Parc Saint-Paul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parc Saint-Paul
Image illustrative de l’article Parc Saint-Paul

Ouverture 1983[1]
Superficie 27 hectares
Pays Drapeau de la France France
Département Oise
Commune Saint-Paul
Propriétaire Gilles Campion
Type de parc Parc d'attractions
Nombre d'attractions
Nb de montagnes russes : 6
Nombre de visiteurs 140 000[2]. (2020)
Site web parcsaintpaul.fr
Coordonnées 49° 25′ 19″ nord, 1° 58′ 52″ est
Géolocalisation sur la carte : Oise
(Voir situation sur carte : Oise)
Parc Saint-Paul
Géolocalisation sur la carte : Picardie
(Voir situation sur carte : Picardie)
Parc Saint-Paul
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Parc Saint-Paul
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Parc Saint-Paul

Le parc Saint-Paul est un parc d'attractions situé à Saint-Paul, dans l'Oise, à quelques kilomètres de Beauvais et à 70 km de Paris.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le parc Saint-Paul ouvre en 1983 sur quinze hectares sous l'égide d'André Campion, exploitant-forain de manège et frère de Marcel Campion[3],[4].

Après la fermeture du parc Mirapolis en 1991, André Campion — directeur de Mirapolis en 1990 — récupère différents éléments pour les installer dans son parc[a],[5],[6],[7]. Des miniatures de la tête de Gargantua en sont un exemple[8].

La fréquentation se chiffre à 85 000 visiteurs en 1998[9].

En 1999, le parc est repris par Gilles Campion, fils d'André Campion et neveu de Marcel Campion. Jusqu'alors, un nombre inférieur à 100 000 visiteurs passent ses portes[10].

Le nombre de visiteurs évolue avec 207 553 en 2000, 242 072 en 2001, 299 019 en 2002, 360 054 en 2003, 388 777 en 2004[11]. Il affiche 305 417 en 2005, le Comité Départemental du Tourisme de l'Oise note que « la forte baisse de fréquentation du parc Saint-Paul (Beauvaisis) [en 2005 est] due à des incidents internes (-20 %) »[11].

Après une diminution notable, le nombre d'entrées grimpent à nouveau par après avec 210 000 en 2007, 265 000 en 2008 et 325 000 en 2009[12].

Le parc Saint-Paul atteint dorénavant vingt-sept hectares, en incluant le parking et les coulisses, et propose une quarantaine d'attractions ainsi que trois spectacles quotidiens.

Il connaît des années aléatoires en termes de fréquentation avec 347 026 entrées en 2012, 375 460 entrées en 2013[13], 363 000 entrées en 2014[14], 362 493 entrées en 2015[13], 369 592 entrées en 2016, 361 671 entrées en 2017[15], 372 891 entrées en 2018[16], 384 675 entrées en 2019[17], 140 000 entrées en 2020[2]. Kendji Girac se produit en 2015 dans l'enceinte du parc[14].

Le parc inaugure Wood Express en 2018. Il s'agit du quatrième parcours de montagnes russes en bois construit en France[b]. L'investissement atteint les trois millions d'euros[18],[19],[20].

Des concerts de Keen'V, Gims et Dadju ont lieu dans le parc pendant l'été 2021[21].

Accidents[modifier | modifier le code]

Le parc Saint-Paul est la scène d'accidents depuis 2005[22],[23]. Après les fêtes foraines, il est le site de loisirs français dénombrant plusieurs accidents[24].

Le , onze personnes sont impliquées dans un accident sur les montagnes russes Formule 1 — fabriquées par l'usine russe Pax — inaugurées en mai de la même année[4],[22],[24]. Il résulte d'une collision entre trois wagons à la suite d'une rupture de freins[4],[25]. Le système de freinage est ensuite remplacé par Soquet[26]. Après cet accident, Gilles Campion, le propriétaire et gérant du parc, est radié du SNELAC (syndicat national des espaces de loisirs, d'attractions et culturels), n'ayant pas convaincu le syndicat sur « ses capacités à assurer la sécurité dans son parc »[25].

