Le Gallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gallet.

Le Gallet
Le Gallet
Panorama, depuis la rue de la Mare-Erin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oise picarde
Maire
Mandat
Mathieu Boureux
2014-2020
Code postal 60360
Code commune 60267
Démographie
Gentilé Galletiens
Population
municipale
172 hab. (2015 en augmentation de 5,52 % par rapport à 2010)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 37′ 40″ nord, 2° 06′ 33″ est
Altitude Min. 109 m
Max. 182 m
Superficie 3,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Le Gallet

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Le Gallet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Gallet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Gallet
Liens
Site web http://www.legallet.fr

Le Gallet est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Galletiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village rural du Plateau Picard, situé sur une butte au nord-est de Crèvecœur-le-Grand, à 25 km au nord de Beauvais.

La commune s'étend sur 3,5 km² et est située à 175 mètres d'altitude.

La Butte du Gallet ayant une valeur écologique très élevée aurait été classée en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[1]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'est successivement appelé Galetz en 1223, dans un testament par lequel Dame Amicie de Breteuil lègue sa seigneurie du Gallet à la commanderie des templiers de Fontaine-sous-Montdidier[2], puis Les Gallez en 1667.

Le nom du village viendrait du fait que l'on trouve en quantité des galets dans le village, visibles principalement sur le chemin du tour de ville[3].

Ses habitants sont appelés les Galleciens..

Histoire[modifier | modifier le code]

Un établissement des templiers, fondé entre 1238 et 1251, probablement une grosse ferme, se trouvait au lieu-dit la Cence. Brulée lors de la Guerre de Cent Ans, et les sources disent que dès la fin du XIVe siècle, « tout était en ruine jusqu'au moulin »[2].

Une gare Le Gallet-Catheux a fonctionné de 1876 a 1950 sur la ligne de Saint-Omer-en-Chaussée à Vers, qui assurait la relation entre Beauvais et Amiens. Cette gare est située a quelques kilomètres au sud du Gallet, sur l'actuelle coulée verte. Malheureusement, elle a été détruite. Seule une pancarte indique encore l'emplacement.

Cette gare était desservie par tous les trains passant sur la ligne de 1876 à 1939, puis de 1942 a 1945, pour les voyageurs.

Douze habitants, sont morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale, dont le front en 1914 atteignait Breteuil[2].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un régiment de chars allemand était stationné à Crevecœur-le-Grand, et le village dut loger une partie de ses soldats[2].

Une activité d'extraction de sable et de galets existait jusqu'après la Seconde Guerre mondiale sur la butte du Gallet[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Crèvecœur-le-Grand[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune rejoint le canton de Saint-Just-en-Chaussée.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes de Crèvecœur-le-Grand Pays Picard A16 Haute Vallée de la Celle créée fin 1992.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[5], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités[6], et notamment celle de Crèvecœur-le-Grand (CCC) et celle des Vallées de la Brèche et de la Noye (CCVBN), soit une intercommunalité de 61 communes pour une population totale de 27 196 habitants[7].

Après avis favorable de la majorité des conseils communautaires et municipaux concernés[8], cette intercommunalité dénommée communauté de communes de l'Oise picarde et dont la commune est désormais membre, est créée au [9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Yves Potoski   Retraité
mars 2008 mars 2014 Jean Grégoire   Retraité
avril 2014[10] en cours
(au 4 septembre 2014)
Mathieu Boureux   Responsable qualité dans une entreprise de Bresles

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2015, la commune comptait 172 habitants[Note 1], en augmentation de 5,52 % par rapport à 2010 (Oise : +2,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
313340341337366335332335331
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
306289278248235198172171147
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
14213612290100848010271
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
77606248111117146169172
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (10,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,4 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 32 %, 15 à 29 ans = 17,3 %, 30 à 44 ans = 26,7 %, 45 à 59 ans = 16 %, plus de 60 ans = 8 %) ;
  • 48,6 % de femmes (0 à 14 ans = 31 %, 15 à 29 ans = 18,3 %, 30 à 44 ans = 26,8 %, 45 à 59 ans = 11,3 %, plus de 60 ans = 12,6 %).
Pyramide des âges à Le Gallet en 2007 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
1,3 
75 à 89 ans
5,6 
6,7 
60 à 74 ans
7,0 
16,0 
45 à 59 ans
11,3 
26,7 
30 à 44 ans
26,8 
17,3 
15 à 29 ans
18,3 
32,0 
0 à 14 ans
31,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants du village sont scolarisés dans le cadre d'un regroupement pédagogique intercommunal géré par le Syndicat intercommunal de regroupement scolaire (SIRS), constitué des communes de Le Gallet, Le Saulchoy, Viefvillers et Francastel, avec en 2016, 4 classes à Viefvillers (ainsi qu'une garderie matin et soir, et la cantine) et 1 classe à Francastel. Le ramassage scolaire est assuré par le Département[16].

Économie[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, il y avait deux cafés et une boulangerie au village. Aujourd'hui, Le Gallet ne compte plus aucun commerce.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Jacques.
Intérieur de l'église Saint-Jacques.
  • Église Saint-Jacques, de la fin du XVIIe siècle, a été fortement remaniée au XIXe siècle : cette église est construite en silex, pierre et briques. Elle fut rénovée en 2003-2004[2].
  • Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours (construite vers 1630, reconstruite en 1776).
  • La coulée verte, itinéraire de promenade aménagé sur l'emprise de l'ancienne ligne Beauvais - Amiens.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gallet (Le) Blason D’argent à la croix pattée de gueules, mantelé de sinople chargé d’une coquille d’or accostée de deux galets du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le territoire de l'Oise Picarde avec le SMOP, la CCVBN et la CCC. - Le Gallet
  2. a b c d et e « Histoire », sur http://www.legallet.fr (consulté le 16 février 2017).
  3. a et b « Sous le Gallet, la plage… », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  6. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise, (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  7. « La nouvelle carte intercommunale de l'oise : intercommunalité à fiscalité propre au  », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 15.
  8. R. Th., « La fusion des communautés de communes est définitive », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3417,‎ , p. 6 « Les 6 projets de fusion de communautés de communes ou d’agglomération ont tous recueilli une majorité favorable ; ils pourront ainsi tous être conduits à leur terme ».
  9. Sylvie Godin, « Naissance de l'Oise picarde : Jacques Cotel dirige un territoire de 26 500 habitants », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3430,‎ , p. 17.
  10. « Mathieu Boureux, le nouveau maire formé par Jean Grégoire : Le conseil municipal a été renouvelé avec sept nouveaux élus. Mathieu Boureux, premier adjoint de Jean Grégoire, lui succède », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3289,‎ , p. 17
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « Évolution et structure de la population à Le Gallet en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 novembre 2010)
  15. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 novembre 2010)
  16. « Le regroupement Scolaire (SIRS) », Infos pratiques, sur http://www.legallet.fr (consulté le 16 février 2017).