Venette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Venette (homonymie).
Venette
Mairie, rue de la République.
Mairie, rue de la République.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Canton Compiègne-2
Intercommunalité CA Région de Compiègne et de la Basse Automne
Maire
Mandat
Bernard Delannoy
2014-2020
Code postal 60280
Code commune 60665
Démographie
Population
municipale
2 804 hab. (2014 en augmentation de 2,64 % par rapport à 2009)
Densité 332 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 59″ nord, 2° 48′ 02″ est
Altitude Min. 31 m
Max. 86 m
Superficie 8,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Venette

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Venette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Venette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Venette

Venette est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Elle se situe dans l'agglomération compiègnoise.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Venette[1]
Lachelle Margny-lès-Compiègne
Venette[1]
Jaux Compiègne

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachement administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Compiègne du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la cinquième circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie de 1801 à 1973 du canton de Compiègne, année où celui-ci est scindé et la commune intègre le canton de Compiègne-Sud jusqu'en 1982, année où le canton de Compiègne-Sud-Ouest est créé[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au Canton de Compiègne-2.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de l'agglomération de la région de Compiègne, communauté de communes de 2000 à 2004 transformée cette année-là en communauté d'agglomération.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[3], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités[4], et notamment de la communauté d’agglomération de la région de Compiègne et de la communauté de communes de la Basse Automne, permettant ainsi la création d'un nouvel EPCI de 22 communes et 81 226 habitants. Cette fusion avait déjà été envisagée dans le cadre du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de 2011[5].

La nouvelle intercommunalité, la communauté d'agglomération de la Région de Compiègne et de la Basse Automne[6], dont la commune est désormais membre, est ainsi créée le [7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1924 1945 André Mellenne PRRRS Député
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Renza Fresch[9] PS Attachée parlementaire
Conseillère régionale (2004 → ? )
Ancienne vice-présidente de l'ARC ( ? → 2014)
mars 2014[10] en cours Bernard Delannoy SE Responsable administratif et financier

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2014, la commune comptait 2 804 habitants[Note 1], en augmentation de 2,64 % par rapport à 2009 (Oise : +2,14 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
740 752 863 799 829 860 911 888 890
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
882 888 925 925 938 964 974 1 061 1 100
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 195 1 321 1 382 1 546 1 911 1 857 1 885 1 917 2 009
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
2 165 2 173 2 022 2 002 2 400 2 674 2 707 2 792 2 804
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,7 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 20,9 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 15,9 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 16,5 %, 15 à 29 ans = 20,8 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 19,5 %).
Pyramide des âges à Venette en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
7,2 
10,6 
60 à 74 ans
11,3 
20,5 
45 à 59 ans
21,6 
22,7 
30 à 44 ans
21,7 
20,9 
15 à 29 ans
20,8 
20,0 
0 à 14 ans
16,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Venette

Les armes de Venette se blasonnent ainsi :

Parti : au premier coupé au 1 d’azur au livre au naturel surmonté de deux étoiles de sable et au 2 d’argent au moulin à vent d’azur, au second de gueules à la fasce ondée d’argent, en chef un ancre d’or et en pointe un palme du même posée en barre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Venette compte quatre monuments historiques sur son territoire.

