Attichy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Attichy
Attichy
La gare au début du XXe siècle.
Blason de Attichy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Compiègne
Intercommunalité CC des Lisières de l'Oise
(siège)
Maire
Mandat
Bernard Favrolle
2020-2026
Code postal 60350
Code commune 60025
Démographie
Gentilé Attichois
Population
municipale
1 881 hab. (2019 en augmentation de 0,86 % par rapport à 2013)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 47″ nord, 3° 02′ 54″ est
Altitude Min. 36 m
Max. 140 m
Superficie 14,74 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Compiègne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Compiègne-1
Législatives 5e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Attichy
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Attichy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Attichy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Attichy

Attichy [ɑtːiʃi] est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France, en vallée de l'Aisne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de l'Aisne, dans l'arrondissement de Compiègne et le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Le site à la particularité d'englober le hameau de "Maison Blanche" (commune de Jaulzy), au sud, qui fait le lien avec la route nationale 31.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Distances orthodromiques[1] des communes dont le territoire est limitrophe ou distant de moins de 5 km de celui d'Attichy[2].

Communes limitrophes d’Attichy
Saint-Crépin-aux-Bois (5,6 km) Tracy-le-Mont (7,3 km) Moulin-sous-Touvent (5,2 km)
Berneuil-sur-Aisne (3,1 km) Attichy Bitry (2,1 km) Saint-Pierre-lès-Bitry (2,5 km) Vic-sur-Aisne (4,8 km)
Cuise-la-Motte (4 km) Couloisy (1,9 km) Croutoy (2,8 km) Jaulzy (2,2 km) Courtieux (3,9 km)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

D'une superficie de 14,74 km2, l'altitude maximale est de 140 m, à la Borne de l'Arbre, tandis que le point le plus bas, 36 m, correspond au site de la piscine[3].

Le territoire communal, au centre du Soissonnais, est principalement composé de champs céréaliers et de bois privés.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les limites sud de la commune correspondent au cours de la rivière Aisne, d'est en ouest ; tandis que le ru de Milleville coupe le territoire en deux, dans un axe nord-sud, afin de rejoindre l'Aisne.

Deux étangs sont présents au sud-est, parallèles au cours de l'Aisne, séparant les lieux-dits du bac et de la maladrerie.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

La commune est au centre de deux axes routiers importants : la RN 31, au sud de l'Aisne, la reliant à Soissons et Compiègne, et au-delà à Reims et Rouen ; et la route départementale 16, la reliant à Villers-Cotterêts et Noyon, et au-delà à Paris et Amiens.

Une autre voie, au nord de la rivière, permet de relier Soissons à Compiègne : la combinaison des routes départementales 81 (dans l'Aisne) et 91 (dans l'Oise).

Crépy-en-Valois est accessible en empruntant la route départementale 335 depuis Berneuil-sur-Aisne.

Un service de bus fait plusieurs fois par jour, 6 jours sur 7, le trajet Compiègne-Soissons aller-retour en passant par Attichy. Quatre lignes sont en service : deux empruntant un itinéraire sud, suivant la RN 31 (l'arrêt de "Jaulzy Maison-Blanche" faisant office d'arrêt pour Attichy) ; les deux autres un itinéraire nord, suivant les D 81 et D 91[4].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Les gares les plus proches sont celles de Compiègne (18 km), et Crépy-en-Valois (28 km). Toutes deux assurent de nombreux trajets quotidiens vers Paris.

  • Compiègne permet également la desserte de Noyon, Amiens ou Saint-Quentin.
  • Crépy permet de desservir Villers-Cotterêts, Soissons et Laon, et offre aussi la possibilité de rejoindre Reims via Laon.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est celui de Roissy Charles-de-Gaulle, situé à 72 km par la route. Aucune desserte n'est directement possible par le rail, mais un service de navettes (bus) existe quotidiennement au départ et à destination de Compiègne et Crépy-en-Valois.

