Bornel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bornel
Bornel
La mairie
Blason de Bornel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CC des Sablons
Maire
Mandat
Dominique Toscani
2020-2026
Code postal 60540
Code commune 60088
Démographie
Gentilé Bornellois
Population
municipale
4 764 hab. (2019)
Densité 201 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 56″ nord, 2° 12′ 36″ est
Altitude Min. 43 m
Max. 162 m
Superficie 23,73 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Bornel
(ville-centre)
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Méru
Législatives 3e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bornel
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Bornel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bornel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bornel
Liens
Site web http://www.mairie-bornel.fr/

Bornel est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Le , elle est créée sous le statut de commune nouvelle après la fusion des communes de Bornel (ancienne commune), Anserville et Fosseuse.

Ses habitants sont appelés les Bornellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Description[modifier | modifier le code]

Bornel est un bourg périurbain picard du Pays de Thelle situé à 36 km au nord de Paris, 32 km à l'est de Gisors, 27 km au sud-est de Beauvais et à 21 km au sud-ouest de Creil.

Il est tangenté par l'ex-route nationale 1 (route classée en voirie départementale[1] (actuelle RD 1001) et est traversé par l’autoroute A16, dont l'échangeur le plus proche est celui de Méru (Sortie 13).

La commune dispose de la gare de Bornel-Belle-Église desservie par des trains TER Hauts-de-France qui effectuent des missions entre les gares de Paris-Nord et de Beauvais.

La commune fait partie de la zone d'emploi de Beauvais et au bassin de vie de Persan - Beaumont-sur-Oise[2].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Esches à Bornel.

Le territoire communal est drainé par l'Esches, un affluent de la rive droite de l'Oise, donc un sous-affluent de la Seine.

La Gobette, qui limite le territoire communal à l'est, est un ruisseau qui se jette dans l'Esches à Belle-Église.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 11 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 676 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pontoise - Aero », sur la commune de Boissy-l'Aillerie, mise en service en 1946[9] et qui se trouve à 20 km à vol d'oiseau[10],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,9 °C et la hauteur de précipitations de 638,3 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 30 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[13] à 10,6 °C pour 1981-2010[14], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

La commune est constituée de quatre hameaux habités : Courcelles, Montagny-la-Poterie, le Ménillet et Hamecourt, ainsi que des communes déléguées de Anserville et Fosseuse.

Typologie[modifier | modifier le code]

Bornel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Bornel, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[19] et 5 426 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire regroupe 1 929 communes[22],[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention date de 751 avec le nom de Bordonellum[24].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le eut lieu la bataille de Ronquerolles, en limite des communes de Ronquerolles, Bornel, Belle-Église et d'Hédouville, entre un petit groupe de Résistants Français et les troupes d'occupation et de répression allemandes de la Sicherungs-Regiment 6, évaluées à 3 bataillons, soit de 800 à 1 000 hommes. Sur 17 résistants arrêtés par les Allemands, 11 sont fusillés à L'Isle-Adam et 2 sont déportés[25],[26],[27],[28],[29],[30].

En 2015, confrontées à la réduction programmée des dotations de l’État aux communes, Anserville, Bornel et Fosseuse décident de s'unir afin de maintenir pendant trois ans ces dotations et d’une bonification de 5 % de la Dotation globale de fonctionnement[31].

Un arrêté préfectoral du décide la création de la commune nouvelle au , par la fusion des anciennes communes d'Anserville, Bornel et Fosseuse, qui deviennent à cette date des communes déléguées[32],[33].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu de la commune est fixé en l'hôtel de ville de Bornel[32].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise.

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Méru

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de l'Oise.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Jusqu'aux élections municipales de 2020, le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l'ensemble des 53 conseillers municipaux des anciennes communes[32]. Pour le mandat 2020-2026, la commune dispose d'un conseil municipal de 27 membres[34], effectif qui reste supérieur à celui de sa classe démographique[35].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
7 janvier 2016[36] En cours
(au 2 décembre 2020)
M. Dominique Toscani SE Chef d'entreprise retraité
Maire de l'ancienne commune de Bornel (2014 → )
Vice-président de la CC des Sablons (2014 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[34],[37]

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Bornel
(siège)
60088 CC des Sablons 12,48 3 553 (2013) 285


Anserville 60018 CC des Sablons 6,81 422 (2013) 62
Fosseuse 60246 CC des Sablons 4,44 743 (2013) 167

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 4 764 habitants[Note 8].

