Cernoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cernoy
Cernoy
La chapelle des Trois-Étots.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Intercommunalité CC du Plateau Picard
Maire
Mandat
Isabelle Barthe
2020-2026
Code postal 60190
Code commune 60137
Démographie
Population
municipale
296 hab. (2018 en augmentation de 6,09 % par rapport à 2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 29″ nord, 2° 32′ 29″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 155 m
Superficie 4,91 km2
Élections
Départementales Canton d'Estrées-Saint-Denis
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Cernoy
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Cernoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cernoy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cernoy
Liens
Site web www.cernoy.fr

Cernoy est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cernoy.

Cernoy est une commune située à 66 km au nord de Paris, 33 km à l'est de Beauvais, 21 km à l'ouest de Compiègne et à 54 km au sud d'Amiens[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cernoy
Pronleroy Cressonsacq
Noroy Cernoy
Fouilleuse Bailleul-le-Soc

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Hormis le chef-lieu, la commune possède un hameau, Trois-Etots au nord[2].

Topographie et géologie[modifier | modifier le code]

La commune située sur le plateau picard s'étend entre 100 mètres et 155 mètres d'altitude.

Le territoire laisse apparaître son point culminant à la limite méridionale près de la Grande Montagne de Noroy. Le relief peu marqué est entaillé par quelques vallées sèches dont la pente s'oriente du sud vers le nord tel la Fosse à l'Argent, le Fond de Belleval et le Fond du Poirier, où se trouve le point le plus bas de la commune. Le village s'étend entre 120 et 125 mètres au-dessus du niveau de la mer, le hameau de Trois-Etots à 119 mètres[2].

La commune se trouve en zone de sismicité 1, c'est-à-dire très faiblement exposée aux risques de tremblement de terre[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Cernoy n'est traversée par aucun cours d'eau. On trouve une mare rénovée au hameau de Trois-Etots ainsi qu'une grande mare au nord du chef-lieu et des étangs privés.

La présence de vallons témoigne d'une ancienne présence de ruisseaux, s'orientant au nord vers le bassin versant de l'Aronde dont la limite se trouve au sud de la commune[2].

Le hameau de Trois-Etots, par sa proximité avec plusieurs étangs, est situé au-dessus de nappes phréatiques sous-affleurantes[4].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par 2 routes départementales : la RD 37 et la RD 101. La route départementale 37, de Breuil-le-Sec à Neufvy-sur-Aronde est le principal axe de circulation permettant d'accéder à l'agglomération de Clermont, la plus proche. Elle traverse la commune d'est en ouest par la rue Saint-Remy. La route départementale 101, reliant Bulles à Estrées-Saint-Denis longe la limite communale sud et accède aux villages limitrophes de Noroy, Fouilleuse et Bailleul-le-Soc. Une route communale relie le village et le hameau deTrois-Etots, d'où l'on peut relier Pronleroy ou Noroy. Le chemin de Pont, en partie goudronné, se prolonge par un chemin[2].

Les gares SNCF les plus proches sont celles d'Estrées-Saint-Denis à 7 km à l'est sur la ligne d'Amiens à Compiègne et d'Avrechy à 8 km à l'ouest sur la ligne Paris-Nord - Lille[1].

La commune est desservie par le réseau Kéolis du conseil général de l'Oise par une ligne transports scolaires vers les établissements de l'agglomération de Clermont ainsi que par une ligne vers le collège Louise Michel de Saint-Just-en-Chaussée.

Deux arrêts ont été établis, l'un à l'école de Cernoy, le second au hameau de Trois-Etots[5].

Une navette de regroupement pédagogique intercommunal relie le village au groupe scolaire de Lieuvillers, avec la commune de Noroy[6].

La commune fait partie d'un dispositif de transport solidaire autonome "Le rezo pouce" autostop volontaire" sécurisant et d'un rézo senior pour les ainés, organisé par la communauté de communes du Plateau Picard.

L'aéroport de Beauvais-Tillé se trouve à 41 km à l'ouest[1] et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle se situe à 62 km au sud-est[1]. Il n'existe pas de liaisons par transports en commun entre la commune et ces aéroports.

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Hormis les espaces bâtis couvrant 15 hectares soit 3 % de la surface communale, le territoire comprend 72 % d'espaces cultivés sur 361 hectares, 16 % d'espaces boisés sur 81 hectares ainsi que 39 hectares de vergers et de prairies[7].

La surface boisée correspond au bois de Trois-Etots entouré par quelques bosquets autour de Trois-Etots[2]. Ce dernier constitue une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1[8].

Un arbre remarquable dans la rue des saules : un saule blanc âgé de 200 ans avec son dédoublement de tronc (non labellisé).