Looping

Le , un wagon des montagnes russes Looping se détache en pleine course et percute un poteau métallique. Quatre personnes âgées de 20 à 46 ans sont sérieusement blessées[23]. Il s'agit de la troisième saison au parc Saint-Paul pour l'attraction, fabriquée plus de vingt ans auparavant[27]. Après sa fermeture, l'attraction est rénovée et elle est exploitée sur les foires françaises depuis le milieu de l'année 2019. Elle est premièrement présentée à la clientèle du Luna Park à La Palmyre[28]. En 2007, Gilles Campion est condamné à quatre mois de prison avec sursis et plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts pour les deux accidents de 2005[22]. Le forain et ancien propriétaire du Looping Charles Vancrayenest est cité à comparaître[29].

En , deux enfants de 11 mois et de 4 ans sont légèrement blessés lors de leur chute d'un avion ayant basculé. Un écrou et un boulon sont retrouvés au pied de la nacelle[30],[26].

En , une femme de 35 ans est éjectée de l'attraction Formule 1 lors d'un virage, passe par-dessus la barrière et décède[22],[31]. En , le parc Saint-Paul est innocenté après les conclusions d'un expert pointant le « comportement inapproprié de la victime »[22].

Le , une femme de 32 ans est éjectée de l'attraction Formule 1 et meurt[22]. À la suite d'une enquête, il est révélé que des ceintures de sécurité installées après l'accident mortel survenu en 2009 ont été retirées en . De plus, « l'expert a pu relever que le premier cran de chaque barre de sécurité avait été meulé, de façon à ne pas permettre l’accès au manège aux personnes de très forte corpulence »[31]. Gilles Campion annonce le démantèlement de cette attraction à l'issue de l'enquête[32]. Celui-ci est mis en examen pour homicide involontaire par manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence[33],[34].

Les attractions[modifier | modifier le code]

Montagnes russes[modifier | modifier le code]

Pomme

Anciennes montagnes russes[modifier | modifier le code]

Autres attractions[modifier | modifier le code]

L'Arche de Noé
Les Chaises aériennes

Anciennes attractions[modifier | modifier le code]

Spectacles et animations[modifier | modifier le code]

Kalif, le roi lion, 2012
  • Bubble World
  • Apache le roi lion
  • La maison de Pilou

Les spectacles[modifier | modifier le code]

  • L'Œil du tigre
  • Bubble World (L'art des bulles de savon)
  • Rencontre avec Pilou et Pilouna
  • La Teen's Party

Informations économiques[modifier | modifier le code]

La société Parc Saint-Paul a été immatriculée en sous le no 313-789-976.

Le , elle a réalisé un chiffre d'affaires de 7,454 439 millions d'euros dégageant un résultat de 938 740 [35]. L'effectif moyen annuel au était de 46 salariés[35].

Le , elle a réalisé un chiffre d'affaires de 8,115 800 millions d'euros dégageant un résultat de 975 000 [35].