L'aéroport de Beauvais-Tillé est distant de 77 km, accessible en bus depuis Compiègne.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[6].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[5]

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,5 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 727 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Ribecourt », sur la commune de Ribécourt-Dreslincourt, mise en service en 1976[11] et qui se trouve à 14 km à vol d'oiseau[12],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,2 °C et la hauteur de précipitations de 738,4 mm pour la période 1981-2010[13]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Quentin », sur la commune de Fontaine-lès-Clercs, dans le département de l'Aisne, mise en service en 1933 et à 46 km[14], la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000[15] à 10,3 °C pour 1981-2010[16], puis à 10,8 °C pour 1991-2020[17].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Attichy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[18],[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Compiègne dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 101 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (68,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (68,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (59,5 %), forêts (20,4 %), zones urbanisées (7,5 %), zones agricoles hétérogènes (7,1 %), eaux continentales[Note 8] (1,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,8 %), prairies (1,8 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 786, alors qu'il était de 673 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 89,7 % étaient des résidences principales, 4,7 % des résidences secondaires et 5,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 83,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 15,1 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 72,8 %, en légère hausse par rapport à 1999 (70;8 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) est en hausse : 10,6 % contre 8,6 % en 1999, leur nombre ayant augmenté de 55 à 75 [a 3].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du bourg peut provenir du gaulois attegia désignant une cabane ou une maison gauloise sommaire par opposition à la casa latine[25]. Le nom du village pourrait donc s'appliquer à un groupe de cabanes de bûcherons.

Cependant, certains estiment que l'évolution phonétique n'aurait pas conservé aussi complètement le nom (voir par exemple Athée (Côte-d'Or), Athis-Mons, etc.) et qu'il faudrait plutôt voir un nom d'homme latin, Atticus, ou gaulois, Atepius, renforcé en Attepius car un -t- intervocalique ne se serait pas conservé tel quel avec le suffixe -acum, ce qu'indiquerait la forme peut-être mal latinisée de 858, Aptiacus[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Vers 250 av. J.-C., le site d'une terrasse dominant l'Aisne (exploité de nos jours comme carrière de granulats) fut utilisé comme nécropole, dans laquelle des archéologues ont découvert en 2009 deux tombes à char parmi onze sépultures[26].

Au cours de la période gallo-romaine, un noble gaulois de la tribu des Suessions, du nom d'Atticus ou Attipius, fonde sur le site une riche villa. Le bourg qui se développe par la suite autour de la villa portera le nom d'Atticiacum[27].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Du XIIe siècle au XVe siècle, le domaine d'Attichy est possession de la maison de Montmorency, avant de passer sous la domination successive de différents seigneurs.

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

Le château d'Attichy appartient à la maison de La Trémoille jusqu’à la révolution de 1789.

Entouré de vastes fossés, d'un parc comprenant fontaines et jets d'eau, le château était considérable. Le domaine fut démembré en 1789, et le château, après avoir plusieurs fois changé de propriétaires, fut démoli au cours de l'année 1796[28].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le hameau de Puisaleine pendant la Première Guerre mondiale.

La commune est titulaire de la croix de guerre 1914-1918, décernée le 21 février 1921[29].

En 1945, le territoire de la commune est utilisé par l'armée américaine pour établir un camp de prisonniers réservé aux soldats mineurs allemands. Le camp est surnommé Baby Cages et compte environ 10 000 prisonniers. Les enfants-soldats, venant de toutes les régions de France, sont ainsi séparés des adultes et soumis à un programme de rééducation. Ces faits sont très peu connus et ont fait l'objet d'un documentaire de Mary Börch réalisé en 2021 et diffusé sur la chaîne Toute l'Histoire[30],[31].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Attichy relève du tribunal d'instance de Compiègne, du tribunal de grande instance de Compiègne, de la cour d'appel d'Amiens, du tribunal pour enfants de Compiègne, du conseil de prud'hommes de Compiègne, du tribunal de commerce de Compiègne, du tribunal administratif d'Amiens et de la cour administrative d'appel de Douai[32].

La commune accueille une brigade de la gendarmerie nationale ainsi qu'une caserne de pompiers.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 et 2 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 19[33].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1847 ? Jean Isaac Tondu du Metz
(1789-1871)
  Notaire, propriétaire
Conseiller d'arrondissement
  juin 1995 Georges Bellanger    
juin 1995 octobre 1998 Serge Tavart    
octobre 1998 mars 2001 Michel Chanu    
mars 2001 En cours
(au 27 mai 2020)
Bernard Favrolle DVD Retraité
Réélu pour le mandat 2026-2026[34]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Attichy est jumelée avec [35] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[36]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[37].

