Rue Saint-Denis (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Saint-Denis.
1er, 2e arrts
Rue Saint-Denis
La rue Saint-Denis à son extrémité nord, près de la porte Saint-Denis.
La rue Saint-Denis à son extrémité nord, près de la porte Saint-Denis.
Situation
Arrondissements 1er
2e
Quartier Saint-Germain-l'Auxerrois
Halles
Bonne-Nouvelle
Début 12, avenue Victoria
Fin 1, boulevard de Bonne-Nouvelle et 19, boulevard Saint-Denis
Morphologie
Longueur 1 334 m
Largeur Entre les rues de Rivoli
et des Innocents : 16,30 m
Entre la rue des Innocents et
le boulevard Saint-denis : 13 m m
Historique
Ancien nom Route de Saint-Denis
Géocodification
Ville de Paris 8809
DGI 8525

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Saint-Denis
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Saint-Denis, située dans les 1er et 2e arrondissements de Paris, est l'une des plus anciennes rues de Paris : son axe est tracé dès le Ier siècle par les Romains. C'était la voie triomphale des entrées royales dans la capitale.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette voie est ainsi nommée car c'est la route qui conduit directement du pont au Change à la ville de Saint-Denis, où était située la nécropole des rois de France, et dont elle a pris le nom.

Situation[modifier | modifier le code]

En 1817, la rue Saint-Denis, d'une longueur de 1 349 mètres, commençait au 2, rue Pierre-à-Poisson et au 3, place du Châtelet et finissait au 1, boulevard Bonne-Nouvelle et au 19, boulevard Saint-Denis.

Les numéros de la rue étaient noirs[1]. Le dernier numéro impair était le no 395 et le dernier numéro pair était le no 408.

Parallèle au boulevard de Sébastopol et à la rue Saint-Martin, la rue fait actuellement partie du 1er arrondissement, quartier Saint-Germain l'Auxerrois, pour la partie comprise entre l'avenue Victoria et la rue de Rivoli, quartier des Halles pour la partie comprise entre la rue de Rivoli et la rue Étienne-Marcel et du 2e arrondissement, quartier Bonne-Nouvelle de la rue Étienne-Marcel au boulevard Saint-Denis.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est au bord de ce chemin qui conduisait à l'ancien Catalocum, nommé depuis Saint-Denis parce que ce saint qui vint prêcher la foi chrétienne dans les Gaules vers l'an 245 et qui y fut inhumé, qu'ont vraisemblablement été construites les premières maisons des Parisiens, lorsqu'ils commencèrent à sortir de leur île du côté du nord.

Dès 1134, une rue bordée de maisons remplaçait le chemin aboutissant à la rue d'Avignon. De cet endroit, on voyait une porte de ville qui faisait partie de la deuxième enceinte de Paris, construite sans doute à la suite du grand siège de 885 par les Vikings.

Vers 1197, la rue Saint-Denis n'allait encore qu'entre la porte de la deuxième enceinte de la ville, un peu au-dessous de la rue Troussevache et atteignait la rue Mauconseil où se trouvait une porte de la troisième enceinte de Paris commencée en 1188, par ordre de Philippe Auguste.

La partie entre la place du Châtelet et la rue de la Ferronnerie, c'est-à-dire ce qui était compris de cette rue dans la seconde enceinte de Paris se nommait en 1284 « rue de la Sellerie-de-Paris » ; en 1293, « rue de la Sellerie-de-la-Grand'rue » ; en 1310, « Grand'rue de Paris » et, en 1311, « Grand'rue des Saints-Innocents » car elle conduisait directement à l'église des Saints-Innocents. Elle a ensuite porté les noms de « Grant chaussée de Monsieur », « Grant chaussée de Monseigneur Saint-Denis », « Grant chaussiée de Monsieur Saint-Denis », « Grand'rue Saint-Denis » et enfin « rue Saint-Denis[1],[8] ». Le nom de « Grant-Chaussiée-Monsieur-Denis » et de ses dérivés est dû au pèlerinage au tombeau de saint Denis mis à l'honneur au Ve siècle par sainte Geneviève[9].