Saule Blanc de 200 ans
Perce Neige à Trois-Etôts
Hameau de Trois-Etots

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Nicole Traen SE[9]  
mars 2008 En cours
(au 12 juillet 2020)
Isabelle Barthe (SE)   Vice-présidente de la CC du Plateau Picard (2016 → )
Réélue pour le mandat 2020-2026[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2018, la commune comptait 296 habitants[Note 1], en augmentation de 6,09 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
131139138112192174191199215
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
199210197192200208202185175
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
17019114113513011012010884
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
8794100145189213232290296
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (9,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 28,7 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 9,6 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 25,6 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 29,9 %, 45 à 59 ans = 18,8 %, plus de 60 ans = 8,6 %).
Pyramide des âges à Cernoy en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,9 
3,5 
75 à 89 ans
1,7 
6,1 
60 à 74 ans
6,0 
21,7 
45 à 59 ans
18,8 
28,7 
30 à 44 ans
29,9 
18,3 
15 à 29 ans
17,1 
21,7 
0 à 14 ans
25,6 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Celebration days festival est un festival de musique rock organisé depuis 2008 au bois de Cernoy. En 2019, il a présenté 29 concerts dont ont profité les festivaliers pendant 3 jours [17] ,[18]

Il existe deux associations :

  • L'association Trois-Etôts Renaissance qui organise chaque année le marché de l'apéro en avril, la fête de la musique et d'autres événements ponctuels notamment des expositions.
  • Association pour la sauvegarde de la Chapelle de Trois-Etôts.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Manoir de Trois-Etôts

La commune compte un monument historique sur son territoire : La Chapelle de Trois-Etôts (superficie 200m²)

  • Cette église date de 1544 et est érigée au milieu du petit cimetière du hameau de Trois-Etôts où se trouve la sépulture d'un "grognard" de l'armée napoléonienne.
D'architecture polychrome, elle se distingue des autres églises de la région (généralement en pierre) par sa construction en brique rouge chaînée de pierre de calcaire blanc. Elle possède un portail Renaissance[19],[20] .
L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [21].

La commune compte des anciens porches, portes cochères et mûrs en Pierre protégés par décision municipale, et ce au sein des différentes rues du village et notamment celle de St Rémi.

Chapelle à Trois-Etôts

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Rémi : petit édifice dont le clocher recouvert d'ardoise est situé au-dessus de la porte.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours (XVIIIe siècle) : elle fut construite en 1756.
  • Manoir de Trois-Étôts : l'une des façades du XVe siècle, l'autre du XVIe siècle et furent édifiées en calcaire blanc avec des compartiments de brique en lits réguliers ou posés en oblique. Au rez-de-chaussée, piliers de bois à écussons sculptés, dont un mi-parti de France et de Bretagne. De 1724 à 1813, il est demeuré la propriété de la famille de Herte, et demeure aujourd'hui propriété privée.
  • Calvaire qui tient lieu de monument aux morts au Hameau de Trois-Etôts à proximité de la Chapelle.
  • Calvaire rue de St Rémi devant la Chapelle-Notre-Dame-de-Bon-Secours au sein du village.
  • Calvaire rue des Saules
  • Calvaire sur la route de Cressonsacq RD37

Patrimoine rural[modifier | modifier le code]

Ancienne Plaque signalétique

Au sein du village :

  • 3 anciennes pompes à eau manuelle dont 2 dans la rue de St Rémi et la 3ème rue de la Fontaine à Trois-Etôts ;
  • une ancienne plaque signalétique sur le mur en face de la mairie rue de St Rémi.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie média[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 30 août 2016)
  2. a b c d et e « Carte au 1/15000e » sur Géoportail (consulté le 30 août 2016).
  3. « Géorisques : Mieux connâitre les risques sur le territoire - Cernoy », sur www.georisques.gouv.fr (consulté le 18 août 2017)
  4. « Carte de remontée des nappes », sur www.innondationsnappes.fr (consulté le 30 août 2016)
  5. « Transports en commun à Cernoy (carte, lignes et arrêts) », sur Oise mobilité (consulté le 30 août 2016).
  6. « Navette de regroupement pédagogique intercommunal », sur Oise mobilité (consulté le 30 août 2016).
  7. « Synthèse des zonages du patrimoine naturel et paysager, de la faune, de la flore et des habitats naturels sur la commune de Cernoy », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 30 août 2016)
  8. « Bois de Trois-Etots et de Pronleroy, fiche znieff détaillée », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 30 août 2016)
  9. Annuaire des Mairies de l'Oise (60), EIP (ISBN 978-2-35258-160-4, lire en ligne)
  10. Alice Porcher, « Nouveau mandat, même équipe à la tête de la Communauté de communes du Plateau picard : Le conseil communautaire a eu lieu samedi 11 juillet dans la salle des fêtes de Lieuvillers. Les délégués ont réélu Frans Desmedt, maire de Saint-Just-en-Chaussée, président de l’intercommunalité », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « Évolution et structure de la population à Cernoy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 novembre 2010)
  17. « Trois jours de rock plein les oreilles à Cernoy : Les premiers festivaliers faisaient déjà la queue vendredi 10 août, devant la caravane, en fin d’après-midi, pour retirer leur place. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  18. Ludivine Razloznik, « Succès pour les dix ans de Celebration days de Cernoy : Cette année, le festival caché dans la forêt de Cernoy, sur le plateau picard, fêtait ses dix ans. Ayant gardé son esprit roots inspiré de Woodstock, il a de nouveau su combler les attentes des festivaliers », Le Courrier picard,‎ (Cette année, le festival caché dans la forêt de Cernoy, sur le plateau picard, fêtait ses dix ans. Ayant gardé son esprit roots inspiré de Woodstock, il a de nouveau su combler les attentes des festivaliers, consulté le 15 juillet 2020).
  19. L'église de Trois-Etots sur Loisirs60.com
  20. Armand Prin, « Cernoy : la renaissance de l’église de Trois-Étôts : Interview de Pierre Cagnat, président de l’Association pour la sauvegarde de l’église de Trois-Étôts, », Le Bonhomme picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  21. Notice no PA00114571, base Mérimée, ministère français de la Culture