Saint-Paul (Oise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Paul
Saint-Paul (Oise)
L'abbaye et l'église.
Blason de Saint-Paul
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité CA du Beauvaisis
Maire
Mandat
Gérard Hédin
2020-2026
Code postal 60650
Code commune 60591
Démographie
Population
municipale
1 556 hab. (2019 en augmentation de 0,97 % par rapport à 2013)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 48″ nord, 2° 00′ 28″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 147 m
Superficie 9,52 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Paul
(ville-centre)
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beauvais-2
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Saint-Paul
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Saint-Paul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul
Liens
Site web http://www.stpaul60.fr

Saint-Paul est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Une rue de Saint-Paul.

Le village est situé à 68 km au nord de Paris, 5 km à l'ouest de Beauvais, 65 km à l'est de Rouen et 55 km au sud d'Amiens.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Avelon, rivière affluente du Thérain lui-même affluent de l'Oise, prend sa source entre Senantes et Villembray, aux confins de l'Oise et de la Seine-Maritime.

Elle entre dans la commune par l'ouest venant de Lachapelle-aux-Pots, puis à Saint-Paul, au hameau du Becquet-Saint-Paul plus précisément où elle passe dans la propriété du parc Saint-Paul et à proximité de plusieurs étangs. Elle sort de la commune par l'est et rejoint Aux-Marais, Goincourt puis Beauvais où elle se jette sur la rive droite du Thérain. Après le pont de la D 931, le ruisseau du Moulinet venant de Troussures la rejoint.

Le ru de Boyauval, prenant sa source au nord-ouest de la commune sur les hauts de Saint-Paul à 99 mètres d'altitude, traverse le bois de Froidmont avant de rejoindre l'Avelon au Becquet-Saint-Paul. À proximité du ruisseau se trouve une fontaine : la Fontaine-qui-Bout.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

La route nationale 31 E46, axe routier de Rouen à Reims passe au sud de la commune de Saint-Paul en venant de Rouen par l'ouest et en se dirigeant vers Beauvais puis Reims par l'est. Elle connaît un trafic assez dense jusqu'en 2009 où le contournement sud de Beauvais est ouvert à la circulation. Toutefois, elle demeure toujours en "rouge" ou "vert" sur les cartes routières car la déviation est trop longue pour certains automobilistes et le trafic demeure assez fréquenté malgré l'interdiction des poids lourds sur la RD 931.

La commune est traversée par l'avenue verte London-Paris, itinéraire cyclable qui relie Paris à Londres. Celle-ci a été réalisée sur le parcours de l'ancienne ligne de Goincourt à Gournay - Ferrières.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 749 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944[7] et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[9] à 10,6 °C pour 1981-2010[10], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Paul est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Paul, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[15] et 2 807 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[16],[17].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (48,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (48,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (34,3 %), prairies (30,4 %), zones urbanisées (14,1 %), terres arables (13,4 %), zones agricoles hétérogènes (4,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (3,4 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Paul, carte de Cassini de Beauvais.

L’abbaye de Saint-Paul est fondée au VIe siècle par sainte Angadrême, patronne de Beauvais et fille du grand référendaire de Clotaire III. Cet oratoire, détruit au VIIIe siècle par les Normands, devient une abbaye royale de bénédictines en 1036, qui subsiste jusqu'en 1792.

L’abbaye est alors transformée en prison et caserne puis en faïencerie.

En 1835, la commune de Saint-Paul, instituée par la Révolution française, cède un hameau qui devient la commune du Mont-Saint-Adrien[22].

Le bourg a été desservi par la ligne de Goincourt à Gournay - Ferrières, mise en service en 1870 et fermée en 2013. Une gare avait été construite, située 500 mètres après la bifurcation avec la ligne Beauvais-Gisors.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton d'Auneuil[22]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Beauvais-2

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Paul fait partie de la communauté d'agglomération du Beauvaisis, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, dont la première création date de 2004.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1992 Gérard Hédin[23]   Ancien dirigeant de Givenchy puis de Havas
Les données manquantes sont à compléter.
2001 En cours
(au 10 juillet 2020)
Gérard Hédin[23]   Ancien dirigeant de Givenchy puis de Havas
Vice-président de la CA du Beauvaisis (2014 → )
chevalier de l’Ordre national du mérite[24]
Réélu pour le mandat 2020-2026[25]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[27].

En 2019, la commune comptait 1 556 habitants[Note 7], en augmentation de 0,97 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0391 0101 0911 1391 203766811850770
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
747758720660645652669647636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
676632586555596504483539549
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5626338491 0341 2061 4231 5261 5411 516
2017 2019 - - - - - - -
1 5311 556-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

La chute démographique observée en 1836 correspond à la création du Mont-Saint-Adrien, qui dépendait auparavant de Saint-Paul.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 24,1 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 778 hommes pour 784 femmes, soit un taux de 50,19 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,11 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[29]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
0,5 
5,9 
75-89 ans
7,2 
16,7 
60-74 ans
17,4 
27,2 
45-59 ans
26,3 
16,8 
30-44 ans
16,4 
16,0 
15-29 ans
15,6 
16,9 
0-14 ans
16,7 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2018 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,3 
5,3 
75-89 ans
7,5 
15,1 
60-74 ans
15,8 
20,9 
45-59 ans
20,1 
19,5 
30-44 ans
19,4 
17,9 
15-29 ans
16,5 
20,8 
0-14 ans
19,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Un manège du Parc Saint-Paul.