En 2019, la commune comptait 1 881 habitants[Note 9], en augmentation de 0,86 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8888619109471 006995968950960
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
892950919897873835785811823
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8718899539161 0051 1611 2071 0491 193
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 3171 3911 5451 6161 6511 8521 9171 9351 865
2018 2019 - - - - - - -
1 8941 881-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 30,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 33,4 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 908 hommes pour 986 femmes, soit un taux de 52,06 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,11 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[40]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,9 
90 ou +
6,4 
9,3 
75-89 ans
12,3 
17,5 
60-74 ans
19,2 
22,2 
45-59 ans
18,5 
15,2 
30-44 ans
16,4 
17,3 
15-29 ans
12,1 
16,6 
0-14 ans
15,2 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[41]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Attichy est située dans l'académie d'Amiens.

Elle administre une école maternelle et une école élémentaire communales regroupant 226 élèves en 2012-2013[42].

Bien que chef-lieu de canton, le collège d'enseignement secondaire Louis-Bouland, regroupant 567 élèves en 2012-2013, n'est pas situé sur le territoire communal, mais à Couloisy, commune voisine[43].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune propose les services de trois médecins généralistes, d'un orthophoniste, d'un ostéopathe, et accueille également une pharmacie et deux maisons de retraite[44].

Pour les soins hospitaliers, les centres les plus proches sont le centre hospitalier de Compiègne-Noyon et le centre hospitalier de Soissons.

Culture[modifier | modifier le code]

Les infrastructures de la commune incluent une médiathèque et une salle polyvalente.

Sports[modifier | modifier le code]

L'équipe locale de football est l'USA (Union sportive d'Attichy) Football.

La commune accueille également un club de tennis, un club nautique, une compagnie d'arc et un club de basket.

Elle dispose en outre d'une piscine en extérieur, ainsi que d'une autre, couverte, sur le territoire de la commune de Couloisy.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La Foire aux Marrons[45] d'Attichy attire chaque dernier week-end d'octobre des milliers de badauds provenant de toutes les communes alentour. En plus d'une fête foraine, cette foire offre la possibilité de déguster les châtaignes locales, ayant donné son nom à l’événement.

Cultes[modifier | modifier le code]

Attichy se trouvant non loin du chemin de Compostelle, il est de coutume qu'un pèlerinage se déroule à l'église Saint-Médard.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 32 681 , ce qui plaçait Attichy au 9 660e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[46].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 162 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,7 % d'actifs dont 67,5 % ayant un emploi et 5,2 % de chômeurs[a 4].

On comptait 685 emplois dans la zone d'emploi, contre 633 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 790, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 10] est de 86,7 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu moins d'un emploi par habitant actif[a 5].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Attichy comptait 103 établissements : 10 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 8 dans l'industrie, 14 dans la construction, 50 dans le commerce-transports-services divers et 21 étaient relatifs au secteur administratif[a 6].

En 2011, sept entreprises ont été créées à Attichy[a 7], dont cinq par des autoentrepreneurs[a 8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le portail de l'église d'Attichy, vers 1920.

La commune contient un monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques et trois monuments et lieux répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[47] :

  • Église Saint-Médard (XIIe et fin XVIe siècle) : deux dalles funéraires et un tableau, hormis l'édifice lui-même .
  • La villa des Avenues est une propriété du XVIIIe siècle, comportant une demeure bourgeoise typique du XIXe siècle, une serre, une écurie, une orangerie ainsi que d'autres dépendances. Le jardin est planté de quatre platanes âgés de 250 à 300 ans. Cette villa est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis le [48].

Trois autres lieux et monuments de la commune sont répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[47] :

