Béthisy-Saint-Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Béthisy-Saint-Martin
Béthisy-Saint-Martin
L'école primaire.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Senlis
Canton Crépy-en-Valois
Intercommunalité Communauté d'agglomération de la Région de Compiègne et de la Basse Automne
Maire
Mandat
Alain Dricourt
2014-2020
Code postal 60320
Code commune 60067
Démographie
Gentilé Béthisiens
Population
municipale
1 101 hab. (2016 en augmentation de 0,46 % par rapport à 2011)
Densité 112 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 43″ nord, 2° 48′ 57″ est
Altitude Min. 41 m
Max. 122 m
Superficie 9,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Béthisy-Saint-Martin

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Béthisy-Saint-Martin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Béthisy-Saint-Martin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Béthisy-Saint-Martin

Béthisy-Saint-Martin est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Béthisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Béthisy-Saint-Martin[1]
Béthisy-Saint-Pierre Béthisy-Saint-Martin[1] Orrouy
Néry Rocquemont Glaignes

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bistisiacum Sancti Martini, Saint Martin de Béthisi, Saint Martin la Commanderie[2].

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Béthisy-sur-Autonne[3].

Histoire[modifier | modifier le code]


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Béthisy-Saint-Martin Blason Écartelé: aux 1er et 4e de gueules au panier d'or, aux 2e et 3e d'azur à l'arc d'or, posé en bande, le repose-flèche de gueules, les deux arcs ajusté d'une flèche d'or empennée de gueules, les points dirigées vers l'abîme[4].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Jacques Caron DVG  
mars 2014[5] En cours Alain Dricourt    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2016, la commune comptait 1 101 habitants[Note 1], en augmentation de 0,46 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
672743823868890844850872814
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
766780814825821822890905881
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
885913920877909885821795799
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7767978288461 0231 1341 1011 0981 094
2013 2016 - - - - - - -
1 1231 101-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 24,8 %, 45 à 59 ans = 22,6 %, plus de 60 ans = 15,9 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 20,3 %, plus de 60 ans = 19,4 %).
Pyramide des âges à Béthisy-Saint-Martin en 2007 en pourcentage[9]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,2 
4,5 
75 à 89 ans
9,2 
11,2 
60 à 74 ans
10,0 
22,6 
45 à 59 ans
20,3 
24,8 
30 à 44 ans
23,8 
16,3 
15 à 29 ans
14,0 
20,4 
0 à 14 ans
22,4 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Béthisy-Saint-Martin compte trois monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Martin, rue de l'Église (classée monument historique par arrêté du 24 septembre 1931[11]) : Régulièrement orientée, elle se compose d'une nef romane ce cinq travées du premier tiers du XIIe siècle ; de deux collatéraux de longueur identique dont celui du sud rebâti en 1811 ; d'un chœur de deux travées accompagnée également de deux collatéraux ; d'un clocher roman se dressant au-dessus de la dernière travée du bas-côté sud ; et d'un porche devant le portail occidental. Nef et chœur forment un vaisseau central continu de 32 m de long, tout comme le collatéral nord, qui dispose d'une toiture indépendante à bâtière sur toute sa longueur. Le collatéral sud est recouvert d'un toit en appentis à l'ouest du clocher, mais dispose également d'un toit indépendant à l'est du clocher, si bien que trois pignons se succèdent sur la façade du chevet, non visible depuis le domaine public. Les toits des bas-côtés cachent les petites fenêtres hautes que la nef possédait initialement. Sur la façade occidentale, le pignon du collatéral nord est tronqué. Le portail occidental en arc brisé est de style gothique et date du XIIIe siècle. Il est flanqué par deux ressauts successifs, dont les extrémités regardant la porte sont sculptés à la façon de colonnes, avec des chapiteaux en haut. Le porche a été ajouté au XVe siècle et présente également des chapiteaux remarquables. Toute la façade occidentale a également été remaniée, et ses grandes fenêtres sont dépourvues de remplage. La façade septentrionale est la plus intéressante ; elle présente les caractéristiques du XVe siècle avec trois fenêtres à deux lancettes à têtes tréflées et un portail latéral dans la seconde travée, dont le tympan est décoré d'un arrangement intéressant d'arcatures plaquées. L'élément le plus remarquable de l'église est son clocher à la flèche en pierre cantonnée de quatre pyramidons. Les faces de la flèche ne sont pas décorées, mais les arêtes qui les séparent retombent chacune sur une tête monstrueuse. Les murs du clocher sont scandés de multiples larmiers, et un cordon dents de scie sépare le premier du second étage. Alors que le premier étage n'est percé que d'une étroite baie romane, l'étage de beffroi est ajouré de deux baies plein cintre gémelées par face, retombant sur trois colonnettes à chapiteaux, surmontées de dents de scie, et subdivisées intérieurement en deux étroites arcatures plein cintre chacune, qui reposent également sur des colonnettes à chapiteaux. La plupart sont sculptés en feuillages, mais certains en têtes grimaçantes. À l'intérieur, les ogives de la première travée du chœur sont ornées de triangles excavées. Seul le collatéral nord est voûté d'ogives. Les autres vaisseaux étaient apparemment destinés à être voûtés, comme le montrent des culs-de-lampe de part et autre des pilastres posés devant les piliers carrés, qui devaient recevoir les ogives ou formerets. Les fonts baptismaux datent du XIIIe siècle[12],[13].
  • Ferme Sainte-Luce, chemin de Sainte-Luce, en écart (fenêtres de l'ancien manoir inscrites monument historique par arrêté du 22 août 1949[14]) : d'origine très ancienne, elle comporte une maison forte qui aurait été bâtie en 1205 par Guy de Béthisy, et autrefois une chapelle dont les vestiges subsistaient encore au début du XIXe siècle. La ferme entre ensuite dans le temporel de l'abbaye de Chaalis, puis est vendue par l'abbé Milon à Guérin, évêque de Senlis, en 1227. La maison forte se compose d'un bâtiment principal, de plan rectangulaire et à un seul étage, avec une salle unique par niveau, et d'une aile secondaire plus étroite attenante à la maison au sud-est. Cette aile comporte l'escalier et abritait vraisemblablement la chambre seigneuriale. Le rez-de-chaussée du bâtiment principal est recouvert de quatre voûtes d'ogives s'appuyant sur un pilier cylindrique au centre. La grande salle de l'étage présente trois fenêtres romanes particulièrement remarquables, une dans le mur pignon au sud, et deux à l'ouest. Sous une archivolte plein cintre reposant sur des colonnettes à chapiteaux, se trouve un tympan à deux arcatures trilobées en bas-relief, reposant sur trois colonnettes à chapiteaux[15],[16].
  • Château de la Mothe, rue de Crépy / RD 123, en écart (inscrit monument historique par arrêté du 16 décembre 1986[17]).