La commune est notamment connue pour accueillir le Parc Saint-Paul, un parc de loisirs créé par la famille Campion à l'initiative du maire de l'époque.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune possède deux monuments historiques sur son territoire :

  • Ancienne abbaye et Hostellerie des Dames : Désaffectée lors de la Révolution française et vendue comme bien national, elle devient de 1850 à 1995 une ferme d’élevage. En 1995 elle est reprise par un particulier qui entreprend des travaux de restauration.
    De cette longue histoire subsistent, outre le site, les vestiges du portail de l’abbatiale consacrée en 1042, un pigeonnier de 1699, un des bâtiments du XVIIIe siècle ainsi que la plus ancienne maison de l’Oise l’ « hostellerie des Dames » restée dans le patrimoine de l’abbaye du XVIe siècle à la Révolution française.
    Les ruines de l'abbatiale sont inscrites monument historique depuis le [31].
  • Hostellerie des Dames : L'Hostellerie des Dames est inscrite monument historique depuis le [32].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

On peut également signaler :

  • L'église paroissiale : Une bonne partie de cette église remonte au XIe siècle. Elle est donc de la même époque que l'abbaye bénédictine située à proximité. À l'extérieur, l'abside est entourée d'une corniche appuyée sur des corbeaux représentant d'étranges animaux et des figures grimaçantes.
    À l'intérieur, la voûte en « cul de four » a été restaurée en 1892.
    La nef a été en grande partie détruite en 1442. Les Anglais et les Bourguignons incendièrent l'église et l'abbaye dont il ne reste plus que le réfectoire et la petite cuisine. L'Hostellerie qui venait d'être construite (1433) en face de la chapelle abbatiale a été épargnée.
    Un auvent, adossé au côté sud de la nef protégeait la petite porte d'entrée. Il datait du XVIe siècle. Très abîmé par le temps il a été démonté courant 1977.
  • Le monument aux morts.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Angadrême de Renty, († 695), disciple de saint Ouen de Rouen, première abbesse du couvent d'Oroër (ou de l'Oratoire ou de Saint-Paul-lez-Beauvais ou Sanctus Paulus Bellovacensis) ; sainte chrétienne fêtée le ou localement le [33],[34].
  • Lucien Héraut (Hérault), né à Saint Paul, religieux trinitaire de la congrégation réformée de Pontoise, rédempteur d'esclaves. Il organisera deux voyages de rédemption à Alger. Soutenu par la régente Anne d'Autriche, il écrira "Les splendeurs de la charité" et mourra lors de la seconde rédemption à Alger en 1645[réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Paul

Les armes de Saint-Paul se blasonnent ainsi :

De gueules à un pot d’argent avec un anse du même à senestre, au chef cousu d’azur chargé de trois fleurs de lys d’or


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station météofrance Beauvais-Tillé - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Saint-Paul et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  10. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Saint-Paul », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Beauvais », sur insee.fr (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. a et b « https://www.leparisien.fr/oise-60/gerard-hedin-une-vie-a-saint-paul-08-02-2014-3570295.php », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ) « il est notamment l'un des pères fondateurs du parc d'attractions éponyme. Excepté une parenthèse entre 1992 et 2001, l'élu tient les rênes de son village natal depuis 1977 ».
  24. C.P., « Gérard Hédin, maire de Saint-Paul, chevalier de l’ordre national du mérite : Gérard avait choisi le jour de son anniversaire, le 6 octobre, pour se faire remettre cette médaille », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Investi dans la vie de sa commune, Gérard Hédin est élu maire en 1977, un poste qu’il a, depuis, quasiment toujours occupé, excepté une interruption entre 1992 et 2001. Les habitants lui doivent notamment la création du parc de loisirs Saint-Paul, construit en 1978 puis cédé en 1984 à la famille Campion. Connu en dehors l’Oise, le parc d’attractions attire aujourd’hui 380 000 visiteurs par an. Par ailleurs, Gérard Hédin a supervisé la construction de l’usine Givenchy, à Beauvais. En fin de carrière, à partir de 1984, il devient le PDG du groupe Havas ».
  25. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Gérard Hédin a commencé son dernier mandat », L'Observateur de Beauvais, no 836,‎ , p. 12 (ISSN 1287-7565).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  29. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Saint-Paul (60591) », (consulté le ).
  30. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Oise (60) », (consulté le ).
  31. « Ruines de l'abbatiale », notice no PA00114871, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Hostellerie des Dames », notice no PA00114872, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  33. Nominis : Sainte Angadrême
  34. Forum 'orthodoxe.com' : saints pour le 14 octobre du calendrier ecclésiastique
  35. D'après lHistoire de l'abbaye royale de Notre Dame de Saint-Paul-lès-Beauvais. E. Deladreue, 1867
  36. De la famille de Guillaume de Hellande, évêque de Beauvais
  37. a et b Réélue
  38. Fille de Claude de Lorraine
  39. Cousine de la précédente