Parc Saint-Paul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parc Saint Paul
Image illustrative de l’article Parc Saint-Paul

Ouverture 1983[1]
Superficie 27 hectares
Pays Drapeau de la France France
Département Oise
Commune Saint-Paul
Propriétaire Gilles Campion
Type de parc Parc d'attractions
Nombre de visiteurs 384 000[2] (2019)
Site web parcsaintpaul.fr
Coordonnées 49° 25′ 19″ nord, 1° 58′ 52″ est
Géolocalisation sur la carte : Oise
(Voir situation sur carte : Oise)
Parc Saint Paul
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Parc Saint Paul
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Parc Saint Paul

Le parc Saint Paul est un parc d'attractions situé à Saint-Paul, dans l'Oise, à quelques kilomètres de Beauvais et à 70 km de Paris.


Présentation[modifier | modifier le code]

Le parc Saint Paul ouvre en 1983 sous l'égide d'André Campion, exploitant-forain de manège.

Après la fermeture du parc Mirapolis, André Campion — directeur de Mirapolis en 1990 et frère de Marcel Campion — récupère différents éléments pour les installer dans son parc[note 1],[3],[4],[5],[6]. Des miniatures de la tête de Gargantua en sont un exemple[7].

En 1999, le parc est repris par Gilles Campion. La fréquentation du parc avoisine chaque année environ 384 000 visiteurs. Le parc Saint Paul s'étend sur vingt-sept hectares et propose au public 44 attractions et trois spectacles quotidiens.

En 2019, le parc réalise 384 675 entrées[8], ce qui représente une augmentation de 3,2% par rapport à 2018. 372 393 visiteurs passent les portes du parc Saint Paul[9].

Le 4 juillet 2020, une femme de 32 ans est éjectée du manège Formule 1 et meurt. Le propriétaire Gilles Campion annonce le démantèlement de cette attraction à l'issue de l'enquête ; un accident mortel était déjà survenu sur ce même manège en 2009, une femme de 35 ans avait été éjectée de ce manège dans les mêmes conditions.[10] Gilles Campion, le gérant du parc, a été mis en examen pour homicide involontaire suite à cet accident.[11]

Les attractions[modifier | modifier le code]

Montagnes russes[modifier | modifier le code]

Nom Type Constructeur Année
Aérotrain Vekoma Junior Coaster Vekoma 2014
Formule 1

(Fermé)

Montagnes russes assises Pax 2005
Mini Mouse Cartoon Wild Mouse junior Zamperla 2004
La Pomme
Anciennement Family Coaster
Montagnes russes junior DAL Amusement
Rides Company
2005
Une Souris Verte Wild Mouse Tournoyante Zamperla 2007
Wild Train Montagnes russes assises Pax 2000
Wood Express Bois The Gravity Group 2018

Autres attractions[modifier | modifier le code]

Les Chaises aériennes

Spectacles et animations[modifier | modifier le code]

  • Bubble World
  • Apache le roi lion
  • La maison de Pilou

Les spectacles[modifier | modifier le code]

  • L'Oeil du tigre
  • Bubble World (L'art des bulles de savon)
  • Rencontre avec Pilou et Pilouna
  • La Teen's Party

Salle de spectacle.[Quoi ?]

Fréquentation du parc[modifier | modifier le code]

Voici les chiffres approximatifs de la fréquentation du parc depuis 2013 :

Année Nombre de visiteurs Évolution
2013 375 000[8] manque d'archives
2014 363 000[9] en diminution -3,2 % par rapport à 2013
2015 363 000[12] en stagnation 0 % par rapport à 2014
2016 370 000[13] en augmentation +1,9 % par rapport à 2015
2017 361 671 en diminution -2,2% par rapport à 2016
2018 372 393 en augmentation +2,9 % par rapport à 2017
2019 384 675 en augmentation +3,2 % par rapport à 2018

Informations économiques[modifier | modifier le code]

La société Parc Saint Paul a été immatriculée en septembre 1978 sous le no 313-789-976.

Au , elle a réalisé un chiffre d'affaires de 8 115 800 euros dégageant un résultat de 975 000 euros.

L'effectif moyen annuel au était de 46 salariés[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. André Campion récupère des éléments décoratifs — tête de Gargantua miniature, globule de gargantua, grande sauterelle —, les pédalos en forme de cygne ou encore le manège mini dragons.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.picardieweb.com/article-picardie-les-parcs-de-loisirs-en-picardie-378.htm
  2. Courrier picard, « C’est reparti pour un tour », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2020).
  3. Jean-Pierre Verges, « Les Campion en justiciers », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 19 mai 2020)
  4. « Fiche Parcs de loisirs : début de saison - Mirapolis », Sports Loisirs Tourisme - la lettre de l'économie des équipements, no 98,‎
  5. Marie Christine Pierre, « Les forains achètent Mirapolis » [vidéo], sur Institut national de l'audiovisuel, (consulté le 19 mai 2020)
  6. « Après de multiples péripéties juridiques La Cour d'appel de Paris confie le parc au Crédit national », sur Le Monde, (consulté le 19 mai 2020)
  7. « Zoom sur… Mirapolis », sur coastersworld.fr, (consulté le 1er janvier 2014)
  8. a et b « Entreprendre // Place à l'éco - E-Mag - Conseil départemental de l'Oise », sur www.oise.fr (consulté le 5 août 2015)
  9. a et b « Sensations fortes au parc Saint Paul » (consulté le 5 août 2015)
  10. Par J. D. Le 6 juillet 2020 à 15h21, « Après le nouvel accident mortel, Gilles Campion va «démanteler» le manège maudit du parc Saint-Paul », sur leparisien.fr, (consulté le 6 juillet 2020)
  11. « Accident de manège mortel au parc Saint-Paul : le gérant mis en examen pour homicide involontaire », sur France 3 Hauts-de-France (consulté le 9 juillet 2020)
  12. « Oise : Le Parc Saint-Paul pas si loin des géants du secteur », sur Courrier Picard, (consulté le 28 mars 2016)
  13. « C’est reparti pour un tour », sur Courrier Picard, (consulté le 30 octobre 2017)
  14. « Parc Saint Paul », sur www.societe.com (consulté le 7 août 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]