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous le nom de « Grant'rue » dans sa partie méridionale et par « rue Saint-Denis » de la rue des Lombards à la porte de l'enceinte de Philippe Auguste, qui était en face de l'impasse des Peintres.

En 1418, cette voie publique était presque entièrement bordée de construction et se prolongea de la rue Mauconseil jusqu'à la rue des Deux-Portes, où s'élevait une porte de la quatrième enceinte construite sous les règnes Charles V et Charles VI.

Par une extension nouvelle de Paris sous le règne de Louis XIV, la rue Saint-Denis était bâtie dans sa totalité, telle qu'elle est aujourd'hui.

Au début des guerres de religion habitait dans cette rue un riche marchand, Philippe de Gastine, que le parlement condamna pour avoir secrètement fait un temple protestant de sa maison qui fut rasée et remplacée par un monument expiatoire. Ainsi se forma la place Gastine. Mais le monument, qui « estoit une haute pyramide de pierre, ayant un crucifix au sommet, dorée et diaprée, avec un récit en lettres d'or, sur le milieu, de ce que dessus, et des vers latins, le tout si confusément et obliquement déduit que plusieurs estimoyent que le composeur de ces vers et inscriptions (on dit que c'estoit Estienne Jodelle, poète français homme, sans religion, et qui n'eut onc autre dieu que le ventre), s'estoit mocqué des catholiques et des huguenots », fut transféré par pièces aux Saints-Innocents[10],[9].

Par une extension nouvelle de Paris sous Louis XIV, elle englobe la rue de la Sellerie qui lui faisait suite hors de Paris, en venant aboutir à la porte monumentale qui nous est restée de ce règne et prend le nom de « rue de la Sellerie-de-Paris ». C'était une rue de gala, par laquelle rois et les reines faisaient traditionnellement leur entrée solennelle à Paris. Les couvents, centres religieux et hôpitaux qui y étaient nombreux, comme le Saint-Sépulcre, Saint-Magloire, le cloître Sainte-Opportune ou les Saints-Innocents. Mais cela n'empêchait pas le commerce d'y fleurir.

Pendant la Révolution française, on l'appelait « rue de Franciade ».

La poste aux chevaux lui conserve son rôle de voie essentielle aux grands voyages, puisque le seul relais installé dans Paris l’est rue Saint-Denis, à l’hôtel du Grand Cerf[11]. C’est donc par la rue Saint-Denis que de nombreux voyageurs, arrivant à Paris par les voitures de poste, découvrent la capitale.

Une décision ministérielle du 22 prairial an V (), signée Bénézech, et une ordonnance royale du 31 janvier 1837, ont fixé la moindre largeur de cette voie publique à 13 mètres.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

C'était par la rue Saint-Denis que les rois et les reines entraient solennellement dans Paris. Toutes les rues, sur leur passage, jusqu'à la cathédrale, étaient tapissées d'étoffes de soie et de draps camelotés. Des jets d'eau de senteur embaumaient l'atmosphère. Le vin, l'hypocras et le lait coulaient de toutes les fontaines.

Les députés des six corps de marchands portaient le dais royal, les corps des métiers suivaient, représentant en habits de caractère, les sept Péchés mortels, les sept Vertus et la Mort, le Purgatoire, l'Enfer et le Paradis. Des théâtres étaient dressés de distance en distance. On y jouait des scènes tirées de l'ancien et du Nouveau Testament. Des chœurs de musique se faisaient entendre dans les intermèdes[8].