  • les locaux de l'ancienne usine de produits chimiques, spécialisés dans la fabrication de colles et gélatines[49] ;
  • l'ancien moulin à farine, transformé par la suite en sucrerie betteravière[50] ;
  • le jardin de la ferme de Morenval[51].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le tombeau de Jean Isaac Tondu du Metz à Attichy.
  • Louis Doni d'Attichy (1598-1664), évêque, seigneur d'Attichy.
  • Charles des Acres de l'Aigle (1875-1935), conseiller général du canton d'Attichy.
  • Jean Isaac Tondu du Metz (1789-1871), représentant du Peuple à l'Assemblée nationale de 1848, notaire honoraire et ancien maire d'Attichy.
  • Charles Loonen, industriel
  • Jacques Fourcy
  • André Dumontois
  • Famille Pillet-Will : le comte Maurice Pillet-Will (1870-1952), maire de Saint-Crépin-aux-Bois, est à l'origine de la maison de retraite du même nom. L'exposé des services extraordinaires de son mémoire de proposition pour sa nomination dans l'ordre de la Légion d'honneur précise, notamment, qu'il a consacré des sommes importantes à des œuvres d'assistance pendant la Première Guerre mondiale, venant ainsi en aide aux familles de soldats, lors de la réoccupation de Noyon en 1917, et en s'occupant d'une cinquantaine d'enfants abandonnés en les hébergeant dans sa propriété.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de d'Attichy

Les armes d'Attichy se blasonnent ainsi :

De gueules aux trois haches d’armes d’argent, celle de senestre et celle de pointe contournées, au chef cousu écartelé d’azur à une abeille d’argent posée en fasce et de gueules plain.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Béreux et A. Robert, « L'église d'Attichy (Oise) », Bulletin monumental, Paris, A. Picard, vol. 83,‎ , p. 41-68 (ISSN 0007-473X, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[7].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[8].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  10. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  8. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lion1906.com/Php/Resultats/Resultat_Proximite_Coord.php?RadLat1=0.862387&RadLong1=0.053213
  2. Cartes des communes des cantons d'Attichy et Vic-sur-Aisne : http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/carte_comcan.asp?codecan=6001 + http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/cog/carte_comcan.asp?codecan=0235
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Offre cogérée par les services de transport axonais (lignes CAP363 et STEPA) et isariens (lignes OiseMobilité 25 et 26) - tarif normal : 2  - horaires 2013/2014 : http://www.cita.asso.fr/ficheshoraires/Ligne_363_cap_verso.pdf + http://www.cita.asso.fr/ficheshoraires/Ligne_compiegne_soissons_stepa_verso.pdf + http://www.oise-mobilite.fr/ftp/FR_documents/Ligne%2025%202013-2014.pdf + http://www.oise-mobilite.fr/ftp/FR_documents/Ligne%2026%202013-2014.pdf
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  7. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  8. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  11. « Station Météo-France Ribecourt - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Attichy et Ribécourt-Dreslincourt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France Ribecourt - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  14. « Orthodromie entre Attichy et Fontaine-lès-Clercs », sur fr.distance.to (consulté le ).
  15. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Compiègne », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. a et b Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des Noms de Lieux en France, réédition Librairie Guénégaud, 1984
  26. Site de l'Institut national de recherches archéologiques préventives.
  27. Bulletin monumental, Société française d'archéologie, Arcisse de Caumont (1834)
  28. « L'église d'Attichy », sur Paroisse Vallée de l'Aisne (consulté le ).
  29. Association nationale « Croix de guerre et valeur militaire »
  30. Fiche du film sur le site film-documentaire.fr.
  31. Diffusion sur Toute l'Histoire en avril 2021 sur le site memoireattichy.net.
  32. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le ).
  33. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  34. A.C., « Bernard Favrole entamme un quatrième mandat compliqué », Oise Hebdo, no 1369,‎ , p. 18 (ISSN 1774-6418).
  35. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  36. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  37. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  40. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Attichy (60025) », (consulté le ).
  41. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  42. « Oise (60), Attichy, écoles », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  43. « COLLEGE PUBLIC LOUIS BOULAND (COULOISY) », sur le site de l'académie d'Amiens (consulté le ).
  44. Données pages jaunes 2013.
  45. http://www.fetes-et-foires.com/detail-749-foire-aux-marrons-attichy.php
  46. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  47. a et b « Attichy », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « Maison dite Villa des Avenues », notice no PA60000053, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « Usine de produits chimiques (usine de noir animal) dite Société des Colles et Gélatines Françaises, puis Rousselot, actuellement entrepôt commercial », notice no IA60001006, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Moulin à farine dit Moulin Flobert ; puis sucrerie (sucrerie de betteraves) Bride, puis Larangot Frères et Cie, puis S.A. Sucrière de Berneuil-sur-Aisne », notice no IA60001027, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Jardin d'agrément de la ferme de Morenval », notice no IA60001361, base Mérimée, ministère français de la Culture.