Article détaillé : Église Saint-Martin de Venette.
  • Église Saint-Martin, rue de Corbeaulieu (classée monument historique par arrêté du 30 juin 1920[16]) : Elle semble remonter à la première moitié du XIIe siècle, mais très peu d'éléments tangibles subsistent de cette époque, dont l'ancien antéfixe en haut du pignon de la façade occidentale, et les deux contreforts plats du chevet. Plus évocateurs sont les deux voûtes d'ogives du chœur, dont l'on suppose qu'elles datent du début du XIIIe siècle. Malgré son plan d'une apparente simplicité, qui s'inscrit dans un rectangle, l'édifice s'avère assez hétéroclite. Sans doute après avoir été endommagé sous la guerre de Cent Ans, il est en grande partie reconstruit à partir du début du XVIe siècle, mais ce chantier se fait par étapes successives, et en conservant une partie des anciennes structures. Ainsi, hormis les deux premières travées de la nef et des bas-côtés, pas deux travées ne se ressemblent, et il n'y a pas de symétrie entre les élévations nord et sud du vaisseau central. Cette complexité des formes confère un certain intérêt à l'édifice, mais les qualités architecturales de son espace intérieur se limitent à la mouluration de certaines arcades et piliers, au profil des ogives des parties orientales, et à quelques clés de voûte. La plupart des fenêtres ne possèdent pas de remplage, et les finitions ne sont pas soignées à de nombreux endroits. La nef et les bas-côtés présentent une ambiance néo-gothique du fait de leurs fausses voûtes d'ogives de 1881. Le seul élément remarquable de l'église Saint-Martin est son clocher du milieu du XVIe siècle, dont le style hésite entre le gothique flamboyant et la Renaissance. C'est l'un des rares clochers flamboyants à trois baies par face sur l'étage de beffroi, et sa flèche de pierre cumulant à 40 m de hauteur est d'une élégance indéniable, et s'inscrit encore pleinement dans la tradition gothique, contrairement aux étages de la tour[17].
  • Bâtiment conventuel du XIIIe siècle dans la cour de l'ancienne ferme seigneuriale, rue de Corbeaulieu (inscrit monument historique par arrêté du 9 septembre 1946[18]).
  • Colombier à colombages du XVIIe siècle de l'ancienne ferme seigneuriale, dans la cour de l'école maternelle, rue du Cul-de-Sac (inscrit monument historique par arrêté du 26 juin 1946[19]).
  • Colombier octogonal du XVIIIe siècle, rue du Général-Koenig (inscrit monument historique par arrêté du 5 septembre 1946[20]).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Château de Venette, rue des Martyrs.
  • Écluse de l'Oise de l'île des Rats.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

. Jacques Déprez (1938- ), athlète natif de Venette, champion de France du 110 mètres haies en 1960, ayant participé en outre aux Jeux olympiques de Rome.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Bonnet-Laborderie et François Callais, Entre rivière et forêts, la communauté compiégnoise : Venette, Beauvais, G.E.M.O.B., coll. « Villes d'art de l'Oise et de la Picardie », , 192 p. (ISSN 1255-0078), p. 93-97

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communes limitrophes de Venette sur Géoportail.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  4. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  5. « Vers une nouvelle organisation du territoire », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne) « La fusion de la communauté de communes de la Basse Automne (CCBA) et de l'ARC. « Nous appartenons au même pays et les six communes qui composent la CCBA sont partenaires avec nos organismes sociaux et de recherche d'emploi; nos pistes cyclables seront bientôt reliées et la liaison entre la N31 et la N2 est à l'étude. La CCBA se compose d'environ 10000 habitants, sa taille est critique et elle a besoin d'une structure plus solide sur laquelle s'appuyer. » Philippe Marini, malgré son argumentaire, a proposé que ce point soit débattu dans toutes les communes concernées et que des études soient engagées avant que les conseils municipaux ne se prononcent ».
  6. https://www.banatic.interieur.gouv.fr/V5/recherche-de-groupements/fiche-raison-sociale.php?siren=200067965&arch=01/01/2017&dcou=
  7. « Les communautés de communes ont fusionné : Au , le département comptera six communautés de communes plus vastes, nées de fusion avec une intercommunalité voisine. Voici les frontières validées », L’Écho du Thelle, no 657,‎ , p. 2.
  8. « Les maires de Venette », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 24 octobre 2014)
  9. S. F., « L’ancienne maire de Venette, Renza Fresch, est décédée », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  10. « « Cette victoire, j'y croyais » : Bernard Delannoy (SE), a été installé vendredi à Venette », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  14. « Évolution et structure de la population à Venette en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 novembre 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 novembre 2010)
  16. « Église Saint-Martin », notice no PA00114941, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Bonnet-Laborderie et Callais 2005, p. 96-97.
  18. « Bâtiment conventuel », notice no PA00114940, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Colombier à colombages », notice no PA00114942, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Colombier », notice no PA00114943, base Mérimée, ministère français de la Culture.