 158
  • Le monument aux morts
  • L'ancien haras de Fitz-James, aujourd'hui transformé en résidence

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gustave Hainsselin né à Airion en 1835. Ingénieur spécialisé dans la construction des ponts. Il utilisait un système nouveau à l'époque, consistant à faire usage de l'air comprimé pour refouler l'eau.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Airion Blason
Parti : au 1er de sinople à l'église d'agent accompagnée de quatre fers à cheval du même en chef, au 2d d'or à trois bandes d'azur et à la fleur de lis de gueules brochante.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[14].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[15].
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • A. Debauve et E. Roussel, Clermont et ses environs, Res Universalis, , 160 p.
  1. a et b p. 20
  2. a b c d e et f p. 21
  3. a b c d et e p. 22
  4. p. 19
  5. p. 19 et 20
  6. p. 21 et 22
  7. a b et c p. 20 et 21
  8. a et b p. 23

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le ).
  2. a b c d e f g h et i « Carte 1/15 000e » sur Géoportail (consulté le 25 mai 2013)..
  3. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Clermont, arrondissement de Clermont (Oise), 1838, 211 pages, page 12
  4. Histoire de Clermont-en-Beauvaisis, des origines à nos jours, Claude Teillet, Office d'édition du livre d'histoire, page 14
  5. « Géorisques : Mieux connâitre les risques sur le territoire - Airion », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le ).
  6. Histoire de Clermont-en-Beauvaisis, des origines à nos jours, Claude Teillet, Office d'édition du livre d'histoire, page 15
  7. « Carte de remontée des nappes », sur www.innondationsnappes.fr (consulté le ).
  8. Histoire de Clermont-en-Beauvaisis, des origines à nos jours, Claude Teillet, Office d'édition du livre d'histoire, page 17
  9. « Transports en commun à Airion (cartes, arrêts et lignes) », sur Oise mobilité (consulté le ).
  10. « TADAM, le service de transport collectif à a demande du plateau Picard », sur Oise Mobilité (consulté le ).
  11. 14 randonnées en Centre Oise, GEP Centre Oise, carte et descriptif page 13
  12. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  13. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  14. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  15. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  16. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  17. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  18. « Fiche du Poste 60008001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  19. « Synthèse des zonages du patrimoine naturel et paysager, de la faune, de la flore et des habitats naturels sur la commune d'Airion », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  22. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  24. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  25. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  26. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  27. Répertoire Archéologique du Département de l'Oise, Emmanuel Woillez, 1862, page 81
  28. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Clermont: arrondissement de Clermont (Oise)., Beauvais, Achille Desjardins, , 211 p. (lire en ligne), p. 51-53, sur Google Books.
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. « Les maires de Airion », FranceGenWeb (consulté le ).
  31. http://www.annuaire-mairie.fr/ancien-maire-airion.html
  32. « Airion : l’ancien maire Paul Morel inhumé ce mardi 12 janvier après-midi », Le Bonhomme picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « En mars 1983, après 30 ans de présence au conseil municipal d’Airion, il est élu maire. Il assumera cette responsabilité pendant 6 ans et laissera sa place à son 1er adjoint, mais continuera à siéger jusqu’en 1995 (76 ans) ».
  33. Annuaire des Mairies de l'Oise (60), EIP (ISBN 9782352581604, lire en ligne).
  34. « Élections municipales partielles », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Stéphane Lustofin, élu nouveau maire », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Le maire d’Airion, Stéphane Lustofin, est décédé », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Sylvie Molines, « Tchao l’ami, au revoir monsieur le maired’Airion » : Ils sont venus nombreux, ce vendredi 19 avril, rendre un dernier hommage à Stéphane Lustofin, décédé la semaine dernière à 71 ans », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. « Première sortie pour le nouveau maire d’Airion », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Céline Sol, « Ils sont vos nouveaux maires sur le Plateau picard : Sandrine Boulas-Dretz, à Airion », Le Bonhomme picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « la candidate, arrivée à Airion en 1997, avait la volonté d’aller chercher des compétences hétéroclites pour servir la cause commune. “C’est ainsi que je vois les choses : nous sommes élus pour représenter des gens, pour porter un vrai projet de village, pas pour porter un projet de quelques gens qui s’entendent“, raisonne celle qui avait été candidate en 2014, seule, et qui a été élue en juin 2019, 2e adjointe, quand le décès de Stéphane Lustofin, l’ancien maire, a nécessité de réorganiser la vie municipale ».
  40. Julien Heyligen, « Faites vos courses bios au lycée agricole de l’Oise : L’établissement étoffe sa gamme de produits locaux dans son magasin flambant neuf, le Comptoir d’Airion, le village où il est installé », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Pierrig Guennec, « Le lycée horticole de Ribécourt va continuer à exister » : Nouveau directeur de l’établissement, Dany Toussaint arrive à un tournant, celui de la fusion avec le lycée agricole d’Airion, à côté de Clermont. Entretien », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  45. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Airion (60008) », (consulté le ).
  46. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  47. Armand Prin, « Airion : pourquoi donc le clocher de l’église penche-t-il ? », Le Bonhomme picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. Airion, Paul Morel, 1993, page 6
  49. « Les objets classés de l'église Ste-Anne d'Airion », sur la base Palissy, ministère de la culture (consulté le ).
  50. Dominique Vermand, « Airion, église Notre-Dame et Sainte-Anne : Diocèse : Beauvais », sur Eglises de l'Oise - art roman et gothique, (consulté le ).