Le , elle a réalisé un chiffre d'affaires de 3,517 200 millions d'euros et affiche une perte de 1,488 700 million d'euros[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. André Campion récupère des éléments décoratifs — tête de Gargantua miniature, globule de gargantua, grande sauterelle —, les pédalos en forme de cygne ou encore le manège mini dragons.
  2. L'Anaconda (Walygator Parc) ouvre en 1989, le Tonnerre de Zeus (parc Astérix) ouvre en 1997. Timber (Walibi Rhône-Alpes) ouvre en 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.picardieweb.com/article-picardie-les-parcs-de-loisirs-en-picardie-378.htm
  2. a et b Stéphanie Forestier, « Dans l’Oise, la Mer de Sable et le parc Saint-Paul vont recruter malgré tout », sur Le Parisien, (consulté le ).
  3. Jean-Pierre Verges, « Les Campion en justiciers », sur Le Journal du dimanche, (consulté le ).
  4. a b et c Olivier Beaumont, « Onze blessés dans l'accident du grand huit », sur Le Parisien, (consulté le ).
  5. « Fiche Parcs de loisirs : début de saison - Mirapolis », Sports Loisirs Tourisme - la lettre de l'économie des équipements, no 98,‎ .
  6. Marie Christine Pierre, « Les forains achètent Mirapolis » [vidéo], sur Institut national de l'audiovisuel, (consulté le ).
  7. « Après de multiples péripéties juridiques La Cour d'appel de Paris confie le parc au Crédit national », sur Le Monde, (consulté le ).
  8. « Zoom sur… Mirapolis », sur coastersworld.fr, (consulté le ).
  9. Olivier Beaumont, « Nouveau record au parc Saint-Paul », sur Le Parisien, (consulté le ).
  10. « Oise : Le parc Saint-Paul pas si loin des géants du secteur », sur Courrier Picard, (consulté le ).
  11. a et b « Touriscopie 2005 » (version du 30 juin 2016 sur l'Internet Archive), sur picardietourisme-acteurs.com, .
  12. « Touriscopie 2009 » (version du 3 mars 2016 sur l'Internet Archive), sur picardietourisme-acteurs.com, .
  13. a et b « Mémento tourisme Chap 7 Les sites touristiques en France » [PDF], sur entreprises.gouv.fr (consulté le ), p. 135.
  14. a et b « Sensations fortes au parc Saint-Paul », sur Le Parisien, (consulté le ).
  15. « Édition 2019 Les chiffres-clés du tourisme dans l'Oise », sur oisetourisme-pro.com, (consulté le ), p. 12.
  16. « Études Chiffres clés Hauts-de-France » [PDF], sur hautsdefrance.cci.fr, (consulté le ), p. 23.
  17. « Oise : 220 postes à pourvoir pour la saison 2020 du parc Saint-Paul », sur Actu.fr, (consulté le ).
  18. Vincent Gautronneau, « Oise : Saint-Paul et la Mer de Sable grandissent à l’ombre d’Astérix », sur Le Parisien, (consulté le ).
  19. Duane Marden, « Wood Express », sur Roller Coaster DataBase (en) (consulté le ).
  20. Vincent Gautronneau, « Le parc Saint-Paul va investir 3 M€ pour des montagnes russes », sur Le Parisien, (consulté le ).
  21. Joffrey Meunier, « Beauvaisis. Keen'V, Gims et Dadju en concert cet été au parc Saint-Paul », sur lobservateurdebeauvais.fr, (consulté le ).
  22. a b c d e et f B.D., « Oise : une femme décède dans un accident de manège », sur Le Parisien, (consulté le ).
  23. a et b Benjamin Merieau, « Une femme décède au parc Saint-Paul : « Nous avons vu des enfants faire des malaises » », sur Le Courrier picard, (consulté le ).
  24. a et b H. D., « Les pires accidents de manèges en France ces 15 dernières années », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  25. a et b Marie Roussel, « Accident de manège mortel au parc Saint-Paul : le passé trouble du Coaster Formule 1 », sur France 3 Régions, (consulté le ).
  26. a et b Simon Bourlet, « Accident mortel au parc Saint-Paul », sur parkothek.info, (consulté le ).
  27. Olivier Beaumont, « Encore quatre blessés graves dans un manège », sur Le Parisien, (consulté le ).
  28. Duane Marden, « Looping », sur Roller Coaster DataBase (consulté le ).
  29. Patrick Caffin, « Accidents : le parc Saint-Paul reconnu coupable », sur Le Parisien, (consulté le ).
  30. « Deux enfants blessés au parc de loisir », sur Le Parisien, (consulté le ).
  31. a et b « Accident mortel de manège dans l'Oise : le président du parc mis en examen pour homicide involontaire », sur 20 Minutes, (consulté le ).
  32. J. D., « Après le nouvel accident mortel, Gilles Campion va « démanteler » le manège maudit du parc Saint-Paul », sur Le Parisien, (consulté le ).
  33. « Accident de manège mortel au parc Saint-Paul : le gérant mis en examen pour homicide involontaire », sur France 3 Hauts-de-France (consulté le ).
  34. Hervé Sénamaud, « Oise : après l’accident mortel, le parc Saint-Paul peine à attirer les visiteurs », sur Le Parisien, (consulté le ).
  35. a b et c « SARL parc Saint-Paul » (version du 7 août 2019 sur l'Internet Archive), sur societe.com.
  36. « SARL parc Saint-Paul », sur societe.com (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]