Autres éléments du patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Arnouph Deshayes de Cambronne (1768-1846) est l'ancien gouverneur du château de Compiègne et le propriétaire des manoirs de Donneval et de La Mothe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Communes limitrophes de Béthisy-Saint-Martin » sur Géoportail.
  2. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Vlois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Annuaire de l'Oise, 1836, 252 p., p. 58.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=18709
  5. « Fiche commune : BETHISY-SAINT-MARTIN », Union des maires de l'Oise (consulté le 24 août 2014)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Évolution et structure de la population à Béthisy-Saint-Martin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 octobre 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 octobre 2010)
  11. « Église », notice no PA00114526, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Eugène Müller, Courses archéologiques autour de Compiègne, Compiègne, Progrès de l’Oise, , 84 p. (lire en ligne [PDF]), p. 247-248.
  13. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis (Oise), Beauvais, Achille Desjardins, , 256 p. (lire en ligne), p. 59-60.
  14. « Ferme de Sainte-Luce », notice no PA00114527, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. Jean Mesqui, « Notes sur l'habitat noble rural dans le nord et l'est de l'Île-de-France du XIIe au XVe siècle », Manorial domestic buildings in England and Northern France (occasional papers), Londres, Society of Antiquaries of London,‎ , p. 121-140 (lire en ligne [PDF]) ; p. 135 et 137 (plan).
  16. Louis Graves, Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Valois, op. cit., p. 60.
  17. « Château de la Mothe », notice no PA00114525, base Mérimée, ministère français de la Culture.