Froissard nous apprend qu'à l'entrée d'Isabeau de Bavière, il y avait à la porte aux Peintres, rue Saint-Denis, « un ciel nué et étoilé très richement, et Dieu par figure séant en sa majesté le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et dans ce ciel, petits enfants de chœur chantoient moult doucement en forme d'anges ; et lorsque la reine passa dans sa litière découverte, sous la porte de ce paradis, deux anges descendirent d'en haut, tenant en leur main une très riche couronne d'or, garnie de pierres précieuses, et la mirent moult doucement sur le chef de la reine en chantant ces vers[8] :

Dame enclose entre fleurs de lys,
Reine êtes-vous de Paradis ?
De France et de tout le pays,
Nous remontons en Paradis. »

Activités[modifier | modifier le code]

La partie située entre le boulevard Saint-Denis et la rue Réaumur (et plus anciennement jusqu'aux Halles et au cimetière des Innocents inclus[12]), a longtemps été un des hauts lieux de la prostitution parisienne, mais l'évolution des mœurs, le développement de l'escorting sur internet et les diverses actions publiques (comme la loi Sarkozy sur le délit de racolage passif) y ont aujourd'hui considérablement réduit la prostitution et modifié ses caractères (prostitution immigrée).

S'il y reste quelques sex-shops, on y trouve surtout des boutiques de vêtements (c'est notamment l'extrémité du quartier du Sentier, spécialisé dans le commerce de textile de gros), ainsi que des bars, des restaurants, des boutiques de tatouage… Un effort de la mairie, grâce à un programme de réhabilitation du quartier, permet une nouvelle diversité dans la rue. Tous types d'activités et de populations y cohabitent, ce qui crée un véritable dynamisme, notamment au niveau de la fontaine des Innocents.

La rue Saint-Denis comprend aussi l'église Saint-Leu-Saint-Gilles, une banque et le siège de la chambre des notaires.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  2. a et b Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 14e quartier « Louvre », îlot no 2, F/31/80/22.
  3. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 15e quartier « Marchés », îlot no 1, F/31/79/02, îlot no 3, F/31/79/04, îlot no 4, F/31/79/05, îlot no 5, F/31/79/06, îlot no 6, F/31/79/07, îlot no 18, F/31/79/19, îlot no 19, F/31/79/20, îlot no 20, F/31/79/21, îlot no 21, F/31/79/22.
  4. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 20e quartier « Montorgueil », îlot no 1, F/31/82/13, îlots nos 2 à 6, F/31/82/14, îlot no 7, F/31/82/15, îlot no 8, F/31/82/16, îlot no 9, F/31/82/17, îlot no 10, F/31/82/18.
  5. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 19e quartier « Bonne Nouvelle », îlot no 1, F/31/82/01, îlot no 2, F/31/82/02, îlots nos 3 et 4, F/31/82/03, îlots nos 6 et 7, F/31/82/05.
  6. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 23e quartier « Lombards », îlot no 11, F/31/83/12, îlot no 12, F/31/83/13, îlot no 13, F/31/83/14, îlots nos 14 et 15, F/31/83/15, îlot no 16, F/31/83/16,îlots nos 17 à 19, F/31/83/17.
  7. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 21e quartier « Porte Saint-Denis », îlots nos 1 et 2, F/31/83/18, îlot no 3, F/31/83/19, îlot no 4, F/31/83/20, îlot no 5, F/31/83/21, îlot no 6, F/31/83/22, îlot no 8, F/31/83/24, îlot no 9, F/31/83/25.
  8. a, b et c Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  9. a et b Charles Lefeuve, Histoire de Paris, rue par rue, maison par maison, t. III.
  10. Sylvie Daubresse, Le Parlement de Paris, ou La voix de la raison (1559-1589), Droz, 2005,  p. (ISBN 9782600009881).
  11. Nicolas Verdier, « Le réseau technique est-il un impensé du XVIIIe siècle : le cas de la poste aux chevaux », Flux, 2007, vol. 2, no 68, p. 7-21, cairn.info.
  12. dir. Jean-Louis Robert, Myriam Tsikounas, Les Halles. Images d'un quartier, Paris, Publications de la Sorbonne, , 261 p. (lire en ligne), p. 20.
  13. « Une après-midi dans un hôtel de passe ? », pariszigzag.fr, (consulté le 28 février 2016).
  14. a et b « Hôpital de la Trinité », www.cosmovisions.com.
  15. Jean Cheymol, « L'hôpital de la Trinité en la rue Saint-Denis à Paris (1201-1790) », www.biusante.parisdescartes.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]