Plessis-de-Roye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Plessis-de-Roye
Plessis-de-Roye
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Canton Thourotte
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Sources
Maire
Mandat
Patrick Peyr
2014-2020
Code postal 60310
Code commune 60499
Démographie
Population
municipale
233 hab. (2016 en diminution de 0,85 % par rapport à 2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 44″ nord, 2° 49′ 56″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 180 m
Superficie 6,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Plessis-de-Roye

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Plessis-de-Roye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Plessis-de-Roye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Plessis-de-Roye

Plessis-de-Roye, appelée également Plessier-de-Roye comme écrit sur le panneau d'entrée du village, est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 21 km au sud-est de Montdidier, 18 km au nord de Compiègne et 13 km à l'ouest de Noyon. Il est aisément accessible depuis l'autoroute A1.

La partie sud-ouest de la commune est boisée, et le village est adossé aux coteaux qui occupent la région méridionale de l'ancien canton de Lassigny.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Canny-sur-Matz Lassigny Dives Rose des vents
Gury N
O    Plessis-de-Roye    E
S
Mareuil-la-Motte Thiescourt
Entrée du village: Plessier-de-Roye ou Plessis-de-Roye.

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Écart : Belval, en continuité de celui de celui du Petit-Bocage, qui se trouve dans la commune de Thiescourt.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Divette[1] et le ruisseau des Prés de Vienne prennent leur source au Plessis-de-Roye. Après leur confluent, la Divette rejoint l'Oise, affluent de la Seine.

Le ruisseau de Belval se jette dans la Broyette, qui conflue dans la Divette.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'est appelé le Plessis-de-Roye, Plessier-de-Roye, Plessis-Belval, le Plaissier, Plaissis[2]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Plessis-Belval[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La mairie.
Le monument aux morts.
Première Guerre mondiale

La commune a été fortement touchée par les combats de la Première Guerre mondiale lors desquels le château a été totalement détruit[Note 1],[4],[5].

François Flameng, peintre officiel de l'armée a immortalisé ces durs combats dans de nombreux croquis et dessins qui furent publiés par la revue L'Illustration.

Le , le 9e régiment de cuirassiers perd 4 915 hommes vers Plessis-de-Roye, durant la bataille du Matz, qui s'est déroulée du 5 au dans les environs de la Matz, dans le cadre plus général de la seconde bataille de la Marne.

Le village est considéré comme détruit à la fin de la guerre[6],[7] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Compiègne du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la sixième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Lassigny[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Thourotte.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du Pays des Sources, créée fin 1996.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995[9] En cours
(au 26 janvier 2019)
Patrick Peyr   Employé
Vice-président de la CC du Pays des Sources (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2016, la commune comptait 233 habitants[Note 2], en diminution de 0,85 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
319306355345377382382381382
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
363366378359326307299280275
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
237237281113154166156139144
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
119116121107147193225230234
2013 2016 - - - - - - -
236233-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,4 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,6 %, 15 à 29 ans = 17,8 %, 30 à 44 ans = 19,5 %, 45 à 59 ans = 22,9 %, plus de 60 ans = 15,2 %) ;
  • 49,6 % de femmes (0 à 14 ans = 19 %, 15 à 29 ans = 19,8 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 24,1 %, plus de 60 ans = 15,5 %).
Pyramide des âges à Plessis-de-Roye en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,9 
4,2 
75 à 89 ans
4,3 
11,0 
60 à 74 ans
10,3 
22,9 
45 à 59 ans
24,1 
19,5 
30 à 44 ans
21,6 
17,8 
15 à 29 ans
19,8 
24,6 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants du village sont scolarisés à Lassigny, ainsi que ceux de Crapeaumesnil, Fresnières, Gury[16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monuments aux libérateurs de la France, inauguré le par le maréchal Foch, le monument aux défenseurs de l’Île de France rend aussi hommage aux enfants de la commune morts au champ d'honneur[réf. nécessaire].

L'église St-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine-Marie-Julien-Charles-Ghislain de Héricourt (1777-1843), comte de Héricourt, maire du Plessis-de-Roye, né à Amiens et décédé à Schwalbach, Allemagne[réf. nécessaire].
  • Alain-Anne-Marie-Léonce du Pontavice du Vaugarny (1903-1983), maire du Plessis-de-Roye[Quand ?], né à Boussay (Indre-et-Loire) et décédé à Plesis-de-Roye[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Plessis-de-Roye

Les armes de Plessis-de-Roye se blasonnent ainsi :
D'azur à trois fleurs de lis d'or, au bâton de gueules péri en bande.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Delaborde,Comte (1806-1889) : Eléonore de Roye, princesse de Condé (1535-1564) (1876).
  • Henri d'Orléans (1822-1897),Duc d'Aumale : Histoire des Princes de Condé pendant les XVI° et XVII° siècles (1863-64).
  • Henry Bordeaux (1870-1963) : Un coin de France pendant la guerre. Le Plessis-de-Roye (2 août 1914-1er avril 1918) (1920).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 22 SO, Laon [Sud-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il en existe des photos prise par l'armée, dont l'une intitulée "Plessis-de-Roye, Oise, aile du château en ruines, 22 aout 1918, opérateur Jacques Ridel - SPA 62 w 2526
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Retour au naturel pour la Divette dans le Noyonnais : Le lit de la rivière va être retracé pour retrouver son lit d’origine, dès la fin de l’année. L’un des principaux objectifs : réduire les risques d’inondations l’hiver pour les habitants », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2019).
  2. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Lassigny, arrondissement de Compiègne (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 111 p. (lire en ligne), p. 67-68.
  3. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Résultat de la requête sur le site de ecpad : 2 photos de 1918 et un film [1]
  5. Section photographique de l'armée, « Photo : Plessier-de-Roye. L'église : contrefort de la façade ouest et tableau des soldats tombés dans le secteur », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 20, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 18 mai 2019).
  6. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  7. Section photographique de l'armée, « Photo : Plessier-de-Roye. Le parc après notre préparation d'artillerie », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 20, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, début avril 1918 (consulté le 18 mai 2019).
  8. Journal officiel du 18 février 1921, p. 2098.
  9. « Le maire Patrick Peyr vise un quatrième mandat », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2019) « Parmi les gros travaux réalisés sous sa mandature, la commune a effectué l'aménagement d'une grande salle à l'étage de la mairie. À terme, elle deviendra la salle du conseil : l'actuelle pouvant être dévolue à d'autres activités ».
  10. « Plessis-de-Roye », Cartes de France (consulté le 22 septembre 2014)
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. « Évolution et structure de la population à Plessis-de-Roye en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 novembre 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 4 novembre 2010)
  16. « La nouvelle cantine espérée cette année à Lassigny », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2019).
  17. Dominique Vermand, « Plessis-de-Roye, église Saint-Jean-Baptiste », Diocèse de Noyon, sur Églises de l'Oise - Art roman et gothique (consulté le 17 juin 2019).
  18. Section photographique de l’Armée, « Photo : Plessier-de-Roye. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - volume n°20, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 18 juin 2019).
  19. « L’église, le gros chantier de Patrick Peyr », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2019).
  20. Section photographique de l'armée, « Photo : Plessier-de-Roye. Le château : abris dans les fossés », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 20, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 18 mai 2019).
  21. « A Plessis-de-Roye, les ruines du château se dévoilent samedi », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2019).
  22. Section photographique de l'armée, « Photo : Plessier-de-Roye. Le château : les fossés », Fonds des Albums Valois - Département de l'Oise - Volume 20, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 18 mai 2019).