Évolution démographique du territoire de la commune nouvelle
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2017
2 6072 6883 5434 1114 4774 8414 7344 817
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2017[38])


Sports[modifier | modifier le code]

Il existe un gymnase à côté du collège Françoise Sagan, qui porte le nom de la joueuse de tennis Amélie Mauresmo, qui l'a inauguré en 2008[39].

Autres équipements[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées. On peut notamment signaler :

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Amélie Mauresmo y a tapé ses premières balles de tennis dans un club qui existe toujours, le Tennis club de Bornel. Un gymnase communal ouvert en 2008 porte son nom.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bornel Blason
Écartelé : au premier de sinople à la gerbe de blé d'or, au deuxième d'azur à la fleur de lys d'argent, au troisième d'azur au léopard d'argent, au quatrième de sinople à la roue dentée de six pièces d'or ; à la croix de gueules bordée d'argent brochant sur l'écartelé[40].
Détails
La commune explique son blason comme suit :
  • La croix de gueule bordée d'argent représente l'église de Bornel inscrite à l'inventaire des monuments historiques.
  • La gerbe de blé sur sinople rappelle l'origine du nom « Bornel » : bordonellum signifiant « la petite ferme ».
  • La fleur de lys évoque l'attachement de la région au royaume de France et actuellement de la Picardie.
  • Le léopard rappelle les faits d'armes sur le territoire de la commune au lieu-dit « Bois des Anglais » pendant la guerre de Cent Ans.
  • La roue dentée s'explique par le fait qu'il y avait six moulins à Bornel et rappelle également les mécanismes d'entraînement des machines industrielles.

    Adopté par la municipalité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret nº 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif au réseau routier national.
  2. « Commune de Bornel (60088) - commune actuelle », Code Officiel Géographique (date de référence : 01/01/2021), sur https://www.insee.fr (consulté le ).
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  9. « Station Météo-France Pontoise - Aero - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Bornel et Boissy-l'Aillerie », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Pontoise - Aero - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Bornel et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Bornel », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. Amblainville et le Canton de Méru édité par la communauté de commune et le conseil général de l’Oise.
  25. La Seconde Guerre mondiale à L'Isle-Adam
  26. Stèle de Ronquerolles
  27. Le Camp Allemand de l'Isle-Adam
  28. Persan : hommage aux résistants du maquis de Ronquerolles
  29. Le dernier combat de l’AN 2, le vol noir des corbeaux…
  30. CNRD/clg_Pierre_Perret_CNRD_2011.pdf La répression de la Résistance en France par les autorités d'occupation et le régime de Vichy
  31. Farida Chadri, « Commune nouvelle : Bornel et Fosseuse se disent oui à leur tour », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  32. a b et c « Arrêté préfectoral du 25 septembre 2015 portant création d'une commune nouvelle », Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Oise, no 10,‎ , p. 23 (lire en ligne).
  33. « Grand Bornel : 3 villages ne font plus qu'un : Depuis le , Anserville, Bornel et Fosseuse ne constituent plus qu'une seule et même collectivité : la commune nouvelle de Bornel », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3395,‎ , p. 5.
  34. a et b « Le maire de la commune nouvelle de Bornel, Dominique Toscani candidat à sa réélection », Oise Hebdo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Article L.2113-8 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  36. « Bornel-Fosseuse-Anserville : trois maires pour une commune nouvelle », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Dominique Toscani, le maire (SE) de Bornel et cheville ouvrière du projet, a été élu maire de la commune nouvelle de Bornel. « Nous devions nous appeler Anserville-Fosseuse-Bornel mais la préfecture nous a dit que c'était un peu compliqué, raconte le premier magistrat. Nous avons changé de nom pour Bornel. » Jean-Pierre Mayot, maire (SE) de Fosseuse, et Cyrille Marandet, maire (SE) d'Anserville, deviennent les adjoints de Dominique Toscani pour la commune nouvelle. Et les « maires délégués » de leur village ».
  37. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  38. INSEE, Recensement général de la population 2017, Document mentionné en liens externes.
  39. Via L'Echo du Thelle, « Bornel : la ville rend hommage à Amélie Mauresmo et à son père », L'Observateur de Beauvais (consulté le ).
  40. « Bornel (Oise) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).